Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

Didier Porte révèle l’incroyable raison de la brouille entre Christophe Castaner et Olivier Faure Abonnés

1

Le

Cette semaine, ami abonné,

J’ai enquêté sur une affaire fichtrement teutechie : les insinuations lourdes de sous-entendus proférées par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, aux dépens du premier secrétaire du PS, Olivier Faure, un personnage peu ragoûtant, profondément dépravé, puisque plusieurs fois divorcé, selon les dires mêmes du premier policier de France.

En prenant des risques insensés, j’ai découvert l’origine de la brouille à mort entre les deux anciens cadres du mouvement des jeunes Rocardiens. Prénommée Marie-Charlotte (enfin, je crois), cette sublime poperéniste qu’Olivier convoitait en secret lui fut subtilisée par son meilleur ami (à l’époque) Christophe, séducteur impénitent et tombeur de ces dames, grâce à sa maîtrise dans l’art de faire tintinnabuler les gourmettes. C’est ce qui explique la « montée aux extrêmes » à laquelle les deux hommes se sont livrés, en marge de l’affaire Griveaux (alias « comment flinguer sa carrière politique en se filmant en train de se tirer sur le tortellini pour faire le joli cœur auprès des dames qu’on ne connaît pas »).

En prime, notre employé de la semaine, Jonathan Duong, va nous faire bien rigoler en décortiquant le charabia managérial dont nos gouvernants sont friands.

Bon visionnage.

Didier Porte

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

revue de presse : Didier Porte
employé de la semaine : Jonathan Duong
montage : Florent Michaux
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »