Daniel Mermet à l’Olympia

On ne peut pas suivre deux enterrements à la fois

Le , par L’équipe de Là-bas

Nos amis Les Ogres de Barback ont fêté leurs 20 ans à l’Olympia les 29 et 30 octobre. Salle comble, soirées magnifiques. Parmi leurs invités, la fanfare Eyo’nlé du Benin, Larukétanou, Anne Sylvestre, les Roms de Kesaj Tchavé, Francesca Solleville,etc.. et Daniel Mermet avec un texte a chaud sur la musique des Ogres :

C’est deux enterrements
deux enterrements qui tombent nez à nez
face à face
Le premier c’est un enterrement très très important
c’est l’enterrement du roi du pétrole
le bien aimé patron de Total
mort accidentellement
Hommage de la Nation unanime
Hommage de TOUS les médias
Hommage de la terre entière
hommage vibrant

Le deuxième enterrement
c’est celui de Rémi Fraisse, 21 ans
tué par une grenade offensive tirée par un gendarme
lors d’une manif contre un barrage
Hommage de la nation beaucoup moins unanime
hommage des médias beaucoup moins vibrants
Le premier ministre parle de casseur
on parle de bavure
on dit que , si l’on veut mourir pour des idées
il faut bien assumer

A l’enterrement du roi du pétrole
on l’a peu souligné, il y avait des oiseaux endeuillés
des mouettes, des goélands tout en noir
le noir de la marée noire
le noir de l’ERIKA
le naufrage pour lequel Total a été condamné
C’étaient des oiseaux du parti des oiseaux
le parti de Rémi , le parti des "djihadistes verts"
selon l’expression du très malin Xavier Beulin
de la FNSEA

Passé le respect pour les morts
ces deux figures sont devenues les symboles de notre présent
deux symboles inconciliables
il faut choisir son camp
l’assassinat ou l’accident
L’oligarchie du pays a choisi
le cynisme, la violence,le mépris
et tout ce qui dégoûte et qui fait gonfler les narines de Marine

Alors choisi ton camp, camarade
le vent se lève
il n’y a pas d’arrangement
cours camarade
les oiseaux noirs en mourant te regardent
cours
le vieux monde est derrière toi

(Daniel Mermet.29. 30 2014)
Là-bas si j’y suis

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.