L’île du droit à la caresse

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

S’effleurer, se toucher, se caresser, se serrer, s’étreindre, se pénétrer. Voilà la vie. Bien avant la voix, avant le regard, avant le flair, avant tout, il y a ces gestes. De loin d’abord, salut, adieu, coucou, puis on s’approche, vous dansez ?

Partout, n’importe où, depuis la nuit des temps et même pendant, comme autant de langages différents, comme autant d’alphabets, selon les époques et selon les cantons du monde, selon qu’on est du fleuve ou du delta, de Châteauroux ou de Bahia, on ne confond pas s’embrasser et s’embraser, s’enlacer et se lasser, s’étreindre et s’éteindre, mais toujours et partout, de la chair de poule à la fleur de peau, la vie commence par la caresse.

Or, manque de pot, depuis des semaines, nous sommes en manque de peau. Et de tous les manques, celui-là restera peut-être le plus marquant. Nous nous évitons, nous nous méfions des autres, ah, oui, vraiment , l’enfer, c’est les autres. Gardez vos distances. On ne sait quel crétin officiel a trouvé l’expression « distance sociale ». Comment retrouver la fusion de la manif, les grappes humaines du « tous ensemble », la grande partouze de la lutte après ça ?

En attendant, pour rebondir, voici une histoire d’île et de caresses.

On dit que pour fuir le virus, des milliardaires achètent des îles désertes. Il y a un marché de l’île déserte. Mais je préviens ces gros rupins, l’île du droit à la caresse n’est pas à vendre. Pourtant, c’est une île qui existe, puisque je l’ai inventée. C’était pour faire rire mes enfants, il y a pas mal de temps, et faire rire les gens qui écoutent le poste. Par la suite, c’est devenu un livre réalisé par le génial et regretté Patrick Couratin, traduit dans plusieurs langues, avec de somptueux dessins de Henri Galeron.

J’ai pensé que ça vous plairait en ce moment, cette histoire. C’est plus qu’une histoire, c’est un projet, c’est un projet révolutionnaire, ne le répétez pas, nous nous battrons jusqu’au bout, dans le monde d’après, la caresse comme la paresse seront des droits !

Mais d’abord – et cela non plus, ne le répétez pas –, nous achèterons un marteau neuf pour taper sur les doigts des imbéciles qui utilisent les mots que nous avons remplis d’un sens trop fragile.

Daniel Mermet, 22 avril 2020
[RADIO] L’île du droit à la caresse [INTÉGRALE]

Programmation musicale :
- CocoRosie : Candyland

conte : Daniel Mermet
réalisation : Yann Chouquet et Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.