Policiers condamnés pour insultes racistes au tribunal de Bobigny à partir d’une vidéo diffusée par Là-bas en avril 2020

SURPRISE ! Jusqu’à 6 mois ferme contre des policiers dans l’affaire « UN BICOT COMME ÇA, ÇA NAGE PAS »

Le

Surprise ! Ce jeudi 6 janvier, le tribunal de Bobigny (93) a condamné six policiers à des peines allant de six à douze mois de prison, dont six mois ferme pour certains, pour des violences et des injures racistes lors de l’interpellation d’un Égyptien en avril 2020, selon le Monde.

Un policier, qui avait déclaré «  il ne sait pas nager, un bicot comme ça, ça ne nage pas  » a été condamné à six mois de prison avec sursis. Quatre de ses collègues ont été condamnés à douze mois, dont six mois ferme, et une interdiction d’exercer pendant douze mois. Un autre policier a été condamné à douze mois de prison avec sursis pour « non-empêchement des violences ».
Cinq des six policiers condamnés ont décidé de faire appel du jugement.

« Je suis heureux, la justice a été faite. J’ai été lésé, agressé. Je suis content de cette décision », s’est réjoui Samir E., la victime, à l’issue du délibéré.

Cette affaire avait été aussitôt diffusée sur notre site par notre journaliste Taha Bouhafs.
26 avril 2020 - L'Ile-Saint-Denis "Un bicot comme ça ça nage pas"
par Là-bas si j'y suis

C’est une vidéo tournée par deux jeunes qui a révélé ces faits.
Le 25 avril 2020 à 1h30 du matin, ils entendent des bruits devant chez eux à l’Île-Saint-Denis (93). Un fourgon de police, des flics, des cris. Depuis chez eux, ils filment la scène avec une petite vidéo et un enregistreur. Les flics se marrent bien, « Un bicot comme ça, ça nage pas  ». Un autre rajoute « ha, ha, ça coule, tu aurais du lui attacher un boulet aux pieds !  ».

Ensuite, dans le fourgon on entend très clairement des coups et des cris.
Très choqués ensuite, les deux garçons ont l’idée de confier ce document au journaliste Taha Bouhafs qu’ils suivent sur Twitter et qui travaille pour Là-bas.
Nous diffusons alors ce document qui est repris et diffusé partout.

Selon la version policière, cette nuit-là, des policiers avaient interpellé à l’Île-Saint-Denis un homme soupçonné de vol de matériel sur un chantier et qui avait tenté de prendre la fuite en se jetant dans la Seine.

« Un bicot comme ça, ça nage pas ! »
par Là-bas si j'y suis

Par la suite, Taha retrouve l’homme insulté et tabassé. C’est Samir, un égyptien de 28 ans dont nous avons diffusé le témoignage.

Ils m'ont frappé, j'étais comme un ballon de foot : le témoignage de Samir
par Là-bas si j'y suis

Il faut saluer les deux jeunes riverains qui ont eu le réflexe d’enregistrer cette scène et remercier Taha Bouhafs et l’équipe de Là-bas qui ont diffusé ces documents. On finirait par croire que tout le travail de ces dernières années pour dénoncer les violences policières commence à porter ses fruits.

D.M.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !