Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot

Et si les Incas avaient été les premiers communistes ? Abonnés

1

Le

Et si les indigènes d’Amérique du Sud avaient, avant l’arrivée des Européens, adopté un système économique collectiviste qui préfigure le communisme ?

Cette idée, on la doit au penseur péruvien José Carlos Mariátegui, qui a cherché à adapter le marxisme aux réalités historiques et sociales de l’Amérique latine : « au Pérou, les masses — la classe des travailleurs — sont pour quatre cinquièmes indigènes. Notre socialisme ne sera pas péruvien – ni même socialiste – s’il ne se solidarise pas avec les revendications indigènes. [1] »

Après un voyage en Europe où il a rencontré notamment Henri Barbusse et Antonio Gramsci, Mariátegui est retourné au Pérou où il a participé, en 1928, à la fondation du Parti socialiste péruvien, membre de l’Internationale communiste. La légende raconte que le jeune Che Guevara, pendant son fameux voyage à moto à travers l’Amérique latine, fit une découverte qui allait changer sa manière de voir le monde : un exemplaire des Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, publiés par Mariátegui en 1928. Aujourd’hui, Olivier Besancenot vous raconte l’histoire de José Carlos Mariátegui, et ce qu’était le « communisme inca ».

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

chronique : Olivier Besancenot
réalisation : Jonathan Duong
montage : Ugo Simon
son : Alexandre Lambert et Jules Krot

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1José Carlos Mariátegui, « Intermezzo polémico », Mundial, 25 février 1927.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.