La nouvelle ministre du Travail raconte (déjà) n’importe quoi Abonnés

Le

Pour légitimer la réforme du code du travail, la ministre du Travail Muriel Pénicaud balance des comparaisons internationales pas toujours pertinentes. L’ancienne DRH de Danone affirme, notamment, que « tous les pays européens » plafonnent les dommages-intérêts en cas de licenciement abusif. C’est faux.

Alors qu’elle était interrogée sur la réforme du travail qui s’annonce par ordonnances et notamment sur le plafonnement des dommages-intérêts envisagés en cas de licenciement abusif, l’ancienne DRH du groupe Danone et nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a affirmé sur France Inter que « tous les pays européens » plafonnaient de tels dommages-intérêts et que la France était, dans ce domaine, « le seul pays à ne pas donner de points de repère » :

« Alors, oui, pour peut-être clarifier pour les auditeurs, en cas de licenciement, il y a trois indemnités. Enfin, il y en a deux, plus exactement : l’indemnité légale, fixée par la loi, l’indemnité conventionnelle fixée par la branche ou l’accord d’entreprise.

Et puis, si le juge reconnaît que le licenciement est abusif, n’aurait pas dû avoir lieu, il y a des dommages et intérêts. C’est cette partie-là dont on discute, sur les barèmes. Tous les pays européens ont une barèmisation, c’est-à-dire qu’il y a un plancher et un plafond, en gros, qui est lié à l’ancienneté et un certain nombre de critères de ce type-là. (…) Comme on est le seul pays à pas donner de points de repère, c’est tétanisant pour les PME. »

Alors, la France est-elle le seul pays européen à ne pas plafonner les indemnités prudhommales en cas de licenciement abusif, sans cause réelle et sérieuse ?

Et bien non, c’est faux. La France n’est pas seule en ce domaine. En tout cas, si l’on se réfère à la consultation des législations en vigueur sur le site de l’Organisation Internationale du Travail (l’OIT).

La consultation de ces législations nous apprend en effet que si, dans pas mal de pays, des dispositions limitent effectivement la compensation d’un licenciement injustifié, dans d’autres, comme en France, ce n’est pas le cas : comme en Autriche, par exemple, où le montant des indemnisations est librement déterminé par les tribunaux et les cours. Comme au Luxembourg ou aux Pays-Bas ou encore (hors Union Européenne) en Norvège.

Dans la même interview, Muriel Pénicaud s’essaye à une autre comparaison internationale. Cette fois, sur un sujet, plus technique, celui du regroupement, souhaité par le gouvernement, de ce que l’on appelle les instances représentatives du personnel qui sont jugées, toujours par le gouvernement (et par le patronat…) trop nombreuses en France :

« Vous savez qu’on est le seul pays européen – paraît-il du monde – qui a quatre instances (le comité d’entreprise, le comité d’hygiène et de sécurité, les délégués du personnel et les délégués syndicaux) pour représenter les salariés vis-à-vis de l’employeur. »

Seulement, voilà, ce que ne dit pas Muriel Pénicaud à son auditoire, celui de France Inter, peut-être pas au fait de la législation en matière de représentation des salariés, c’est que :

- d’une part, en France, sans faire de comparaisons internationales, toutes les entreprises ne sont pas dotées de ces quatre instances – dont la ministre semble vouloir dire qu’elles nous placent de manière irraisonnable en dehors de ce qui serait une norme internationale. Ces instances représentatives du personnel ne sont créées qu’à partir de seuils d’effectifs précis : les entreprises de moins de 11 salariés par exemple, qui concentrent la moitié des emplois en France, n’en bénéficient pas : elles n’ont ni délégués du personnel, ni comités d’entreprise. Pour le coup, la comparaison internationale tombe un peu à côté de la plaque.

- et puis d’autre part, si l’on regarde cette fois ce qu’il se passe à l’étranger, ce que l’on peut faire en consultant le site, plutôt bien fait, de l’Institut Syndical Européen, un centre de recherches qui a recensé les systèmes de représentation des salariés pour les comparer d’un pays à un autre, on peut facilement observer qu’il n’est pas rare que nos voisins, eux, disposent, de trois instances – pas quatre mais trois : des représentants syndicaux, des comités d’entreprise, des comités d’hygiène et de sécurité, soit à une instance près, donc, ce qui existe en France, dans les entreprises de plus de 50 salariés. Faut-il alors s’émouvoir de cette différence ?

En fait, ce qui saute aux yeux à travers ces deux exemples empruntés à la nouvelle ministre du Travail interrogée par France Inter, c’est cette pratique devenue habituelle des comparaisons avec les autres pays qui est loin d’être toujours adaptée, quand elle ne relève pas simplement de l’erreur (on l’a vu sur le plafonnement des indemnités), voire, parfois, du mensonge.

Comme si, implicitement aussi, faire comme les autres était nécessairement un gage de pertinence… Ou comme si se distinguer des autres était nécessairement à blâmer.

En matière de communication politique, utiliser des comparaisons internationales, c’est souvent le meilleur moyen trouvé pour accuser son chien qu’il a la rage… et le tuer !

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?