L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Un Trump, ça chasse énormément

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans le quinzième numéro de Didier Porte Hebdo, c’est Kévin Accart !

Kévin revient sur une information passée un peu inaperçue. Dans la famille Trump, je demande les fils : le bien nommé Donald Trump Junior et son frangin Eric, tous deux amateurs de safaris sanglants. 
Les Trump, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît…



Sur cette photo, prise en 2011, on observe Donald Junior avec une queue d’éléphant du Zimbabwe à la main, manifestement très heureux d’avoir vaincu le plus grand des mammifères terrestres. Quand on sait que la population d’éléphants d’Afrique est passée récemment sous la barre des 400 000, est-ce bien raisonnable d’autoriser la chasse des grands animaux aux super-riches, qui paient en moyenne plus de 50 000 dollars le coup de fusil ? 


Et bien, il faut croire que oui ! 

Car le 17 novembre dernier, Donald Senior a tenté d’autoriser à nouveau l’importation d’ivoire sur le territoire américain. Barack Obama avait réussi à la faire interdire.
 Trump revient dessus. 
La National Rifle Association – le lobby américain pro-armes à feu –, s’est bruyamment félicitée de cette sage décision.
 L’argument massue pour défendre cette mesure, c’est que l’argent des riches braconniers permet de financer la protection des espèces menacées. C’est un peu comme les subventions aux énergies fossiles qui permettent de financer la transition vers les énergies renouvelables.

Mais pour une fois, cette histoire finit bien, car une mobilisation internationale des militants et des organisations de protection de l’environnement a fait reculer le président américain quelques heures plus tard en l’obligeant à annoncer, évidemment par un tweet, qu’il gelait la loi.
 La morale de tout ça, c’est qu’en 2017, les mobilisations, quand elles sont bien orchestrées, ne sont pas toujours vouées à l’échec, et peuvent même faire reculer les pires des forcenés.

employé de la semaine : Kévin Accart
réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Sur notre site

À voir

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

    Brigitte Macron mordue par un panda ? Abonnés

    Voir
    Dans le 15ème épisode de sa revue de presse brutalement hebdomadaire, Didier Porte tient à saluer la « galanterie française » dont ont fait preuve, successivement, Jean d’Ormesson puis Johnny Hallyday, en prenant soin de clapoter les (...)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Le rentier a tué le routier. Un grand reportage radio de Sophie Simonot Le blues du routier (1/2) AbonnésÉcouter

Le

Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand, toi ? Routier, on disait. Routier c’était comme pompier, pilote de guerre, ou scaphandrier. Le routier c’était un héros, c’était la machine, c’était la route, c’était la nuit. Et aujourd’hui ? Le rentier a tué le routier. Sophie a fait la route avec Antoon et avec son blues beau comme un camion. Un grand reportage radio en deux étapes.

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON DE FRESNES, T’ES MOINS QU’UN RAT AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Écouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance AbonnésÉcouter

Le

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?