POURQUOI LA-BAS CONTINUE ?

Le

Ce n’est qu’un début, LA-BAS continue. La raison n’est pas seulement la brutalité et le mépris de la direction de France inter. Continuer de plus belle, c’est continuer la bagarre alors que Marine se fait couler un bain en se parfumant avec les idées qu’elle nous a volées. Continuer c’est relever les bras de ceux qui les baissent et remettre des chansons sur les lèvres et libérer les cris pliés dans les gorges. Combien de chômeurs en plus d’ici à demain ? Quelle quantité de talent humain, quelle masse de ressource humaine, seront gâchées dans l’heure qui vient ? Quelle chance avons nous encore de vivre coeurs battants la nuit sur les places révoltées et joyeuses où Eduardo Galeano assure que c’est là que la vie vaut d’être vécue et qu’il existe un monde en gestation dans le ventre de celui-ci ? C’est pourquoi Là-bas continue. Pour ces milliers, ces dizaines de milliers d’auditeurs amis qui nous poussent. Nous allons avoir besoin de ce vent dans les voiles. Nous allons vous dire comment. Nous laissons la revanche amère sur le quai. En route. On dirait déjà comme des lumières, là-bas.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.