Olivier Azam, des Mutins de Pangée

Les groupes Medvedkine (1967-1974)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tout a commencé pendant les révoltes de l’année 1967 qui grandissaient chez les ouvriers et les paysans et qui annonçaient, sans le savoir, la grève générale de l’année suivante.

En février 1967, les cinéastes Chris Marker et Mario Marret répondent à l’invitation à se rendre à l’usine de la Rhodiacéta de Besançon en grève, « la première occupation d’usine depuis 1936 », nous dit-on. Les deux cinéastes commencent à tourner un documentaire sur le vif : À bientôt j’espère, un titre bien senti qui reprend la conclusion du jeune syndicaliste Georges Maurivard (dit « Yoyo »), face caméra, s’adressant aux patrons. En revoyant le film, on savoure la prémonition mais à l’époque, quand le film est projeté devant les ouvriers de la Rhodia, ce n’est pas la même histoire qui se chante. Des ouvriers prennent à parti les cinéastes : « je pense que le réalisateur, c’est un incapable… ». Les gars trouvent le film trop « romantique », pas assez proche de leur réalité. Chris Marker les prend au mot et leur propose de les aider à faire des films par eux-mêmes. L’aventure du groupe Medvedkine de Besançon est née.

Alexandre Medvedkine

Alexandre Medvedkine, c’est le nom d’un cinéaste soviétique auquel fait référence Chris Marker et qui a inventé les ciné-trains qui allaient d’usine en usine pour faire et montrer des films [1]… mais la comparaison s’arrête là. Dans le groupe Medvedkine de Besançon, les ouvriers vont prendre les caméras pour résister à leur condition avec la complicité de techniciens et cinéastes et un mode de production original, organisé de Paris par SLON, société de production fondée par Chris Marker et Inger Servolin, cette dernière traversant les frontières avec les bobines des films à l’arrière de la voiture, les vendant à des télévisions étrangères pour financer ce cinéma ouvrier totalement indépendant.

Fort de la critique du film déclencheur À bientôt j’espère, que l’on retrouve dans le « film sans images » La Charnière, le film Classe de lutte va s’inscrire pleinement dans le tournant féministe de l’époque, en suivant l’ouvrière Suzanne Zedet, qui n’est plus cantonnée à « sa vaisselle », « son linge », « son ménage », selon les mots de son mari aux côtés duquel elle apparaît silencieusement dans À bientôt j’espère.

Suzanne Zedet dans Classe de lutte (1969)

Ici, elle est filmée en pleine émancipation, découvrant les joies de la lutte, mais aussi Prévert, Picasso, la jeune femme se révélant à elle-même et aux autres lors d’une prise de parole devant l’usine Yema. Toutes ces transformations se passent sous nos yeux et cinquante ans plus tard, on partage ces découvertes avec jubilation. C’est la force du cinéma direct. Suivront ensuite la série de courts métrages coups de poings Nouvelle société, sortes de ciné-tracts réalisés par le groupe qui a pris les outils en main et Rhodia 4/8 chanté par Colette Magny, Le Traîneau-échelle et Lettre à mon ami Pol Cèbe sont deux films plus expérimentaux marqués par un désir de liberté enfin prêt à exploser.

Dans les aventures collectives qui marchent pendant des années, il y a toujours des personnalités qui « fluidifient les relations sociales » et c’est ce fameux ami Pol Cèbe, animateur du CCPPO [2], qui va jouer remarquablement ce rôle, faire le lien entre les deux aventures et permettre la création du groupe Medvedkine de Sochaux, et bien sûr Bruno Muel, qui va tenir la caméra avec talent et coordonner la réalisation des films jusqu’au bout.

L’expérience de Besançon va donc se poursuivre à l’usine Sochaux de Peugeot, avec un mode de fonctionnement assez différent, les ouvriers laissant les techniciens s’occuper complètement des techniques cinématographiques pour mieux participer collectivement au contenu. Il y a de la suite dans les idées, l’expérience du groupe de Besançon a nourri celle de la nouvelle génération de Sochaux.

Mai 68 est passé par là et la question de l’accès des ouvriers à la « culture » est désormais une vraie préoccupation, qui se traduit ici dans un mélange de création artistique et militante, de découvertes quotidiennes, loin des politiques culturelles élitistes et de l’art intimidant. Christian Corouge, ouvrier du groupe Medvedkine de Sochaux, racontera plus tard qu’il « préférait bouffer des patates et dépenser le peu de fric gagné à la chaîne en s’achetant des livres plutôt que de payer des crédits pour rouler avec les bagnoles qu’il fabriquait à l’usine… » Et son pote René Ledigherer économisait plusieurs mois de paye pour acheter des toiles à un peintre qu’il aimait bien.

Au commencement du groupe Medvedkine de Sochaux, l’urgence était de revenir sur les événements dramatiques de juin 68, avec le film Sochaux, 11 juin 1968, qui raconte la journée de la charge des CRS qui a fait deux morts côté ouvrier et qui marquera plusieurs générations, sans doute en grande partie parce que ce film a été vu longtemps encore [3].

Ensuite, le groupe Medvedkine de Sochaux tourne Les trois-quarts de la vie, qui a la force de la spontanéité et qui prépare déjà le prochain film, Week-end à Sochaux, mêlant scènes documentaires et mises en scène jouées par les ouvriers et les techniciens cinéma. Pour filmer une représentation du travail à la chaîne, il a fallu déployer de nombreuses astuces car Peugeot, bien sûr, n’autorisait pas le tournage dans l’usine. Christian Corouge le raconte ainsi : « on voulait pas faire un film militant comme on voyait à l’époque ! » Et cette volonté de créer du neuf va donner l’étonnant Week-end à Sochaux, qui alterne des situations absurdes, comme les séquences de recrutement ou de reconstitution de la chaîne et des paroles très fortes dénonçant le quotidien des jeunes ouvriers maltraités comme des prisonniers en taule, le tout dans une grande liberté de ton. On est loin du catéchisme militant et d’ailleurs les films des groupes Medvedkine de Sochaux ne plaisent pas à tout le monde. Les jeunes ouvriers font face aux attaques de leur propre camp.

« — Camarade Pablo Neruda ? — Présent ! », Septembre Chilien, un film de Bruno Muel et Théodore Robichet (1973)

Puis il y a l’incursion au Chili en 1973, au moment du coup d’État contre Allende qui donnera Septembre chilien, le film tourné par Bruno Muel et Théo Robichet dans le stade où sont emprisonnés les opposants de Pinochet, où la caméra se faufile habilement dans un court créneau temporel, la force des témoignages des résistants à la dictature naissante, les larmes et la rage aux obsèques de Pablo Neruda. De nos jours, l’internationale ouvrière solidaire n’est plus vraiment un sujet de conversation mais en ce temps-là, où on ne parlait pas encore de mondialisation ni de délocalisations, l’accès à la culture avait ouvert la curiosité pour des luttes qui ne paraissaient pas si lointaines. Le capitalisme avait des vrais visages, et celui des Peugeot et des Pinochet n’étaient pas si différents pour celles et ceux qui résistaient.

Au retour, Bruno Muel tourne un film beau et terrible qui ne cache rien du retour de bâton de la grève de 68 : Avec le sang des autres. Ce n’est plus un film collectif, c’est le cinéaste qui filme ce dernier opus qui sonne comme un adieu, qui « a été long à faire accepter aux copains du groupe », raconte aujourd’hui Bruno Muel. Pour la première fois, par une astuce qui passe encore par la solidarité internationale et la complicité d’une équipe anglaise qui a obtenu l’autorisation de filmer, on y voit des images très impressionnantes au cœur de la chaîne de l’usine Peugeot de Sochaux. On y est ! Et on n’a pas vraiment envie d’y entrer dans cette chaîne… Le temps des « établis » va passer et la jeunesse ouvrière que nous avions tant aimée dans le Week-end à Sochaux, on la voit ici bouffée par la chaîne, les mains prématurément usées, les corps et les cœurs laminés. Et pour les punir d’avoir rêvé et gueulé un peu trop autant que pour les mater, Peugeot envoie des nervis massacrer les plus costauds à coup de barre. La violence, la vraie violence. Pas celle contre les bagnoles et les vitrines, la vraie violence, celle qui brise les humains. Le film est bouleversant.

Ces gens vont ensuite résister jusqu’au bout du bout, jusqu’à la retraite s’ils y arrivent et après encore parfois. Les caméras ne sont plus là, l’histoire est passée, mais la force acquise dans cette expérience unique des groupes Medvedkine les a marqués pour la vie. Christian Corouge rappelle à chaque occasion que tous les gens qui sont passés par les groupes Medvedkine ont été transformés et qu’ils ont toujours gardé une façon de militer bien à eux, pleine de créativité et de liberté. C’est la victoire qu’on peut attendre de la lutte. C’est toujours insatisfaisant pour les insatisfaits mais résister de la sorte face à la puissance d’oppression de la machine, c’est énorme, et c’est comme ça, sur le long cours, malgré les retours en arrière, que se fait le progrès social quand il y en a.

LES GROUPES MEDVEDKINE (coffret)
par lesmutins.org

Dans une intervention récente à la Maison des Métallos à Paris, Henri Traforetti, ouvrier en retraite du groupe Medvedkine de Besançon, rappelait le principe qui avait guidé cette aventure : «  ne pas seulement tourner les images mais les monter, les montrer, les débattre. »

De notre temps où les images surgissent en flux continu, en direct et en propagation « virale », consommées aussitôt, sans avoir le temps de les digérer qu’on se gave frénétiquement d’une nouvelle tournée, arrêter le flux et regarder les films des groupes Medvedkine, l’un après l’autre, c’est assister à une réflexion collective sans cesse en construction, sur le temps long, de 1967 à 1974, où chaque film apprend du film précédent et où l’ensemble forme une grande fresque où les acteurs et les spectateurs poursuivent un dialogue continu en images avec de la suite dans les idées…

Olivier Azam

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Le train en marche, un film de Chris Marker à voir dans « Les groupes Medvedkine (1967 - 1974) », coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA, 2018.

[2Centre Culturel Populaire de Palente-les-Orchamps.

[3Là-bas si j’y suis, « Sochaux, 11 juin 1968 », 11 juin 2018.

Voir aussi

Toute cette histoire est racontée dans le coffret livre-DVD regroupant 15 films des groupes Medvedkine ainsi que Le train en marche où Chris Marker filme le cinéaste russe dont il a emprunté le nom, Alexandre Medvedkine :

« Les Groupes Medvedkine (1967-1974) », un coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA

Sur notre site

À voir

  • Un film du groupe Medvedkine de Sochaux

    Sochaux, 11 juin 1968 Abonnés

    Voir
    En ce 11 juin 1968, l’usine Peugeot de Sochaux est toujours occupée. Les ouvriers de l’industrie de l’automobile ne sont pas vraiment convaincus d’avoir obtenu toutes les satisfactions espérées mais les patrons et le gouvernement veulent (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le repaire de St-Affrique vous invite pour une projection des 4 courts-métrages ’film du mois’ sur le Brésil diffusés sur Là-bas. Rendez-vous ce samedi 27 avril au Lieu-Dit, au 5 bis rue l’industrie. Entrée gratuite (évidemment) !

  • Notre prochain repaire aura lieu le lundi 6 mai. Les intervenants(es) seront des gilets jaunes du centre-Manche : St-Lô, Coutances et Carentan. Ils ont accepté notre invitation et nous les en remercions. Elles et ils pourront témoigner, expliquer leur démarche et répondre à nos questions. (...)

Dernières publis

  • Comment casser du « gilet jaune » sans le moindre risque GILETS JAUNES : CHEZ LES VRAIS INCENDIAIRES Abonnés

    -

    Voir

    Contre les « gilets jaunes », les CRS cognent dur, mais ils risquent aussi de prendre des coups. D’autres, bien plus malins, ne prennent aucun risque. Journalistes, chroniqueurs, experts, figurants médiatiques, ceux-là frappent pourtant bien plus fort. Depuis des mois, leurs mots sont plus violents que les lacrymos et les coups de matraque, et sont autant d’appel à la haine et à la répression. Nous vous en proposons un florilège chronologique, non exhaustif bien sûr, mais surtout de plus en plus violent et délirant au fil des semaines.

  • Un reportage dessiné de Mathieu Colloghan en quatre épisodes Le jour où je suis allé me faire arracher les dents chez Viktor Orbán (chapitre 2) Abonnés

    -

    Lire

    C’est fou tout ce qu’on fait pour les pauvres ! Il y avait les vols low cost, les magasins hard discount et les obsèques à bas prix. Il y a maintenant la santé pour les faibles revenus.
    Si, comme la majorité des Français, tu n’as pas les moyens de t’offrir un sourire de vedette américaine chez ton dentiste, pas de souci, le marché européen libre et non faussé t’offre l’opportunité d’aller te faire refaire le bridge ou poser un implant dentaire ailleurs. Les sans-dents aussi peuvent profiter de la mondialisation heureuse !

    Notre reporter Mathieu Colloghan est allé vérifier ce miracle européen en allant se faire arracher toutes les dents en Hongrie.

  • Avec Serge Halimi, du Monde diplomatique Qui a dit « fake news » ? Abonnés

    -

    Écouter

    Comme les champignons après la pluie, les entreprises de lutte contre les fake news se multiplient. Huit médias français (Le Monde, L’Express, Libération, 20 Minutes, l’Agence France-Presse, BFM-TV, France Télévisions et France Médias Monde) sont rémunérés par Facebook pour démentir les fausses informations relayées sur son propre réseau. Le journal Le Monde a élaboré le « Décodex », un annuaire censé indiquer la « fiabilité » des sites Internet (Là-bas si j’y suis n’y figure pas, ne cherchez pas…). Le 20 heures de France 2, lui, a lancé une nouvelle rubrique intitulée « Faux et usage de faux ». Son but ? « Lutter contre les fausses informations qui ont pignon sur rue sur internet ». À en croire tous ces médias « sérieux », l’empire du mensonge et de la désinformation serait donc… Internet.

  • Connaissez-vous Gerhard Haderer ? Abonnés

    -

    Lire

    On ne remerciera jamais assez le cancer et Jésus.

    Oui, tout d’abord, merci au cancer. Car s’il n’avait pas eu un cancer en 1985, à 34 ans, Gerhard Haderer aurait eu la vie indigente d’un « créateur » publicitaire. Or, c’est lorsqu’il fut opéré (et guéri) qu’il a tout laissé tomber et s’est tourné à fond vers le genre de dessins que vous allez (re)découvrir, si puissants, si violents qu’ils se passent de tout commentaire, à part quelques gloussements, quelques éclats de rire et pas mal de silences dans le genre grinçant.

    Ensuite, merci à Jésus. Et surtout à Monseigneur Christoph Schönborn, cardinal, archevêque de Vienne. En 2002, Gerhard Haderer publiait La Vie de Jésus, un surfeur drogué à l’encens, ce qui faisait un peu scandale dans la très catholique Autriche, si bien que le cardinal archevêque, hors de lui, crut bon de donner l’ordre à l’auteur de présenter ses excuses aux chrétiens pour avoir ridiculisé le fils de Dieu. Au passage, on le voit, l’Islam n’a pas le monopole du refus des caricatures, mais celles-ci eurent beaucoup moins d’écho chez nos défenseurs de la liberté d’expression. Et bien entendu, comme toujours, la censure assura le succès de l’album, qui atteignit 100 000 exemplaires en quelques jours.

    Le capitalisme est comparable à une autruche qui avale tout, absolument tout. Mais là, quand même, il y pas mal de dessins de Gerhard Haderer qui lui restent, c’est sûr, en travers de la gorge. On peut rêver et c’est déjà beaucoup.

  • Une nouvelle série de reportages en huit épisodes Quelle est la phrase qui a changé votre vie ? (épisodes 3 et 4) Abonnés

    -

    Écouter

    On a tous en tête une phrase prononcée il y a longtemps et qu’on n’a jamais oubliée. Une de ces phrases prononcées par un proche, quelqu’un qu’on croyait un ami, un patron, et qui nous reste en tête encore aujourd’hui. Une phrase avec laquelle on a grandi, et qui nous constitue. Une phrase qui nous porte, qui nous a fait grandir ou contre laquelle on continue de se révolter. Et vous, quelle est votre phrase ? Sophie s’est baladée dans les rues de Paris et a posé la question au hasard de ses rencontres, le 1er jour du printemps.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte a regardé BFM TV Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, c’est un document exceptionnel que je te propose cette semaine. Un document humain d’une rare intensité, illustré par des images d’une violence à la limite de l’insoutenable, celles de mon suicide professionnel, dans les locaux de Là-bas et en présence de mes collègues, hésitant entre la sympathie (que j’inspire spontanément, il est vrai) et la volonté légitime de me faire comprendre que là, j’ai dépassé les bornes.

  • Olivier Dassault, héritier riche et puissant est aussi le Léonard de Vinci du XXIème siècle (selon lui) Abonnés

    -

    Écouter

    Cette semaine, nos deux journalistes, reporters débutants, Anna-Léa Salami et Niklas Demourand, sont de retour après une semaine de pause bien méritée. En effet, pendant deux semaines ils ont travaillé avec passion, méthodologie et obstination leur prochain entretien : l’interview du grand artiste contemporain Olivier D. Une exclusivité de nos deux stagiaires pour Là-bas si j’y suis.

  • Parlons de Julian Assange Abonnés

    -

    Lire

    Le vendredi 16 novembre 2018, un document judiciaire daté du mois d’août, jusque-là tenu secret, a été révélé par des procureurs américains, par erreur semble-t-il. Ce document signifie l’inculpation de Julian Assange aux États-Unis, pour espionnage.

    Le fondateur de WikiLeaks était déjà une cible désignée pour avoir publié des dizaines de milliers de documents diplomatiques et militaires américains, sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

    WikiLeaks est une organisation créée en 2006, utilisant des sites Internet extrêmement protégés où des lanceurs d’alertes peuvent déposer, en toute sécurité, des documents confidentiels. C’est ce qui s’est passé pendant des années, WikiLeaks révélant de nombreux scandales sur les agissements de puissances de guerres au nom de la démocratie. En avril 2010, Julian Assange y a publié une vidéo de l’armée américaine tournée en Irak et montrant le massacre de plusieurs civils, dont deux employés de Reuters, des tirs sur plusieurs enfants, sous les commentaires sarcastiques de soldats américains qui tiraient depuis un hélicoptère. Ces images ont été vues partout dans le monde et ont révélé au grand public la réalité des guerres modernes, qui n’ont rien de « chirurgicales » et « propres », comme l’ont toujours prétendu les gouvernants américains.

  • Avec Marie Bergström, chercheuse à l’INED Des petites annonces aux applications, l’essor du marché de la rencontre amoureuse Abonnés

    -

    Écouter

    Faut-il s’inscrire à un site de rencontres en ligne ? C’est la question que se posent désormais beaucoup de célibataires. Laquelle en entraîne une autre : vais-je laisser le capitalisme étendre les domaines du marché jusqu’à s’immiscer dans ma vie privée et mes relations amoureuses ? Si les applications comme Bumble ou Badoo ont l’air de révolutionner les rencontres et les relations sexuelles, le principe d’un tel service commercial n’est pas nouveau : depuis le XIXème siècle au moins existent des services privés d’entremetteur, des petites annonces du Chasseur français aux agences matrimoniales. Lesquelles essuyaient déjà les mêmes critiques adressées aujourd’hui à Meetic ou Tinder : fin de l’amour, marchandisation des rencontres, consumérisme des relations… « Par de pareils objets les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées », a-t-on parfois l’impression d’entendre.

  • Connaissez-vous Théophile Alexandre Steinlen ? Abonnés

    -

    Lire

    Si vous ne le connaissez pas, sachez que les chats le connaissent. Surtout les chats noirs. Sur les toits, sur les tombes, sur les gouttières, ils en parlent encore, surtout les chats de Montmartre, vers la rue Caulaincourt, sa maison s’appelait Cat’s cottage. Pourtant il n’était pas anglais, il était né à Lausanne en 1859. Peintre, graveur, illustrateur, affichiste, sculpteur, il fut un des artistes parmi les plus populaires de son temps, dans le tourbillon de 1900, dans ce que ces vaches de bourgeois appelait la « Belle Époque ». Il a montré le contraire. La misère, la galère, la guerre, les ouvrières, le paysan qui tire la charrue devant le gros bourgeois ventru. Mais attention, il n’incite pas à la compassion et à la charité, mais à la lutte, à la différence de ses congénères, les artistes dont cette même bourgeoisie gloutonne allait faire une bohème d’opérette, pittoresque et inoffensive. Steinlen est un libertaire, dans l’esprit d’Élisée Reclus ou de Camille Pissaro. Il fréquente les anciens communards, il rend hommage à Louise Michel, il illustre L’Internationale de Degeyter et Pottier. Anarchiste oui, mais proche aussi des socialistes et des communistes de ce temps-là, il raconte cet élan puissant et profond que la guerre en 14 allait ruiner pour longtemps.

Une sélection :

Un entretien de Daniel MERMET avec Monique PINÇON CHARLOT PINÇON-CHARLOT : « LES RICHES AU TRIBUNAL » AbonnésVoir

Le

1995, c’était notre première émission avec les PINÇON-CHARLOT, il y a 23 ans ! Emissions, vidéos, films, livres, B.D, débats, à eux deux, depuis des années, dans les grandes émissions de télés comme dans un café-repaire de LA-BAS, ils donnent des outils pour démonter ce monde et en construire un autre à partir de leurs recherches sociologiques concentrées sur le monde de la bourgeoisie et de l’oligarchie. Démonter la domination des riches et de l’oligarchie, construire l’émancipation et l’égalité, avec une certitude, les mauvais jours finiront. Leur engagement et leur réussite est un formidable encouragement pour cette rentrée. Voilà leur dernier livre, une BD avec Etienne LECROART au dessin. « LES RICHES AU TRIBUNAL. L’affaire Cahuzac et L’évasion fiscale », qu’ils signeront à la tête de l’Humanité !

Un entretien de Daniel Mermet avec Monique Pinçon Charlot

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

GRAND DÉBAT ou GRAND DÉBARRAS ? MACRON INVITE LORDON : C’EST PAS DU BIDON ! AbonnésVoir

Le

« Foulards rouges » ou « gilets jaunes » : que choisir ? Place de la République, sous la pluie, les « foulards rouges » pro-Macron étaient exactement 29. Juste à côté, à la Bourse du travail, ils étaient 800 sur le thème « FIN DU DÉBAT, DÉBUT DU GRAND DÉBARRAS », pour préparer l’ACTE XVIII de ce samedi, avec, entre autres, un appel à LA GRÈVE GÉNÉRALE lancé par Jérôme RODRIGUES, et aussi Frédéric LORDON qui hésite à répondre à l’invitation d’Emmanuel MACRON. Pour vous aider à faire votre choix (en toute objectivité), voici notre reportage express.

Le Brésil bascule dans le plomb Accès libreLire

Le

Le FACHO-CAPITALISME l’emporte au Brésil.
Avec plus de 55 % des voix, BOLSONARO remporte les élections. C’est un séisme pour toute l’Amérique latine et une avancée pour toutes les extrêmes droites à travers le monde. Mais comme pour le nuage de Tchernobyl, nous serons épargnés.