Avec Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique

Et si le Parti républicain était le vrai vainqueur de l’élection américaine ? Abonnés

1

Le

(Instagram : @realdonaldtrump)

[EXTRAIT] Et si le Parti républicain était le vrai vainqueur de l’élection américaine ? [RADIO]

C’est entendu : malgré les dénégations et les recours en justice du président sortant, Joe Biden a été élu et sera investi le 20 janvier prochain 46e président des États-Unis.

A-t-on pour autant assisté au raz de marée annoncé qui était censé dégager Donald Trump hors de la Maison-Blanche ? La défaite – de justesse – du milliardaire cache le fait que Trump a obtenu davantage de suffrages qu’en 2016, lorsqu’il a été élu. C’est également le candidat républicain qui a obtenu le plus de résultats de toute l’histoire des États-Unis. À l’inverse, Joe Biden semble avoir très peu de marges de manœuvre : le Parti démocrate n’a toujours pas la majorité au Sénat, il a perdu des sièges à la chambre des représentants, et les sondages à la sortie des urnes indiquent qu’il a perdu du terrain auprès des électeurs qu’il pensait acquis, notamment les Noirs et les Hispaniques. À peine élu, le nouveau président est-il d’ores et déjà empêché d’agir par l’opposition d’un Parti républicain aux mains de son prédécesseur ?

Éléments de réponse avec Serge Halimi, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, auteur de l’article « Amère victoire démocrate » dans Le Monde diplomatique de décembre.

Programmation musicale :
- Neil Young : Lookin’ for a leader 2020

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.