Les villages Alternatiba ont 5 ans ! La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux

Tous Alternatiba ! Abonnés

1

Le

Les samedi 6 et dimanche 7 octobre, le village des alternatives Alternatiba fête les 5 ans de sa première édition à Bayonne. Tout le monde a entendu parler de ce mouvement qui a essaimé en France depuis quelques années. Mais au fait, qu’est-ce que c’est exactement Alternatiba, et ces villages des alternatives ? Corinne Morel Darleux profite de cet anniversaire pour nous l’expliquer en détails, et pour nous donner toutes les bonnes raisons de se retrouver au pays-basque ce week-end !

Jonathan Duong - Si vous ne savez pas quoi faire ce week-end, les 6 et 7 Octobre, il faudra être à Bayonne où il y aura le village des alternatives organisé par Alternatiba. Tout le monde a entendu parler d’Alternatiba depuis quelques années, mais en fait on ne sait pas exactement ce que c’est : alors Corinne prenons le temps aujourd’hui d’expliquer ce qu’est Alternatiba.

Corinne Morel Darleux - Pour comprendre d’où ça vient, il faut faire un petit retour en arrière, et notamment au sommet sur le climat de Copenhague en 2009 : c’est la première année où on a vu resurgir un début de convergence entre les questions climatiques et les questions de justice sociale. Pas mal d’associations, d’ONGs, de syndicats qui participent à ce sommet climat, organisent un « contre-sommet », espérant peser sur les décisions qui vont être prises. Sauf que, patatra, le sommet se termine une fois de plus sur une absence de décisions contraignantes ; et ça provoque un gros coup de déprime dans les milieux militants, qui fait qu’après le sommet de Copenhague, pendant quelques années, on ne voit pas grand-chose se passer – en tout cas de manière massive. Jusqu’en 2015…

Ça c’est la COP21 de Paris ?

Voilà, là les choses redeviennent visibles. Mais en réalité entre 2009 et 2015 il s’est passé deux ou trois trucs qui sont passés sous les radars, notamment du côté du pays basque. Le pays basque est très créatif en termes d’alternatives : ils ont une chambre alternative d’Agriculture, ils ont des monnaies locales complémentaires, il y a pas mal de choses qui s’inventent là-bas. En 2009 se créé une association qui s’appelle « Bizi » - qui signifie « vie » en basque – qui reprend ce flambeau de l’urgence climatique et de la justice sociale, avec un mot d’ordre qui est de passer, plutôt que par les grands discours théoriques, par l’action locale et concrète !

Il y a une histoire, quand même, au pays basque de lutte, de résistance et d’indépendance !

Et il y a aussi un héritage et une présence syndicaliste, encore aujourd’hui, très importante au pays-basque. Nord comme Sud, côté français comme espagnol. Et c’est de ce milieu syndicaliste qu’est issu l’un des personnages clés de Bizi, puis d’Alternatiba, qui est Txetx Etcheverry. Il est l’un des penseurs du premier village des alternatives qui a eu lieu à Bayonne il y a 5 ans. Il n’est pas tout seul bien sûr, il s’inspire de ce qui s’est fait ailleurs, et notamment des méthodes d’actions d’Act Up, puisque Didier Lestrade [1] est aussi un compagnon de route de cette aventure. Et donc ils vont aller chercher un peu comme ça tout ce qui s’est fait en matière de résistances, de plaidoyers, d’actions directes, avec ce principe qui est fondamental dans tout ce mouvement climat qui est le principe de la non-violence.

Bizi qui s’est rendu célèbre en fauchant les chaises des agences BNP Paribas, par exemple !

Voilà, on leur doit ces opérations de fauchages de chaises qui ont eu lieu pendant cette année de préparation de la COP21. Il s’agissait de prendre 196 chaises – ce qui correspond au nombre de chaises à la COP21 pour les représentants des États…

Fauchages qui ont donné lieu à une répression, à un acharnement judiciaire de la part de BNP Paribas qui a poursuivi les gens qui avaient pris ces chaises !

Oui parce que le principe était d’aller prendre ces chaises dans les banques qui pratiquent l’évasion fiscale, évidemment, ce qui par ailleurs laisse l’embarras du choix parce que…

Parce qu’il n’y en a pas beaucoup (de banques) qui ne sont pas concernées !

Voilà. Donc il y a eu des actions un peu partout en France – moi j’avais participé à une action à Lyon par exemple. Et il y a eu notamment un grand procès à Dax, celui de Jon Palais [2], qui est un militant de Bizi et d’Alternatiba, qui finalement a plutôt permis de faire parler de cette action et, du coup, de la lutte contre les paradis fiscaux, mais qui était effectivement, venant de la BNP Paribas, assez aberrant et scandaleux.

On leur doit ça, mais on leur doit aussi la création de ce mouvement, Alternatiba.

En 2013 a lieu le tout premier village des alternatives Alternatiba à Bayonne. Et la grande réussite de cet évènement a été en fait une grande surprise pour tout le monde, même pour les organisateurs : il y avait eu une année de préparation, 500 bénévoles sur place, mais tout d’un coup, on se retrouvait avec 12 000 personnes dans le vieux Bayonne, à promouvoir des alternatives. Et surtout, ce premier village avait fait des petits : deux semaines plus tard, Bordeaux annonçait la création d’un Alternatiba Bordeaux, et petit à petit, partout en France, se créaient des Alternatiba locaux, qui mettaient au point ces villages sur la base d’un petit kit méthodologique [3] et d’une charte du mouvement Alternatiba. Et ensuite, de manière autonome et locale, tout ça se développe beaucoup plus massivement et beaucoup plus rapidement que ce à quoi on s’attendait. C’est une des bonnes surprises du mouvement climat.

Et donc là les 6 et 7 Octobre, ce sera les 5 ans de ce premier village des alternatives, et l’occasion surtout de faire un point « où en est-on ? ». Il y aura des gens d’Alternatiba mais pas que, ce sera beaucoup plus large que ça, on s’attend, pourquoi pas, à être des dizaines de milliers, sachant qu’on est en plus dans un contexte de rentrée un peu particulier : on a vu tout l’été se succéder les incendies, les sécheresses, les inondations, à un rythme qui fait que même les médias dominants aujourd’hui s’emparent du sujet [4]. À un point d’ailleurs qu’on a l’impression d’être passé directement d’une forme de déni climatique type « ne soyez pas catastrophistes, on va s’en sortir » à, tout d’un coup, « c’est foutu on ne peut plus rien faire. » Sauf qu’entre les deux, il y a quand même la phase des efforts politiques, et le but de cette Alternatiba à Bayonne, c’est de montrer la différence que peuvent faire les choix politiques entre une hausse de +1,5° et une hausse de +3°, qui évidemment ne sont pas du tout la même chose en termes de conséquences à l’échelle de la planète.

Il y a donc cette prise de conscience qui commence à vraiment prendre de l’ampleur, il y a la démission de Nicolas Hulot qui provoque un petit sursaut, ou du moins qui finit de convaincre un certain nombre de personnes qui n’avaient pas encore capté que l’écologie est incompatible avec le capitalisme. Et puis il y a un rapport du GIEC…

Le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat…

…exactement, qui sort un rapport très attendu [5] sur ce fameux +1,5°, qui est censé être l’objectif maximal en termes de hausse des températures, et qui doit dire justement si cet objectif est encore atteignable… ou pas.

Donc toutes les conditions sont réunies, c’est la raison pour laquelle je pense que c’est intéressant d’être à Bayonne les 6 et 7 Octobre, c’est que finalement ce mouvement Alternatiba est en train d’inventer une autre manière de militer et de s’engager en politique. Alors, au début, on était un certain nombre à être un peu dubitatif sur le côté « petites-actions-concrètes-locales », tout ça très positif, dans la joie et la bonne humeur, qui risquait de passer à côté d’une critique un peu plus mordante du capitalisme. Et puis finalement, ce qui est en train de se passer, c’est que non-seulement ça attire beaucoup de jeunes et beaucoup de monde tout court, beaucoup plus que les partis traditionnels, les syndicats ou même les grosses ONGs, mais en plus ça politise les gens. On met en pratique un peu ce que disait Saul Alinsky [6], c’est à dire que c’est l’action qui créé la conscience, la pratique. Et bien là de fait, tous ceux que je rencontre qui sont arrivés sur un fauchage de chaises, ou sur une action locale concrète, derrière, ils ont envie de s’engager plus et de s’investir plus. Et ça donne lieu à des actions, qui restent non-violentes puisque c’est dans la doctrine d’Alternatiba et de sa branche « désobéissance civile » qui s’appelle ANV COP21 (Action Non Violente COP 21). Donc il y a une vraie politisation des participants.

Et puis surtout : ça doit nous interroger nous en tant qu’hommes ou femmes politiques ! À quel moment on acceptera-t-on de dire que « oui, c’est bien de continuer à se présenter à des élections, d’avoir une stratégie de conquête du pouvoir, de militer dans des parties, mais ce n’est pas suffisant ! » ? Si on continue, si on dit qu’il y a urgence, qu’il y a péril en la demeure, que la maison brûle etc., et bien peut être qu’il faut aussi accepter de faire de la place à d’autres formes d’actions, et qu’elles soient individuelles, collectives, nationales ou mondiales, je suis de plus en plus ébranlée par ce qui se passe, et je crois de plus en plus qu’au point où on en est, tout est bon à prendre. Et dans la série des « tout est bon à prendre », Alternatiba fait aujourd’hui la démonstration que le renouvellement politique c’est peut-être là qu’il est en train de se passer, et on espère le prouver les 6 et 7 Octobre à Bayonne.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte a quelque chose à vous dire Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, c’est une édition d’une incroyable richesse que nous te proposons cette semaine. Tu y trouveras dans le désordre : des polémiques ravageuses, des révélations exclusives à propos de ma vie privée, des règlements de compte d’une brutalité inouïe, des rappels à la réalité salutaires, notamment à propos de l’extrême droite en France, de subtils décryptages destinés à faire reculer la macronisation des esprits, des extraits des Épis noirs ; bref, une bonne vingtaine de minutes bien remplies, qui nous ont valu le commentaire dithyrambique de Daniel Mermet suivant : « tiens, c’est pas trop mal foutu pour une fois votre machin du vendredi, continuez… »

  • MANIP de MANIFS : UN CRS NOUS EXPLIQUE Quand ils cassent, laissez-les casser ! Abonnés

    -

    Écouter

    Des flics parmi les casseurs, des policiers déguisés en black bloc, un manifestant qui sort son brassard de police au dernier moment. Comme après chaque manif, des rumeurs ont circulé après celle de samedi à Paris. Des accusations récurrentes, mais très peu de preuves en général, malgré les centaines de téléphones qui filment tout. Hier, on levait le poing, aujourd’hui, on brandit son téléphone, c’est la même crainte pour le pouvoir ; la manif est avant tout une guerre d’images qu’il doit absolument gagner.

    Ce samedi, les images de violences, d’incendies et de policiers blessés ont tourné en boucle mais n’ont pas réussi à « équilibrer » le tabassage de Michel Zecler, vu par 18 millions de personnes sur la toile. La manif est un important enjeu de propagande. En attendant de contrôler, voire d’interdire les images diffusées par des journalistes et des témoins, le pouvoir sait mettre en scène et produire les images qui lui sont favorables.

    Pour cela, il n’est pas indispensable d’infiltrer les manifestants, ni de se déguiser, il suffit simplement de laisser faire les groupes violents et d’en faire ses idiots utiles : « s’ils cassent, laissez les casser ». Et laissez les filmer. Les images de destruction et de pillage ont un triple avantage :
    - resserrer la France profonde autour de l’ordre et de la sécurité,
    - discréditer la cause de la manifestation,
    - utiliser la violence comme moyen de diversion.

  • Exclusif et explosif. Rencontre avec Hervé LE TELLIER MOI et MITTERRAND, une révélation, un document explosif Abonnés

    -

    Voir

    Dès 1981, il a entretenu une correspondance secrète avec le président de la République François Mitterrand, puis avec son successeur Jacques Chirac et enfin avec Nicolas Sarkozy. À travers ces échanges épistolaires, c’est une partie mal éclairée de notre histoire qui apparaît en montrant le rapport entre ces grands hommes et un modeste citoyen comme Hervé.

  • Avec Denis Robert, auteur de « Larry et moi. Comment BlackRock nous aime, nous surveille et nous détruit » Comment la pieuvre BlackRock déploie ses tentacules Abonnés

    -

    Voir

    BlackRock, vous en avez déjà entendu parler : en février dernier, quand des militants de Youth for Climate envahissaient ses locaux parisiens pour dénoncer les investissements polluants. En janvier aussi, quand le patron de la branche française de BlackRock, Jean-François Cirelli, a été élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur. En décembre, un peu avant, quand Attac manifestait contre l’influence de la multinationale de la finance dans le projet de réforme des retraites en France.

  • Qui a intérêt à installer l’insécurité dans ce quartier du 93 ? Le Blanc-Mesnil : un incendie criminel ? Accès libre

    -

    Voir

    Pas de gros titres, pas de gros médias. Pourtant, dans la nuit du 24 novembre, un incendie suspect a ravagé les locaux de l’association SPERANZA, dans le quartier des Tilleuls, au Blanc-Mesnil, dans le 93. Suspect, car c’est la deuxième fois que le quartier est touché de cette manière. L’association de distribution alimentaire, qui aide plus de 250 familles chaque semaine, voit ses locaux incendiés : une partie des stocks de nourriture et les produits d’hygiène sont partis en fumée.

  • Avec (ou sans) Didier Porte : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte est resté coincé à une réunion de jeunes socialistes Abonnés

    -

    Voir

    Cette semaine, dans notre revue de presse hebdo de Là-bas si j’y suis, Jonathan Duong prend des nouvelles du monde d’avant. Presque à l’agonie mais pas encore tout à fait morts, le parti socialiste et le parti Les Républicains, ex-UMP, ex-RPR, bougent encore sur YouTube. Et c’est pas beau à voir. Dillah Teibi, lui, inaugure une nouvelle rubrique de recettes de cuisine… étonnantes. Quant à Didier… mais quand reviendra-t-il ?

  • À l’origine des pandémies, l’élevage industriel d’animaux Quand l’agro-industrie génère des épidémies Abonnés

    -

    Écouter

    Et si l’agro-industrie était davantage responsable de la diffusion des virus d’origine animale que le marché aux animaux local – désormais illégal – du fin fond de la Chine ? C’est la thèse que défend Lucile Leclair dans Le Monde diplomatique ce mois-ci, et plus longuement dans un livre intitulé Pandémies, une production industrielle (Seuil, 2020).

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas Quand un journaliste français rencontre Barack Obama, ça lui fait des « papillons dans le ventre » Abonnés

    -

    Voir

    Dans la vie d’un journaliste, il y a des entretiens qui marquent, et parfois même qui donnent des « papillons dans le ventre ». C’est le cas par exemple quand on est un journaliste du service public français, que l’ancien président des États-Unis est en tournée promotionnelle mondiale pour son autobiographie, et qu’il vous choisit vous pour recueillir sa parole. L’ancien président s’appelle Barack Obama, et le journaliste qui l’a interviewé François Busnel : un entretien que l’« employé de la semaine » de Là-bas, Jonathan Duong, a regardé pour vous.

  • MAMY, LA VÉRITABLE CRITIQUE DES MÉDIAS MAMY refait le MATCH Abonnés

    -

    Lire

    Chaque semaine, au fin fond de sa ferme, une mamie de 90 ans s’invite dans les marges du magazine Paris MATCH. Avec, pour seule arme, son stylo Bic, elle écrit partout, dans les marges, sur les réclames, sur les photos, elle répond coup pour coup à la vie rêvée qu’on lui vend toutes les semaines : elle refait le Match ! À partir de centaines de pages griffonnées, sa petite-fille a recréé un superbe magazine complet, mais attention, ce n’est pas pour tout le monde, la mamie a bien précisé : « à ne pas mettre entre les mains des riches ».

    Ça vous bourre le crâne, ça vous lave le cerveau, ça vous dupe, ça vous trompe, ça vous rend idiots. Vous avez reconnu, c’est les médias. Tous les médias, mais surtout la presse people, pleine de vedettes, de têtes couronnées, de faux drames et de vraies paillettes. D’ailleurs, on ne le lit jamais ça, sauf par hasard dans la salle d’attente du dentiste. Mais qui peut lire des choses pareilles, on se demande. Eh bien, à cette question, voici une réponse : la Mamy. La Mamy est une lectrice assidue de ce genre de médias, et plus précisément du magazine PARIS MATCH.

    Depuis des années, toutes les semaines, du fin fond de sa ferme, quelque part dans l’Allier, Jeanne Martin – c’est le nom de la Mamy – ne se contente pas de lire le magazine de la première à la dernière ligne, mais en plus elle lui répond. Armée de sa pointe Bic, dans les marges, sur les photos, sur les réclames, elle écrit ses commentaires. Elle critique, elle réplique, elle conseille, elle se fout de ces very important pipoles et de tous ces parasites dorés comme des staphylocoques. C’est drôle, c’est insolent, c’est joyeux, ça dézingue, on savoure.

  • L’île du droit à la caresse Accès libre

    -

    Écouter

    Nous nous évitons, nous nous méfions des autres, l’enfer, c’est les autres. Gardez vos distances. On ne sait quel crétin officiel a trouvé l’expression « distance sociale ». Comment retrouver la fusion de la manif, les grappes humaines du « tous ensemble », la grande partouze de la lutte après ça ? En attendant, pour rebondir, voici une histoire d’île et de caresse.

  • Chaque vendredi : Didier Porte Hebdo, la revue de presse indispensable ! Didier Porte revient ! Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, dans ce numéro 135 de Didier Porte Hebdo, il sera prouvé que le dénommé Michel-Édouard Leclerc, patron des hypermarchés du même nom, a été infecté par le virus qui lui interdit de prononcer les mots « petits commerces de proximité »… Artisans, industriels, producteurs, ça, il y arrive, mais « petits commerçants », non. Manifestement, ça ne l’empêche pas de vivre, tant mieux pour lui.

Une sélection :

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

Les chercheurs manifestent pour une recherche publique, libre et désintéressée VACCIN, RECHERCHE : LES GROS ENFUMAGES DE MONSIEUR MACRON AbonnésVoir

Le

En mars, Macron promet 5 milliards pour la recherche scientifique. Enfumage ! Au total, aujourd’hui, c’est à peine 104 millions qui sont budgetés, alors que l’Allemagne a alloué 60 milliards d’ici 2023 pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation. Thérapie, vaccin, « la crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique », déclarait Macron. Comment peut-on accepter cet énorme mensonge ? Les chercheurs sont en lutte. Nous devons soutenir une recherche publique libre et désintéressée. Une enquête de Maja NESKOVIC et Aurélie MARTIN [VIDÉO : 30’12].

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet