Gérard MORDILLAT MORD

ALLONS MANIFESTER CHEZ LES RICHES !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Tommie Smith et John Carlos en 2005 à la San Jose State University
ALLONS MANIFESTER CHEZ LES RICHES !

Jour de manif, oui, mais pourquoi pas à Neuilly ou dans le 16ème ? En soutien aux sans-abri violemment rejetés par les habitants des beaux quartiers ? Et pourquoi pas des manifs payantes ? Un bon moyen pour se compter et pour réunir des fonds pour des luttes difficiles ?
Et puis, faut-il être si nombreux ? La quantité prouve quoi ? En octobre 1968 au JO de Mexico, les deux champions Tommie Smith et John Carlos levaient le poing contre la ségrégation raciale. Un geste qui a changé le monde. Ils n’étaient que deux.

chronique : Gérard MORDILLAT
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Florian LOPEZ
Finale du 200m Messieurs aux Jeux Olympiques de Mexico (Actualités Françaises, 1968)
par Là-bas si j'y suis

(Vous pouvez podcaster cette chronique en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.