Offensive turque sur le Rojava

SYRIE : RETOUR DU CHAOS Abonnés

1

Le

(photo : Kurdish PKK Guerilla, 8 août 2014, Flickr officiel du YPG)

À la lâcheté, Emmanuel Macron et ses amis ajoutent le mensonge. En faisant mine de décréter l’arrêt de la livraison d’armes à la Turquie, ils savent parfaitement que l’offensive était prévue depuis longtemps et que la Turquie a largement prévu ce qui lui est nécessaire pour massacrer les Kurdes de Syrie. Comme ses amis Trump et Johnson, Macron savait que le retrait de la coalition serait le feu vert pour l’offensive turque contre ceux du Rojava qui ont vaincu Daech héroïquement : les FDS, les Forces Démocratiques Syriennes. Oui, héroïquement, au sol, au casse-pipe. La coalition se limitait aux interventions aériennes, c’est moins dangereux.

Les attentats de novembre 2015 à Paris ont été conçus à Raqqa, capitale du califat, par les fins stratèges de l’« État islamique ». Deux ans plus tard, en novembre 2017, après quatre mois de combat, dans une ville détruite à 80 %, les Forces Démocratiques Syriennes libéraient Raqqa, Daech était vaincu. Et c’est aujourd’hui ces combattants-là, et aussi la population civile, femmes et enfants, que la coalition abandonne aux chars et aux bombes de Monsieur Erdoğan.

Monsieur Erdoğan, sa bête noire, c’est les Kurdes. Si l’extermination n’était pas aussi mal vue de nos jours, c’est une solution qu’il aurait sans doute aimé envisager. Les Kurdes, c’est compliqué, c’est toute une histoire, mais pour Monsieur Erdoğan, c’est simple, pas de Kurdes, plus de Kurdes.

Monsieur Erdoğan a un argument de poids pour que personne ne lui fasse des remontrances : les réfugiés syriens. Ils sont quatre millions en Turquie, dont 500 000 à Istanbul, ils sont un million au Liban, 650 000 en Jordanie. Un million pour toute l’Europe, mais c’était encore trop. On se souvient d’Angela Merkel, en 2015, qui avait accueilli beaucoup trop de réfugiés syriens d’un coup, selon ses voisins de l’Union européenne. Aussi, un accord avait été conclu dans la foulée entre l’Union européenne et la Turquie. La Turquie a reçu 6 milliards d’euros de fonds européens pour retenir les réfugiés syriens et contrôler les flux. Autrement dit, l’Europe paie la Turquie pour empêcher les réfugiés syriens de passer. D’abord bien acceptée, la situation des réfugiés syriens en Turquie s’est dégradée dans l’opinion turque. Aujourd’hui, Erdoğan menace d’ouvrir les frontières, il menace l’Europe d’une marée de réfugiés syriens. Et l’opinion turque donne raison à Monsieur Erdoğan.

Déjà le chaos de l’offensive turque a entraîné l’évasion de djihadistes détenus dans des camps par les forces kurdes dans le nord-est syrien. Au Rojava, les Forces Démocratiques Syriennes détiennent 9 000 djihadistes issus de 44 pays, dont plusieurs centaines de femmes et 1 000 enfants. Parmi eux, on compte 400 à 500 Français, dont femmes et enfants. Pour la France, les djihadistes français doivent être jugés sur place. D’ici là, si les évasions continuent, on peut s’attendre à un regain d’activités djihadistes.

Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. La Syrie est un terrain de jeu entre les grandes puissances qui font et défont des alliances au gré de leurs intérêts. Mais il y a un étonnant projet utopique au cœur de ce chaos syrien, celui du PYD (Parti de l’union démocratique), un projet d’écologie sociale, féministe, anticapitaliste, libertaire, inspiré des idées de Murray Bookchin et revisité par Abdullah Öcalan, le chef historique de le lutte armée kurde, emprisonné depuis vingt ans. Une alternative révolutionnaire qui se réalise malgré – ou à cause – de la lutte armée, entre utopie et compromis.

C’est cette formidable expérience qui est aujourd’hui mortellement menacée au moment où les Kurdes du Rojava sont pris en tenaille entre les forces turques et Daech, contraints de se retourner vers Bachar el-Assad.

Pour comprendre les enjeux de ce drame en cours sous nos yeux, nous vous proposons de retrouver trois de nos émissions sur le Rojava :
- « Le Fond De L’Air Est Vert », alors que Corinne Morel Darleux revenait en juin 2018 d’un voyage dans le nord de la Syrie – impeccable pour comprendre ce qu’est le Rojava ;
- le témoignage exceptionnel de deux « revenants » français qui étaient partis combattre Daech aux côtés des Kurdes ;
- et notre émission autour du Monde diplomatique de décembre 2018, dans laquelle Mireille Court, membre de la coordination Solidarité Kurdistan, nous parlait de cette menace qui planait déjà sur le Rojava.

Daniel MERMET

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.