Sauvons le LIEU-DIT !

Le

Le LIEU-DIT a des difficultés financières et risque de fermer. Le patron, notre ami Hossein, a enfin osé en parler. Pas d’hésitation, vite il faut soutenir et renflouer ce lieu modeste et génial, un havre et une île pour tout ce qui bouge encore dans la vraie gauche. Qui bouge encore et qui bouge à nouveau.
On y débat et on y cause beaucoup, on y mange et on y boit mais pas assez. Voilà le souci, les soirs de débat, côté restaurant c’est bien bas. Pourtant c’est excellent. Vous pouvez donc sauver le LIEU-DIT en y venant manger et boire nuit et jour, ou bien en leur adressant un soutien, ou, mieux encore, en faisant les deux, tout en participant aux débats.
Faites un don en ligne sur le site amis-lieudit.com ou envoyez vos dons à l’ordre de l’ASSOCIATION DES AMIS DU LIEU-DIT, 6 rue Sorbier 75020 Paris.

Il y a dix ans, le LIEU-DIT fut l’un des premiers « Repaires de Là-Bas si j’y suis ». Grâce à Hossein et son équipe, c’est là que nous avons présenté nos films sur Chomsky ou sur Howard Zinn, surtout, depuis juste un an, c’est là que nous enregistrons notre LÀ-BAS Hebdo chaque semaine en public. C’est là que nous vous attendons d’ailleurs ce jeudi 21 janvier pour fêter notre AN 01, JAZZ ET TÊTE DE VEAU ! C’est là que depuis des années, des associations, des éditeurs, des médias alternatifs, des musiciens, des artistes, des chercheurs viennent débattre en public, c’est là qu’on s’écrase pour débattre , hier avec Bensaïd, aujourd’hui avec Badiou, Friot, les Pinçon Charlot, Hazan ou Lordon.

D’ailleurs, Éric Hazan et Frédéric Lordon ont lancé l’appel que voici, et que nous soutenons sans réserve :

« Depuis 12 années, le LIEU DIT tient à Ménilmontant, rue Sorbier, un double rôle. D’un côté, c’est un restaurant, plus amical que beaucoup, mais qui n’est pas seul de cette espèce dans le quartier. De l’autre, c’est un lieu de rencontres autour de livres, de figures d’une gauche qu’on dit radicale pour ne pas dire révolutionnaire, de débats, de projections de films, de concerts. Ce rôle-là est devenu essentiel au fil des années : le LIEU DIT est plus que nécessaire dans le contexte politique actuel, il est indispensable. C’est là que nous nous retrouvons les soirs où « il se passe quelque chose », là que nous avons pu voir débattre, discuter parfois âprement des individus tels qu’Alain Badiou, Daniel Bensaïd, les Pinçon Charlot et bien d’autres.

Mais ce double rôle n’est pas sans créer des difficultés pour le LIEU DIT. L’activité rémunératrice – le restaurant – est handicapée par les réunions politiques qui occupent plusieurs fois par semaine une grande partie de la place des dîneurs. Pour cette raison, Hossein, qui tient tout sur ses épaules, éprouve en ce moment de sérieuses difficultés financières.

L’existence du LIEU DIT est menacée, et nous ne pouvons pas nous en passer. C’est pourquoi nous faisons appel à vous pour que cette aventure unique puisse continuer à nous rassembler et à nous instruire, dans le climat d’amitié qui la rend si précieuse. »

Frédéric Lordon, Éric Hazan

Envoyez vos dons à l’ordre de ASSOCIATION DES AMIS DU LIEU DIT, 6, rue Sorbier 75020 Paris.

Éric Hazan et Frédéric Lordon au Lieu-Dit (photo : Jonathan DUONG) {JPEG}

Cliquez sur la photo pour l’agrandir

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Voir aussi

Le Lieu-Dit est au 6 rue Sorbier Paris XXème (M° Ménilmontant).
Il est ouvert du mardi au samedi de 16h00 à 2h00, et le dimanche de 11h00 à 2h00.
Retrouvez l’agenda du Lieu-Dit sur son site : lelieudit.com

Et pour faire un don en ligne, c’est ici : amis-lieudit.com

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce rendez-vous au Café Repaire de Nice, nous passerons en revue le crédit d’impôt et l’emploi : crédit d’impôts recherche, zones franches, exonérations de taxe... Bref, les facilités comptables et niches en tous genre. Les gouvernements successifs depuis les années 80 ont taillé un environnement (...)

    Nice
    6 avenue Félix Faure

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Gardarèm lo Larzac ! Un reportage de Daniel Mermet (1995) ZAD ET LARZAC, MÊME COMBAT ? Écouter

Le

Un symbole phallique ? Une marque ésotérique ? Un signe cabalistique ? Non, un entonnoir. Sur l’une des pierres de la Blaquière, cette fameuse bergerie construite par des centaines de défenseurs du Larzac dans les années 1970, on peut voir ce signe en forme d’entonnoir. Pourquoi ? Et quel rapport avec la ZAD ? LARZAC et ZAD, même combat ? Pour comprendre le débat, d’abord un retour sur le Larzac en 1995 avec les héros modestes de cette lutte, dont un certain José Bové, encore inconnu du grand public à cette époque…

Mort de Charles Jenkins. Reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil au Japon (2010) Histoire incroyable du déserteur américain qui a survécu 40 ans en Corée du Nord Écouter

Le

Une nuit de l’hiver 1965, le sergent Jenkins boit une dizaine de bières et passe en Corée du Nord. Il préfère déserter plutôt que d’aller se faire tuer au Viêt Nam. Il va être retenu une quarantaine d’années dans ce petit paradis communiste, prof d’anglais, espion, acteur dans les films de propagande avant d’être libéré et de finir comme une attraction touristique dans une petite île japonaise. C’est là qu’il nous raconte son incroyable histoire en mai 2010.