L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Le plan du voiturier

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans la revue de presse de Didier Porte, c’est le petit Dany, le stagiaire de la rédaction, qui nous dévoile un bon plan Là-bas… ah, il ira loin, le gamin !

Vous êtes dans la galère, vous êtes dans la misère ? Voilà un bon plan pour en sortir, pour frimer et même pour vous balader en amoureux dans une bagnole de luxe le jour de la Saint-Valentin : c’est le plan du voiturier.

Il vous suffit d’une casquette de voiturier. Une belle casquette de voiturier, ça coûte à partir de 50 euros sur le net. Un petit investissement, mais qui vaut la peine… Mais si vous ne pouvez pas, faites-vous copain avec un voiturier qui vous prêtera la sienne un jour de congé.

Donc vous voilà avec votre casquette devant le resto super chic ou le palace plein de rupins. Et voilà une grosse BMW qui arrive, ou une Porsche Cayenne : vous ouvrez la portière à la rombière du gars, vous lui ouvrez sa portière à lui, et sans même vous regarder, il vous file ses clefs. Et là, à vous la liberté, à vous la Mercedes, à vous la grosse cylindrée ! En voiture Simone, cigare, champagne et radada !

Et après ? Vous aurez pris contact avec des spécialistes de l’évasion automobile qui vous en donneront un bon prix : une belle BMW, ça coûte 90 000 €, la Mercedes coupé 120 000 €, la Porsche Cayenne Turbo c’est 140 000 €. Même si on vous en donne 10% en liquide, ça vaut le coup.

Qu’est-ce qu’on dit ? On dit merci Là-bas si j’y suis !

C’est génial, mais restons modestes, il faut d’autres idées contre la galère et la misère : en France, en 2017, selon la fondation Abbé Pierre, 141 500 personnes sont à la rue, dont plus de 30 000 enfants. Les personnes mal logées en France sont 3 798 000 [1]. Le nombre de logements vacants est de 2 995 000 [2].

Et puis rappelons le nombre de pauvres dans notre beau pays, selon l’INSEE : entre 5 et 9 millions selon les bases de calcul adoptées [3].

Et les bureaux ? Il y a 3,9 millions de mètres carrés de bureaux vides rien qu’en Île-de-France, c’est-à-dire l’équivalent de 132 000 studios de 25 m2

Voilà au moins 30 ans que le DAL se bat pour que dalle, l’oligarchie s’en fout. Une question : est-ce qu’on va continuer d’être gentil éternellement ?

Pour le logement, une seule solution : la réquisition !

On connaît tous une maison, un appartement vide depuis des années, que les propriétaires se gardent comme un bon gros placement alors que des familles avec des mômes couchent dans la rue. Pour réquisitionner un logement, il suffit qu’il soit vide depuis 12 mois. Pour trouver des locaux vacants, il suffit de voir du côté du compteur électrique, ou du compteur d’eau, ou même du téléphone.

C’est en principe le préfet qui décide de la réquisition, mais tout ça est bien mou, ça ne se fait pas beaucoup, les spéculateurs sont les plus malins et les plus forts, ils organisent la pénurie : ce qui est rare est cher, moins il y a de logement, plus ils s’engraissent gentiment.

Alors faisons nous-mêmes la réquisition ! Organisons-nous : on repère des logements vacants et on réquisitionne en même temps 50, 100, 200 logements, c’est possible ! On assure du côté eau et électricité avec des camarades compétents (ça existe !). Et pour ouvrir les portes ? On peut appliquer la méthode pied de biche et perceuse électrique, mais on peut aussi simplement appeler un serrurier : « Monsieur le serrurier, j’ai perdu mes clefs ! » Et hop, le serrurier vous ouvre la porte.

Et vous imaginez ? Allons-y, 500, 1 000, 2 000 logements d’un seul coup.

Et après ça, on peut discuter avec le propriétaire, on peut établir un bail, il y a des propriétaires très gentils, mais si, mais si… Et s’ils refusent ? On peut les pendre.

On va quand même pas être gentil éternellement, si ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »