Olivier Azam, des Mutins de Pangée

Les groupes Medvedkine (1967-1974)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tout a commencé pendant les révoltes de l’année 1967 qui grandissaient chez les ouvriers et les paysans et qui annonçaient, sans le savoir, la grève générale de l’année suivante.

En février 1967, les cinéastes Chris Marker et Mario Marret répondent à l’invitation à se rendre à l’usine de la Rhodiacéta de Besançon en grève, « la première occupation d’usine depuis 1936 », nous dit-on. Les deux cinéastes commencent à tourner un documentaire sur le vif : À bientôt j’espère, un titre bien senti qui reprend la conclusion du jeune syndicaliste Georges Maurivard (dit « Yoyo »), face caméra, s’adressant aux patrons. En revoyant le film, on savoure la prémonition mais à l’époque, quand le film est projeté devant les ouvriers de la Rhodia, ce n’est pas la même histoire qui se chante. Des ouvriers prennent à parti les cinéastes : « je pense que le réalisateur, c’est un incapable… ». Les gars trouvent le film trop « romantique », pas assez proche de leur réalité. Chris Marker les prend au mot et leur propose de les aider à faire des films par eux-mêmes. L’aventure du groupe Medvedkine de Besançon est née.

Alexandre Medvedkine

Alexandre Medvedkine, c’est le nom d’un cinéaste soviétique auquel fait référence Chris Marker et qui a inventé les ciné-trains qui allaient d’usine en usine pour faire et montrer des films [1]… mais la comparaison s’arrête là. Dans le groupe Medvedkine de Besançon, les ouvriers vont prendre les caméras pour résister à leur condition avec la complicité de techniciens et cinéastes et un mode de production original, organisé de Paris par SLON, société de production fondée par Chris Marker et Inger Servolin, cette dernière traversant les frontières avec les bobines des films à l’arrière de la voiture, les vendant à des télévisions étrangères pour financer ce cinéma ouvrier totalement indépendant.

Fort de la critique du film déclencheur À bientôt j’espère, que l’on retrouve dans le « film sans images » La Charnière, le film Classe de lutte va s’inscrire pleinement dans le tournant féministe de l’époque, en suivant l’ouvrière Suzanne Zedet, qui n’est plus cantonnée à « sa vaisselle », « son linge », « son ménage », selon les mots de son mari aux côtés duquel elle apparaît silencieusement dans À bientôt j’espère.

Suzanne Zedet dans Classe de lutte (1969)

Ici, elle est filmée en pleine émancipation, découvrant les joies de la lutte, mais aussi Prévert, Picasso, la jeune femme se révélant à elle-même et aux autres lors d’une prise de parole devant l’usine Yema. Toutes ces transformations se passent sous nos yeux et cinquante ans plus tard, on partage ces découvertes avec jubilation. C’est la force du cinéma direct. Suivront ensuite la série de courts métrages coups de poings Nouvelle société, sortes de ciné-tracts réalisés par le groupe qui a pris les outils en main et Rhodia 4/8 chanté par Colette Magny, Le Traîneau-échelle et Lettre à mon ami Pol Cèbe sont deux films plus expérimentaux marqués par un désir de liberté enfin prêt à exploser.

Dans les aventures collectives qui marchent pendant des années, il y a toujours des personnalités qui « fluidifient les relations sociales » et c’est ce fameux ami Pol Cèbe, animateur du CCPPO [2], qui va jouer remarquablement ce rôle, faire le lien entre les deux aventures et permettre la création du groupe Medvedkine de Sochaux, et bien sûr Bruno Muel, qui va tenir la caméra avec talent et coordonner la réalisation des films jusqu’au bout.

L’expérience de Besançon va donc se poursuivre à l’usine Sochaux de Peugeot, avec un mode de fonctionnement assez différent, les ouvriers laissant les techniciens s’occuper complètement des techniques cinématographiques pour mieux participer collectivement au contenu. Il y a de la suite dans les idées, l’expérience du groupe de Besançon a nourri celle de la nouvelle génération de Sochaux.

Mai 68 est passé par là et la question de l’accès des ouvriers à la « culture » est désormais une vraie préoccupation, qui se traduit ici dans un mélange de création artistique et militante, de découvertes quotidiennes, loin des politiques culturelles élitistes et de l’art intimidant. Christian Corouge, ouvrier du groupe Medvedkine de Sochaux, racontera plus tard qu’il « préférait bouffer des patates et dépenser le peu de fric gagné à la chaîne en s’achetant des livres plutôt que de payer des crédits pour rouler avec les bagnoles qu’il fabriquait à l’usine… » Et son pote René Ledigherer économisait plusieurs mois de paye pour acheter des toiles à un peintre qu’il aimait bien.

Au commencement du groupe Medvedkine de Sochaux, l’urgence était de revenir sur les événements dramatiques de juin 68, avec le film Sochaux, 11 juin 1968, qui raconte la journée de la charge des CRS qui a fait deux morts côté ouvrier et qui marquera plusieurs générations, sans doute en grande partie parce que ce film a été vu longtemps encore [3].

Ensuite, le groupe Medvedkine de Sochaux tourne Les trois-quarts de la vie, qui a la force de la spontanéité et qui prépare déjà le prochain film, Week-end à Sochaux, mêlant scènes documentaires et mises en scène jouées par les ouvriers et les techniciens cinéma. Pour filmer une représentation du travail à la chaîne, il a fallu déployer de nombreuses astuces car Peugeot, bien sûr, n’autorisait pas le tournage dans l’usine. Christian Corouge le raconte ainsi : « on voulait pas faire un film militant comme on voyait à l’époque ! » Et cette volonté de créer du neuf va donner l’étonnant Week-end à Sochaux, qui alterne des situations absurdes, comme les séquences de recrutement ou de reconstitution de la chaîne et des paroles très fortes dénonçant le quotidien des jeunes ouvriers maltraités comme des prisonniers en taule, le tout dans une grande liberté de ton. On est loin du catéchisme militant et d’ailleurs les films des groupes Medvedkine de Sochaux ne plaisent pas à tout le monde. Les jeunes ouvriers font face aux attaques de leur propre camp.

« — Camarade Pablo Neruda ? — Présent ! », Septembre Chilien, un film de Bruno Muel et Théodore Robichet (1973)

Puis il y a l’incursion au Chili en 1973, au moment du coup d’État contre Allende qui donnera Septembre chilien, le film tourné par Bruno Muel et Théo Robichet dans le stade où sont emprisonnés les opposants de Pinochet, où la caméra se faufile habilement dans un court créneau temporel, la force des témoignages des résistants à la dictature naissante, les larmes et la rage aux obsèques de Pablo Neruda. De nos jours, l’internationale ouvrière solidaire n’est plus vraiment un sujet de conversation mais en ce temps-là, où on ne parlait pas encore de mondialisation ni de délocalisations, l’accès à la culture avait ouvert la curiosité pour des luttes qui ne paraissaient pas si lointaines. Le capitalisme avait des vrais visages, et celui des Peugeot et des Pinochet n’étaient pas si différents pour celles et ceux qui résistaient.

Au retour, Bruno Muel tourne un film beau et terrible qui ne cache rien du retour de bâton de la grève de 68 : Avec le sang des autres. Ce n’est plus un film collectif, c’est le cinéaste qui filme ce dernier opus qui sonne comme un adieu, qui « a été long à faire accepter aux copains du groupe », raconte aujourd’hui Bruno Muel. Pour la première fois, par une astuce qui passe encore par la solidarité internationale et la complicité d’une équipe anglaise qui a obtenu l’autorisation de filmer, on y voit des images très impressionnantes au cœur de la chaîne de l’usine Peugeot de Sochaux. On y est ! Et on n’a pas vraiment envie d’y entrer dans cette chaîne… Le temps des « établis » va passer et la jeunesse ouvrière que nous avions tant aimée dans le Week-end à Sochaux, on la voit ici bouffée par la chaîne, les mains prématurément usées, les corps et les cœurs laminés. Et pour les punir d’avoir rêvé et gueulé un peu trop autant que pour les mater, Peugeot envoie des nervis massacrer les plus costauds à coup de barre. La violence, la vraie violence. Pas celle contre les bagnoles et les vitrines, la vraie violence, celle qui brise les humains. Le film est bouleversant.

Ces gens vont ensuite résister jusqu’au bout du bout, jusqu’à la retraite s’ils y arrivent et après encore parfois. Les caméras ne sont plus là, l’histoire est passée, mais la force acquise dans cette expérience unique des groupes Medvedkine les a marqués pour la vie. Christian Corouge rappelle à chaque occasion que tous les gens qui sont passés par les groupes Medvedkine ont été transformés et qu’ils ont toujours gardé une façon de militer bien à eux, pleine de créativité et de liberté. C’est la victoire qu’on peut attendre de la lutte. C’est toujours insatisfaisant pour les insatisfaits mais résister de la sorte face à la puissance d’oppression de la machine, c’est énorme, et c’est comme ça, sur le long cours, malgré les retours en arrière, que se fait le progrès social quand il y en a.

LES GROUPES MEDVEDKINE (coffret)
par lesmutins.org

Dans une intervention récente à la Maison des Métallos à Paris, Henri Traforetti, ouvrier en retraite du groupe Medvedkine de Besançon, rappelait le principe qui avait guidé cette aventure : «  ne pas seulement tourner les images mais les monter, les montrer, les débattre. »

De notre temps où les images surgissent en flux continu, en direct et en propagation « virale », consommées aussitôt, sans avoir le temps de les digérer qu’on se gave frénétiquement d’une nouvelle tournée, arrêter le flux et regarder les films des groupes Medvedkine, l’un après l’autre, c’est assister à une réflexion collective sans cesse en construction, sur le temps long, de 1967 à 1974, où chaque film apprend du film précédent et où l’ensemble forme une grande fresque où les acteurs et les spectateurs poursuivent un dialogue continu en images avec de la suite dans les idées…

Olivier Azam

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Le train en marche, un film de Chris Marker à voir dans « Les groupes Medvedkine (1967 - 1974) », coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA, 2018.

[2Centre Culturel Populaire de Palente-les-Orchamps.

[3Là-bas si j’y suis, « Sochaux, 11 juin 1968 », 11 juin 2018.

Voir aussi

Toute cette histoire est racontée dans le coffret livre-DVD regroupant 15 films des groupes Medvedkine ainsi que Le train en marche où Chris Marker filme le cinéaste russe dont il a emprunté le nom, Alexandre Medvedkine :

« Les Groupes Medvedkine (1967-1974) », un coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA

Sur notre site

À voir

  • Un film du groupe Medvedkine de Sochaux

    Sochaux, 11 juin 1968 Abonnés

    Voir
    En ce 11 juin 1968, l’usine Peugeot de Sochaux est toujours occupée. Les ouvriers de l’industrie de l’automobile ne sont pas vraiment convaincus d’avoir obtenu toutes les satisfactions espérées mais les patrons et le gouvernement veulent (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [NOUVEAUX ÉPISODES] Abonnés

    -

    Écouter

    Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

  • Corinne Morel Darleux : « plutôt couler en beauté que flotter sans grâce » Abonnés

    -

    Voir

    Bernard Moitessier, vous connaissez ? En 1968, ce navigateur était sur le point de gagner le premier tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Contre toute attente, alors qu’il est donné gagnant, Moitessier renonce à franchir la ligne d’arrivée, fait demi-tour et met le cap sur la Polynésie : « je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme », c’est le message qu’il envoie avec un lance-pierre sur un autre bateau avant de s’en aller. Ce « refus de parvenir », Corinne Morel Darleux en fait le point de départ de son livre, Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce. Réflexions sur l’effondrement, qu’elle publie aux éditions Libertalia.

  • Didier PORTE ne comprend rien à l’amour, mais cette belle histoire peut lui ouvrir le coeur. Et vous ? L’AMOUR FOU S’EN FOUT ! Accès libre

    -

    Écouter

    L’âge ? La distance ? L’argent ? La beauté ? Les diplômes ? La couleur de peau ?L’amour fou s’en fout. Même si vous ne parlez pas la même langue, il s’en moque. On parle de l’amour, le vrai, le grand, pas l’ordinaire tout plat, tout mou. La preuve ? L’ histoire des AMANTS DE BELFORT, Jeannette et Philippe, qui se retrouvent 48 ans après la guerre. Oui, ça ressemble à ces retrouvailles qui viennent de faire pleurer la terre entière (à part Didier Porte qui a un cœur de pierre). Sauf que nous, c’était en 1994, il y a 25 ans (!) qu’ANNE RIOU les a rencontrés sur le quai de la gare de Belfort.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a pas de cœur Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, tu ne peux pas être passé à côté du merveilleux reportage (?) du 20h (!) de France 2 (?!) mettant en scène les retrouvailles amoureuses d’un vétéran américain du débarquement et d’une petite Française qui a attendu qu’il débarque une seconde fois pendant 75 ans. Par sécurité, voici quand même une séance de rattrapage, légèrement remaniée à ma sauce. Il faut dire qu’en voyant ce sujet larmoyant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à « Perdu de vue », cette calamiteuse émission de téléréalité diffusée par TF1 dans les années 1990 (qui coûta sa carrière à Jacques Pradel), et ça m’a un peu gâché la fête…

  • Reportage à Alfortville Quand La Poste exploite des travailleurs sans papiers Abonnés

    -

    Écouter

    Au lendemain de l’arrestation de notre journaliste Taha Bouhafs, nous sommes retournés devant l’agence Chronopost d’Alfortville, dans le Val-de-Marne, pour vous faire entendre le reportage qu’il était en train de faire quand il a été placé en garde à vue. Une trentaine de sans-papiers occupent toujours l’agence. Ils sont employés par des sous-traitants de Chronopost dans des conditions particulièrement difficiles, que permet un système malsain de sous-traitance en cascade.

  • LA RÉPRESSION CONTRE LES JOURNALISTES CONTINUE TAHA, NOTRE JOURNALISTE, BRUTALISÉ ET ARRÊTÉ LORS D’UN REPORTAGE Accès libre

    -

    Voir

    Alors qu’il couvrait une manifestation de sans-papiers, notre journaliste TAHA BOUHAFS a été arrêté et placé en garde à vue au commissariat d’Alfortville (94). Dans une video tournée lors de son arrestation, TAHA se plaint : « ils m’ont déboîté l’épaule ». Bien que LÀ-BAS, site de presse en ligne, soit l’employeur de TAHA, salarié en qualité de journaliste, le commissariat d’Alfortville a refusé de nous donner la moindre information. Les députés Éric COQUEREL (La France insoumise) et Mathilde PANOT (La France insoumise) se sont mis en contact avec la préfecture.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte jalouse Jadot Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, si tu crois à la fable selon laquelle la journaliste d’investigation Isabelle Saporta a démissionné de RTL par amour pour son grand tout vert Yannick Jadot, grand vainqueur des européennes, c’est que tu es victime d’une coupable naïveté, doublée d’une indécrottable candeur. En réalité, ayant pressenti son potentiel de présidentiable, la belle Isabelle a infiltré le chef de file des Verts dans la perspective de 2022.

  • Jordan Bardella voit des Polonais et des Roumains partout Abonnés

    -

    Voir

    Tête de liste du Rassemblement national aux européennes, Jordan Bardella a affirmé récemment qu’il y avait « 516 000, aujourd’hui, travailleurs détachés en France (…), essentiellement venus d’Europe de l’Est » – ce qui est faux et illustre une nouvelle fois la propension de l’extrême droite à stigmatiser les étrangers. Rien ne sert en effet d’agiter une invasion de Polonais ou de Roumains pour critiquer une disposition européenne qui crée réellement, elle, une course aux bas salaires.

  • LE GRAND MANIPULATEUR. Comment Macron a trompé son monde. Un entretien avec Marc ENDEWELD. Les réseaux secrets d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Pour Macron, le pouvoir est au bout des réseaux. Non pas au bout des débats, au bout des programmes, au bout des promesses, non, le pouvoir est au bout des magouilles, des entourloupes et des coups de poker menteur, au bout des mensonges les plus énormes et du cynisme le plus froid. C’est ce que Marc ENDEWELD décortique soigneusement dans son livre. Oui, pour le premier de cordée, tout passe par les réseaux plus ou moins avouables de la République : lobbies divers et variés, agents d’influences, communicants rois, intermédiaires de tout poil, barbouzes, barons locaux et loges franc-maçonnes. Aujourd’hui, la baudruche se dégonfle, les rats préparent leurs bouées pour quitter le navire, mais le grand manipulateur est prêt a tout pour imposer sa vieille politique néolibérale qui prend l’eau de toute part. Mais qui et quoi pour s’y opposer ?

  • Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libre

    -

    Voir

    Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !

  • Et si on mettait des visages sur le système ? LE PDG NE TOUCHE QUE 220 FOIS LE SALAIRE D’UNE FEMME DE CHAMBRE ! Abonnés

    -

    Lire

    À force de montrer des femmes précaires en grève, on finit par se faire une fausse image de l’honorable entreprise Elior Group. Rassurez-vous, tout le monde n’y est pas sous-traité ! Surtout pas le directeur général, Philippe Guillemot.

    En grève depuis le 11 avril, les femmes de chambre de l’hôtel de luxe NH Collection à Marseille occupent l’entrée de l’hôtel pour protester contre leurs conditions de travail. Malgré les pressions musclées de la police et de la direction, elles tiennent depuis bientôt huit semaines. Leur employeur, sous-traitant de cet hôtel de luxe, est le groupe ELIOR, un puissant groupe français de restauration, 132 000 « collaborateurs et collaboratrices » dans le monde, presque 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et adepte du « développement durable » et autres « principes d’éthique ».

    Treizième mois, paiement des heures supplémentaires, augmentation le dimanche, conditions de travail, reconnaissance de leur qualification : les revendications des femmes de chambre sont claires et légitimes.

    Pourtant, le 24 mai, la direction d’ELIOR a saisi le Tribunal de grande instance de Marseille pour exiger l’arrêt de la grève et une condamnation de 500 euros par gréviste. La police a relevé l’identité des femmes présentes sur le piquet avec une brutalité devenue courante.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte a le secret pour réussir une soirée électorale Abonnés

    -

    Voir

    Sois franc, ami abonné, conviens qu’à toi non plus il ne déplaît pas de voir et surtout d’entendre Gilbert Collard et Daniel Cohn-Bendit s’attribuer des noms de volatiles, tous plus infamants les uns que les autres, pendant une soirée électorale où tout le monde s’emmerde copieusement. À TF1 aussi, ils adorent ça, mais ils n’ont pas le droit de le dire. À Quotidien, ils ont le droit de tout dire, mais ils évitent néanmoins de pointer trop explicitement l’hypocrisie de leur chaine mère (TF1 donc) qui invite sur un même plateau deux multirécidivistes de l’esclandre et simule l’indignation horrifiée (Gilles Bouleau fait ça très bien) quand l’inévitable baston verbale se déclenche. Tout ça n’est ni très nouveau, ni très original, mais toujours amusant à voir à l’œuvre.

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Et maintenant, l’assurance chômage ! AbonnésVoir

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État. C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre.

Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS AbonnésVoir

Le

« PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?