Procès de Farida C. Deux mois de prison avec sursis ont été requis. Délibéré le 3 mai

« Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent. » Parlant de son rôle d’infirmière, Farida a ému le tribunal et le public venu nombreux la soutenir ce lundi 22 février. Rappelons qu’elle était là pour répondre des faits d’outrage, de violences et de rébellion contre des forces de l’ordre, mais c’est l’épuisement des soignants et l’état désastreux de l’hôpital public qui était en question. Nous avions rencontré Farida en juin dernier :

Le crime de Farida, c’est d’avoir jeté deux cailloux en direction des flics, sans les atteindre, et d’avoir fait un doigt d’honneur : « oui, mais l’État doit prendre conscience des doigts d’honneur qu’il adresse à l’hôpital depuis des années, a dit Farida au tribunal, ça fait vingt ans qu’on est en train de voir l’hôpital dépérir. Quand je ne peux pas soigner mon patient, je suis frustrée et en colère. »

Sa colère, c’était le 16 juin dans la manif des soignants à Paris. Les images des policiers dans leurs armures s’y mettant à plusieurs contre une infirmière d’1,55 m, avec sa blouse blanche tachée de sang, ont été vues des milliers de fois. Les vidéos ont été projetées à l’audience. On entend Farida demander aux policiers : « donnez-moi ma Ventoline, je suis asthmatique ». Des images qui avaient suscité l’indignation générale, si bien que l’exécutif avait dû monter au créneau pour défendre ses braves forces de l’ordre contre l’infirmière terroriste.

Au tribunal, le commissaire explique que, dans la bagarre générale, il voit Farida à 10 ou 15 mètres : « elle vient prendre ces pavés, ces énormes morceaux de bitume qu’elle jette dans notre direction, elle nous insulte en nous traitant de putes à Macron, et de sales flics de merde. »

Là, la présidente du tribunal s’étonne :
— « Vous avez pu l’entendre distinctement à 15 mètres de distance ?
— Oui, distinctement. »

Malgré la finesse auditive du commissaire, le tribunal n’a pas été convaincu. Pour le procureur, ces injures ne sont pas assez caractérisées, mais il a tout de même requis une peine de deux mois de prison avec sursis contre l’infirmière. Le jugement sera rendu le 3 mai.

À la sortie, toutes les caméras et tous les micros entouraient Farida et son avocat. Juste à côté, un syndicaliste donnait à qui voulait son sentiment sur cette journée : « le seul procès qu’il faut faire, c’est le procès de la violence sociale. »

Là-bas

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.