Procès de Farida C. Deux mois de prison avec sursis ont été requis. Délibéré le 3 mai

« Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent. » Parlant de son rôle d’infirmière, Farida a ému le tribunal et le public venu nombreux la soutenir ce lundi 22 février. Rappelons qu’elle était là pour répondre des faits d’outrage, de violences et de rébellion contre des forces de l’ordre, mais c’est l’épuisement des soignants et l’état désastreux de l’hôpital public qui était en question. Nous avions rencontré Farida en juin dernier :

Le crime de Farida, c’est d’avoir jeté deux cailloux en direction des flics, sans les atteindre, et d’avoir fait un doigt d’honneur : « oui, mais l’État doit prendre conscience des doigts d’honneur qu’il adresse à l’hôpital depuis des années, a dit Farida au tribunal, ça fait vingt ans qu’on est en train de voir l’hôpital dépérir. Quand je ne peux pas soigner mon patient, je suis frustrée et en colère. »

Sa colère, c’était le 16 juin dans la manif des soignants à Paris. Les images des policiers dans leurs armures s’y mettant à plusieurs contre une infirmière d’1,55 m, avec sa blouse blanche tachée de sang, ont été vues des milliers de fois. Les vidéos ont été projetées à l’audience. On entend Farida demander aux policiers : « donnez-moi ma Ventoline, je suis asthmatique ». Des images qui avaient suscité l’indignation générale, si bien que l’exécutif avait dû monter au créneau pour défendre ses braves forces de l’ordre contre l’infirmière terroriste.

Au tribunal, le commissaire explique que, dans la bagarre générale, il voit Farida à 10 ou 15 mètres : « elle vient prendre ces pavés, ces énormes morceaux de bitume qu’elle jette dans notre direction, elle nous insulte en nous traitant de putes à Macron, et de sales flics de merde. »

Là, la présidente du tribunal s’étonne :
— « Vous avez pu l’entendre distinctement à 15 mètres de distance ?
— Oui, distinctement. »

Malgré la finesse auditive du commissaire, le tribunal n’a pas été convaincu. Pour le procureur, ces injures ne sont pas assez caractérisées, mais il a tout de même requis une peine de deux mois de prison avec sursis contre l’infirmière. Le jugement sera rendu le 3 mai.

À la sortie, toutes les caméras et tous les micros entouraient Farida et son avocat. Juste à côté, un syndicaliste donnait à qui voulait son sentiment sur cette journée : « le seul procès qu’il faut faire, c’est le procès de la violence sociale. »

Là-bas

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).