Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

Didier Porte a regardé BFM TV Abonnés

1

Le

Ami abonné,

C’est un document exceptionnel que je te propose cette semaine. Un document humain d’une rare intensité, illustré par des images d’une violence à la limite de l’insoutenable, celles de mon suicide professionnel, dans les locaux de Là-bas et en présence de mes collègues, hésitant entre la sympathie (que j’inspire spontanément, il est vrai) et la volonté légitime de me faire comprendre que là, j’ai dépassé les bornes.

C’est cette seconde attitude qui va finir par l’emporter, comme tu vas le constater avec effroi, ami abonné. Comment leur en tenir rigueur, car c’est vrai, j’ai dépassé les bornes : j’ai dit du bien de BFM TV ! BFM qui a diffusé un doc intitulé « Police, au cœur du chaos », sévère mais juste, comprenant, notamment, l’interview d’un colonel de gendarmerie, instructeur de garde mobiles, déplorant les violences policières commises par des… CRS (qui dépendent de la police, l’ennemie jurée des pandores) ! Ça nous fait deux suicides professionnels en un seul sujet, que demande le peuple ?!

Enfin, notre « employé de la semaine » n’est autre que Jonathan Duong, qui nous confirme qu’on est bien en train de se faire avoir avec ce « grand débat ». Le cabinet Roland Berger a analysé certaines contributions des Français pour le compte du gouvernement : il en ressort que les Français réclament plus de justice fiscale, et donc le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune [1]. Or le gouvernement, lui, n’a retenu qu’une chose, ce qui l’arrange : baisser les impôts, ce qui exclurait donc le retour de l’ISF. Mais ce qui fait dire aux ministres que les Français veulent baisser les dépenses publiques !

Bon visionnage.

Didier Porte

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).