Il n’y a que l’Huma qui dit ça

Macron dépouille discrètement les personnes sous tutelle Abonnés

1

Le

Lundi 28 janvier, nous avons appris avec inquiétude l’étendue des difficultés financières auxquelles était confronté le journal l’Humanité. [1] Rien d’étonnant, après tout, la presse papier dans son ensemble traverse de violentes secousses depuis le décollage internet. Mais cette fois-ci, c’est grave : le journal de Jaurès pourrait disparaître. L’Humanité est en « cessation de paiement », placée sous la « protection » du tribunal de commerce de Bobigny, qui doit rendre son verdict ce jeudi 7 février. [2]

Ainsi depuis le début de la semaine dernière, toute la gauche et même une partie de la droite lancent des grands appels pour que l’Huma ne disparaisse pas. Evidemment, Là-bas s’associe à ces appels et apporte un soutien immodéré aux confrères de la rédaction de l’Humanité. Mais au lieu de nous contenter des grands appels au pluralisme de la presse, à la sauvegarde du patrimoine de la gauche française, nous voulions vous donner un exemple, concret, journalistique, de pourquoi l’Huma est absolument indispensable à l’information, et donc à la démocratie.

Saviez-vous qu’Emmanuel Macron avait, par un décret du 31 août 2018, modifié les modalités de financement des mandataires chargés de la protection juridique des personnes sous tutelle ? Avec, pour principal effet « de demander aux personnes accompagnées, dont la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté, de participer davantage au coût de leur protection » ? Que selon certains calculs, cette augmentation s’élevait à 340% pour une personne sous tutelle gagnant 850 euros par mois ? Non ? C’est normal. Il n’y a que l’Humanité qui en a parlé.

Voilà, rien qu’un petit exemple de ce qui différencie l’Huma du reste des quotidiens nationaux. Et qui signe son caractère indispensable. Quel autre moyen aurions-nous eu d’apprendre cette discrète entourloupe de Macron, sans l’Humanité ?

Quand Là-bas a été virée d’Inter, Christiane Taubira avait parlé de « mutilation de la pensée » [3]. Si on ne veut pas assister à un nouveau rétrécissement des idées autorisées, il est urgent de soutenir l’Humanité, même (et surtout) si on n’est pas communiste. C’est une question politique, démocratique, et surtout pas comptable. Alors rendez-vous le 22 février à la Bellevilloise, pour la soirée de soutien.

L’Humanité est un bien commun, plaçons-la sous protection populaire.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)