L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Un Trump, ça chasse énormément

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans le quinzième numéro de Didier Porte Hebdo, c’est Kévin Accart !

Kévin revient sur une information passée un peu inaperçue. Dans la famille Trump, je demande les fils : le bien nommé Donald Trump Junior et son frangin Eric, tous deux amateurs de safaris sanglants. 
Les Trump, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît…



Sur cette photo, prise en 2011, on observe Donald Junior avec une queue d’éléphant du Zimbabwe à la main, manifestement très heureux d’avoir vaincu le plus grand des mammifères terrestres. Quand on sait que la population d’éléphants d’Afrique est passée récemment sous la barre des 400 000, est-ce bien raisonnable d’autoriser la chasse des grands animaux aux super-riches, qui paient en moyenne plus de 50 000 dollars le coup de fusil ? 


Et bien, il faut croire que oui ! 

Car le 17 novembre dernier, Donald Senior a tenté d’autoriser à nouveau l’importation d’ivoire sur le territoire américain. Barack Obama avait réussi à la faire interdire.
 Trump revient dessus. 
La National Rifle Association – le lobby américain pro-armes à feu –, s’est bruyamment félicitée de cette sage décision.
 L’argument massue pour défendre cette mesure, c’est que l’argent des riches braconniers permet de financer la protection des espèces menacées. C’est un peu comme les subventions aux énergies fossiles qui permettent de financer la transition vers les énergies renouvelables.

Mais pour une fois, cette histoire finit bien, car une mobilisation internationale des militants et des organisations de protection de l’environnement a fait reculer le président américain quelques heures plus tard en l’obligeant à annoncer, évidemment par un tweet, qu’il gelait la loi.
 La morale de tout ça, c’est qu’en 2017, les mobilisations, quand elles sont bien orchestrées, ne sont pas toujours vouées à l’échec, et peuvent même faire reculer les pires des forcenés.

employé de la semaine : Kévin Accart
réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.