L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Le plan du voiturier

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans la revue de presse de Didier Porte, c’est le petit Dany, le stagiaire de la rédaction, qui nous dévoile un bon plan Là-bas… ah, il ira loin, le gamin !

Vous êtes dans la galère, vous êtes dans la misère ? Voilà un bon plan pour en sortir, pour frimer et même pour vous balader en amoureux dans une bagnole de luxe le jour de la Saint-Valentin : c’est le plan du voiturier.

Il vous suffit d’une casquette de voiturier. Une belle casquette de voiturier, ça coûte à partir de 50 euros sur le net. Un petit investissement, mais qui vaut la peine… Mais si vous ne pouvez pas, faites-vous copain avec un voiturier qui vous prêtera la sienne un jour de congé.

Donc vous voilà avec votre casquette devant le resto super chic ou le palace plein de rupins. Et voilà une grosse BMW qui arrive, ou une Porsche Cayenne : vous ouvrez la portière à la rombière du gars, vous lui ouvrez sa portière à lui, et sans même vous regarder, il vous file ses clefs. Et là, à vous la liberté, à vous la Mercedes, à vous la grosse cylindrée ! En voiture Simone, cigare, champagne et radada !

Et après ? Vous aurez pris contact avec des spécialistes de l’évasion automobile qui vous en donneront un bon prix : une belle BMW, ça coûte 90 000 €, la Mercedes coupé 120 000 €, la Porsche Cayenne Turbo c’est 140 000 €. Même si on vous en donne 10% en liquide, ça vaut le coup.

Qu’est-ce qu’on dit ? On dit merci Là-bas si j’y suis !

C’est génial, mais restons modestes, il faut d’autres idées contre la galère et la misère : en France, en 2017, selon la fondation Abbé Pierre, 141 500 personnes sont à la rue, dont plus de 30 000 enfants. Les personnes mal logées en France sont 3 798 000 [1]. Le nombre de logements vacants est de 2 995 000 [2].

Et puis rappelons le nombre de pauvres dans notre beau pays, selon l’INSEE : entre 5 et 9 millions selon les bases de calcul adoptées [3].

Et les bureaux ? Il y a 3,9 millions de mètres carrés de bureaux vides rien qu’en Île-de-France, c’est-à-dire l’équivalent de 132 000 studios de 25 m2

Voilà au moins 30 ans que le DAL se bat pour que dalle, l’oligarchie s’en fout. Une question : est-ce qu’on va continuer d’être gentil éternellement ?

Pour le logement, une seule solution : la réquisition !

On connaît tous une maison, un appartement vide depuis des années, que les propriétaires se gardent comme un bon gros placement alors que des familles avec des mômes couchent dans la rue. Pour réquisitionner un logement, il suffit qu’il soit vide depuis 12 mois. Pour trouver des locaux vacants, il suffit de voir du côté du compteur électrique, ou du compteur d’eau, ou même du téléphone.

C’est en principe le préfet qui décide de la réquisition, mais tout ça est bien mou, ça ne se fait pas beaucoup, les spéculateurs sont les plus malins et les plus forts, ils organisent la pénurie : ce qui est rare est cher, moins il y a de logement, plus ils s’engraissent gentiment.

Alors faisons nous-mêmes la réquisition ! Organisons-nous : on repère des logements vacants et on réquisitionne en même temps 50, 100, 200 logements, c’est possible ! On assure du côté eau et électricité avec des camarades compétents (ça existe !). Et pour ouvrir les portes ? On peut appliquer la méthode pied de biche et perceuse électrique, mais on peut aussi simplement appeler un serrurier : « Monsieur le serrurier, j’ai perdu mes clefs ! » Et hop, le serrurier vous ouvre la porte.

Et vous imaginez ? Allons-y, 500, 1 000, 2 000 logements d’un seul coup.

Et après ça, on peut discuter avec le propriétaire, on peut établir un bail, il y a des propriétaires très gentils, mais si, mais si… Et s’ils refusent ? On peut les pendre.

On va quand même pas être gentil éternellement, si ?

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

Dernières publis

Une sélection :

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance AbonnésÉcouter

Le

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?

Skouze-moi dérangé vous sivouplé. Un reportage de Sophie Simonot Je m’appelle Amadora, je suis Rom, j’ai douze ans AbonnésÉcouter

Le

Et elle éclate de rire. Pourtant il n’y a pas de quoi. En France les Roms sont de loin les plus rejetés, oui mais on ne peut pas se dire toute la journée qu’on est une victime. Pour tenir, il faut résister. Éclater de rire, c’est résister. Arrivée en France avec sa famille à l’âge de quatre ans, Amadora a vite appris le français et elle le parle parfaitement. Toute petite, elle est devenue l’interprète de tout le campement. Avec les flics, avec le médecin, avec l’assistante sociale, c’est comme ça qu’elle découvre la vie. Elle discute le prix des matelas que son père ramasse dans la rue, elle traduit sa mère qui dit qu’« en France, même les poubelles, tu peux en vivre, c’est comme un magasin ». La journaliste Dominique Simonnot est devenue sa grande copine. Ça a fini par donner ce livre unique sur l’histoire d’une famille Rom en France.

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Accès libreLire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :