Olivier Azam, des Mutins de Pangée

Les groupes Medvedkine (1967-1974)

1

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tout a commencé pendant les révoltes de l’année 1967 qui grandissaient chez les ouvriers et les paysans et qui annonçaient, sans le savoir, la grève générale de l’année suivante.

En février 1967, les cinéastes Chris Marker et Mario Marret répondent à l’invitation à se rendre à l’usine de la Rhodiacéta de Besançon en grève, « la première occupation d’usine depuis 1936 », nous dit-on. Les deux cinéastes commencent à tourner un documentaire sur le vif : À bientôt j’espère, un titre bien senti qui reprend la conclusion du jeune syndicaliste Georges Maurivard (dit « Yoyo »), face caméra, s’adressant aux patrons. En revoyant le film, on savoure la prémonition mais à l’époque, quand le film est projeté devant les ouvriers de la Rhodia, ce n’est pas la même histoire qui se chante. Des ouvriers prennent à parti les cinéastes : « je pense que le réalisateur, c’est un incapable… ». Les gars trouvent le film trop « romantique », pas assez proche de leur réalité. Chris Marker les prend au mot et leur propose de les aider à faire des films par eux-mêmes. L’aventure du groupe Medvedkine de Besançon est née.

Alexandre Medvedkine

Alexandre Medvedkine, c’est le nom d’un cinéaste soviétique auquel fait référence Chris Marker et qui a inventé les ciné-trains qui allaient d’usine en usine pour faire et montrer des films [1]… mais la comparaison s’arrête là. Dans le groupe Medvedkine de Besançon, les ouvriers vont prendre les caméras pour résister à leur condition avec la complicité de techniciens et cinéastes et un mode de production original, organisé de Paris par SLON, société de production fondée par Chris Marker et Inger Servolin, cette dernière traversant les frontières avec les bobines des films à l’arrière de la voiture, les vendant à des télévisions étrangères pour financer ce cinéma ouvrier totalement indépendant.

Fort de la critique du film déclencheur À bientôt j’espère, que l’on retrouve dans le « film sans images » La Charnière, le film Classe de lutte va s’inscrire pleinement dans le tournant féministe de l’époque, en suivant l’ouvrière Suzanne Zedet, qui n’est plus cantonnée à « sa vaisselle », « son linge », « son ménage », selon les mots de son mari aux côtés duquel elle apparaît silencieusement dans À bientôt j’espère.

Suzanne Zedet dans Classe de lutte (1969)

Ici, elle est filmée en pleine émancipation, découvrant les joies de la lutte, mais aussi Prévert, Picasso, la jeune femme se révélant à elle-même et aux autres lors d’une prise de parole devant l’usine Yema. Toutes ces transformations se passent sous nos yeux et cinquante ans plus tard, on partage ces découvertes avec jubilation. C’est la force du cinéma direct. Suivront ensuite la série de courts métrages coups de poings Nouvelle société, sortes de ciné-tracts réalisés par le groupe qui a pris les outils en main et Rhodia 4/8 chanté par Colette Magny, Le Traîneau-échelle et Lettre à mon ami Pol Cèbe sont deux films plus expérimentaux marqués par un désir de liberté enfin prêt à exploser.

Dans les aventures collectives qui marchent pendant des années, il y a toujours des personnalités qui « fluidifient les relations sociales » et c’est ce fameux ami Pol Cèbe, animateur du CCPPO [2], qui va jouer remarquablement ce rôle, faire le lien entre les deux aventures et permettre la création du groupe Medvedkine de Sochaux, et bien sûr Bruno Muel, qui va tenir la caméra avec talent et coordonner la réalisation des films jusqu’au bout.

L’expérience de Besançon va donc se poursuivre à l’usine Sochaux de Peugeot, avec un mode de fonctionnement assez différent, les ouvriers laissant les techniciens s’occuper complètement des techniques cinématographiques pour mieux participer collectivement au contenu. Il y a de la suite dans les idées, l’expérience du groupe de Besançon a nourri celle de la nouvelle génération de Sochaux.

Mai 68 est passé par là et la question de l’accès des ouvriers à la « culture » est désormais une vraie préoccupation, qui se traduit ici dans un mélange de création artistique et militante, de découvertes quotidiennes, loin des politiques culturelles élitistes et de l’art intimidant. Christian Corouge, ouvrier du groupe Medvedkine de Sochaux, racontera plus tard qu’il « préférait bouffer des patates et dépenser le peu de fric gagné à la chaîne en s’achetant des livres plutôt que de payer des crédits pour rouler avec les bagnoles qu’il fabriquait à l’usine… » Et son pote René Ledigherer économisait plusieurs mois de paye pour acheter des toiles à un peintre qu’il aimait bien.

Au commencement du groupe Medvedkine de Sochaux, l’urgence était de revenir sur les événements dramatiques de juin 68, avec le film Sochaux, 11 juin 1968, qui raconte la journée de la charge des CRS qui a fait deux morts côté ouvrier et qui marquera plusieurs générations, sans doute en grande partie parce que ce film a été vu longtemps encore [3].

Ensuite, le groupe Medvedkine de Sochaux tourne Les trois-quarts de la vie, qui a la force de la spontanéité et qui prépare déjà le prochain film, Week-end à Sochaux, mêlant scènes documentaires et mises en scène jouées par les ouvriers et les techniciens cinéma. Pour filmer une représentation du travail à la chaîne, il a fallu déployer de nombreuses astuces car Peugeot, bien sûr, n’autorisait pas le tournage dans l’usine. Christian Corouge le raconte ainsi : « on voulait pas faire un film militant comme on voyait à l’époque ! » Et cette volonté de créer du neuf va donner l’étonnant Week-end à Sochaux, qui alterne des situations absurdes, comme les séquences de recrutement ou de reconstitution de la chaîne et des paroles très fortes dénonçant le quotidien des jeunes ouvriers maltraités comme des prisonniers en taule, le tout dans une grande liberté de ton. On est loin du catéchisme militant et d’ailleurs les films des groupes Medvedkine de Sochaux ne plaisent pas à tout le monde. Les jeunes ouvriers font face aux attaques de leur propre camp.

« — Camarade Pablo Neruda ? — Présent ! », Septembre Chilien, un film de Bruno Muel et Théodore Robichet (1973)

Puis il y a l’incursion au Chili en 1973, au moment du coup d’État contre Allende qui donnera Septembre chilien, le film tourné par Bruno Muel et Théo Robichet dans le stade où sont emprisonnés les opposants de Pinochet, où la caméra se faufile habilement dans un court créneau temporel, la force des témoignages des résistants à la dictature naissante, les larmes et la rage aux obsèques de Pablo Neruda. De nos jours, l’internationale ouvrière solidaire n’est plus vraiment un sujet de conversation mais en ce temps-là, où on ne parlait pas encore de mondialisation ni de délocalisations, l’accès à la culture avait ouvert la curiosité pour des luttes qui ne paraissaient pas si lointaines. Le capitalisme avait des vrais visages, et celui des Peugeot et des Pinochet n’étaient pas si différents pour celles et ceux qui résistaient.

Au retour, Bruno Muel tourne un film beau et terrible qui ne cache rien du retour de bâton de la grève de 68 : Avec le sang des autres. Ce n’est plus un film collectif, c’est le cinéaste qui filme ce dernier opus qui sonne comme un adieu, qui « a été long à faire accepter aux copains du groupe », raconte aujourd’hui Bruno Muel. Pour la première fois, par une astuce qui passe encore par la solidarité internationale et la complicité d’une équipe anglaise qui a obtenu l’autorisation de filmer, on y voit des images très impressionnantes au cœur de la chaîne de l’usine Peugeot de Sochaux. On y est ! Et on n’a pas vraiment envie d’y entrer dans cette chaîne… Le temps des « établis » va passer et la jeunesse ouvrière que nous avions tant aimée dans le Week-end à Sochaux, on la voit ici bouffée par la chaîne, les mains prématurément usées, les corps et les cœurs laminés. Et pour les punir d’avoir rêvé et gueulé un peu trop autant que pour les mater, Peugeot envoie des nervis massacrer les plus costauds à coup de barre. La violence, la vraie violence. Pas celle contre les bagnoles et les vitrines, la vraie violence, celle qui brise les humains. Le film est bouleversant.

Ces gens vont ensuite résister jusqu’au bout du bout, jusqu’à la retraite s’ils y arrivent et après encore parfois. Les caméras ne sont plus là, l’histoire est passée, mais la force acquise dans cette expérience unique des groupes Medvedkine les a marqués pour la vie. Christian Corouge rappelle à chaque occasion que tous les gens qui sont passés par les groupes Medvedkine ont été transformés et qu’ils ont toujours gardé une façon de militer bien à eux, pleine de créativité et de liberté. C’est la victoire qu’on peut attendre de la lutte. C’est toujours insatisfaisant pour les insatisfaits mais résister de la sorte face à la puissance d’oppression de la machine, c’est énorme, et c’est comme ça, sur le long cours, malgré les retours en arrière, que se fait le progrès social quand il y en a.

LES GROUPES MEDVEDKINE (coffret)
par lesmutins.org

Dans une intervention récente à la Maison des Métallos à Paris, Henri Traforetti, ouvrier en retraite du groupe Medvedkine de Besançon, rappelait le principe qui avait guidé cette aventure : «  ne pas seulement tourner les images mais les monter, les montrer, les débattre. »

De notre temps où les images surgissent en flux continu, en direct et en propagation « virale », consommées aussitôt, sans avoir le temps de les digérer qu’on se gave frénétiquement d’une nouvelle tournée, arrêter le flux et regarder les films des groupes Medvedkine, l’un après l’autre, c’est assister à une réflexion collective sans cesse en construction, sur le temps long, de 1967 à 1974, où chaque film apprend du film précédent et où l’ensemble forme une grande fresque où les acteurs et les spectateurs poursuivent un dialogue continu en images avec de la suite dans les idées…

Olivier Azam

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Le train en marche, un film de Chris Marker à voir dans « Les groupes Medvedkine (1967 - 1974) », coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA, 2018.

[2Centre Culturel Populaire de Palente-les-Orchamps.

[3Là-bas si j’y suis, « Sochaux, 11 juin 1968 », 11 juin 2018.

Voir aussi

Toute cette histoire est racontée dans le coffret livre-DVD regroupant 15 films des groupes Medvedkine ainsi que Le train en marche où Chris Marker filme le cinéaste russe dont il a emprunté le nom, Alexandre Medvedkine :

« Les Groupes Medvedkine (1967-1974) », un coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA

Sur notre site

À voir

  • Un film du groupe Medvedkine de Sochaux

    Sochaux, 11 juin 1968 Abonnés

    Voir
    En ce 11 juin 1968, l’usine Peugeot de Sochaux est toujours occupée. Les ouvriers de l’industrie de l’automobile ne sont pas vraiment convaincus d’avoir obtenu toutes les satisfactions espérées mais les patrons et le gouvernement veulent (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Barbe ? Abonnés

    -

    Lire

    Barbe portait la barbe. C’était sans doute le premier sujet de conversation avec lui. Et après c’était les femmes qu’il dessinait. Est-ce qu’il les connaissait en vrai ? Est-ce qu’on pourrait les rencontrer en vrai ? Et là, Barbe riait dans sa barbe. Ces femmes étaient dans sa tête, dans son œil, dans sa main, entre ses doigts, au bout de son crayon. Elles étaient vraies puisqu’il les imaginait. Rien de plus vrai que ce qu’on imagine, même quand on est avec une femme en vrai. Chaque mois, dans les années 1970, on attendait le « cinéma » de Barbe dans Charlie mensuel. Génial, mais il n’a pas fait que ça. Né en 1936, il avait d’abord voulu faire pilote de chasse. Et puis non, il se contente de bosser dans l’aéronautique. Puis, avec son frère, il participe à une expédition scientifique sur les volcans à Djibouti. Un parcours insolite, comme on dit. Après ça, il plonge dans le dessin jusqu’au cou. Pas seulement au cou des filles nées de ses mains. Mais aussi le monde autour. Pas toujours rose. On voit ses dessins un peu partout dans la presse ou dans des albums avec sa bande de copains. À la fin, il meurt en 2014, à 77 ans. Il fait partie de ceux qui font que le monde est moins moche une fois qu’ils y ont séjourné, et plus respirable et et plus sensuel. Vous n’avez plus qu’à savourer l’hommage que lui rend l’équipe de LÀ-BAS.

  • Une nouvelle série en dix épisodes JE SUIS LA FÉE DU CAMPING : QUEL EST VOTRE VŒU POUR LA RENTRÉE ? Abonnés

    -

    Écouter

    La fin des vacances, c’est le blues, sauf si vous rencontrez SOPHIE-LA-FÉE-DU CAMPING, qui peut réaliser votre rêve le plus dingue pour cette rentrée. Mais lequel ? Quel est le vœu que vous allez lui demander de réaliser ? Bien sûr, c’est pour de rire, mais attention, ces croquis sonores en disent long, très long, comme toujours avec SOPHIE SIMONOT. La voilà avec sa couronne et sa baguette magique au camping de la Licorne à Malo-les-bains, à la sortie de Dunkerque, pour une nouvelle série de rencontres bouleversantes, saugrenues, hilarantes, si proches et si inattendues.

  • Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libre

    -

    Lire

    Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.

  • « Se mettre en lutte est une victoire » : ÉPISODE 06 PAROLES DE « GILETS JAUNES » : « on parle avec des personnes très racistes ou avec des papys très mignons » Abonnés

    -

    Lire

    Les « gilets jaunes » auront-ils changé la vie ? En tout cas, eux, leur vie a changé. « Qu’est-ce que la lutte a changé pour vous, personnellement ? » Nous vous proposons une version écrite des réponses inattendues et encourageantes d’une « sous-France » qui, pour longtemps, a relevé la tête.

    Me voilà au centre-ville de Morlaix, avec ses belles maisons à colombages. Quand j’étais dans le campement des « gilets jaunes » du côté du rond-point du Leclerc, sous la petite cabane qui prenait le vent, il y avait une petite jeune fille qui a dû partir très vite et qui avait envie qu’on se revoie. Nous avons rendez-vous dans un bar, « L’Aurore », sous la pluie. Il y a trois jeunes en terrasse, elle n’est pas venue toute seule, c’est Awena.

  • TEXTE A L’APPUI " Se mettre en lutte est une victoire " ÉPISODE 3 PAROLES DE GILETS JAUNES : « J’espère que nos enfants diront, on a connu les Gilets Jaunes, ils se sont battus, ma mère y était » Abonnés

    -

    Lire

    Les Gilets jaunes auront-ils changé la vie ? En tout cas, eux, leur vie a changé. « Qu’est-ce que la lutte a changé pour vous, personnellement ? » Nous vous proposons une version écrite des réponses inattendues et encourageantes d’une « sous-France » qui pour longtemps a relevé la tête. Episode 3.

  • Se mettre en lutte est une victoire. Épisode 01 PAROLES DE GILETS JAUNES : JOJO L’INTERNATIONAL Abonnés

    -

    Lire

    Les Gilets jaunes auront-ils changé la vie ? En tout cas, eux, leur vie a changé. « Qu’est-ce que la lutte a changé pour vous, personnellement ? » Nous vous proposons une version écrite des réponses inattendues et encourageantes d’une « sous-France » qui pour longtemps a relevé la tête.

    Épisode 1 - JOJO L’INTERNATIONAL

    (Saint-Brieuc, février 2019)

    Pourquoi vous êtes venu ?

    Je suis sorti d’un silence religieux à une expression du peuple et des discussions interminables, et à quelques scènes de « ton élevé », on va dire. Donc c’est surprenant. Vous êtes quinze ans dans le silence, et du jour au lendemain vous arrivez au milieu de gens qui n’arrêtent pas de parler. Au début j’étais un peu perdu, je les écoutais. Ça m’a fait hyper plaisir de voir les gens communiquer, parler entre eux, se tutoyer, se serrer la main, s’embrasser. Parce qu’on n’est pas des gueux ni des vilains, on n’est plus au Moyen Âge. Je sais que la Révolution de 1789, on l’a ratée un peu, parce qu’ils étaient rois de père en fils, donc on n’avait rien à dire. Mais maintenant, on n’arrête pas de parler, et c’est surprenant. Ça fait du bien de voir le franc-parler. Et puis les gens avaient honte de dire qu’ils étaient pauvres. Maintenant, ils nous expliquent qu’ils vivent chez eux sans chauffage, ils osent le dire.

  • Connaissez-vous Théophile Alexandre Steinlen ? Abonnés

    -

    Lire

    Si vous ne le connaissez pas, sachez que les chats le connaissent. Surtout les chats noirs. Sur les toits, sur les tombes, sur les gouttières, ils en parlent encore, surtout les chats de Montmartre, vers la rue Caulaincourt, sa maison s’appelait Cat’s cottage. Pourtant il n’était pas anglais, il était né à Lausanne en 1859. Peintre, graveur, illustrateur, affichiste, sculpteur, il fut un des artistes parmi les plus populaires de son temps, dans le tourbillon de 1900, dans ce que ces vaches de bourgeois appelaient la « Belle Époque ». Il a montré le contraire. La misère, la galère, la guerre, les ouvrières, le paysan qui tire la charrue devant le gros bourgeois ventru. Mais attention, il n’incite pas à la compassion et à la charité, mais à la lutte, à la différence de ses congénères, les artistes dont cette même bourgeoisie gloutonne allait faire une bohème d’opérette, pittoresque et inoffensive. Steinlen est un libertaire, dans l’esprit d’Élisée Reclus ou de Camille Pissaro. Il fréquente les anciens communards, il rend hommage à Louise Michel, il illustre L’Internationale de Degeyter et Pottier. Anarchiste oui, mais proche aussi des socialistes et des communistes de ce temps-là, il raconte cet élan puissant et profond que la guerre en 14 allait ruiner pour longtemps.

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Gerhard Haderer ? Abonnés

    -

    Lire

    On ne remerciera jamais assez le cancer et Jésus.

    Oui, tout d’abord, merci au cancer. Car s’il n’avait pas eu un cancer en 1985, à 34 ans, Gerhard Haderer aurait eu la vie indigente d’un « créateur » publicitaire. Or, c’est lorsqu’il fut opéré (et guéri) qu’il a tout laissé tomber et s’est tourné à fond vers le genre de dessins que vous allez (re)découvrir, si puissants, si violents qu’ils se passent de tout commentaire, à part quelques gloussements, quelques éclats de rire et pas mal de silences dans le genre grinçant.

    Ensuite, merci à Jésus. Et surtout à Monseigneur Christoph Schönborn, cardinal, archevêque de Vienne. En 2002, Gerhard Haderer publiait La Vie de Jésus, un surfeur drogué à l’encens, ce qui faisait un peu scandale dans la très catholique Autriche, si bien que le cardinal archevêque, hors de lui, crut bon de donner l’ordre à l’auteur de présenter ses excuses aux chrétiens pour avoir ridiculisé le fils de Dieu. Au passage, on le voit, l’Islam n’a pas le monopole du refus des caricatures, mais celles-ci eurent beaucoup moins d’écho chez nos défenseurs de la liberté d’expression. Et bien entendu, comme toujours, la censure assura le succès de l’album, qui atteignit 100 000 exemplaires en quelques jours.

    Le capitalisme est comparable à une autruche qui avale tout, absolument tout. Mais là, quand même, il y pas mal de dessins de Gerhard Haderer qui lui restent, c’est sûr, en travers de la gorge. On peut rêver et c’est déjà beaucoup.

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Jean-Jacques Lequeu ? Abonnés

    -

    Lire

    Atypique, hors norme, extravagant, dérangeant… Des mots tellement usés et abusés quand il s’agit d’art et d’artistes qu’ils sont depuis longtemps vidés de leur sang et de leur sens. Mais voilà que l’œuvre surprenante de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), qui vient d’être exposée pour la première fois, redonne toute sa vigueur au mot « déroutant », et c’est assez rare pour qu’on s’attarde et qu’on se perde dans ses étranges dessins.

    Pas si étranges en apparence. Jean-Jacques Lequeu est dessinateur d’architecture, contemporain des plus grands de son temps, comme Soufflot, Ledoux ou Boullée. Sauf que lui, aucun de ses innombrables projets ne sera réalisé. De même que les jardins qu’il dessinait dans les moindres détails, dans le style classique ou rococo. Tout restera sur le papier, accompagné de ses curieux commentaires écrits. Pourtant, sa vie traverse les plus grands bouleversements de notre histoire, les Lumières, la Révolution, l’Empire, la Restauration. Les esprits se déchaînent, les utopies aussi, les idées, les grandeurs, les folies, l’histoire rue dans les brancards, mais lui, non, tout reste dans ses cartons.

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Laurie Lipton ? Abonnés

    -

    Lire

    Si, comme beaucoup, vous ne faites plus que des cauchemars sans surprise, qui ne vous réveillent plus en hurlant, le dos glacé de peur, les dessins de Laurie Lipton vont repeupler vos nuits et vos jours. Je dis « repeupler » pour vous ménager, mais le vrai mot est « hanter ». Au bureau, en famille, en vacances, rien ne sera tout à fait comme avant, car Laurie Lipton a trouvé le moyen de fendre cette armure molle de banalité qui nous sert aujourd’hui d’uniforme.

    Il y a vingt ans, Cornelius Castoriadis parlait d’une « montée de l’insignifiance » pour qualifier l’effet du grand bond en arrière néolibéral. Le temps lui donne raison, mais cette médiocratie ne se limite pas au champ politique et intello-médiatique. La loi du marché et de la com’ a réussi à domestiquer, à aseptiser, à rétrécir la moindre recherche, la moindre audace intellectuelle ou artistique, le moindre déraillement. Depuis longtemps – disons au moins depuis Marcel Duchamp avec son lavabo et son Porte-bouteilles –, l’oligarchie a su parfaitement désarmer toutes les provocations et tous les outrages, en retournant les signes les plus subversifs à son avantage, en montrant par sa largesse la largeur de son esprit.

Une sélection :

Le tourisme de masse, c’est dégueulasse ! AbonnésÉcouter

Le

Le tourisme, c’est très sympa. Ça permet de découvrir des œuvres d’art, de visiter des monuments historiques, de se plonger dans la culture d’un pays. Ça apporte aussi beaucoup de richesses aux régions visitées, puisque le touriste consomme, et donc le touriste crée de la croissance, et donc le touriste crée de l’emploi. Oui, sauf quand le touriste n’est pas le seul à avoir eu l’idée géniale de visiter cet endroit unique au monde. Et le tourisme, ça devient beaucoup moins sympa quand il y a trop de monde : attirés à grand renfort de campagnes publicitaires, les touristes finissent par détruire ce qu’ils étaient venus admirer. Exemple avec l’inscription à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, un « label » décerné par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Une consécration ou un cadeau empoisonné ?

Une série de reportages en dix épisodes Vous êtes seul, célibataire ? Là-bas vous aide à rencontrer quelqu’un ! [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Tout le monde ne se pose pas la question, mais beaucoup quand même : comment rencontrer quelqu’un ? Où choper un mec ? Où draguer une fille ? Dans la rue, dans un bar, au bureau ? Sur un site de rencontre, avec une application ? Pour une nuit, pour la vie ? Chacun ses trucs, mais au fait, comment font les autres ? Sophie Simonot est allée vous poser la question. Une série de reportages en dix épisodes, dans des milieux et des générations différentes, des réponses et des silences inattendus…