Didier Porte Hebdo, chaque vendredi la revue de presse indispensable !

Accusé de « prendre les Français en otage », le cheminot était… otage au Bataclan Abonnés

Le

(illustration : d’après un photomontage de Jérémy Ferrari)

Ami abonné, si tu en as ras la casquette (de contrôleur) d’être pris en otage par ceux qui traitent les cheminots de preneurs d’otages à longueur de plateaux télé, ce 24ème épisode de notre revue de presse va te combler… aux dépens de ce pauvre François de Closets qui a, certes, un nom de chiottes, mais n’est pas un mauvais bougre…

Et si tu trouves que le mouvement de « libération » de la parole féminine initié par le hashtag « #BalanceTonPorc » a tout l’air de partir un peu en c…, en tout cas en France, tu partageras avec ton serviteur le fol espoir que, le soir de la cérémonie des Césars, un producteur harceleur subisse publiquement le supplice de la b… au cirage de la part de toutes celles qui n’ont pas eu de rôle à cause de lui, et surtout de celles qui en ont décroché un « grâce » à lui. Non, parce que c’est bien joli, la guerre des sexes sur le papier, mais faut que ça bouge un peu plus, m… ! Demandez à Mathieu Kassovitz, il a son avis sur la question.

En bonus, notre « employé de la semaine », Dillah Teibi, pousse un cri d’alarme : faisons barrage aux bradeurs de barrages !

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

revue de presse : Didier Porte
réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le repaire itinérant de Dordogne organise ce 30 juin une grand opération drapeaux blancs. "Drapeaux blancs, partout, pour tout. Un drapeau blanc, des drapeaux blancs, par milliers, partout dans nos bourgades, dans les villes, aux balcons, devant nos écoles, nos hôpitaux, nos gares, nos mairies, nos (...)

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)