L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Non, les communistes ne sont pas des salauds !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans la revue de presse de Didier Porte, c’est Jonathan Duong, qui rend hommage à Henri Malberg, militant et élu communiste disparu l’année dernière :

Nous serons à la Fête de l’Huma ce week-end, samedi et dimanche, à partir de 11h : des débats, des rencontres, de la musique, des surprises, on va faire 14h d’émissions en direct, sur le stand de Là-bas si j’y suis, au Village du Livre. Donc n’hésitez pas à venir nous voir en chair et en os au Village du Livre, et pour celles et ceux qui ne seraient pas à Paris, ne vous inquiétez pas, vous pourrez nous écouter en direct sur le site, et exceptionnellement le direct sera même en accès libre, grâce à vous, Abonnés Modestes et Géniaux.

Mais j’entends aussi celles et ceux qui ne viendront pas à la Fête de l’Huma, parce que la Fête de l’Huma, c’est quand même la fête du Parti Communiste Français, c’est donc Moscou, c’est Kronstadt, c’est Staline, c’est le goulag… À ceux-là, je laisserai Henri Malberg leur répondre : Henri Malberg, militant et élu communiste, qui nous a quittés l’année dernière, et qui avait LA réponse pour qu’on arrête de faire chier les communistes avec ça :

« Tout ça, ça a un demi-siècle ! Un demi-siècle après, on ne reproche pas aux Américains Hiroshima, on a fini de reprocher aux Allemands Auschwitz. Fini ! Ils ont payé… On a fini de reprocher la non-intervention – qui est un crime – à Léon Blum. On ne parle même plus, parce qu’ils ont élu un homme noir – et c’est très important –, de la guerre du Vietnam et de la guerre de Corée où on balançait des microbes… c’est invraisemblable ce que l’impéralisme a fait ! On ne parle plus des 200 000 ou 300 000 Algériens assassinés par l’armée française sous la direction de socialistes. Ça, c’est fini ! Mais comment peut-on, pendant un demi-siècle, venir me dire à moi : « tu es un salaud ». Non, je ne suis pas un salaud, merde [1] ! »

C’était Henri Malberg, une archive extraite du documentaire de Marcel Trillat et Maurice Failevic, et exhumée par le camarade YouTubeur Usul, qui sera notre invité à la Fête de l’Huma samedi à 16h. Tout le programme des émissions, vous le trouvez sur le site Là-bas si j’y suis, et puis je vous dis à samedi et dimanche à la Courneuve, pour l’Huma si j’y suis !

Jonathan Duong

Usul : peut-on être comuniste et objectif ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.