Sauvons le LIEU-DIT !

Le

Le LIEU-DIT a des difficultés financières et risque de fermer. Le patron, notre ami Hossein, a enfin osé en parler. Pas d’hésitation, vite il faut soutenir et renflouer ce lieu modeste et génial, un havre et une île pour tout ce qui bouge encore dans la vraie gauche. Qui bouge encore et qui bouge à nouveau.
On y débat et on y cause beaucoup, on y mange et on y boit mais pas assez. Voilà le souci, les soirs de débat, côté restaurant c’est bien bas. Pourtant c’est excellent. Vous pouvez donc sauver le LIEU-DIT en y venant manger et boire nuit et jour, ou bien en leur adressant un soutien, ou, mieux encore, en faisant les deux, tout en participant aux débats.
Faites un don en ligne sur le site amis-lieudit.com ou envoyez vos dons à l’ordre de l’ASSOCIATION DES AMIS DU LIEU-DIT, 6 rue Sorbier 75020 Paris.

Il y a dix ans, le LIEU-DIT fut l’un des premiers « Repaires de Là-Bas si j’y suis ». Grâce à Hossein et son équipe, c’est là que nous avons présenté nos films sur Chomsky ou sur Howard Zinn, surtout, depuis juste un an, c’est là que nous enregistrons notre LÀ-BAS Hebdo chaque semaine en public. C’est là que nous vous attendons d’ailleurs ce jeudi 21 janvier pour fêter notre AN 01, JAZZ ET TÊTE DE VEAU ! C’est là que depuis des années, des associations, des éditeurs, des médias alternatifs, des musiciens, des artistes, des chercheurs viennent débattre en public, c’est là qu’on s’écrase pour débattre , hier avec Bensaïd, aujourd’hui avec Badiou, Friot, les Pinçon Charlot, Hazan ou Lordon.

D’ailleurs, Éric Hazan et Frédéric Lordon ont lancé l’appel que voici, et que nous soutenons sans réserve :

« Depuis 12 années, le LIEU DIT tient à Ménilmontant, rue Sorbier, un double rôle. D’un côté, c’est un restaurant, plus amical que beaucoup, mais qui n’est pas seul de cette espèce dans le quartier. De l’autre, c’est un lieu de rencontres autour de livres, de figures d’une gauche qu’on dit radicale pour ne pas dire révolutionnaire, de débats, de projections de films, de concerts. Ce rôle-là est devenu essentiel au fil des années : le LIEU DIT est plus que nécessaire dans le contexte politique actuel, il est indispensable. C’est là que nous nous retrouvons les soirs où « il se passe quelque chose », là que nous avons pu voir débattre, discuter parfois âprement des individus tels qu’Alain Badiou, Daniel Bensaïd, les Pinçon Charlot et bien d’autres.

Mais ce double rôle n’est pas sans créer des difficultés pour le LIEU DIT. L’activité rémunératrice – le restaurant – est handicapée par les réunions politiques qui occupent plusieurs fois par semaine une grande partie de la place des dîneurs. Pour cette raison, Hossein, qui tient tout sur ses épaules, éprouve en ce moment de sérieuses difficultés financières.

L’existence du LIEU DIT est menacée, et nous ne pouvons pas nous en passer. C’est pourquoi nous faisons appel à vous pour que cette aventure unique puisse continuer à nous rassembler et à nous instruire, dans le climat d’amitié qui la rend si précieuse. »

Frédéric Lordon, Éric Hazan

Envoyez vos dons à l’ordre de ASSOCIATION DES AMIS DU LIEU DIT, 6, rue Sorbier 75020 Paris.

Éric Hazan et Frédéric Lordon au Lieu-Dit (photo : Jonathan DUONG) {JPEG}

Cliquez sur la photo pour l’agrandir

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Le Lieu-Dit est au 6 rue Sorbier Paris XXème (M° Ménilmontant).
Il est ouvert du mardi au samedi de 16h00 à 2h00, et le dimanche de 11h00 à 2h00.
Retrouvez l’agenda du Lieu-Dit sur son site : lelieudit.com

Et pour faire un don en ligne, c’est ici : amis-lieudit.com

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.

Pour des milliers de prostituées, une misère sans aide OUI, JE SUIS UNE PUTE, ET ALORS ? QUE DEVIENT SAM ? AbonnésÉcouter

Le

Oui, je suis une pute, et alors ? SAM le proclame bien fort. Elle assume. Mais les infirmières de la sexualité publique sont dans une mauvaise passe, et même plus de passes du tout. Ce salaud de Covid a chassé le client, et SAM ne s’est pas encore convertie au télétravail. En plus de ça, il y a cette loi de 2016 qui pénalise le client, et comme beaucoup de ses 30 000 collègues, elle a vu son chiffre d’affaires s’effondrer. Et aucun filet social. Juste un RSA et encore. Et ces vaches de bourgeois qui les appellent des filles de joie.

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…