L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Contre la sodomitophobie !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans la revue de presse de Didier Porte, c’est le petit Daniel, le stagiaire de notre rédaction, qui a le verbe sacrément haut (quoique !) :

Les journalistes ne sont pas des justiciers, c’est vrai, mais il arrive qu’on ait envie de prendre la défense de l’opprimé, de celui qui est injustement traité. Et je pense qu’il est grand temps de parler de… l’enculé. Oui, l’enculé ! Oui, je voudrais parler de ceux qui subissent ces insultes sans oser en parler, sans oser porter plainte, sans oser entrer dans un commissariat et dire : « Monsieur le commissaire, on vient de me traiter d’enculé ».

Nous devons supprimer ce mot de notre vocabulaire. Dans les manifestations on entend : « Macron, enculé ! » Une accusation sans fondement. Une insulte pour tous les sodomites, hommes et femmes – ne les oublions pas. On entend : « le pape est est un enculé ». Et bien c’est péjoratif ! Et c’est irrespectueux. À juste titre, on dénonce la judéophobie, l’islamophobie, et il faut désormais dénoncer la sodomitophobie.

Enculé·e·s de tous les pays, unissez-vous ! Aux élections, voilà de quoi remporter tous les suffrages : les sodomites sont très très nombreux. Il faut que le plaisir échappe à la honte et au péché. Il faut qu’un jour le mot « enculé » devienne un compliment. Voila un combat important aujourd’hui,
un combat pour l’émancipation qui doit faire partie de la convergence des luttes : que l’on puisse dire un jour « va te faire enculer » comme on dirait bonne chance, bon voyage, bonne route, bon appétit, bonsoir, bonne nuit… et bonne bourre !

Daniel Mermet

réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »