L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Un Trump, ça chasse énormément

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans le quinzième numéro de Didier Porte Hebdo, c’est Kévin Accart !

Kévin revient sur une information passée un peu inaperçue. Dans la famille Trump, je demande les fils : le bien nommé Donald Trump Junior et son frangin Eric, tous deux amateurs de safaris sanglants. 
Les Trump, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît…



Sur cette photo, prise en 2011, on observe Donald Junior avec une queue d’éléphant du Zimbabwe à la main, manifestement très heureux d’avoir vaincu le plus grand des mammifères terrestres. Quand on sait que la population d’éléphants d’Afrique est passée récemment sous la barre des 400 000, est-ce bien raisonnable d’autoriser la chasse des grands animaux aux super-riches, qui paient en moyenne plus de 50 000 dollars le coup de fusil ? 


Et bien, il faut croire que oui ! 

Car le 17 novembre dernier, Donald Senior a tenté d’autoriser à nouveau l’importation d’ivoire sur le territoire américain. Barack Obama avait réussi à la faire interdire.
 Trump revient dessus. 
La National Rifle Association – le lobby américain pro-armes à feu –, s’est bruyamment félicitée de cette sage décision.
 L’argument massue pour défendre cette mesure, c’est que l’argent des riches braconniers permet de financer la protection des espèces menacées. C’est un peu comme les subventions aux énergies fossiles qui permettent de financer la transition vers les énergies renouvelables.

Mais pour une fois, cette histoire finit bien, car une mobilisation internationale des militants et des organisations de protection de l’environnement a fait reculer le président américain quelques heures plus tard en l’obligeant à annoncer, évidemment par un tweet, qu’il gelait la loi.
 La morale de tout ça, c’est qu’en 2017, les mobilisations, quand elles sont bien orchestrées, ne sont pas toujours vouées à l’échec, et peuvent même faire reculer les pires des forcenés.

employé de la semaine : Kévin Accart
réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard et Alexandre Lambert

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !

Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Une brève histoire de la gifle AbonnésVoir

Le

Qu’on l’appelle une claque, une baffe, une tarte, une beigne, une torgnole, une raclée, une mandale, une calotte, une taloche, une mornifle ou un soufflet, ce n’est pas la première fois que la gifle vient s’immiscer dans une campagne électorale française. De l’autre côté du Rhin, la gifle est même un geste éminemment politique depuis que Beate Klarsfeld en a administré une mémorable au chancelier Kiesinger. Mais savez-vous ce que désignait le mot « gifle » à l’origine ? Pour le savoir, écoutez Jonathan Duong, qui a saisi cette navrante occasion pour faire une brève histoire de la gifle.