La nouvelle réalisation de Gilles Balbastre

Comment le privé fait main basse sur l’énergie Abonnés

Le

« Il n’y aura pas de privatisation d’EDF ni de GDF, et ce pour une raison simple : EDF et GDF ne sont pas des entreprises comme les autres. [1] » Nicolas Sarkozy l’assurait aux sénateurs en 2004. Là où le ministre de l’Économie de l’époque avait raison, c’est que les fournisseurs d’énergie ne sont pas des entreprises comme les autres, c’est d’ailleurs leur mission spécifique qui avait présidé à leur nationalisation.

Jusqu’aux années 1930, la production, le transport et la distribution d’énergie étaient assurées par des sociétés industrielles privées, à l’image des compagnies ferroviaires qui ont précédé la SNCF. Mais parce qu’elles remplissaient une mission de service public et pour des raisons d’efficacité technique, toutes ces entreprises furent nationalisées en 1946, sous l’impulsion du ministre communiste de la Production industrielle, Marcel Paul. Il faut dire que la compromission des industriels avec l’occupant nazi pendant la guerre facilita cette reprise par l’État…

Paul Collin pour Électricité de France, 1947

« EDF-GDF ne sera pas privatisée, ni aujourd’hui, ni demain » ? [2] C’est encore ce que promettait Nicolas Sarkozy devant les députés, au moment où il transformait l’établissement public en société anonyme, et ouvrait son capital. Pourtant, depuis quarante ans, les politiques néolibérales grignotent méthodiquement toutes les constructions du gouvernement provisoire de la Libération (1944-1947), dans tous les domaines. L’énergie n’y échappe pas.

Au prétexte d’une mise en concurrence voulue par la Commission européenne, les différents fournisseurs d’énergie publics, bâtis grâce à des investissements publics, sont vendus petits bouts par petits bouts aux groupes privés. Dernière cible en date : les barrages hydroélectriques, contre la vente desquels se bat la Fédération nationale des mines et de l’énergie de la CGT.

Cette privatisation à bas bruit, qui risque de fragiliser encore plus les douze millions de précaires énergétiques (un précaire énergétique est celui « qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat », selon la loi du 10 juillet 2010), un film et un livre qui viennent de sortir la racontent :

- Gilles Balbastre a réalisé Main basse sur l’énergie, six épisodes à voir sur le site dédié, co-produits par la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT et Là-bas si j’y suis.

- Aurélien Bernier, lui, publie aux éditions Utopia Les Voleurs d’énergie. Accaparement et privatisation de l’électricité, du gaz, du pétrole, qui revient sur l’histoire internationale de ce mouvement de privatisations.

Avec une perspective commune : face au grand bond en arrière que représente cet accaparement des ressources énergétiques, la construction d’un grand Pôle public de l’énergie…

Un entretien de Daniel Mermet avec :

- Gilles Balbastre, réalisateur de Main basse sur l’énergie, Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT, Là-bas si j’y suis, 2018

- Marie-Christine Nadeau, de la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT (FNME-CGT)

- Laurent Hérédia, technicien RTE (Réseau de transport d’électricité), secrétaire fédéral CGT

- Stéphane Tison, de la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT (FNME-CGT)

- Aurélien Bernier, auteur du livre Les Voleurs d’énergie. Accaparement et privatisation de l’électricité, du gaz, du pétrole, éditions Utopia, 2018

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.