L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Le plan du voiturier

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans la revue de presse de Didier Porte, c’est le petit Dany, le stagiaire de la rédaction, qui nous dévoile un bon plan Là-bas… ah, il ira loin, le gamin !

Vous êtes dans la galère, vous êtes dans la misère ? Voilà un bon plan pour en sortir, pour frimer et même pour vous balader en amoureux dans une bagnole de luxe le jour de la Saint-Valentin : c’est le plan du voiturier.

Il vous suffit d’une casquette de voiturier. Une belle casquette de voiturier, ça coûte à partir de 50 euros sur le net. Un petit investissement, mais qui vaut la peine… Mais si vous ne pouvez pas, faites-vous copain avec un voiturier qui vous prêtera la sienne un jour de congé.

Donc vous voilà avec votre casquette devant le resto super chic ou le palace plein de rupins. Et voilà une grosse BMW qui arrive, ou une Porsche Cayenne : vous ouvrez la portière à la rombière du gars, vous lui ouvrez sa portière à lui, et sans même vous regarder, il vous file ses clefs. Et là, à vous la liberté, à vous la Mercedes, à vous la grosse cylindrée ! En voiture Simone, cigare, champagne et radada !

Et après ? Vous aurez pris contact avec des spécialistes de l’évasion automobile qui vous en donneront un bon prix : une belle BMW, ça coûte 90 000 €, la Mercedes coupé 120 000 €, la Porsche Cayenne Turbo c’est 140 000 €. Même si on vous en donne 10% en liquide, ça vaut le coup.

Qu’est-ce qu’on dit ? On dit merci Là-bas si j’y suis !

C’est génial, mais restons modestes, il faut d’autres idées contre la galère et la misère : en France, en 2017, selon la fondation Abbé Pierre, 141 500 personnes sont à la rue, dont plus de 30 000 enfants. Les personnes mal logées en France sont 3 798 000 [1]. Le nombre de logements vacants est de 2 995 000 [2].

Et puis rappelons le nombre de pauvres dans notre beau pays, selon l’INSEE : entre 5 et 9 millions selon les bases de calcul adoptées [3].

Et les bureaux ? Il y a 3,9 millions de mètres carrés de bureaux vides rien qu’en Île-de-France, c’est-à-dire l’équivalent de 132 000 studios de 25 m2

Voilà au moins 30 ans que le DAL se bat pour que dalle, l’oligarchie s’en fout. Une question : est-ce qu’on va continuer d’être gentil éternellement ?

Pour le logement, une seule solution : la réquisition !

On connaît tous une maison, un appartement vide depuis des années, que les propriétaires se gardent comme un bon gros placement alors que des familles avec des mômes couchent dans la rue. Pour réquisitionner un logement, il suffit qu’il soit vide depuis 12 mois. Pour trouver des locaux vacants, il suffit de voir du côté du compteur électrique, ou du compteur d’eau, ou même du téléphone.

C’est en principe le préfet qui décide de la réquisition, mais tout ça est bien mou, ça ne se fait pas beaucoup, les spéculateurs sont les plus malins et les plus forts, ils organisent la pénurie : ce qui est rare est cher, moins il y a de logement, plus ils s’engraissent gentiment.

Alors faisons nous-mêmes la réquisition ! Organisons-nous : on repère des logements vacants et on réquisitionne en même temps 50, 100, 200 logements, c’est possible ! On assure du côté eau et électricité avec des camarades compétents (ça existe !). Et pour ouvrir les portes ? On peut appliquer la méthode pied de biche et perceuse électrique, mais on peut aussi simplement appeler un serrurier : « Monsieur le serrurier, j’ai perdu mes clefs ! » Et hop, le serrurier vous ouvre la porte.

Et vous imaginez ? Allons-y, 500, 1 000, 2 000 logements d’un seul coup.

Et après ça, on peut discuter avec le propriétaire, on peut établir un bail, il y a des propriétaires très gentils, mais si, mais si… Et s’ils refusent ? On peut les pendre.

On va quand même pas être gentil éternellement, si ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.