Deux mois après son exclusion, Taha Bouhafs publie une « lettre aux insoumis »

Taha Bouhafs, une justice arbitraire peut-elle lutter contre une justice arbitraire ?

Le

« Je viens vous donner les explications que je vous dois et demander les réponses que l’on me doit. » C’est ainsi que notre ami le journaliste Taha Bouhafs présente cette « lettre aux insoumis » qu’il publie sur son compte Twitter.



Accusé de violences sexuelles début mai, on se souvient comment Taha Bouhafs s’était mis en retrait des élections législatives dont il était candidat pour la France insoumise. Il a retiré sa candidature le 10 mai. Ces accusations provenaient d’une enquête interne de la France insoumise qui refusait de fournir des informations sur les accusations afin de respecter la volonté d’anonymat de la plaignante (peut-être deux plaignantes). La députée France insoumise Clémentine Autain refusait par conséquent d’organiser une confrontation entre Taha Bouhafs et les plaignantes. Et Taha fut invité à faire savoir qu’il se retirait au nom du respect de la parole des femmes victimes sur la base de signalements « susceptibles d’être caractérisés comme des accusations ».

Si la cellule de la France insoumise agit ainsi, c’est, selon Clémentine Autain, parce que la justice ne fait pas son travail et que seulement 2 % des viols aboutissent à une condamnation. Cependant, elle affirme que la France insoumise ne saurait se substituer à la justice. Mais cette carence bien réelle peut-elle justifier de ne produire aucune preuve bien réelle pour pousser quelqu’un à s’auto-éliminer et se retrouver du jour au lendemain jeté au fond d’un trou ?

Magouille ! Tambouille ! On entend les réacs et les virilistes qui se déchainent. Devant le « shitstorm » qui s’abat, la France insoumise doit rapidement répondre clairement à la demande d’explications de Taha. Une justice arbitraire n’a jamais été le moyen de lutter contre une justice arbitraire.

Daniel Mermet

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.