La nouvelle ministre du Travail raconte (déjà) n’importe quoi Abonnés

Le

Pour légitimer la réforme du code du travail, la ministre du Travail Muriel Pénicaud balance des comparaisons internationales pas toujours pertinentes. L’ancienne DRH de Danone affirme, notamment, que « tous les pays européens » plafonnent les dommages-intérêts en cas de licenciement abusif. C’est faux.

Alors qu’elle était interrogée sur la réforme du travail qui s’annonce par ordonnances et notamment sur le plafonnement des dommages-intérêts envisagés en cas de licenciement abusif, l’ancienne DRH du groupe Danone et nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a affirmé sur France Inter que « tous les pays européens » plafonnaient de tels dommages-intérêts et que la France était, dans ce domaine, « le seul pays à ne pas donner de points de repère » :

« Alors, oui, pour peut-être clarifier pour les auditeurs, en cas de licenciement, il y a trois indemnités. Enfin, il y en a deux, plus exactement : l’indemnité légale, fixée par la loi, l’indemnité conventionnelle fixée par la branche ou l’accord d’entreprise.

Et puis, si le juge reconnaît que le licenciement est abusif, n’aurait pas dû avoir lieu, il y a des dommages et intérêts. C’est cette partie-là dont on discute, sur les barèmes. Tous les pays européens ont une barèmisation, c’est-à-dire qu’il y a un plancher et un plafond, en gros, qui est lié à l’ancienneté et un certain nombre de critères de ce type-là. (…) Comme on est le seul pays à pas donner de points de repère, c’est tétanisant pour les PME. »

Alors, la France est-elle le seul pays européen à ne pas plafonner les indemnités prudhommales en cas de licenciement abusif, sans cause réelle et sérieuse ?

Et bien non, c’est faux. La France n’est pas seule en ce domaine. En tout cas, si l’on se réfère à la consultation des législations en vigueur sur le site de l’Organisation Internationale du Travail (l’OIT).

La consultation de ces législations nous apprend en effet que si, dans pas mal de pays, des dispositions limitent effectivement la compensation d’un licenciement injustifié, dans d’autres, comme en France, ce n’est pas le cas : comme en Autriche, par exemple, où le montant des indemnisations est librement déterminé par les tribunaux et les cours. Comme au Luxembourg ou aux Pays-Bas ou encore (hors Union Européenne) en Norvège.

Dans la même interview, Muriel Pénicaud s’essaye à une autre comparaison internationale. Cette fois, sur un sujet, plus technique, celui du regroupement, souhaité par le gouvernement, de ce que l’on appelle les instances représentatives du personnel qui sont jugées, toujours par le gouvernement (et par le patronat…) trop nombreuses en France :

« Vous savez qu’on est le seul pays européen – paraît-il du monde – qui a quatre instances (le comité d’entreprise, le comité d’hygiène et de sécurité, les délégués du personnel et les délégués syndicaux) pour représenter les salariés vis-à-vis de l’employeur. »

Seulement, voilà, ce que ne dit pas Muriel Pénicaud à son auditoire, celui de France Inter, peut-être pas au fait de la législation en matière de représentation des salariés, c’est que :

- d’une part, en France, sans faire de comparaisons internationales, toutes les entreprises ne sont pas dotées de ces quatre instances – dont la ministre semble vouloir dire qu’elles nous placent de manière irraisonnable en dehors de ce qui serait une norme internationale. Ces instances représentatives du personnel ne sont créées qu’à partir de seuils d’effectifs précis : les entreprises de moins de 11 salariés par exemple, qui concentrent la moitié des emplois en France, n’en bénéficient pas : elles n’ont ni délégués du personnel, ni comités d’entreprise. Pour le coup, la comparaison internationale tombe un peu à côté de la plaque.

- et puis d’autre part, si l’on regarde cette fois ce qu’il se passe à l’étranger, ce que l’on peut faire en consultant le site, plutôt bien fait, de l’Institut Syndical Européen, un centre de recherches qui a recensé les systèmes de représentation des salariés pour les comparer d’un pays à un autre, on peut facilement observer qu’il n’est pas rare que nos voisins, eux, disposent, de trois instances – pas quatre mais trois : des représentants syndicaux, des comités d’entreprise, des comités d’hygiène et de sécurité, soit à une instance près, donc, ce qui existe en France, dans les entreprises de plus de 50 salariés. Faut-il alors s’émouvoir de cette différence ?

En fait, ce qui saute aux yeux à travers ces deux exemples empruntés à la nouvelle ministre du Travail interrogée par France Inter, c’est cette pratique devenue habituelle des comparaisons avec les autres pays qui est loin d’être toujours adaptée, quand elle ne relève pas simplement de l’erreur (on l’a vu sur le plafonnement des indemnités), voire, parfois, du mensonge.

Comme si, implicitement aussi, faire comme les autres était nécessairement un gage de pertinence… Ou comme si se distinguer des autres était nécessairement à blâmer.

En matière de communication politique, utiliser des comparaisons internationales, c’est souvent le meilleur moyen trouvé pour accuser son chien qu’il a la rage… et le tuer !

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Un entretien avec FABRICE NICOLINO (Octobre 2015) VACHES À HUBLOT, UNE VIEILLE PRATIQUE Accès libre

    -

    Écouter

    Partout, l’animateur Nagui s’indigne de l’existence de VACHES À HUBLOT révélée par l’association L214. Cette pratique n’est pas nouvelle et remonte au moins aux années 70, comme nous l’avions montré dans notre émission avec Fabrice Nicolino, en Octobre 2015, autour de son livre « Lettre à un paysan sur ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture ». Raymond Février, directeur de l’INRA, expliquait alors comment SAUVER LE BOEUF.

  • Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Écouter

    Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

  • Corinne Morel Darleux : « plutôt couler en beauté que flotter sans grâce » Abonnés

    -

    Voir

    Bernard Moitessier, vous connaissez ? En 1968, ce navigateur était sur le point de gagner le premier tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Contre toute attente, alors qu’il est donné gagnant, Moitessier renonce à franchir la ligne d’arrivée, fait demi-tour et met le cap sur la Polynésie : « je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme », c’est le message qu’il envoie avec un lance-pierre sur un autre bateau avant de s’en aller. Ce « refus de parvenir », Corinne Morel Darleux en fait le point de départ de son livre, Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce. Réflexions sur l’effondrement, qu’elle publie aux éditions Libertalia.

  • Didier PORTE ne comprend rien à l’amour, mais cette belle histoire peut lui ouvrir le coeur. Et vous ? L’AMOUR FOU S’EN FOUT ! Accès libre

    -

    Écouter

    L’âge ? La distance ? L’argent ? La beauté ? Les diplômes ? La couleur de peau ?L’amour fou s’en fout. Même si vous ne parlez pas la même langue, il s’en moque. On parle de l’amour, le vrai, le grand, pas l’ordinaire tout plat, tout mou. La preuve ? L’ histoire des AMANTS DE BELFORT, Jeannette et Philippe, qui se retrouvent 48 ans après la guerre. Oui, ça ressemble à ces retrouvailles qui viennent de faire pleurer la terre entière (à part Didier Porte qui a un cœur de pierre). Sauf que nous, c’était en 1994, il y a 25 ans (!) qu’ANNE RIOU les a rencontrés sur le quai de la gare de Belfort.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a pas de cœur Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, tu ne peux pas être passé à côté du merveilleux reportage (?) du 20h (!) de France 2 (?!) mettant en scène les retrouvailles amoureuses d’un vétéran américain du débarquement et d’une petite Française qui a attendu qu’il débarque une seconde fois pendant 75 ans. Par sécurité, voici quand même une séance de rattrapage, légèrement remaniée à ma sauce. Il faut dire qu’en voyant ce sujet larmoyant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à « Perdu de vue », cette calamiteuse émission de téléréalité diffusée par TF1 dans les années 1990 (qui coûta sa carrière à Jacques Pradel), et ça m’a un peu gâché la fête…

  • Reportage à Alfortville Quand La Poste exploite des travailleurs sans papiers Abonnés

    -

    Écouter

    Au lendemain de l’arrestation de notre journaliste Taha Bouhafs, nous sommes retournés devant l’agence Chronopost d’Alfortville, dans le Val-de-Marne, pour vous faire entendre le reportage qu’il était en train de faire quand il a été placé en garde à vue. Une trentaine de sans-papiers occupent toujours l’agence. Ils sont employés par des sous-traitants de Chronopost dans des conditions particulièrement difficiles, que permet un système malsain de sous-traitance en cascade.

  • LA RÉPRESSION CONTRE LES JOURNALISTES CONTINUE TAHA, NOTRE JOURNALISTE, BRUTALISÉ ET ARRÊTÉ LORS D’UN REPORTAGE Accès libre

    -

    Voir

    Alors qu’il couvrait une manifestation de sans-papiers, notre journaliste TAHA BOUHAFS a été arrêté et placé en garde à vue au commissariat d’Alfortville (94). Dans une video tournée lors de son arrestation, TAHA se plaint : « ils m’ont déboîté l’épaule ». Bien que LÀ-BAS, site de presse en ligne, soit l’employeur de TAHA, salarié en qualité de journaliste, le commissariat d’Alfortville a refusé de nous donner la moindre information. Les députés Éric COQUEREL (La France insoumise) et Mathilde PANOT (La France insoumise) se sont mis en contact avec la préfecture.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte jalouse Jadot Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, si tu crois à la fable selon laquelle la journaliste d’investigation Isabelle Saporta a démissionné de RTL par amour pour son grand tout vert Yannick Jadot, grand vainqueur des européennes, c’est que tu es victime d’une coupable naïveté, doublée d’une indécrottable candeur. En réalité, ayant pressenti son potentiel de présidentiable, la belle Isabelle a infiltré le chef de file des Verts dans la perspective de 2022.

  • Jordan Bardella voit des Polonais et des Roumains partout Abonnés

    -

    Voir

    Tête de liste du Rassemblement national aux européennes, Jordan Bardella a affirmé récemment qu’il y avait « 516 000, aujourd’hui, travailleurs détachés en France (…), essentiellement venus d’Europe de l’Est » – ce qui est faux et illustre une nouvelle fois la propension de l’extrême droite à stigmatiser les étrangers. Rien ne sert en effet d’agiter une invasion de Polonais ou de Roumains pour critiquer une disposition européenne qui crée réellement, elle, une course aux bas salaires.

  • LE GRAND MANIPULATEUR. Comment Macron a trompé son monde. Un entretien avec Marc ENDEWELD. Les réseaux secrets d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Pour Macron, le pouvoir est au bout des réseaux. Non pas au bout des débats, au bout des programmes, au bout des promesses, non, le pouvoir est au bout des magouilles, des entourloupes et des coups de poker menteur, au bout des mensonges les plus énormes et du cynisme le plus froid. C’est ce que Marc ENDEWELD décortique soigneusement dans son livre. Oui, pour le premier de cordée, tout passe par les réseaux plus ou moins avouables de la République : lobbies divers et variés, agents d’influences, communicants rois, intermédiaires de tout poil, barbouzes, barons locaux et loges franc-maçonnes. Aujourd’hui, la baudruche se dégonfle, les rats préparent leurs bouées pour quitter le navire, mais le grand manipulateur est prêt a tout pour imposer sa vieille politique néolibérale qui prend l’eau de toute part. Mais qui et quoi pour s’y opposer ?

  • Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libre

    -

    Voir

    Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !

  • Et si on mettait des visages sur le système ? LE PDG NE TOUCHE QUE 220 FOIS LE SALAIRE D’UNE FEMME DE CHAMBRE ! Abonnés

    -

    Lire

    À force de montrer des femmes précaires en grève, on finit par se faire une fausse image de l’honorable entreprise Elior Group. Rassurez-vous, tout le monde n’y est pas sous-traité ! Surtout pas le directeur général, Philippe Guillemot.

    En grève depuis le 11 avril, les femmes de chambre de l’hôtel de luxe NH Collection à Marseille occupent l’entrée de l’hôtel pour protester contre leurs conditions de travail. Malgré les pressions musclées de la police et de la direction, elles tiennent depuis bientôt huit semaines. Leur employeur, sous-traitant de cet hôtel de luxe, est le groupe ELIOR, un puissant groupe français de restauration, 132 000 « collaborateurs et collaboratrices » dans le monde, presque 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et adepte du « développement durable » et autres « principes d’éthique ».

    Treizième mois, paiement des heures supplémentaires, augmentation le dimanche, conditions de travail, reconnaissance de leur qualification : les revendications des femmes de chambre sont claires et légitimes.

    Pourtant, le 24 mai, la direction d’ELIOR a saisi le Tribunal de grande instance de Marseille pour exiger l’arrêt de la grève et une condamnation de 500 euros par gréviste. La police a relevé l’identité des femmes présentes sur le piquet avec une brutalité devenue courante.

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Et maintenant, l’assurance chômage ! AbonnésVoir

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État. C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre.

Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS AbonnésVoir

Le

« PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?