Didier Porte Hebdo : même confiné, retrouvez Didier Porte chaque vendredi

Didier Porte vous parle Abonnés

1

Le

(d’après un photomontage de Jérémy Ferrari)

Ami abonné,

Nous sommes au lendemain de la deuxième intervention du président Macron, celle où il a mis la pression à tout le monde sur le thème : on s’est mal compris avant-hier soir sur le sens du mot « confinement », les moins-que-rien ! Ça veut dire : planquez-vous au fond du fond de vos clapiers et vous faites pas repérer par l’animal, parce que s’il vous tombe dessus, vous allez bouffer votre carte vitale ! Comparé à Conardovirus, Ebola pendant les vingt dernières heures, c’est un week-end de thalasso à La Bourboule !

Tu me connais, ami abonné, je ne suis pas du genre à me laisser impressionner par un microbe, chinois qui plus est. Mais quand même : en me réveillant, le lendemain matin, j’ai immédiatement constaté que j’étais affligé d’une méchante toux qui n’était pas là la veille. Une toux sépulcrale, rocailleuse à souhait, qui vient des profondeurs, charriant des tombereaux de goudron et de vieux mégots nicotinés. Une toux de goule victime de bronchite chronique. Une toux somme toute irrespirable. Une toux, toux, toux, vous saurez tout sur le…

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Didier Porte

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».