Pour Gérard Longuet, l’optimisation fiscale est « totalement morale » Abonnés

Le

Si on faisait un film sur la fiscalité des grandes entreprises, il s’appellerait La Grande évasion. Mais attention, ne les condamnez pas trop vite, l’optimisation fiscale est LÉ-GALE, on vous dit ! Et c’est même très bien selon le sénateur Gérard Longuet, qui trouve ça « totalement moral. Quand on vous prend 80 % à 90 % de vos revenus, c’est normal de défendre les 10 % ou 20 % qui restent. » Ce à quoi il ajoute : « Ces centaines de milliards ne viennent pas dans les caisses de l’État, et bien tant mieux, parce que l’État le gaspille assez largement, et dépense de l’argent inutilement. Et donc que l’État se remette d’abord à vérifier ses dépenses avant de prendre dans l’argent des autres. » [1] Petit tour aux paradis avec Gérard Mordillat.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

chronique : Gérard Mordillat
journaliste : Jonathan Duong
réalisation : Kévin Accart
son : Alexandre Lambert et Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • A travers la lecture des écrits d’Alexandre Romanès, Lélio Plotton nous fait partager quelques morceaux de la culture tzigane, si peu connue. Véritable poète de la vie gitane, celui qui a fondé le 1er cirque tzigane d’Europe a appris à écrire pour publier ce qu’il vit et ce qu’il ressent ; il nous (...)

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »