« Ils ont voulu nous enterrer, mais ils ignoraient que nous sommes des graines »

RADIO FRANCE condamnée pour le LICENCIEMENT ABUSIF de Daniel MERMET après 38 ans de CDD

Le

(AFP) Radio France a été condamnée en appel à verser plus de 300 000 € à l’animateur de « Là-bas si j’y suis » Daniel Mermet, licencié «  sans cause réelle ni sérieuse » en 2014.

En juin 2014, France Inter mettait fin à la célèbre émission Là bas si j’y suis, créée en 1989. Le journaliste producteur Daniel Mermet s’était retourné contre son ancien employeur.

Le jugement d’appel rendu le mardi 07 novembre 2017 à Paris confirme que Daniel Mermet a fait l’objet en 2014 d’un « licenciement sans cause réelle ni sérieuse  », et triple les indemnités dues par Radio France.

Le groupe public doit notamment désormais verser à Daniel Mermet 139 520 € à titre d’indemnité légale de licenciement, 140 000 € de dommages et intérêts et 16 785 € à titre d’indemnité de préavis. En première instance, Radio France avait été condamnée à verser 111 000 € au titre de cette requalification en CDI et d’une indemnité de départ à la retraite.

Interrogée jeudi, la direction de Radio France n’a pas souhaité commenter cette condamnation. « Radio France s’est sciemment placée dans l’illégalité pendant près de 40 ans en ayant recours à des contrats à durée déterminée "verbaux" pendant 25 ans, puis écrits sans définition du motif », a souligné l’avocat du journaliste Jean-Yves Halimi dans un communiqué.

« La page est tournée », a déclaré Daniel Mermet, regrettant que le service public soit condamné mais se félicitant que la responsabilité de ses « gestionnaires » soit reconnue.

Depuis sa création en 1989, son émission militante et atypique avait su fédérer une forte communauté de fans. François Ruffin, désormais député France Insoumise, y avait fait ses débuts de journaliste, ainsi que des voix de Radio France comme Sonia Kronlund (productrice des « Pieds sur terre » sur France Culture) ou Yann Chouquet, devenu directeur des programmes de France Inter.

Depuis sa suppression en 2014, « Là-bas si j’y suis » connaît une deuxième vie sur son site Internet, où elle affiche 25 000 abonnés qui versent en moyenne 5 euros par mois.

(avec AFP)

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

LE CRIME EST PRESQUE PARFAIT. Entretien avec Fabrice NICOLINO PESTICIDES ? PAS DE SOUCI ! AbonnésVoir

Le

Depuis longtemps, Fabrice NICOLINO dénonce l’usage des pesticides dans l’agriculture industrielle, « cette industrie qui assassine tout ce qui est vivant ». Cette fois, il enquête sur les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui s’attaquent au système respiratoire de tout ce qui est vivant et entraînent des maladies neurologiques et des cancers. Des scientifiques ont alerté dès 2017, mais le lobby des pesticides est installé en profondeur dans l’appareil d’État frrançais. Dormez, braves gens…

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mobilisation des Ehpad. Un reportage de Sophie Simonot Tu verras, à l’Ehpad, tu seras bien ! AbonnésÉcouter

Le

La mobilisation exemplaire du personnel de l’Ehpad des Opalines, dans le Jura, qui a mené cet été une grève de 117 jours contre leur direction, a mis au centre des débats la question de la prise en charge des personnes âgées en France. Le 30 janvier, c’était journée d’action nationale : rassemblements, actions et manifestations se tenaient partout en France. Une journée très fortement suivie, aussi bien par le personnel des Ehpad que par celui des services d’aides à domicile.