Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot

La Kanaky, ultime confetti de l’empire colonial français Abonnés

1

Le

La Kanaky, c’est un archipel du Pacifique qu’on connaît mieux sous son nom donné par la puissance qui l’a colonisé en 1853 : cette puissance, c’est la France, et cet archipel du Pacifique, c’est la Nouvelle-Calédonie. Les militants qui luttent pour son indépendance préfèrent l’appeler « Kanaky », un nom issu de son peuple autochtone : les Kanaks.

Depuis 1986 et jusqu’à aujourd’hui, le « Comité spécial de la décolonisation » des Nations unies considère la Nouvelle-Calédonie comme l’un des 17 « territoires non autonomes » dans le monde, c’est-à-dire un territoire dont « les populations ne s’administrent pas encore complètement elles-mêmes ». La Nouvelle-Calédonie est-elle la dernière colonie française ? Qu’est-ce que le Second Empire est allé faire en Nouvelle-Calédonie ? Qu’est-il arrivé aux Kanaks, le peuple mélanésien qui n’a cessé de résister aux colons français ? Pourquoi a-t-il fallu attendre 2014 pour que le gouvernement français rende aux Kanaks le crâne d’Ataï, qui avait mené la grande insurrection de 1878 ? Comment des communards et des Kabyles se sont retrouvés en Nouvelle-Calédonie ? Pourquoi un sniper du GIGN a-t-il tué le militant kanak Éloi Machoro en 1985 ? Que s’est-il passé en 1988 dans la grotte de l’île d’Ouvéa ? Qu’est-ce que c’est, les « accords de Matignon » ? Et « l’accord de Nouméa » ? Aujourd’hui, Olivier Besancenot vous raconte tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Kanaky, même si vous l’appeliez « Nouvelle-Calédonie ».

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

chronique : Olivier Besancenot
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cédric Gourvès
son : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »