Policiers condamnés pour insultes racistes au tribunal de Bobigny à partir d’une vidéo diffusée par Là-bas en avril 2020

SURPRISE ! Jusqu’à 6 mois ferme contre des policiers dans l’affaire « UN BICOT COMME ÇA, ÇA NAGE PAS »

Le

Surprise ! Ce jeudi 6 janvier, le tribunal de Bobigny (93) a condamné six policiers à des peines allant de six à douze mois de prison, dont six mois ferme pour certains, pour des violences et des injures racistes lors de l’interpellation d’un Égyptien en avril 2020, selon le Monde.

Un policier, qui avait déclaré «  il ne sait pas nager, un bicot comme ça, ça ne nage pas  » a été condamné à six mois de prison avec sursis. Quatre de ses collègues ont été condamnés à douze mois, dont six mois ferme, et une interdiction d’exercer pendant douze mois. Un autre policier a été condamné à douze mois de prison avec sursis pour « non-empêchement des violences ».
Cinq des six policiers condamnés ont décidé de faire appel du jugement.

« Je suis heureux, la justice a été faite. J’ai été lésé, agressé. Je suis content de cette décision », s’est réjoui Samir E., la victime, à l’issue du délibéré.

Cette affaire avait été aussitôt diffusée sur notre site par notre journaliste Taha Bouhafs.
26 avril 2020 - L'Ile-Saint-Denis "Un bicot comme ça ça nage pas"
par Là-bas si j'y suis

C’est une vidéo tournée par deux jeunes qui a révélé ces faits.
Le 25 avril 2020 à 1h30 du matin, ils entendent des bruits devant chez eux à l’Île-Saint-Denis (93). Un fourgon de police, des flics, des cris. Depuis chez eux, ils filment la scène avec une petite vidéo et un enregistreur. Les flics se marrent bien, « Un bicot comme ça, ça nage pas  ». Un autre rajoute « ha, ha, ça coule, tu aurais du lui attacher un boulet aux pieds !  ».

Ensuite, dans le fourgon on entend très clairement des coups et des cris.
Très choqués ensuite, les deux garçons ont l’idée de confier ce document au journaliste Taha Bouhafs qu’ils suivent sur Twitter et qui travaille pour Là-bas.
Nous diffusons alors ce document qui est repris et diffusé partout.

Selon la version policière, cette nuit-là, des policiers avaient interpellé à l’Île-Saint-Denis un homme soupçonné de vol de matériel sur un chantier et qui avait tenté de prendre la fuite en se jetant dans la Seine.

« Un bicot comme ça, ça nage pas ! »
par Là-bas si j'y suis

Par la suite, Taha retrouve l’homme insulté et tabassé. C’est Samir, un égyptien de 28 ans dont nous avons diffusé le témoignage.

Ils m'ont frappé, j'étais comme un ballon de foot : le témoignage de Samir
par Là-bas si j'y suis

Il faut saluer les deux jeunes riverains qui ont eu le réflexe d’enregistrer cette scène et remercier Taha Bouhafs et l’équipe de Là-bas qui ont diffusé ces documents. On finirait par croire que tout le travail de ces dernières années pour dénoncer les violences policières commence à porter ses fruits.

D.M.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

08 mars : Journée internationale des droits des femmes Thérèse Clerc, les derniers jours Accès libreÉcouter

Le

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.