Procès de Farida C. Deux mois de prison avec sursis ont été requis. Délibéré le 3 mai

« Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent. » Parlant de son rôle d’infirmière, Farida a ému le tribunal et le public venu nombreux la soutenir ce lundi 22 février. Rappelons qu’elle était là pour répondre des faits d’outrage, de violences et de rébellion contre des forces de l’ordre, mais c’est l’épuisement des soignants et l’état désastreux de l’hôpital public qui était en question. Nous avions rencontré Farida en juin dernier :

Le crime de Farida, c’est d’avoir jeté deux cailloux en direction des flics, sans les atteindre, et d’avoir fait un doigt d’honneur : « oui, mais l’État doit prendre conscience des doigts d’honneur qu’il adresse à l’hôpital depuis des années, a dit Farida au tribunal, ça fait vingt ans qu’on est en train de voir l’hôpital dépérir. Quand je ne peux pas soigner mon patient, je suis frustrée et en colère. »

Sa colère, c’était le 16 juin dans la manif des soignants à Paris. Les images des policiers dans leurs armures s’y mettant à plusieurs contre une infirmière d’1,55 m, avec sa blouse blanche tachée de sang, ont été vues des milliers de fois. Les vidéos ont été projetées à l’audience. On entend Farida demander aux policiers : « donnez-moi ma Ventoline, je suis asthmatique ». Des images qui avaient suscité l’indignation générale, si bien que l’exécutif avait dû monter au créneau pour défendre ses braves forces de l’ordre contre l’infirmière terroriste.

Au tribunal, le commissaire explique que, dans la bagarre générale, il voit Farida à 10 ou 15 mètres : « elle vient prendre ces pavés, ces énormes morceaux de bitume qu’elle jette dans notre direction, elle nous insulte en nous traitant de putes à Macron, et de sales flics de merde. »

Là, la présidente du tribunal s’étonne :
— « Vous avez pu l’entendre distinctement à 15 mètres de distance ?
— Oui, distinctement. »

Malgré la finesse auditive du commissaire, le tribunal n’a pas été convaincu. Pour le procureur, ces injures ne sont pas assez caractérisées, mais il a tout de même requis une peine de deux mois de prison avec sursis contre l’infirmière. Le jugement sera rendu le 3 mai.

À la sortie, toutes les caméras et tous les micros entouraient Farida et son avocat. Juste à côté, un syndicaliste donnait à qui voulait son sentiment sur cette journée : « le seul procès qu’il faut faire, c’est le procès de la violence sociale. »

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »