Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot

Quand George Orwell prenait les armes contre Franco Abonnés

1

Le

Comment mener une guerre révolutionnaire ? Faut-il d’abord gagner la guerre contre les forces réactionnaires et ensuite mettre en place des mesures révolutionnaires ? Ou bien faut-il mener les deux de front, la guerre contre les forces anti-révolutionnaires et la révolution sociale en même temps ?

Cette question toute théorique a trouvé une incarnation très pratique et très concrète dans un épisode de l’histoire du XXe siècle, en 1936 et 1937, pendant la guerre civile espagnole. Le camp républicain, censé faire front contre la tentative de coup d’État des nationalistes menés par Franco, se divisa sur des questions politiques et stratégiques : d’un côté le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et le Parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC), membre de l’Internationale communiste, qui réprimèrent les anti-staliniens du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) et de la Fédération anarchiste ibérique (FAI). Le point d’orgue de cet affrontement fut les Journées de mai 1937 à Barcelone, dont les combats firent plusieurs centaines de morts au sein des différents mouvements anti-fascistes.

Le premier témoin de ces guerres intestines, ce fut le journaliste et écrivain britannique George Orwell, qui prit les armes contre les nationalistes. Engagé sur le front au sein d’une milice du POUM, il sera blessé d’une balle dans la gorge. Spectateur désabusé de la répression menée par le parti communiste contre ses anciens alliés qualifiés d’« hitléro-trotskistes », Orwell garda une aversion contre le stalinisme, et contre la falsification de la vérité dont se sont rendus coupables les soutiens aveugles du parti communiste. Deux thèmes qui feront la matière principale de son chef-d’œuvre, Mille neuf cent quatre-vingt-quatre. Olivier Besancenot rend hommage à George Orwell (et à Ken Loach !).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

chronique : Olivier Besancenot
réalisation : Jonathan Duong
montage : Ugo Simon
son : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  George Orwell, Hommage à la Catalogne, parution originale sous le titre Homage to Catalonia en 1938, traduction de l’anglais par Yvonne Davet, nouvelle édition chez 10/18 en 2000

- Ken Loach, Land and Freedom, Royaume-Uni, 1h49, 1995

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.