Il y a 15 ans, les Français votaient « non » au traité de constitution européenne

29 MAI 2005 : VOTRE EUROPE, ON N’EN VEUT PAS !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Paris Match, 17 mars 2005

Les médias fonctionnent comme la grande ardoise magique. Chaque jour efface les nouvelles de la veille, chaque heure, chaque minute gomme la précédente et nous gave d’insignifiance et d’oubli.

Un exemple ?

Le NON au référendum de 2005. Un événement politique majeur qualifié de « séisme » à l’époque. Quinze ans après, aujourd’hui même, qui évoque la victoire du NON au traité de constitution européenne, le TCE, le 29 mai 2005 ? Un rejet massif, clair et net de l’Europe libérale et du libéralisme en général. 55 % d’électeurs disaient NON à tout un monde, à toute une classe, à Sarkozy et Hollande militant ensemble en se souriant à la une de Paris Match. NON aux experts et aux maîtres à penser, et surtout une énorme gifle pour la quasi totalité du monde médiatique qui militait avec ferveur, du matin au soir, pour le oui. Les partisans du oui avaient bénéficié de 71 % des interventions dans les médias télévisés entre le 1er janvier et le 31 mars 2005 [1].

Face à ces authentiques militants, nous avons été les seuls sur France Inter a faire entendre des voix opposées. Nous devions le payer cher, puisque l’année suivante, l’émission fut déplacée à une heure de moindre écoute. Selon le directeur, nous avions « dépassé les bornes de l’impertinence ». Manque de chance pour la direction, les auditeurs nous ont rejoints très nombreux sur cette horaire par la suite.

Avec une majorité d’électeurs des milieux populaires, ce NON fut clairement un vote de classe et ceux que l’historien Gérard Noiriel appelle les « professionnels de la parole publique » exprimèrent colère et mépris envers ce peuple imbécile, qui rappelait les heures les plus sombres.

Par la suite, par des entourloupes à peine dissimulées, baptisées « traité de Lisbonne », le NON fut changé en OUI, lors du congrès de Versailles en 2008. Gangrené par « le populisme, de gauche comme de droite », le peuple avait mal voté. Les bergers dont nous sommes les moutons firent tout pour nous remettre sur le droit chemin. Mais cette trahison a entraîné défiance profonde et abstention. Les Français n’avaient pas oublié ce qu’ils avaient appris au cours des débats passionnés menés partout, tout au long de la campagne pour le référendum.

Après cette trahison des élites, délocalisation et désindustrialisation augmentèrent en France. Impuissance feinte ou bien réelle de l’État, la perte de souveraineté a entraîné un scepticisme croissant envers cette Europe. Une récente étude de l’institut Jacques Delors titrait : « les Français et l’Europe, entre défiance et ambivalence ». Tendance lourde depuis la crise de 2008, selon cette étude, 58 % des Français « ne font plutôt pas confiance » à l’Union européenne, ce qui nous place juste derrière le Royaume-Uni [2] .

(illustration : Mathieu Colloghan)

Mais depuis mai 2005, la machine à oublier a fait son travail.

Dommage. Car, on peut se le dire entre nous, nous ne gagnons pas très souvent. Comme consolation, on peut se dire que nous ne savons pas célébrer nos victoires, ce qui est bien possible.

Mais évoquer ce NON, c’est se regonfler et se redonner confiance dans notre capacité à retourner la table des maîtres et de leurs chiens de garde, et d’embarquer le festin et l’argenterie.

Aussi, voici en podcast une nouvelle diffusion de deux émissions sur la façon dont les médias traitaient ce référendum, avec Serge Halimi et Pierre Rimbert, questionnés par Giv Anquetil :

[RADIO] 29 mai 2005 : votre Europe, on n’en veut pas ! (1/2) [18 mai 2005]
[RADIO] 29 mai 2005 : votre Europe, on n’en veut pas ! (2/2) [19 mai 2005]

Programmation musicale :
- Jean Philippe : Oui, oui, oui, oui
- Bach Et Laverne : T’y dis t’y oui
- Compagnie Jolie Môme : Le Mouton noir

Merci à Serge Halimi et à Pierre Rimbert.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »