Chaque mardi, une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot

LA RÉVOLUTION ALLEMANDE (1918-1923) : UNE RÉVOLUTION MAUDITE ET INÉDITE (1/4) Première partie Abonnés

1

Le

Une révolution oubliée et maudite du fait de son échec et des monstres qui s’ensuivirent : le nazisme et le stalinisme. Une révolution inédite d’une exceptionnelle durée, de 1918 à 1923. C’est cette révolution allemande qu’Olivier Besancenot nous raconte en quatre épisodes.

SOCIALISME OU BARBARIE

Un temps où les peuples à travers le monde, devant, à la fois les horreurs de la guerre mais aussi devant la révolution d’Octobre, se lancèrent dans l’espérance d’un monde nouveau. Un désir de renouer avec le puissant courant socialiste qu’un nationalisme fanatique avait brisé en imposant partout la guerre en 1914. On parle d’un socialisme qui n’a évidemment rien à voir avec celui de madame Hidalgo ; on évoque une époque qui peut sembler lointaine, sauf pour l’essentiel qui tient dans la phrase fameuse attribuée à Trotsky : « Quand le peuple ne trouve pas d’issue dans l’espoir révolutionnaire, il trouve une issue dans le désespoir contre-révolutionnaire ». Aujourd’hui la brutalité a changé de forme mais le choix reste le même entre socialisme ou barbarie.


À BAS LA GUERRE !

4 août 1914, les crédits de guerre sont votés à l’unanimité au Reichstag. L’Allemagne entre officiellement en guerre. La majorité des allemands est persuadée qu’il s’agit d’une guerre défensive, jusqu’à ce que les masques tombent.

Un peu partout, dans les tranchées de chaque camps, montent progressivement cette clameur : « À bas la guerre  ». En Allemagne, il va falloir attendre 1917 et la préparation du traité de Brest-Litovsk (dont la véritable ambition est annexionniste) pour que la guerre apparaissent au yeux du grand public pour ce qu’elle est fondamentalement, au-delà de son atrocité : une guerre qui suit des logiques impérialistes. Du jour au lendemain ou presque, des centaines de milliers de travailleurs vont passer d’une position d’acceptation passive de la guerre défensive, à une opposition frontale.

Si la révolte a mis plus de temps en Allemagne qu’ailleurs à s’exprimer, elle n’en a été que plus subversive : la révolte a été révolution.

Là-bas

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

chronique : Olivier Besancenot
réalisation : Jonathan Duong
montage : Ugo Simon et Amélie Brunet
son : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.

Pour des milliers de prostituées, une misère sans aide OUI, JE SUIS UNE PUTE, ET ALORS ? QUE DEVIENT SAM ? AbonnésÉcouter

Le

Oui, je suis une pute, et alors ? SAM le proclame bien fort. Elle assume. Mais les infirmières de la sexualité publique sont dans une mauvaise passe, et même plus de passes du tout. Ce salaud de Covid a chassé le client, et SAM ne s’est pas encore convertie au télétravail. En plus de ça, il y a cette loi de 2016 qui pénalise le client, et comme beaucoup de ses 30 000 collègues, elle a vu son chiffre d’affaires s’effondrer. Et aucun filet social. Juste un RSA et encore. Et ces vaches de bourgeois qui les appellent des filles de joie.

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…