Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable

Didier Porte est de retour ! Abonnés

1

Le

Ami abonné,

Tu es comme moi, tu as le congé payé exigeant. Même au plus fort de la balnéarité la plus débridée, entre deux tournois effrénés de jokari, je fais en sorte que mon esprit critique demeure toujours en alerte, et pour ça, rien ne vaut l’écoute quotidienne de la matinale de France Inter. La pensée complexe y est toujours à l’honneur et permet à l’estivant lointain de disposer des outils d’analyse qui l’aideront à comprendre comment les formidables réformes engagées par le pouvoir depuis deux ans ont permis de faire baisser le chômage de façon aussi spectaculaire.

Dans ce 82ème numéro de notre revue de presse, il sera également question de marketing et de promotion grâce à Yann Moix – enfant battu, on ne sait pas trop, en tout cas imbattable dès lors qu’il s’agit d’essayer de vendre ses bouquins illisibles.

Et surtout, notre employé de la semaine, Jérémie Younes, va nous démontrer avec brio à quel point la décision de vendre Alstom à l’américain General Electric a été judicieuse.

Bon visionnage.

Didier Porte

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

revue de presse : Didier Porte
employé de la semaine : Jérémie Younes
montage : Pascal Montagna
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

  • La messe est dite pour les salariés de General Electric ! Retour sur notre enquête

    ALSTOM, MACRON, HISTOIRE D’UNE TRAHISON Accès libre

    Voir
    L’histoire de la vente de la branche énergie d’Alstom à son concurrent américain Général Electric est digne d’un film de James Bond ! Un polar dans lequel on retrouve mêlés le FBI, la justice américaine, des patrons de grands groupes, des (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.