CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (10) | Podcast et belles images

Un ferronnier spécial, un Magritte érotique…

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

300 000 vidéos vues chaque minute sur Pornhub, la France est en tête avec 92 milliards de vues en 2016 sur les sites porno. Ajoutez le marché des objets sur le net, c’est un énorme business qui se développe, sans précédent dans l’histoire.

Depuis toujours, le sexe est un marché mais jamais d’une telle ampleur. Une ampleur plus qu’ industrielle, une ampleur « virale ». On va se retrouver avec des libidos toutes pareilles, toutes formatées, toutes alignées par le Big Brother de l’orgasme. Finis les fantasmes hors pistes, les accessoires extravagants, et les petites mains de la haute luxure. Et alors, des gars comme Bruno n’auront plus de boulot. Bruno, un ferronnier un peu spécial qu’Anne Riou, notre « sexploratrice » en chef, avait rencontré quelque part en Eure-et-Loir, route de Mal-aux-Verges ! Un détail qui ne s’invente pas et , en tout cas – si l’on peut dire – une émission culte.

Programmation musicale :
- Machin : Mon slip, c’est ma boîte à outils
- Patachou : Le Bricoleur

reportage : Anne Riou
réalisation : Antoine Chao et Khỏi Nguyen

René Magritte, Les jours gigantesques, huile sur toile, 72,4 x 54 cm, 1928


Cette semaine, notre illustre illustrateur est l’un des peintres les plus populaires au monde, mais on ignorait son art érotique.

Dieu nous a faits en sorte qu’il nous soit impossible de rire et de parler en même temps. Le rire s’oppose au discours, c’est là toute sa grâce et c’est toute notre chance. Avec l’étrange bruit du rire, quelque chose se dit qui ne se dit pas quand on dit.

C’est ce que déclenche par exemple la peinture de René Magritte. Non pas l’éclat de rire, mais pire, le rire par implosion. Ici, si on se fend la gueule, c’est une fente profonde qui ébranle le piédestal et tout l’édifice, une brèche que la normalité a bien du mal à colmater. Il en a fallu des commentaires, des articles, des expositions et tout ce qu’on appelle la culture pour affadir, pour aplatir, pour désamorcer les explosifs inlassablement fabriqués par ce faux employé modèle qui travaillait du chapeau. Déguisé en petit bourgeois respectable, passant inaperçu pour mieux atteindre le cœur des rouages avec ses grains de sable, Magritte n’était pas seul. C’était tout un courant d’énergumènes improbables, des inventeurs de monde, attachés à subvertir définitivement l’ordre des choses et qui sont aujourd’hui en solde sous l’étiquette touristique « surréalisme belge ». Le rescapé Magritte correspondait avec Michel Foucault et entendait représenter le « mystère du monde » et des « pensées qui deviennent visibles ». On en a fait des livres d’étrennes, des posters pour salle d’attente et surtout beaucoup de gras pour les spéculateurs.

S’il existe encore, l’étrange bruit du rire ne sort plus des gorges, sauf là, pour une fois, et même pour six fois. Six dessins érotiques de Magritte, découverts récemment et destinés à illustrer le roman érotique de Georges Bataille, Madame Edwarda, datant de 1941.

Ce récit dédié à Paul Éluard est l’un des premiers ouvrages clandestins parus sous l’Occupation. C’est une interprétation très personnelle de la théologie chrétienne, Madame Edwarda est présentée comme un « dieu divin » auquel on ne peut accéder qu’en transgressant des interdits. Ce récit a été illustré par Magritte en 1946, pour une édition pirate du récit : une série de six dessins commandés par le libraire éditeur Albert Van Loock, appartenant aujourd’hui à des collectionneurs privés.

L’action met en scène une prostituée, folle et obscène, qui déclare être Dieu tandis qu’elle exhibe son sexe. Plus Madame Edwarda sera obscène, plus elle sera divine, un « dépassement de Dieu dans tous les sens ; dans le sens de l’être vulgaire, dans celui de l’horreur et de l’impureté ; à la fin dans le sens de rien… [1] ».

En 2012, le musée Magritte de Bruxelles dévoilait pour la première fois ces six dessins au public. Une signalétique avait été placée à l’entrée de l’exposition, précisant que certaines œuvres pouvaient choquer le visiteur, sans préciser lesquelles. Un superbe hommage involontaire au peintre de « ceci n’est pas une pipe ».

Daniel Mermet


L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Georges Bataille, Madame Edwarda. Divinus Deus, Jean-Jacques Pauvert, Paris, 1956.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.