L’humanitaire français prisonnier au Bangladesh n’a finalement pas été libéré

MOUSSA N’EST PLUS LIBRE

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Moussa devait être libéré le 11 janvier. Une libération sous “caution”" - c’est-à-dire avec des obligations -, avait souligné son avocat Me Karim Achoui.
Toujours d’après son avocat, Moussa devra vraisemblablement régler une somme de l’ordre de 500 dollars et attendre l’audience de son procès avant de pouvoir quitter le Bangladesh, soit trois ou quatre mois. Mais la justice bangladaise est revenue sur sa décision. Moussa est incarcéré depuis le 19 décembre.
Les soutiens continuent d’affluer sur les réseaux sociaux. La pétition que fait circuler BarakaCity a recueilli 420 000 signatures.

Pourtant, le message Free Moussa !, qui circule sur les réseaux sociaux depuis le début de sa détention, n’est que très peu relayé dans les médias. Pourquoi cette discrétion ? Arrêté et incarcéré pour « activités suspectes », Moussa Tchantchuing était en mission d’aide à la minorité Rohingya, une minorité musulmane en proie au dénuement et au nettoyage ethnique. Depuis longtemps, le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés), tout comme l’ONG Human Rights Watch, attirent l’attention sur ce peuple persécuté.

Si les médias sont si réservés, c’est que Moussa appartient à une ONG musulmane et même islamique, BarakaCity, qui connait un fulgurant succès depuis sa création en 2010.

Présente en Afrique, en Palestine, en Syrie, avec des méthodes de marketing et de communication intensives, des centaines de milliers de soutiens sur les réseaux sociaux, des millions d’euros de dons, BarakaCity suscite beaucoup d’adhésions et beaucoup de suspicions. Avec ses femmes en niqab et ses barbus très orthodoxes mêlant salafisme et charity business, BarakaCity a fait l’objet de plusieurs perquisitions aussi soudaines qu’intensives, mais sans aucune suite.

"Là-bas" soutient Moussa depuis le 19 décembre.

Le dernier témoignage de Moussa Tchantchuing, pendant sa détention, publié le 26 décembre sur la page Facebook de BarakaCity :

LIBÉREZ MOUSSA !
par Là-bas si j'y suis

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.