Un drapeau jaune et noir

Le

Tout se résume à cet incroyable panneau routier peu après la frontière côté Californie après Tijuana. Attention ralentir, passage de famille de travailleurs étrangers clandestins !

Chers AMG,

En route pour Tijuana, voici 93 photos pour 3114 kilomètres de frontières.

Tout se résume à cet incroyable panneau routier peu après la frontière côté Californie après Tijuana. Attention ralentir, passage de famille de travailleurs étrangers clandestins !

Nous devons en faire le drapeau de tous les clandestins du monde. Sur toutes les frontières, parmi les autres drapeaux, ajoutons celui-là, en jaune et noir,. En hommage à toutes les familles qui ont fui misère et oppression espérant asile, pain et liberté une fois la ligne franchie, la montagne ou l’océan. En badge, en t-shirt, pas besoin de sous-titre, tout le monde comprendra.

Sauf peut-être Monsieur Sarkozy. Monsieur Sarkozy ne comprend pas ce que veulent ces gens-là. En France depuis le 17 avril, dans la restauration, dans le bâtiment, dans le nettoyage, des travailleurs sans papiers se sont mis en grève au grand jour pour demander une régularisation. Soutenus par des syndicats et des associations, ils sont plus de 1000 aujourd’hui. Mais Monsieur Sarkozy ne comprend pas. Monsieur Sarkozy fait mine de croire que ces gens-là veulent devenir français.Il fait semblant de mélanger naturalisation et régularisation. « On ne devient pas français en travaillant dans la cuisine d’un restaurant » expliquait Monsieur Sarkozy le 24 avril. Les sans-papiers ne demandent pas à devenir français, ils demandent le droit de travailler dans la légalité avec un titre de séjour. Monsieur Sarkozy le sait parfaitement. Mais il entretient l’équivoque, il ménage ce qui lui reste de voix dans la droite dure, il fait vibrer la bonne grosse ficelle xénophobe. « La loi prévoit un certain nombre de critères pour devenir français, d’abord il faut le demander, ensuite il faut parler français, enfin il faut justifier soit d’un contrat de travail soit d’un minimum de ressources ». (voir Dailymotion - « Arrêt sur image »)

Le journaliste qui lui pose la question ne relève pas, il le laisse dire. Mais monsieur le Président, ces travailleurs demandent une autorisation de séjour et non pas une carte d’identité française. Vous confondez Monsieur le Président. Vous connaissez parfaitement ce sujet, vous avez été Ministre de l’Intérieur, vous êtes président Monsieur le Président, le journaliste ne relève pas.

Alors, confusion volontaire ou non ? Les commentateurs s’interrogent ingénument.

Les mêmes s’émerveillent que les patrons des sans papiers en grève soutiennent les revendications de leurs employés. Sans papier et patrons, même combat. Et pourquoi pas pour bientôt, une version de « Merci Patron » dans une langue malienne ? C’est le dos au mur que les patrons lâchent du lest, comme toujours. On ne demande pas à un loup de manger de la luzerne.

En attendant, l’opinion soutient à 68% les travailleurs sans papiers ( Sondage CSA/Parisien du 27 avril). Mais Monsieur Sarkozy s’en fout. Pas de régularisation. Que du cas par cas. A l’heure où le vieux Le Pen ressort son « détail », Sarkozy lui aussi espère se refaire avec la France qui craint. Avec la France des petits blancs méprisés et "beaufisés"par les malins bobos.

En mai 2006 aux Etats-Unis, il y eut des manifestations énormes contre les lois de 2005 sur le contrôle aux frontières. Trois millions de manifestants à travers le pays pour défendre les travailleurs étrangers légaux ou clandestins. Comparer aux protestations du monde ouvrier ce fut la plus large mobilisation des travailleurs de toute l’histoire des Etats unis.

Certes les hommes ont toujours migré vers une vie supposée meilleure. Mais aujourd’hui, mondialisation libérale oblige, c’est la violence des politiques économiques imposées aux pays pauvres qui arrachent par millions des hommes à leur terre pour survivre et faire survivre leurs familles. Les « remesas », l’argent envoyé par les immigrés mexicains constitue la deuxième rentrée de devises du pays après le pétrole.

Aux Etats-Unis, le thème des manifs était « Une journée sans immigrés ». Histoire de démontrer que sans eux, légaux ou clandestins, le pays cale. Et pourquoi pas ici en France ? Une journée sans sans-papiers, depuis le temps qu’on en parle. Restauration, bâtiment, sécurité, nettoyage, aide à la personne...A quoi ressemblerait ce jour-là le pays de l’étourdi Monsieur Sarkozy qui confond la carte d’identité et la carte de séjour ?

Avec tout ces drapeaux jaunes et noirs.

Là-bas, le 28 avril 2008

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.