TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS

Fête de la radio : chroniqueurs et gros niqueurs… (2de partie)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Il est temps de prendre le temps. Tout l’été, retrouvez le meilleur de Là-bas, une sélection de ce que vous avez (peut-être) raté cette année. Même en vacances, les AMG [1] sont vraiment des privilégiés ! Cette année, alors que le centenaire de la radio était célébré, Là-bas vous plongeait à la découverte d’une espèce radiophonique bien spécifique : les chroniqueurs (seconde partie).

[RADIO] Chroniqueurs et gros niqueurs… (2de partie) [14 avril 2009]
Michel Droit, Geneviève Tabouis, Jean Nocher, Jean Grandmougin… Ces noms ne vous disent pas grand-chose, pourtant, durant des années, leurs voix furent écoutées par des millions d’auditeurs.

Michel Droit, Geneviève Tabouis, Jean Nocher, Jean Grandmougin… Ces noms ne vous disent pas grand-chose, pourtant, durant des années, leurs voix furent écoutées par des millions d’auditeurs. En moins de trois minutes chaque matin, ces chroniqueurs « politiques » ont semé leurs petites graines dans les parts de cerveau disponible de leurs congénères.

Plus près de nous, Alexandre Adler, Jean-Marc Sylvestre ou Bernard Guetta se sont dépensés sans compter pour nous guider dans ce monde si complexe et nous dire ce qu’il faut penser. Familières, insidieuses, péremptoires, quelle est l’influence de ces chroniques dans la fabrique de l’opinion ? Sans doute moins que ce que supposent ces maîtres à penser, mais sans doute beaucoup plus que ce que nous supposons. Mais qui choisit de nous les faire entendre ? Et qui vient contredire ces hauts parleurs ?

De Pierre Dac à Jean-François Noël, de Philippe Henriot à Philippe Val (un bijou !), du plus réac au plus émouvant, voici un collier de perles pêchées derrière les fagots de l’INA, histoire de donner raison à Mirabeau : « l’homme est comme le lapin, il s’attrape par les oreilles. »

LÀ-BAS

Une émission préparée avec Norbert Vallée, diffusée la première fois sur France Inter le 14 avril 2009.

Programmation musicale :
 Dalida : Baisse un peu la radio
 Michel Sardou : Je suis pour
 Les Parisiennes : 24 heures sur 24

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Entre guerre, covid et planète pourrie, la jeunesse se fait du souci. Des rencontres inattendues avec notre belle jeunesse. [PODCAST] Les élections ? Quelles élections ? La jeunesse elle en dit quoi ? [INTÉGRALE] Accès libreÉcouter

Le

Entre guerre, covid et planète pourrie la jeunesse se fait du souci. Pas le même genre de souci pour le fils à papa de Neuilly et la fille en galère dans sa piaule pourrie. Et alors les élections dans tout ça les jeunes, vous en attendez quoi ? Sophie a tendu son micro un peu partout. Voilà une série de rencontres inattendues, loin des chiffres et des vieux gros clichés sur notre belle jeunesse. Et surtout quel rapport avec ces candidats qui parlent et qui s’agitent ?

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Jean Stern publie « Canicule » aux éditions Libertalia Été 2003, canicule : 20 000 morts dans l’indifférence. Une crise sanitaire qui en annonçait une autre AbonnésVoir

Le

Août 2003 : une vague de chaleur exceptionnelle recouvre l’Europe. L’inaction des pouvoirs publics français et la passivité des médias en plein cœur des vacances coûtera la vie à 19 490 personnes cet été-là en France. La surmortalité est telle que les autorités sont contraintes de réquisitionner un entrepôt réfrigéré de Rungis pour le transformer en chambre mortuaire.

Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ? Accès libreLire

Le

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS
La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence. “Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin (…)