Il n’y a que l’Huma qui dit ça

Macron dépouille discrètement les personnes sous tutelle Abonnés

1

Le

Lundi 28 janvier, nous avons appris avec inquiétude l’étendue des difficultés financières auxquelles était confronté le journal l’Humanité. [1] Rien d’étonnant, après tout, la presse papier dans son ensemble traverse de violentes secousses depuis le décollage internet. Mais cette fois-ci, c’est grave : le journal de Jaurès pourrait disparaître. L’Humanité est en « cessation de paiement », placée sous la « protection » du tribunal de commerce de Bobigny, qui doit rendre son verdict ce jeudi 7 février. [2]

Ainsi depuis le début de la semaine dernière, toute la gauche et même une partie de la droite lancent des grands appels pour que l’Huma ne disparaisse pas. Evidemment, Là-bas s’associe à ces appels et apporte un soutien immodéré aux confrères de la rédaction de l’Humanité. Mais au lieu de nous contenter des grands appels au pluralisme de la presse, à la sauvegarde du patrimoine de la gauche française, nous voulions vous donner un exemple, concret, journalistique, de pourquoi l’Huma est absolument indispensable à l’information, et donc à la démocratie.

Saviez-vous qu’Emmanuel Macron avait, par un décret du 31 août 2018, modifié les modalités de financement des mandataires chargés de la protection juridique des personnes sous tutelle ? Avec, pour principal effet « de demander aux personnes accompagnées, dont la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté, de participer davantage au coût de leur protection » ? Que selon certains calculs, cette augmentation s’élevait à 340% pour une personne sous tutelle gagnant 850 euros par mois ? Non ? C’est normal. Il n’y a que l’Humanité qui en a parlé.

Voilà, rien qu’un petit exemple de ce qui différencie l’Huma du reste des quotidiens nationaux. Et qui signe son caractère indispensable. Quel autre moyen aurions-nous eu d’apprendre cette discrète entourloupe de Macron, sans l’Humanité ?

Quand Là-bas a été virée d’Inter, Christiane Taubira avait parlé de « mutilation de la pensée » [3]. Si on ne veut pas assister à un nouveau rétrécissement des idées autorisées, il est urgent de soutenir l’Humanité, même (et surtout) si on n’est pas communiste. C’est une question politique, démocratique, et surtout pas comptable. Alors rendez-vous le 22 février à la Bellevilloise, pour la soirée de soutien.

L’Humanité est un bien commun, plaçons-la sous protection populaire.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.