LÀ-BAS à Amiens en soutien aux Goodyear

Goodyear, poursuivre la lutte !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Mercredi 19 octobre, procès en appel pour LES HUIT DE GOODYEAR condamnés en première instance à vingt-quatre mois de prison dont neuf mois fermes ! pour "séquestration et violences en réunion".
Dès huit heures du matin, vivez cette journée exceptionnelle avec Daniel MERMET et toute l’équipe de LA-BAS, pour LA RELAXE DES HUIT DE GOODYEAR en direct sur la-bas.org, avec entre autres Mickaël WAMEN, Fiodor RILOV, Xavier MATHIEU, Philippe MARTINEZ, Éric BEYNEL, Jean-Luc MÉLENCHON, la Compagnie Jolie Môme, SANSEVERINO, les comités de soutien locaux aux Goodyear…LA RELAXE OU RIEN ! 10 000 personnes sont venues, de partout en France, de Suisse, de Belgique, 150 bus ont amené les manifestants ! Réécoutez-nous, nous y étions en direct toute la journée, c’est EN ACCES LIBRE !
Notre reporter Thibaut CAVAILLÈS était aussi à l’intérieur du tribunal, et a rendu compte en direct de l’audience via notre compte Twitter : @LaBasOfficiel.
Ce n’est que mercredi soir, vers 21 heures, que la réquisition de l’avocat général est tombée. Il a requis vingt-quatre mois de prison avec sursis, et donc la suppression des neuf mois de prison ferme.
C’est un premier pas pour les anciens ouvriers de Goodyear, mais on est encore loin de la victoire. La lutte pour la relaxe des huit de Goodyear doit continuer ! Un nouveau rassemblement est déjà prévu à Amiens le 11 janvier, jour de la délibération.

Cliquez sur les images pour les agrandir :

Au programme

8H00 : Mickaël Wamen (CGT Goodyear) et Fiodor Rilov (avocat CGT Goodyear)

Pour débuter cette journée, une heure à peine avant le début de l’audience au tribunal d’Amiens, Mickaël WAMEN (CGT Goodyear) et Fiodor RILOV (avocat CGT Goodyear) ont pris la parole face aux militants. Un seul mot d’ordre : "La relaxe ou rien !"

"La relaxe ou rien !" - Mickaël WAMEN et Fiodor RILOV

Reportages d’Anaëlle VERZAUX devant le Palais de Justice d’Amiens :

Pendant ce temps-là devant le tribunal
Dans la manif’, on se souvient du 17 octobre 1961

Devant le tribunal (Photo : Anaëlle VERZAUX)
Mobilisation devant le tribunal d'Amiens (photo : Anaëlle VERZAUX)

9H15 : Les comités de soutien Goodyear

Avec José Bailadeira (secrétaire général de l’UL CGT du Beauvaisis, Comité de soutien aux Goodyear du Beauvaisis, Max Cuaz (animateur du comité de soutien Goodyear de Chambéry), Françoise Ruch et Mathieu Relin (comité de soutien Goodyear de Mulhouse)

9H30 : Maud Denis (FD de la construction)

9H35 : Jean-Michel Delaye (UL CGT Haguenau)

10H50 : Romain Altmann (Info’Com-CGT), Gaël Quirante (Sud PTT 92), Cédric Liechti (secrétaire général de la CGT Energie Paris) et Médhi Kemoune (CGT Air France)

« Militants, pas voyous ! » — Romain Altmann, Gaël Quirante, Cédric Liechti et Medhi Kemoune

11H10 : Jean-Paul Barnaud et Didier Marchand (2 des 5 de Roanne)

11H15 : clip « Libertés syndicales CGT »

11H20 : Joël Domenjoud (militant écologiste assigné à résidence pendant la COP 21), Isabelle Bosseman (comité de soutien Goodyear de Lille), François Ruffin (Fakir), le comité de soutien Goodyear de Béthune, Hervé Poly (PCF Pas-de-Calais) et Raynald Kubeki (co-secrétaire de l’Union des syndicats CGT du Havre)

"Le vieux monde se meurt" - Hervé Poly, Joël Domenjoud, Isabelle Bosseman, François Ruffin, Raynald Kubeki

"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres." Antonio Gramsci

(photo : Pauline BOULET)

11H45 : Youtuber Z

11H55 : Loïc Canitrot (Compagnie Jolie Môme)

Dans la matinée, Loïc Canitrot de la compagnie Jolie Môme est monté sur scène pour défendre un seul et unique combat : la lutte des classes.

"Le meilleur soutien, c’est d’amplifier la lutte" - Loïc Canitrot (Compagnie Jolie Môme)

12H00 : Olivier Guillot (secrétaire adjoint de l’UD de l’Eure sur l’expulsion des bourses du travail)

12H05 : Bernd Landsiedel (DGB-Verdi – Allemagne)

12H10 : Alain Janvre (comité Ardennais de soutien Goodyear)

(photo : Pauline BOULET)

12H15 : Renaud Poncet (société Bodyguard – entrave au droit syndical)

"Nous sommes le peuple !" - Renaud Poncet (société Bodyguard - entrave au droit syndical)

12H35 : Guillaume Vadot (enseignant à Paris 1, victime de violences policières)

12H40 : Amal Bentoussi (collectif Urgence notre police assassine)

12H45 : Ludo Cambier (délégué syndical Caterpillar Belgique)

12H50 : Sarah Silva Descas (collectif Insertion et Probation – UGFF)

Deux militants ! (Photo : Anaëlle VERZAUX)

12H55 : Xavier Mathieu (ex-CGT Continental)

Xavier Mathieu a tenu à rappeler les noms des 8 condamnés Goodyear : Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Hollande...

"Putain les gauchistes, vous n’avez pas d’humour !" - Xavier Mathieu (ex-CGT Continental)

Mickaël WAMEN, porte-parole des anciens ouvriers de Goodyear (Photo : Anaëlle VERZAUX)

13H35 : Accor’Démon

14H30 : Serge Allègre (secrétaire FNIC)

14H35 : Eric Beynel (Solidaires)

14H45 : Bernadette Groison (FSU)

15H00 : Philippe Martinez (CGT)

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a pris la parole sous les applaudissements et les acclamations des manifestants.

"Ni des martyrs, ni des uluberlus" - Philippe Martinez (secrétaire général de la CGT)

Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT (Photo : Pauline BOULET

15H15 : La Compagnie Jolie Môme

La Compagnie Jolie Môme (Photo : Pauline BOULET)
La Compagnie Jolie Môme (Photo : Pauline BOULET)

16H30 : Les représentants des partis politiques

Philippe Poutou (NPA)

"On n’ose plus gueuler, on se met à genoux !" - Philippe Poutou (NPA)

Eric Coquerel (Parti de Gauche)

"On n’a jamais vu ça !" - Eric Coquerel (PG)

Isabelle de Almeida (PCF)
Alice Bernard (PTB)

Philippe Poutou, du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) (Photo : Anaëlle VERZAUX)
Eric Coquerel, du Parti de Gauche (Photo : Anaëlle VERZAUX)

16H45 : Sanseverino

Sanseverino (Photo : Anaëlle VERZAUX)
Sanseverino (Photo : Anaëlle VERZAUX)
Sanseverino (Photo : Anaëlle VERZAUX)

Ce n’est que vers 21 heures que la réquisition de l’avocat général est tombée. Il a requis 24 mois de prison avec sursis. Et donc la suppression des 9 mois de prison ferme. C’est un premier pas pour les anciens ouvriers de Goodyear, mais on est encore loin de la victoire. La lutte pour la relaxe des 8 de Goodyear doit continuer ! Un nouveau rassemblement est déjà prévu à Amiens le 11 janvier, jour de la délibération.)

Pour tout savoir sur cette journée, voyez l’entretien avec Mickaël WAMEN


L’équipe de Là-bas
contact@la-bas.org
Présentation et entretiens : Daniel MERMET et Maurice MARION (CGT)
Technique et réalisation : Jérôme CHELIUS et Sylvain RICHARD
Reportages : Anaëlle VERZAUX et Thibaut CAVAILLES
Vidéos : Jonathan DUONG et Jeanne LORRAIN
Mise en ligne : Pauline BOULET

Photos : © La-bas.org / Pauline Boulet / Anaëlle Verzaux

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Frédéric LORDON publie« Figures du communisme » aux éditions La Fabrique. Un entretien en deux parties Frédéric Lordon, le capitalisme nous détruit, détruisons le capitalisme (1/2) AbonnésVoir

Le

Il est remonté Lordon, et son bouquin vous remonte, un vrai coup de printemps dans cette odeur de renfermé et de renoncement flageolant. Angoisse, précarité, inégalités, réchauffement, asphyxie et maintenant pandémie. Ça fait beaucoup et c’est clair, le capitalisme détruit nos vies. On peut essayer de lui limer les griffes, lui mettre du caoutchouc sur les crocs, lui apprendre à manger de la salade, lui faire des petits bisous, il s’en fout. On en voit à gauche tout penauds, qui négocient comme au temps de l’esclavage on aurait négocié la longueur de la chaîne et le poids des boulets. Il faut choisir : ou bien on dit « un autre capitalisme est possible » et on le réforme et on le corrige et on lui trouve des chouettes idées et on le renforce. Ou bien on comprend qu’il nous mène au désastre général et qu’il faut tout changer. Tout en profitant de la période qui finit, celle du développement matériel, à nous d’inventer enfin l’histoire du développement humain. Voilà qui vous remet de l’air dans les bronches !

« On lâche rien », c’est eux qui chantent ça, les larbins du capitalisme, tous en chœur dans leurs Covid parties, on lâche rien sauf les chiens, sauf les chars. Les chars, oui. Lordon rappelle 1973 à Santiago du Chili, quand un vrai socialisme était là pour de vrai. On peut rappeler la Semaine sanglante, on peut rappeler ceux qui ont préféré Hitler au Front populaire, on peut évoquer les véhicules blindés qui furent envoyés par Macron contre les « gilets jaunes », et aujourd’hui la spéculation sur les vaccins qui va laisser pourrir des milliers d’êtres dans le monde. Et bien sûr, un capitalisme propre sur lui, bien déguisé en démocratie comme le loup qui se déguise en gentille grand-mère. Des élections, ah oui, très bien, à condition que les blancs bonnets remplacent les bonnets blancs, et le contraire aussi dans un affrontement passionnant. Mais pas davantage. Sinon revoyez les aventures de la Grèce en 2015. Tout le bouquin de Lordon peut se résumer à la phrase de Bertolt Brecht : « le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie, il est son évolution par temps de crise ».

Émission spéciale « Doléances et Résistances » en public HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT [INTÉGRALE RADIO] AbonnésÉcouter

Le

C’est curieux, le maire d’Hayange n’a pas aimé notre affiche, il l’a fait arracher et même il l’a fait repeindre en bleu ! Lui qui aime tant le cochon, lui qui fait la Fête du cochon. Hayange est l’une des onze nouvelles villes conquise par le Front National lors des municipales de 2014. Ancien militant de Lutte Ouvrière et de la CGT,le jeune maire d’Hayange est devenu célèbre en se convertissant subitement à l’extrême-droite. Il est aussi très malin pour lancer des petites ou des grosses provocations qui font le beurre et le bonheur des médias qui viennent du monde entier dans cette ville de Moselle frappée par les politiques néo-libérales.