Deux mois après son exclusion, Taha Bouhafs publie une « lettre aux insoumis »

Taha Bouhafs, une justice arbitraire peut-elle lutter contre une justice arbitraire ?

Le

« Je viens vous donner les explications que je vous dois et demander les réponses que l’on me doit. » C’est ainsi que notre ami le journaliste Taha Bouhafs présente cette « lettre aux insoumis » qu’il publie sur son compte Twitter.



Accusé de violences sexuelles début mai, on se souvient comment Taha Bouhafs s’était mis en retrait des élections législatives dont il était candidat pour la France insoumise. Il a retiré sa candidature le 10 mai. Ces accusations provenaient d’une enquête interne de la France insoumise qui refusait de fournir des informations sur les accusations afin de respecter la volonté d’anonymat de la plaignante (peut-être deux plaignantes). La députée France insoumise Clémentine Autain refusait par conséquent d’organiser une confrontation entre Taha Bouhafs et les plaignantes. Et Taha fut invité à faire savoir qu’il se retirait au nom du respect de la parole des femmes victimes sur la base de signalements « susceptibles d’être caractérisés comme des accusations ».

Si la cellule de la France insoumise agit ainsi, c’est, selon Clémentine Autain, parce que la justice ne fait pas son travail et que seulement 2 % des viols aboutissent à une condamnation. Cependant, elle affirme que la France insoumise ne saurait se substituer à la justice. Mais cette carence bien réelle peut-elle justifier de ne produire aucune preuve bien réelle pour pousser quelqu’un à s’auto-éliminer et se retrouver du jour au lendemain jeté au fond d’un trou ?

Magouille ! Tambouille ! On entend les réacs et les virilistes qui se déchainent. Devant le « shitstorm » qui s’abat, la France insoumise doit rapidement répondre clairement à la demande d’explications de Taha. Une justice arbitraire n’a jamais été le moyen de lutter contre une justice arbitraire.

Daniel Mermet

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.