Chaque mardi, Olivier Besancenot vous dit UN GROS MOT (vidéo et podcast)

Les Gros mots #25 : VIOLENCE Abonnés

1

Le

« Forte mobilisation pour un 1er-Mai unitaire émaillé de violences dans plusieurs villes ». Voilà comment le site du journal Le Monde résumait, le premier mai au soir, une journée de manifestations dopées par l’opposition à la réforme des retraites du gouvernement. Le Parisien, lui, évoquait un « regain de violences dans les défilés du 1er Mai », ce que confirmait le site du Point : « des manifestations très suivies mais émaillées de violences ». Alors faut-il vraiment s’étonner que les manifestations soient émaillées de violences ? De quelles violences parle-t-on ? Et toute violence est-elle a priori condamnable en politique ? C’est le bon moment pour revoir ce numéro des « Gros mots » de Besancenot consacré à la « violence ».

« Est-ce que vous condamnez les violences ? » C’est désormais la question rituelle à laquelle toute personne soutenant un mouvement de contestation est sommée de répondre. Et il est vivement conseillé de répondre par l’affirmative, sous peine d’être immédiatement accusé de sortir du champ démocratique.

Pourtant, cette vieille question des moyens qu’il faut donner à nos luttes mérite d’être posée : toute violence politique est-elle a priori condamnable ? Faut-il totalement et définitivement exclure la lutte armée des modes d’action de la gauche ? Avant de s’interroger sur la légitimité de la violence, encore faut-il savoir de quelle violence on parle. Et le mieux, c’est de commencer par se rappeler les propos de l’évêque brésilien Hélder Câmara :

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

chronique : Olivier Besancenot
réalisation : Jonathan Duong
montage : Julie Dugué
son : Sylvain Richard
musique : André Minvielle, « Esperanza l’Aranesa »

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »