Il y a 15 ans, les Français votaient « non » au traité de constitution européenne

29 MAI 2005 : VOTRE EUROPE, ON N’EN VEUT PAS !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Paris Match, 17 mars 2005

Les médias fonctionnent comme la grande ardoise magique. Chaque jour efface les nouvelles de la veille, chaque heure, chaque minute gomme la précédente et nous gave d’insignifiance et d’oubli.

Un exemple ?

Le NON au référendum de 2005. Un événement politique majeur qualifié de « séisme » à l’époque. Quinze ans après, aujourd’hui même, qui évoque la victoire du NON au traité de constitution européenne, le TCE, le 29 mai 2005 ? Un rejet massif, clair et net de l’Europe libérale et du libéralisme en général. 55 % d’électeurs disaient NON à tout un monde, à toute une classe, à Sarkozy et Hollande militant ensemble en se souriant à la une de Paris Match. NON aux experts et aux maîtres à penser, et surtout une énorme gifle pour la quasi totalité du monde médiatique qui militait avec ferveur, du matin au soir, pour le oui. Les partisans du oui avaient bénéficié de 71 % des interventions dans les médias télévisés entre le 1er janvier et le 31 mars 2005 [1].

Face à ces authentiques militants, nous avons été les seuls sur France Inter a faire entendre des voix opposées. Nous devions le payer cher, puisque l’année suivante, l’émission fut déplacée à une heure de moindre écoute. Selon le directeur, nous avions « dépassé les bornes de l’impertinence ». Manque de chance pour la direction, les auditeurs nous ont rejoints très nombreux sur cette horaire par la suite.

Avec une majorité d’électeurs des milieux populaires, ce NON fut clairement un vote de classe et ceux que l’historien Gérard Noiriel appelle les « professionnels de la parole publique » exprimèrent colère et mépris envers ce peuple imbécile, qui rappelait les heures les plus sombres.

Par la suite, par des entourloupes à peine dissimulées, baptisées « traité de Lisbonne », le NON fut changé en OUI, lors du congrès de Versailles en 2008. Gangrené par « le populisme, de gauche comme de droite », le peuple avait mal voté. Les bergers dont nous sommes les moutons firent tout pour nous remettre sur le droit chemin. Mais cette trahison a entraîné défiance profonde et abstention. Les Français n’avaient pas oublié ce qu’ils avaient appris au cours des débats passionnés menés partout, tout au long de la campagne pour le référendum.

Après cette trahison des élites, délocalisation et désindustrialisation augmentèrent en France. Impuissance feinte ou bien réelle de l’État, la perte de souveraineté a entraîné un scepticisme croissant envers cette Europe. Une récente étude de l’institut Jacques Delors titrait : « les Français et l’Europe, entre défiance et ambivalence ». Tendance lourde depuis la crise de 2008, selon cette étude, 58 % des Français « ne font plutôt pas confiance » à l’Union européenne, ce qui nous place juste derrière le Royaume-Uni [2] .

(illustration : Mathieu Colloghan)

Mais depuis mai 2005, la machine à oublier a fait son travail.

Dommage. Car, on peut se le dire entre nous, nous ne gagnons pas très souvent. Comme consolation, on peut se dire que nous ne savons pas célébrer nos victoires, ce qui est bien possible.

Mais évoquer ce NON, c’est se regonfler et se redonner confiance dans notre capacité à retourner la table des maîtres et de leurs chiens de garde, et d’embarquer le festin et l’argenterie.

Aussi, voici en podcast une nouvelle diffusion de deux émissions sur la façon dont les médias traitaient ce référendum, avec Serge Halimi et Pierre Rimbert, questionnés par Giv Anquetil :

[RADIO] 29 mai 2005 : votre Europe, on n’en veut pas ! (1/2) [18 mai 2005]
[RADIO] 29 mai 2005 : votre Europe, on n’en veut pas ! (2/2) [19 mai 2005]

Programmation musicale :
- Jean Philippe : Oui, oui, oui, oui
- Bach Et Laverne : T’y dis t’y oui
- Compagnie Jolie Môme : Le Mouton noir

Merci à Serge Halimi et à Pierre Rimbert.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.