Chaque mardi, une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot

La révolution allemande (2/4) : comment la mutinerie des marins de Kiel a fait tomber l’Empire Abonnés

1

Le

Quand a vraiment commencé la révolution allemande ? Un processus révolutionnaire est toujours lent et protéiforme, impossible de déterminer précisément le lieu ou le jour où des révolutionnaires auraient appuyé sur un bouton pour déclencher l’insurrection.

En ce qui concerne la révolte spartakiste, on peut la faire démarrer au mois de janvier 1918, pendant lequel de grandes grèves pour mettre fin à la guerre ont secoué l’Allemagne. C’est à ce moment-là que les conseils ouvriers se multiplient en Allemagne, sur la base des « soviets » qui ont émergé en Russie un an plus tôt.

Mais on pourrait aussi situer le début de la révolution allemande le 3 novembre 1918. Le 3 novembre, c’est la date de la manifestation qui a eu lieu dans la ville portuaire de Kiel pour réclamer la libération des marins, arrêtés et mis aux fers quelques jours plus tôt pour avoir refusé un ultime combat perdu d’avance contre la flotte britannique. Ce 3 novembre, l’armée bloque les milliers de manifestants venus exiger la libération des mutins, auxquels s’ajoutent les familles ouvrières de Kiel qui défilent en réclamant « la paix et du pain » (« Frieden und Brot »). Les soldats reçoivent l’ordre de tirer sur la foule. Bilan : 29 blessés et 7 morts. Cette sanglante répression est le point de départ d’une traînée de poudre qui finira par avoir raison de la guerre et de l’Empire allemand, plus particulièrement le 9 novembre 1918, date à laquelle l’insurrection gagne Berlin. Olivier Besancenot vous raconte les débuts de cet épisode révolutionnaire qui durera en tout cinq ans.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Pierre Seel, homosexuel déporté Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Les provocations homophobes du député UMP Christian VANESTE sur "la légende de la déportation des homosexuels" a ramené l’attention sur l’histoire de Pierre Seel, mort en 2005, après un combat pathétique pour faire connaître la persécutions des homosexuels par les nazis.

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?