MERCI LES AMIS, MERCI LES AMG ! Merci, mais c’est pas fini !

ON NE LACHE RIEN !

Le

C’EST LA RENTREE SUR FRANCE INTER.
PAS UN MOT AUX DIZAINES DE MILLIERS D’AUDITEURS QUI PROTESTENT CONTRE LA SUPPRESSION DE LA-BAS SI J’Y SUIS. PAS UN MOT AUX MOUVEMENTS, AUX PERSONNALITES AUX SYNDICATS QUI SOUTIENNENT LA-BAS. PAS UN MOT.
LES AUDITEURS NE SONT QUE DES CHIFFRES D’AUDIENCE.

Le 26 juin 2014, au lendemain de la dernière émission de la saison, la nouvelle direction de Radio France a mis une fin brutale à LA-BAS SI J’Y SUIS. Les arguments avancés n’ont trompé personne. Il fallait supprimer une émission trop dissidente et trop populaire, ce que certains demandaient à Radio France depuis longtemps.

Aussitôt les auditeurs ont manifesté leur colère et leur soutien à travers des milliers de messages. En quatre semaines, les principales pétitions ont recueilli plus de 170 000 signatures *. Des syndicats comme la CGT, SUD et le SNJ, des personnalités comme Régis Debray, Jean Ziegler ou Frédéric Lordon ont spontanément dénoncé une grave atteinte à la diversité médiatique, diversité qui relève de la mission de l’audiovisuel public. Aurelie Filippetti , ministre de la Culture, a reçu Daniel Mermet pour lui dire sa consternation. La ministre de la Justice, Christiane Taubira a clairement dénoncé « une défaite de la complexité », une « pensée mutilée ». En France on peut contester, on peut dénoncer, on peut appeler à la révolte à condition de rester en marge, dans le bac à sable. Au fil des découvertes et des reportages, l’équipe de Là-bas en était sortie, construisant une critique efficace de la mondialisation néolibérale et de la course au profit au détriment des hommes. Certaines directions ont considéré que cette dissidence avait sa place dans le débat démocratique, selon la mission du service public de l’audiovisuel, d’autres rêvèrent de la supprimer suivant leurs convictions propres. Les nombreuses pressions contre l’émission ont fini par l’emporter. Les nouveaux responsables ont fait le choix de mettre brusquement fin à cette anomalie.
La direction comptait sur l’été pour faire passer là-bas sous silence
mais la mobilisation persiste. Les auditeurs sont là. Au cours de l’été, une équipe, journalistes, réalisateurs, producteurs, s’est mise en place autour d’un projet que nous ferons connaitre dans les jours qui viennent. LA-BAS va continuer sur internet en prolongeant et en développant LA BAS DE PLUS BELLE ! Nous, comptons sur vous, rien ne sera possible sans vous. On ne lâche rien

Là-bas. 25 août 2014

* Du 29 juin au 30 juillet, malgré les vacances
170 437 signatures « dé doublonnées » au total sur les principales pétitions
et encore beaucoup de signatures en attente de confirmation

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.