Les villages Alternatiba ont 5 ans ! La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux

Tous Alternatiba ! Abonnés

1

Le

Les samedi 6 et dimanche 7 octobre, le village des alternatives Alternatiba fête les 5 ans de sa première édition à Bayonne. Tout le monde a entendu parler de ce mouvement qui a essaimé en France depuis quelques années. Mais au fait, qu’est-ce que c’est exactement Alternatiba, et ces villages des alternatives ? Corinne Morel Darleux profite de cet anniversaire pour nous l’expliquer en détails, et pour nous donner toutes les bonnes raisons de se retrouver au pays-basque ce week-end !

Jonathan Duong - Si vous ne savez pas quoi faire ce week-end, les 6 et 7 Octobre, il faudra être à Bayonne où il y aura le village des alternatives organisé par Alternatiba. Tout le monde a entendu parler d’Alternatiba depuis quelques années, mais en fait on ne sait pas exactement ce que c’est : alors Corinne prenons le temps aujourd’hui d’expliquer ce qu’est Alternatiba.

Corinne Morel Darleux - Pour comprendre d’où ça vient, il faut faire un petit retour en arrière, et notamment au sommet sur le climat de Copenhague en 2009 : c’est la première année où on a vu resurgir un début de convergence entre les questions climatiques et les questions de justice sociale. Pas mal d’associations, d’ONGs, de syndicats qui participent à ce sommet climat, organisent un « contre-sommet », espérant peser sur les décisions qui vont être prises. Sauf que, patatra, le sommet se termine une fois de plus sur une absence de décisions contraignantes ; et ça provoque un gros coup de déprime dans les milieux militants, qui fait qu’après le sommet de Copenhague, pendant quelques années, on ne voit pas grand-chose se passer – en tout cas de manière massive. Jusqu’en 2015…

Ça c’est la COP21 de Paris ?

Voilà, là les choses redeviennent visibles. Mais en réalité entre 2009 et 2015 il s’est passé deux ou trois trucs qui sont passés sous les radars, notamment du côté du pays basque. Le pays basque est très créatif en termes d’alternatives : ils ont une chambre alternative d’Agriculture, ils ont des monnaies locales complémentaires, il y a pas mal de choses qui s’inventent là-bas. En 2009 se créé une association qui s’appelle « Bizi » - qui signifie « vie » en basque – qui reprend ce flambeau de l’urgence climatique et de la justice sociale, avec un mot d’ordre qui est de passer, plutôt que par les grands discours théoriques, par l’action locale et concrète !

Il y a une histoire, quand même, au pays basque de lutte, de résistance et d’indépendance !

Et il y a aussi un héritage et une présence syndicaliste, encore aujourd’hui, très importante au pays-basque. Nord comme Sud, côté français comme espagnol. Et c’est de ce milieu syndicaliste qu’est issu l’un des personnages clés de Bizi, puis d’Alternatiba, qui est Txetx Etcheverry. Il est l’un des penseurs du premier village des alternatives qui a eu lieu à Bayonne il y a 5 ans. Il n’est pas tout seul bien sûr, il s’inspire de ce qui s’est fait ailleurs, et notamment des méthodes d’actions d’Act Up, puisque Didier Lestrade [1] est aussi un compagnon de route de cette aventure. Et donc ils vont aller chercher un peu comme ça tout ce qui s’est fait en matière de résistances, de plaidoyers, d’actions directes, avec ce principe qui est fondamental dans tout ce mouvement climat qui est le principe de la non-violence.

Bizi qui s’est rendu célèbre en fauchant les chaises des agences BNP Paribas, par exemple !

Voilà, on leur doit ces opérations de fauchages de chaises qui ont eu lieu pendant cette année de préparation de la COP21. Il s’agissait de prendre 196 chaises – ce qui correspond au nombre de chaises à la COP21 pour les représentants des États…

Fauchages qui ont donné lieu à une répression, à un acharnement judiciaire de la part de BNP Paribas qui a poursuivi les gens qui avaient pris ces chaises !

Oui parce que le principe était d’aller prendre ces chaises dans les banques qui pratiquent l’évasion fiscale, évidemment, ce qui par ailleurs laisse l’embarras du choix parce que…

Parce qu’il n’y en a pas beaucoup (de banques) qui ne sont pas concernées !

Voilà. Donc il y a eu des actions un peu partout en France – moi j’avais participé à une action à Lyon par exemple. Et il y a eu notamment un grand procès à Dax, celui de Jon Palais [2], qui est un militant de Bizi et d’Alternatiba, qui finalement a plutôt permis de faire parler de cette action et, du coup, de la lutte contre les paradis fiscaux, mais qui était effectivement, venant de la BNP Paribas, assez aberrant et scandaleux.

On leur doit ça, mais on leur doit aussi la création de ce mouvement, Alternatiba.

En 2013 a lieu le tout premier village des alternatives Alternatiba à Bayonne. Et la grande réussite de cet évènement a été en fait une grande surprise pour tout le monde, même pour les organisateurs : il y avait eu une année de préparation, 500 bénévoles sur place, mais tout d’un coup, on se retrouvait avec 12 000 personnes dans le vieux Bayonne, à promouvoir des alternatives. Et surtout, ce premier village avait fait des petits : deux semaines plus tard, Bordeaux annonçait la création d’un Alternatiba Bordeaux, et petit à petit, partout en France, se créaient des Alternatiba locaux, qui mettaient au point ces villages sur la base d’un petit kit méthodologique [3] et d’une charte du mouvement Alternatiba. Et ensuite, de manière autonome et locale, tout ça se développe beaucoup plus massivement et beaucoup plus rapidement que ce à quoi on s’attendait. C’est une des bonnes surprises du mouvement climat.

Et donc là les 6 et 7 Octobre, ce sera les 5 ans de ce premier village des alternatives, et l’occasion surtout de faire un point « où en est-on ? ». Il y aura des gens d’Alternatiba mais pas que, ce sera beaucoup plus large que ça, on s’attend, pourquoi pas, à être des dizaines de milliers, sachant qu’on est en plus dans un contexte de rentrée un peu particulier : on a vu tout l’été se succéder les incendies, les sécheresses, les inondations, à un rythme qui fait que même les médias dominants aujourd’hui s’emparent du sujet [4]. À un point d’ailleurs qu’on a l’impression d’être passé directement d’une forme de déni climatique type « ne soyez pas catastrophistes, on va s’en sortir » à, tout d’un coup, « c’est foutu on ne peut plus rien faire. » Sauf qu’entre les deux, il y a quand même la phase des efforts politiques, et le but de cette Alternatiba à Bayonne, c’est de montrer la différence que peuvent faire les choix politiques entre une hausse de +1,5° et une hausse de +3°, qui évidemment ne sont pas du tout la même chose en termes de conséquences à l’échelle de la planète.

Il y a donc cette prise de conscience qui commence à vraiment prendre de l’ampleur, il y a la démission de Nicolas Hulot qui provoque un petit sursaut, ou du moins qui finit de convaincre un certain nombre de personnes qui n’avaient pas encore capté que l’écologie est incompatible avec le capitalisme. Et puis il y a un rapport du GIEC…

Le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat…

…exactement, qui sort un rapport très attendu [5] sur ce fameux +1,5°, qui est censé être l’objectif maximal en termes de hausse des températures, et qui doit dire justement si cet objectif est encore atteignable… ou pas.

Donc toutes les conditions sont réunies, c’est la raison pour laquelle je pense que c’est intéressant d’être à Bayonne les 6 et 7 Octobre, c’est que finalement ce mouvement Alternatiba est en train d’inventer une autre manière de militer et de s’engager en politique. Alors, au début, on était un certain nombre à être un peu dubitatif sur le côté « petites-actions-concrètes-locales », tout ça très positif, dans la joie et la bonne humeur, qui risquait de passer à côté d’une critique un peu plus mordante du capitalisme. Et puis finalement, ce qui est en train de se passer, c’est que non-seulement ça attire beaucoup de jeunes et beaucoup de monde tout court, beaucoup plus que les partis traditionnels, les syndicats ou même les grosses ONGs, mais en plus ça politise les gens. On met en pratique un peu ce que disait Saul Alinsky [6], c’est à dire que c’est l’action qui créé la conscience, la pratique. Et bien là de fait, tous ceux que je rencontre qui sont arrivés sur un fauchage de chaises, ou sur une action locale concrète, derrière, ils ont envie de s’engager plus et de s’investir plus. Et ça donne lieu à des actions, qui restent non-violentes puisque c’est dans la doctrine d’Alternatiba et de sa branche « désobéissance civile » qui s’appelle ANV COP21 (Action Non Violente COP 21). Donc il y a une vraie politisation des participants.

Et puis surtout : ça doit nous interroger nous en tant qu’hommes ou femmes politiques ! À quel moment on acceptera-t-on de dire que « oui, c’est bien de continuer à se présenter à des élections, d’avoir une stratégie de conquête du pouvoir, de militer dans des parties, mais ce n’est pas suffisant ! » ? Si on continue, si on dit qu’il y a urgence, qu’il y a péril en la demeure, que la maison brûle etc., et bien peut être qu’il faut aussi accepter de faire de la place à d’autres formes d’actions, et qu’elles soient individuelles, collectives, nationales ou mondiales, je suis de plus en plus ébranlée par ce qui se passe, et je crois de plus en plus qu’au point où on en est, tout est bon à prendre. Et dans la série des « tout est bon à prendre », Alternatiba fait aujourd’hui la démonstration que le renouvellement politique c’est peut-être là qu’il est en train de se passer, et on espère le prouver les 6 et 7 Octobre à Bayonne.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Le journaliste de Mediapart Mickaël Correia publie « Le Mensonge Total. Enquête sur un criminel climatique » au Seuil (VIDÉO | 47’21) « Quand TotalÉnergies met un euro dans les énergies vertes, il en met deux dans le pétrole et le gaz et il en distribue trois à ses actionnaires » Abonnés

    -

    Voir

    Une multinationale qui génère des milliards d’euros de bénéfices. Sans payer d’impôts ou presque. Grâce à la production d’énergies qui détruisent la planète. Pendant que les prix de l’énergie explosent pour le consommateur et que 12 millions d’habitants en situation de précarité énergétique n’ont pas les moyens pour se chauffer. Tout ça en faisant croire qu’elle est un « des acteurs les plus actifs de la transition énergétique » et avec la bienveillance des pouvoirs publics qui y voient « un atout économique majeur pour notre pays ». Mauvais scénario de science-fiction ? Récit des prévarications népotiques en cours dans un régime autoritaire ? Illustration d’une gigantesque manipulation de masse ?

  • Macron, l’obsession commémorative Abonnés

    -

    Voir

    Simone Veil, Fred Moore, Jean d’Ormesson, Arnaud Beltrame, Claude Lanzmann, Charles Aznavour, Jacques Chirac, Jean Daniel, Samuel Paty, Daniel Cordier, Jean-Paul Belmondo, Hubert Germain, Michel Bouquet, Françoise Rudetzki, Pierre Soulages, Gisèle Halimi, Steven Greblac, Paul Medeiros, Manon Raux, Léon Gautier, Jean-Louis Georgelin, Hélène Carrère d’Encausse, Jacques Delors, Robert Badinter, Philippe de Gaulle et maintenant Maryse Condé… On ne compte plus les hommages nationaux et aux autres panthéonisations accordées par le président de la République à des personnalités disparues, des policiers morts en mission, des militaires tués ou des victimes du terrorisme. Emmanuel Macron est le président qui a présidé le plus de cérémonies d’hommage, bien plus que ses prédécesseurs. Qu’est-ce que cache cette inflation mémorielle ? Gérard Mordillat a une petite idée.

  • Chaque mardi, OIivier Besancenot raconte les chansons de notre histoire Chants de bataille #26 : « Nuda » Abonnés

    -

    Voir

    C’est une chanson que vous ne connaissez pas encore, interprétée par une chanteuse que vous ne voyez jamais. Et pour cause : Nûdem Durak croupit dans les geôles turques depuis 2015. À l’époque, elle est condamnée par un tribunal pour « appartenance à un groupe terroriste ». Son crime ? Avoir chanté, en kurde, sous un portait d’Abdullah Öcalan, le leader du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan considéré par Ankara comme une organisation terroriste. « Parce que j’ai chanté des chansons, ils m’ont mise en prison », écrit-elle depuis sa cellule. Depuis quelques années, l’écrivain français Joseph Andras a impulsé une vaste campagne internationale pour sa libération, à laquelle Là-bas si j’y suis s’associe. Olivier revient aujourd’hui sur « Nuda », la chanson qui lui a coûté sa liberté.

  • De quoi Aya Nakamura est-elle le nom ? Abonnés

    -

    Lire

    C’est une affaire qui remonte à quelques semaines et qui ne vous a sans doute pas échappé : au choix d’Aya Nakamura pour chanter à la cérémonie d’ouverture de la très prochaine grande foire olympique ont succédé quelques polémiques bien senties dans les médias bien-pensants. Deux camps se sont immédiatement opposés. D’un côté, notre bonne vieille extrême droite raciste s’est sans surprise insurgée de ce qu’une femme noire aux origines douteuses puisse représenter notre bon pays chrétien lors d’un événement tout de même retransmis en mondovision. De l’autre, les autres. Ceux qui s’alarment de ce que le racisme le plus grossier puisse encore à ce point imprégner l’air du temps. C’est à ce camp-là que je veux m’adresser aujourd’hui. Le camp des antiracistes. Le mien. Le nôtre. Le camp des gentils.

  • Pour des commandos « Robin des Bois » ! Chronique VIDÉO/PODCAST Il faut prendre l’argent là où il est : chez les pauvres Abonnés

    -

    Voir

    Fini le chômeur qui se dore la pilule ! C’est la troisième fois sous Emmanuel Macron que le gouvernement s’attaque aux chômeurs dans l’optique de rééquilibrer les comptes publics. Mais ce qui étonne Dillah, c’est que Gabriel Attal ne regarde pas du côté des 84 % de Français favorables à la taxation des superprofits des entreprises. Pas non plus du côté de la semaine des 32 heures. Étonnant, non ?

  • Avec Peter MERTENS, secrétaire général du PTB (Parti du travail de Belgique) qui publie MUTINERIE (Agone), VIDÉO et PODCAST MUTINERIE : remettre la lutte des classes au milieu du village mondial Abonnés

    -

    Voir

    Quand souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d’autres des moulins. Et ce vent du changement est déjà là. Pas de doute pour Peter Mertens, secrétaire général du PTB (Parti du travail de Belgique), qui publie MUTINERIE : le vent est en train de tourner. « Nous sommes à la croisée des chemins, dans un monde polarisé qui peut basculer dans plusieurs directions. Il faut s’emparer des transformations du monde. Les monstres ne sont jamais loin. »

  • « Si j’aurais su », notre nouveau rendez-vous proposé par Laurence De Cock Philippe Meirieu : « Nous sommes dans une période non pas de grand remplacement mais de grand renoncement » Abonnés

    -

    Voir

    Qu’est-ce qu’un pédagogue ? Quelqu’un qui conjugue la théorie et la pratique. Jean-Jacques Rousseau n’était donc pas un « pédagogue », mais plutôt un philosophe de l’éducation. Philippe Meirieu, lui, est bien un pédagogue. C’est même lui qui en donne cette définition dans le deuxième épisode de ce nouveau rendez-vous proposé par Laurence De Cock.

    Philippe Meirieu est chercheur et militant en pédagogie, membre du parti Les Écologistes, ancien conseiller régional de la région Rhône-Alpes et actuellement vice-président des Céméa, les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active. Cela fait quarante ans que Philippe Meirieu travaille et milite sur les questions de pédagogie.

  • Chaque mardi, OIivier Besancenot raconte les chansons de notre histoire Chants de bataille #25 : « Hasta siempre, Comandante » Abonnés

    -

    Voir

    « Aquí se queda la clara
    La entrañable transparencia
    De tu querida presencia
    Comandante Che Guevara »

    Il est rare qu’un chant hagiographique soit aussi bouleversant. C’est pourtant le cas avec cette chanson écrite par le chanteur cubain Carlos Puebla au moment où le Che quitte définitivement la vie politique cubaine pour apporter sa contribution à d’autres fronts révolutionnaires, au Congo et en Bolivie. Olivier Besancenot revient cette semaine sur cette chanson écrite en 1965, une année charnière dans la vie du Che et dans l’histoire de Cuba. C’est d’ailleurs à la révolution cubaine que la chanson emprunte son titre : hasta la victoria siempre !

  • La revue de presse indispensable du vendredi Balkany chez Hanouna : de l’art de transformer un coupable en victime Abonnés

    -

    Voir

    « Face à Hanouna », c’est la nouvelle émission proposée depuis deux mois par C8, chaîne du groupe Bolloré. Enfin, « nouvelle », pas exactement, puisqu’il s’agit de la déclinaison le samedi et le dimanche de l’émission phare « Touche pas à mon poste ! », les deux étant présentées par un Cyril Hanouna qui ne s’arrête donc jamais, même pas le week-end. Dimanche 24 mars, le débat de l’émission était consacré à la « polémique » (encore une) Michel Sardou. Et qui Cyril « Baba » Hanouna avait-il trouvé pour venir défendre le chanteur ? Un amoureux de la chanson française, un proche de l’artiste, un ami d’enfance : Patrick Balkany. Âmes sensibles, s’abstenir.

  • Hier le Rwanda, aujourd’hui Gaza Rwanda, douleur fantôme Accès libre

    -

    Lire

    Rwanda, douleur fantôme. C’est une douleur dans la main qu’elle n’a plus. Chaque année, au printemps, la douleur revient et tout un cortège d’images reviennent la hanter jusque dans le noir de la nuit, dit-elle. Surtout pour les anniversaires, les dix ans, les vingt, les trente ans comme ces jours-ci. Génocide du Rwanda, trente ans. Les médias ressortent les mêmes articles, les mêmes spécialistes, les mêmes écrivains roublards, les mêmes débats, les mêmes images – attention – qui peuvent choquer surtout les enfants.

  • Arrêtons de nous faire rouler par « Big Tobacco » (VIDÉO | durée : 17’17) TABAC : PAS DE LIMITE, ON VEUT LE CANCER POUR TOUS ! Abonnés

    -

    Voir

    Vive le libéralisme ! La France vient de supprimer le seuil d’une cartouche de cigarettes qu’un particulier était autorisé à rapporter d’un autre pays de l’Union européenne. Notre gouvernement avait le choix entre s’aligner sur le droit européen qui autorise de ramener 4 cartouches de cigarettes, c’est déjà beaucoup, ou de ne donner aucune limite. Macron a décidé, aucune limite. Les candidats au cancer du poumon sont heureux. Il faut rappeler que le tabagisme qui est la première cause de mortalité évitable en France tue chaque année 75000 fumeurs. Ajoutons que fumer provoque 9 cancers du poumon sur 10 !

  • Chaque mardi, OIivier Besancenot raconte les chansons de notre histoire Chants de bataille #24 : « Here’s to you » Abonnés

    -

    Voir

    « Here’s to you, Nicola and Bart,
    Rest forever here in our hearts,
    The last and final moment is yours,
    That agony is your triumph. »

    Tout le monde ou presque connaît ces quatre vers, qui sont les uniques paroles de cette chanson répétées en boucle par Joan Baez. Ce qu’on sait moins, c’est que cette chanson a d’abord été composée par Ennio Morricone pour un film. C’est même deux chansons que Joan Baez a enregistrées en 1971 pour le film de Giuliano Montaldo, Sacco et Vanzetti, qui raconte l’histoire des deux anarchistes italiens condamnés – sans preuves – à mort et exécutés en 1927.

  • Gérard Mordillat : « Vive l’école publique ! » Abonnés

    -

    Voir

    C’est un séparatisme qui ne dit pas son nom, mais qui est déjà à l’œuvre de manière éclatante dans la capitale : à Paris, 40 % des lycéens sont scolarisés dans un établissement privé. À l’échelle nationale, la proportion d’élèves scolarisés dans le privé est moindre, mais elle ne cesse de croître. Tout ça est la lointaine conséquence de la loi Debré, adoptée le 29 décembre 1959, qui institutionnalisa le financement public de l’enseignement privé. Durant l’année 1959 déjà, de nombreuses manifestations avaient eu lieu pour s’opposer à ce détournement de fonds publics au profit de l’enseignement privé. Et devinez : qui se trouvait parmi les manifestants ? Gérard Mordillat, bien sûr.

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libreÉcouter

Le

Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.