Olivier Azam, des Mutins de Pangée

Les groupes Medvedkine (1967-1974)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tout a commencé pendant les révoltes de l’année 1967 qui grandissaient chez les ouvriers et les paysans et qui annonçaient, sans le savoir, la grève générale de l’année suivante.

En février 1967, les cinéastes Chris Marker et Mario Marret répondent à l’invitation à se rendre à l’usine de la Rhodiacéta de Besançon en grève, « la première occupation d’usine depuis 1936 », nous dit-on. Les deux cinéastes commencent à tourner un documentaire sur le vif : À bientôt j’espère, un titre bien senti qui reprend la conclusion du jeune syndicaliste Georges Maurivard (dit « Yoyo »), face caméra, s’adressant aux patrons. En revoyant le film, on savoure la prémonition mais à l’époque, quand le film est projeté devant les ouvriers de la Rhodia, ce n’est pas la même histoire qui se chante. Des ouvriers prennent à parti les cinéastes : « je pense que le réalisateur, c’est un incapable… ». Les gars trouvent le film trop « romantique », pas assez proche de leur réalité. Chris Marker les prend au mot et leur propose de les aider à faire des films par eux-mêmes. L’aventure du groupe Medvedkine de Besançon est née.

Alexandre Medvedkine

Alexandre Medvedkine, c’est le nom d’un cinéaste soviétique auquel fait référence Chris Marker et qui a inventé les ciné-trains qui allaient d’usine en usine pour faire et montrer des films [1]… mais la comparaison s’arrête là. Dans le groupe Medvedkine de Besançon, les ouvriers vont prendre les caméras pour résister à leur condition avec la complicité de techniciens et cinéastes et un mode de production original, organisé de Paris par SLON, société de production fondée par Chris Marker et Inger Servolin, cette dernière traversant les frontières avec les bobines des films à l’arrière de la voiture, les vendant à des télévisions étrangères pour financer ce cinéma ouvrier totalement indépendant.

Fort de la critique du film déclencheur À bientôt j’espère, que l’on retrouve dans le « film sans images » La Charnière, le film Classe de lutte va s’inscrire pleinement dans le tournant féministe de l’époque, en suivant l’ouvrière Suzanne Zedet, qui n’est plus cantonnée à « sa vaisselle », « son linge », « son ménage », selon les mots de son mari aux côtés duquel elle apparaît silencieusement dans À bientôt j’espère.

Suzanne Zedet dans Classe de lutte (1969)

Ici, elle est filmée en pleine émancipation, découvrant les joies de la lutte, mais aussi Prévert, Picasso, la jeune femme se révélant à elle-même et aux autres lors d’une prise de parole devant l’usine Yema. Toutes ces transformations se passent sous nos yeux et cinquante ans plus tard, on partage ces découvertes avec jubilation. C’est la force du cinéma direct. Suivront ensuite la série de courts métrages coups de poings Nouvelle société, sortes de ciné-tracts réalisés par le groupe qui a pris les outils en main et Rhodia 4/8 chanté par Colette Magny, Le Traîneau-échelle et Lettre à mon ami Pol Cèbe sont deux films plus expérimentaux marqués par un désir de liberté enfin prêt à exploser.

Dans les aventures collectives qui marchent pendant des années, il y a toujours des personnalités qui « fluidifient les relations sociales » et c’est ce fameux ami Pol Cèbe, animateur du CCPPO [2], qui va jouer remarquablement ce rôle, faire le lien entre les deux aventures et permettre la création du groupe Medvedkine de Sochaux, et bien sûr Bruno Muel, qui va tenir la caméra avec talent et coordonner la réalisation des films jusqu’au bout.

L’expérience de Besançon va donc se poursuivre à l’usine Sochaux de Peugeot, avec un mode de fonctionnement assez différent, les ouvriers laissant les techniciens s’occuper complètement des techniques cinématographiques pour mieux participer collectivement au contenu. Il y a de la suite dans les idées, l’expérience du groupe de Besançon a nourri celle de la nouvelle génération de Sochaux.

Mai 68 est passé par là et la question de l’accès des ouvriers à la « culture » est désormais une vraie préoccupation, qui se traduit ici dans un mélange de création artistique et militante, de découvertes quotidiennes, loin des politiques culturelles élitistes et de l’art intimidant. Christian Corouge, ouvrier du groupe Medvedkine de Sochaux, racontera plus tard qu’il « préférait bouffer des patates et dépenser le peu de fric gagné à la chaîne en s’achetant des livres plutôt que de payer des crédits pour rouler avec les bagnoles qu’il fabriquait à l’usine… » Et son pote René Ledigherer économisait plusieurs mois de paye pour acheter des toiles à un peintre qu’il aimait bien.

Au commencement du groupe Medvedkine de Sochaux, l’urgence était de revenir sur les événements dramatiques de juin 68, avec le film Sochaux, 11 juin 1968, qui raconte la journée de la charge des CRS qui a fait deux morts côté ouvrier et qui marquera plusieurs générations, sans doute en grande partie parce que ce film a été vu longtemps encore [3].

Ensuite, le groupe Medvedkine de Sochaux tourne Les trois-quarts de la vie, qui a la force de la spontanéité et qui prépare déjà le prochain film, Week-end à Sochaux, mêlant scènes documentaires et mises en scène jouées par les ouvriers et les techniciens cinéma. Pour filmer une représentation du travail à la chaîne, il a fallu déployer de nombreuses astuces car Peugeot, bien sûr, n’autorisait pas le tournage dans l’usine. Christian Corouge le raconte ainsi : « on voulait pas faire un film militant comme on voyait à l’époque ! » Et cette volonté de créer du neuf va donner l’étonnant Week-end à Sochaux, qui alterne des situations absurdes, comme les séquences de recrutement ou de reconstitution de la chaîne et des paroles très fortes dénonçant le quotidien des jeunes ouvriers maltraités comme des prisonniers en taule, le tout dans une grande liberté de ton. On est loin du catéchisme militant et d’ailleurs les films des groupes Medvedkine de Sochaux ne plaisent pas à tout le monde. Les jeunes ouvriers font face aux attaques de leur propre camp.

« — Camarade Pablo Neruda ? — Présent ! », Septembre Chilien, un film de Bruno Muel et Théodore Robichet (1973)

Puis il y a l’incursion au Chili en 1973, au moment du coup d’État contre Allende qui donnera Septembre chilien, le film tourné par Bruno Muel et Théo Robichet dans le stade où sont emprisonnés les opposants de Pinochet, où la caméra se faufile habilement dans un court créneau temporel, la force des témoignages des résistants à la dictature naissante, les larmes et la rage aux obsèques de Pablo Neruda. De nos jours, l’internationale ouvrière solidaire n’est plus vraiment un sujet de conversation mais en ce temps-là, où on ne parlait pas encore de mondialisation ni de délocalisations, l’accès à la culture avait ouvert la curiosité pour des luttes qui ne paraissaient pas si lointaines. Le capitalisme avait des vrais visages, et celui des Peugeot et des Pinochet n’étaient pas si différents pour celles et ceux qui résistaient.

Au retour, Bruno Muel tourne un film beau et terrible qui ne cache rien du retour de bâton de la grève de 68 : Avec le sang des autres. Ce n’est plus un film collectif, c’est le cinéaste qui filme ce dernier opus qui sonne comme un adieu, qui « a été long à faire accepter aux copains du groupe », raconte aujourd’hui Bruno Muel. Pour la première fois, par une astuce qui passe encore par la solidarité internationale et la complicité d’une équipe anglaise qui a obtenu l’autorisation de filmer, on y voit des images très impressionnantes au cœur de la chaîne de l’usine Peugeot de Sochaux. On y est ! Et on n’a pas vraiment envie d’y entrer dans cette chaîne… Le temps des « établis » va passer et la jeunesse ouvrière que nous avions tant aimée dans le Week-end à Sochaux, on la voit ici bouffée par la chaîne, les mains prématurément usées, les corps et les cœurs laminés. Et pour les punir d’avoir rêvé et gueulé un peu trop autant que pour les mater, Peugeot envoie des nervis massacrer les plus costauds à coup de barre. La violence, la vraie violence. Pas celle contre les bagnoles et les vitrines, la vraie violence, celle qui brise les humains. Le film est bouleversant.

Ces gens vont ensuite résister jusqu’au bout du bout, jusqu’à la retraite s’ils y arrivent et après encore parfois. Les caméras ne sont plus là, l’histoire est passée, mais la force acquise dans cette expérience unique des groupes Medvedkine les a marqués pour la vie. Christian Corouge rappelle à chaque occasion que tous les gens qui sont passés par les groupes Medvedkine ont été transformés et qu’ils ont toujours gardé une façon de militer bien à eux, pleine de créativité et de liberté. C’est la victoire qu’on peut attendre de la lutte. C’est toujours insatisfaisant pour les insatisfaits mais résister de la sorte face à la puissance d’oppression de la machine, c’est énorme, et c’est comme ça, sur le long cours, malgré les retours en arrière, que se fait le progrès social quand il y en a.

LES GROUPES MEDVEDKINE (coffret)
par lesmutins.org

Dans une intervention récente à la Maison des Métallos à Paris, Henri Traforetti, ouvrier en retraite du groupe Medvedkine de Besançon, rappelait le principe qui avait guidé cette aventure : «  ne pas seulement tourner les images mais les monter, les montrer, les débattre. »

De notre temps où les images surgissent en flux continu, en direct et en propagation « virale », consommées aussitôt, sans avoir le temps de les digérer qu’on se gave frénétiquement d’une nouvelle tournée, arrêter le flux et regarder les films des groupes Medvedkine, l’un après l’autre, c’est assister à une réflexion collective sans cesse en construction, sur le temps long, de 1967 à 1974, où chaque film apprend du film précédent et où l’ensemble forme une grande fresque où les acteurs et les spectateurs poursuivent un dialogue continu en images avec de la suite dans les idées…

Olivier Azam

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Le train en marche, un film de Chris Marker à voir dans « Les groupes Medvedkine (1967 - 1974) », coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA, 2018.

[2Centre Culturel Populaire de Palente-les-Orchamps.

[3Là-bas si j’y suis, « Sochaux, 11 juin 1968 », 11 juin 2018.

Voir aussi

Toute cette histoire est racontée dans le coffret livre-DVD regroupant 15 films des groupes Medvedkine ainsi que Le train en marche où Chris Marker filme le cinéaste russe dont il a emprunté le nom, Alexandre Medvedkine :

« Les Groupes Medvedkine (1967-1974) », un coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA

Sur notre site

À voir

  • Un film du groupe Medvedkine de Sochaux

    Sochaux, 11 juin 1968 Abonnés

    Voir
    En ce 11 juin 1968, l’usine Peugeot de Sochaux est toujours occupée. Les ouvriers de l’industrie de l’automobile ne sont pas vraiment convaincus d’avoir obtenu toutes les satisfactions espérées mais les patrons et le gouvernement veulent (...)

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte prend un cours de syndicalisme policier Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné qui, tel ton serviteur, détestes au plus haut point l’arbitraire et son alliée de toujours, la violence, tu apprécieras sûrement d’apprendre que le journaliste citoyen David Dufresne n’est plus seul à dénoncer avec une légitime indignation la multiplication des bavures policières. Depuis quelques semaines, il a été rejoint dans son juste combat par un certain Emmanuel Macron, qui en connaît un rayon en matière de bavures, puisque c’est lui-même qui, pendant plus d’un an, a demandé à son ministre de l’Intérieur, le très rustique Christophe Castaner, d’autoriser ses forces de l’ordre à se faire franchement plaisir pendant les manifs, en donnant libre cours à leur imagination et leur créativité spontanée dans les domaines de la création d’hématomes, de l’énucléation à distance et de l’arrachage de métacarpe sans anesthésie.

  • Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI !… Accès libre

    -

    Lire

    MERCI POUR CETTE SUPERBE FÊTE MODESTE ET GÉNIALE POUR LES TRENTE ANS DE LÀ-BAS. NOUS VOILÀ REGONFLÉS À BLOC POUR LES CASTAGNES À VENIR, COMME POUR LES BAISERS DANS L’HERBE TENDRE. Des grands moments avec Mathilde LARRÈRE, François RUFFIN, Olivier BESANCENOT, Corinne MASIERO, Jean-Luc MÉLENCHON, Gérard FILOCHE, les MOTIVÉS, les MOLOTOV BROTHERS, Roch HAVET et GUILLAUME et d’autres encore, mais surtout SÉVERINE et son compagnon MANU, « gilet jaune » avec un bandeau noir sur son œil arraché par un tir dans une manif, sur ordre de la bande à Macron.

  • Derrière la fashion week Le monde merveilleux de la mode Abonnés

    -

    Voir

    Chouette, c’ est la fashion week ! Du 20 au 23 janvier c’est la mode femme, venez vite refaire votre look. Ne dites pas que vous n’en rêvez pas. Rien qu’en France, le chiffre d’affaires annuel de la mode c’est plus de 150 milliards d’euros, soit plus que l’aviation et l’automobile réunis. Glamour, rêve et passion, des milliers de jeunes rêvent de faire mannequin. 10 000 chaque année se présentent au concours de l’agence Elite. Très peu réussiront. Et dans quelles conditions ? Il y a les stars, mais les autres sont beaucoup moins bien payés, voire pas payés du tout. Mais malheur à quiconque vendra la mèche. Malgré l’omerta, quelques-unes et quelques-uns osent se défendre et parler.

  • Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie Abonnés

    -

    Écouter

    « Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.

  • Quand le méprisant de la République va au théâtre TAHA LIBRE ! Mais l’enquête se poursuit… Accès libre

    -

    Voir

    Le dangereux militant TAHA BOUHAFS, qui se fait passer pour un simple journaliste, a été remis en liberté après sa détention en garde à vue. La veille, il avait organisé un attentat contre le chef de l’État, qui heureusement a échoué grâce au courage et sang-froid de notre police. Il a été fanatiquement accueilli par des militants violents (certains étant d’aspect musulman). Et bien sûr, l’équipe de LÀ-BAS SI J’Y SUIS était là !

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte Hebdo : la 100e ! Abonnés

    -

    Voir

    Il n’a pas dû t’échapper, ami abonné, que dès qu’on associe le mot « politique » à « police » ou « sécurité », tout de suite on se dit qu’il y a une embrouille dans le sous-texte, une arrière-pensée qui pointe le bout de son nez, une manip qui rode, une intention, pas forcément bonne, qui se balade ou une de ces intox dont la maison poulaga est friande. Je ne te cacherai pas que lorsque j’ai vu et surtout entendu l’exécutif opérer un virage à 180 degrés, en dénonçant du jour au lendemain la toxicité pour la démocratie du déchaînement de violence policière que lui-même avait suscité puis encouragé au cours de ces derniers mois, j’ai eu la nette impression que cette volte-face était prévue depuis plusieurs mois, dans la perspective des municipales ; bof, j’ai sûrement tort.

  • Selon les médias ça s’essouffle, mais dans la vraie vie ça craque de partout ! Abonnés

    -

    Voir

    Santé, éducation, transports, énergie, justice… ça craque de partout. Matraquage policier, matraquage médiatique, rien à faire, la rue tient bon ! Mardi 14 janvier, Là-bas si j’y suis ne savait plus où donner de la tête, tellement les mobilisations se multiplient. À 10h, Gaylord Van Wymeersch et Kévin Accart étaient devant l’université Paris-Sorbonne (dans le 5e arrondissement) où les collectifs d’enseignants d’Île-de-France ont mené une action avant le départ de la manifestation contre la réforme des retraites. Puis à midi, ils étaient à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour la conférence de presse de 1 200 médecins et chefs de service, qui ont présenté leur démission – historique – à la ministre « des Solidarités » et de la Santé, Agnès Buzyn. Enfin à 13h, ils rencontraient les grévistes de la RATP venus soutenir un des leurs, Hani Labidi, chauffeur de bus menacé de révocation. L’incendie se propage et les foyers de contestation s’intensifient face à un gouvernement pyromane. Mais rassurez-vous, Christophe Castaner a enfin découvert les violences policières.

  • Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (épisode 05) Daniel Bensaïd, fragments mécréants Accès libre

    -

    Écouter

    Suite de notre hommage à Daniel Bensaïd, disparu il y a juste dix ans, le 12 janvier 2010. En 2005, avec « Fragments mécréants », il analyse la fragmentation de notre société en autant d’ilots rivaux selon des critères identitaires, religieux, communautaires ou victimaires. Cette désintégration sous la pression des politiques néo-libérales remet en cause l’intégration républicaine et détruit les solidarités de classe sauf du côté de l’oligarchie où l’on sait s’entraider avec élégance et discrétion.

  • Reportage dans la manifestation du 9 janvier à Rouen La régression sociale ne se négocie pas : elle se combat ! Abonnés

    -

    Écouter

    "Le Chemin de l’espoir d’une victoire". C’est dans l’effervescence d’une manif qu’on entend des mots comme ça. Là c’est à Rouen, du docker à l’avocat, de l’aide soignante à l’enseignante, de la mère célibataire au licencié du "plan social", du gilet jaune au gilet rouge. Dans la manif du 9 janvier, un reportage de Dillah Teibi.

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.