À Marseille, Rima Hassan acclamée lors d’une manif de soutien à Gaza

RIMA, RIMA, MARSEILLE EST AVEC TOI !

Le


Manif à Marseille avec Rima Hassan, convoquée par la police le 30 avril pour apologie de terrorisme.

Rappelons qu’elle est candidate LFI aux élections européennes. Militante franco-palestinienne, juriste en droit international des réfugiés, elle a subi des pressions et des menaces de mort et de viol suite au 7 octobre. Élue par le magazine Forbes parmi « les 40 femmes d’exception », elle mène campagne avec la France Insoumise pour les élections de Juin.

Le 30 avril elle aura la surprise de découvrir les raisons de cette convocation. Palestinienne et Insoumise, on peut sans peine deviner qu’elle n’a pas que des amis. L’animateur Arthur, par exemple la qualifie de « antisémite patentée » et l’accuse de « faire l’apologie du Hamas ». Cette affirmation s’appuie sur un échange de quatre secondes dans un entretien express sous forme de jeu sur le site en ligne « le Crayon », et qui n’a jamais été diffusée par ce média.

Question : « Le Hamas mène-t-il une action légitime ? ».
« Oui », répond Rima Hassan.

À l’évidence elle s’est fait piéger par l’animateur de ce site financé par le milliardaire Xavier Niel et qui reçoit beaucoup plus volontier des personnalités d’extrême droite que de la France Insoumise. Mais répétons-le, le site n’a finalement jamais diffusé cet entretien.

Sur France Inter, le 19 mars, Rima Hassan a précisé « Je crois que mes propos ont été extrêmement clairs depuis le 7 octobre sur ma condamnation des attaques du Hamas, que par ailleurs j’ai qualifié très tôt “d’attaques terroristes” parce qu’avec ça aussi il faut être très clair ». À la journaliste de France Inter elle précise : « Si vous condamnez le Hamas, il faut aussi condamner ceux qui ont nourri le monstre, et le régime de Netanyahou a joué un rôle très cynique puisqu’il a voulu sciemment nourrir le Hamas ». Elle indique aussi : « Mon idéal c’est une cohabitation totale, c’est la fin d’un régime d’apartheid, c’est un état binational ».

Un idéal que ne partage pas le secrétaire national du Parti Communiste Français, Fabien Roussel, qu’il ne partage pas ou qu’il éprouve des difficultés à comprendre.

Un autre grief pourrait expliquer la convocation de Rima Hassan.

Le slogan entendu dans les manifestations « From the river to the sea, Palestine will be free ! » (De la rivière à la mer, la Palestine sera libre) que les partisans de la politique israélienne considèrent comme une menace d’éradication d’Israël, là où d’autres voient simplement la volonté que les territoires palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem comme de Gaza, soient souverains et libres, conformément au droit international. On peut aussi rappeler que ce slogan, attribué à l’OLP, a été souvent repris par le Likoud :

« Le droit du peuple Juif à la terre d’Israël est éternel et incontestable […] Par conséquent, la Judée Samarie ne sera transférée à aucune autorité étrangère quelle qu’elle soit ; entre la mer et le Jourdain n’existera qu’un seul espace de souveraineté israélienne  » (Programme du Likoud, 1977)
Dans chaque camp l’ambiguïté est flagrante mais il faut rappeler que depuis longtemps les partisans du « grand Israël » interprètent les deux bandes bleues du drapeau israélien comme la rivière et la mer avec, au centre, le seul État d’Israël symbolisé par l’étoile de David. From the river to the sea…

Dans Le Monde (14 janvier 2024) celle qu’on appelle « la nouvelle Leïla Shahid » déclare : « J’en veux à nos responsables politiques de n’avoir pas su créer des espaces d’empathie collective à l’égard des victimes des deux camps ».

Mais ayons confiance dans la police de notre pays et ne doutons pas que seront bientôt pareillement convoqués des personnalités comme Enrico Macias, Michel Boujenah, Caroline Fourest, Arno Klarsfeld et l’indépassable Meyer Habib.

Voici un bref florilège :

Dégommer physiquement l’extrême gauche ?

« Quand j’entends l’extrême-gauche qui se défausse devant cette horreur, eh ben vous m’obligez à dire ce que je ne voulais pas dire, il faut les dégommer ces gens là.
 Heuh, politiquement ? demande l’animateur.
 Bah, bien sûr, mais peut-être aussi physiquement  ».

(Enrico Macias, chanteur, CNEWS, 11 Octobre 2023)

Exterminer les sauvages ?

« Si les gazaouis sont d’accord avec le Hamas, alors il n’y a pas de dommages colatéraux… On a affaire à des sauvages qui ont dévoilé leurs vrais visages ».

(L’humoriste Michel Boujenah, Radio J, 15 Octobre 2023)

Tuer des enfants, oui mais est-ce partout pareil ?

« On ne peut pas comparer le fait d’avoir tué des enfants délibérément en attaquant, comme le fait le Hamas, et le fait de tuer des enfants involontairement, comme le fait Israël ».

(Caroline Fourest, Directrice éditoriale de l’hebdomadaire Franc-Tireur, BFM TV, 29 Octobre 2023)

Et le sympathique avocat Arno Klarsfeld :

« Les musulmans, beaucoup travaillent sur les chantiers, ils ont accès à des explosifs, ils peuvent avoir accès à des armes à feu. S’il y avait un mot d’ordre pour tuer les juifs, il pourrait y avoir un attentat tous les jours ». (Aucune réaction sur le plateau des invités de Pascal Praud.)

(Arno Klarsfeld, avocat, CNEWS, 31 Octobre 2023)

Et bien sûr, l’imbattable député Meyer Habib, courageusement protégé derrière son immunité parlementaire qui qualifiait Guillaume Meurice de « petite vermine antisémite ».

On a compris. Poursuivre en justice une militante comme Rima Hassan, c’est l’arme de ceux qui ont déjà perdu. D’ailleurs, de son côté, Rima Hassan, qui a porté plainte contre l’animateur Arthur, lui adresse un message qu’elle termine par : « Ça va bien se passer Arthur ».

Daniel Mermet

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.