L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Contre la sodomitophobie !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans la revue de presse de Didier Porte, c’est le petit Daniel, le stagiaire de notre rédaction, qui a le verbe sacrément haut (quoique !) :

Les journalistes ne sont pas des justiciers, c’est vrai, mais il arrive qu’on ait envie de prendre la défense de l’opprimé, de celui qui est injustement traité. Et je pense qu’il est grand temps de parler de… l’enculé. Oui, l’enculé ! Oui, je voudrais parler de ceux qui subissent ces insultes sans oser en parler, sans oser porter plainte, sans oser entrer dans un commissariat et dire : « Monsieur le commissaire, on vient de me traiter d’enculé ».

Nous devons supprimer ce mot de notre vocabulaire. Dans les manifestations on entend : « Macron, enculé ! » Une accusation sans fondement. Une insulte pour tous les sodomites, hommes et femmes – ne les oublions pas. On entend : « le pape est est un enculé ». Et bien c’est péjoratif ! Et c’est irrespectueux. À juste titre, on dénonce la judéophobie, l’islamophobie, et il faut désormais dénoncer la sodomitophobie.

Enculé·e·s de tous les pays, unissez-vous ! Aux élections, voilà de quoi remporter tous les suffrages : les sodomites sont très très nombreux. Il faut que le plaisir échappe à la honte et au péché. Il faut qu’un jour le mot « enculé » devienne un compliment. Voila un combat important aujourd’hui,
un combat pour l’émancipation qui doit faire partie de la convergence des luttes : que l’on puisse dire un jour « va te faire enculer » comme on dirait bonne chance, bon voyage, bonne route, bon appétit, bonsoir, bonne nuit… et bonne bourre !

Daniel Mermet

réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.