Chaque mardi, une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot

La révolution allemande (1918-1923) : Une révolution maudite et inédite (1/4) Abonnés

1

Le

Tout un été Là-bas, c’est le temps de prendre son temps… le temps de (re)découvrir le meilleur de Là-bas.

Une révolution oubliée et maudite du fait de son échec et des monstres qui s’ensuivirent : le nazisme et le stalinisme. Une révolution inédite d’une exceptionnelle durée, de 1918 à 1923. C’est cette révolution allemande qu’Olivier Besancenot nous raconte en quatre épisodes.

SOCIALISME OU BARBARIE

Un temps où les peuples à travers le monde, devant, à la fois les horreurs de la guerre mais aussi devant la révolution d’Octobre, se lancèrent dans l’espérance d’un monde nouveau. Un désir de renouer avec le puissant courant socialiste qu’un nationalisme fanatique avait brisé en imposant partout la guerre en 1914. On parle d’un socialisme qui n’a évidemment rien à voir avec celui de madame Hidalgo ; on évoque une époque qui peut sembler lointaine, sauf pour l’essentiel qui tient dans la phrase fameuse attribuée à Trotsky : « Quand le peuple ne trouve pas d’issue dans l’espoir révolutionnaire, il trouve une issue dans le désespoir contre-révolutionnaire ». Aujourd’hui la brutalité a changé de forme mais le choix reste le même entre socialisme ou barbarie.


À BAS LA GUERRE !

4 août 1914, les crédits de guerre sont votés à l’unanimité au Reichstag. L’Allemagne entre officiellement en guerre. La majorité des allemands est persuadée qu’il s’agit d’une guerre défensive, jusqu’à ce que les masques tombent.

Un peu partout, dans les tranchées de chaque camps, montent progressivement cette clameur : « À bas la guerre  ». En Allemagne, il va falloir attendre 1917 et la préparation du traité de Brest-Litovsk (dont la véritable ambition est annexionniste) pour que la guerre apparaissent au yeux du grand public pour ce qu’elle est fondamentalement, au-delà de son atrocité : une guerre qui suit des logiques impérialistes. Du jour au lendemain ou presque, des centaines de milliers de travailleurs vont passer d’une position d’acceptation passive de la guerre défensive, à une opposition frontale.

Si la révolte a mis plus de temps en Allemagne qu’ailleurs à s’exprimer, elle n’en a été que plus subversive : la révolte a été révolution.

Là-bas

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)