Balkany : Porte nous avait prévenus

Balkany enfin libéré ! Mais vous souvenez-vous pourquoi il était en prison ? Abonnés

1

Le

C’était l’un des événements du mois d’août, entre deux incendies et trois épisodes caniculaires : Patrick Balkany quittait enfin la prison de la Santé, mis en liberté conditionnelle en raison de son état de santé. Si l’on sait donc pourquoi Balkany recouvrait la liberté, vous souvenez-vous pourquoi il l’avait momentanément perdu ? Pour vous rafraîchir la mémoire, revoyez cette explication alambiquée du couple Balkany exhumée par Didier Porte.

Détournement, corruption, chantages, arnaques : toujours impunis, toujours protégés. Pour les médias, les Balkany c’est un régal depuis des années. Pour les patrons de presse, le petit peuple aime les voleurs, écrasé par la loi, il aimerait être ce hors-la-loi. Avec les Balkany, plus besoin des « Guignols de l’info », les guignols, c’est eux et leurs amis jusqu’au sommet de l’État.

Sauf que là, tout de même, c’ est allé encore plus loin, encore plus bas. Dans sa chronique du 25 janvier dernier, Didier Porte soulignait les propos de Patrick Balkany dans l’émission « Enquête exclusive » sur M6. Sans vergogne, Balkany usurpe la mémoire de son père pour s’en faire une immunité. Un père résistant et rescapé d’Auschwitz, dont il viole la mémoire pour s’en faire un bouclier. D’autres l’ont fait dans sa génération, pour intimider, pour faire carrière, mais pas avec autant de cynisme et d’aplomb.

[EXTRAIT] Didier Porte se paie les Balkany
par Là-bas si j'y suis

Un extrait de Didier Porte Hebdo du 25 janvier 2019 : « Didier Porte se paie les Balkany ».

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

revue de presse : Didier Porte
montage : Aurélie Martin
son : Alexandre Lambert et Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

    Didier Porte se paie les Balkany Abonnés

    Voir
    Avoue, ami abonné, qu’il t’arrive plus souvent qu’à ton tour de chantonner sous ta douche : « on a tous quelque chose en nous de Balkany… » N’en éprouve pas plus de remords que nécessaire, et dis-toi que nous sommes tous pareils, nous, les (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

08 mars : Journée internationale des droits des femmes Thérèse Clerc, les derniers jours Accès libreÉcouter

Le

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.