Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ?

Le

Daniel Mermet en 2002 (photo : Patrick Messina)

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS

La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence.
“Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin la dernière de la saison de Là-bas si j’y suis, l’émission de reportages au long cours fortement ancrée à gauche qu’il présentait depuis 1989. La veille, il avait déjà fait part à ses auditeurs de bruits de couloir inquiétants selon lesquels le programme ne serait peut-être pas reconduit à la rentrée. Les réactions, via le fameux répondeur de l’émission, n’avaient pas tardé : s’il fallait venir à Paris, manifester sauvagement devant le siège de France Inter ou boycotter la station pour que la direction fasse machine arrière, ils le feraient.

Vendredi 27 juin au matin, la nouvelle directrice de la station, Laurence Bloch, (qui n’a pas souhaité répondre à nos questions) déclarait dans une interview lapidaire au site Ozap : depuis “vingt-cinq ans, Là-bas si j’y suis nous fait vivre des moments forts, mais l’émission a perdu 100 000 auditeurs en deux ans donc on va l’arrêter”. Un groupe Facebook “Sauvons Là-bas si j’y suis” a vu le jour, et une pétition circule pour que l’émission ne disparaisse pas (le samedi 5 juillet, elle avait déjà recueilli 65 000 signatures). Quand des soutiens de Là-bas si j’y suis se sont rassemblés, le 5 juillet à 14 heures, devant la Maison de la radio.

Dans un dernier souffle, le taulier de l’émission, le Joe Bar des ondes, avait susurré : “On ira jusqu’au bout, on ne lâchera rien.” En fond sonore, l’habituelle Harley-Davidson pétaradante du jingle s’éloignait.

Une “anomalie dans le paysage radiophonique”

Là-bas si j’y suis parcourait les contrées de France et hors de France, à la recherche du non-dit, de l’événement qui ne parvenait pas à percer la chape de plomb médiatique. Elle débusquait l’idée dissidente au libéralisme dominant, le mouvement social qui, quand bien même il était sectoriel, n’en méritait pas moins d’être relaté, la lutte qui, mise bout à bout avec les autres, pourrait enfin faire basculer le rapport de force en faveur des damnés de la terre. Elle tendait son micro tantôt aux plus grands penseurs de la gauche critique (Noam Chomsky, Eric Hobsbawm, Frédéric Lordon, Daniel Bensaïd…), tantôt à la multitude des anonymes investis dans les combats les plus variés.

Au départ pourtant, la dimension politique de l’émission n’était pas explicite. Il s’agissait d’un projet de reportages au long cours. Mais, en ces années 90 de plans d’ajustements structurels successifs, Daniel Mermet se rapproche de l’équipe du Monde diplomatique, et Là-bas si j’y suis devient le lieu où s’invente quotidiennement un monde alternatif, le point vers lequel converge tout ce que la France compte d’utopistes, de réfractaires et de militants de l’idée égalitaire.

C’est ainsi que, presque par accident, l’émission devient cette “anomalie dans le paysage radiophonique”, selon l’expression de François Ruffin, rédacteur en chef de Fakir, et reporter de Là-bas si j’y suis entre 2005 et 2012. “Si l’on avait présenté à la direction de France Inter, en 1989, le brûlot qu’elle allait devenir, elle aurait sans doute refusé de la mettre à l’antenne”, estime-t-il aujourd’hui.

Une réaction immunitaire de Radio France

De fait, l’émission n’a pas échappé aux coups d’estoc politiques, camouflés en justifications économiques ou commerciales. En 2006, par exemple, le directeur de France Inter, Frédéric Schlesinger, décide de la changer de tranche horaire en la passant de 17 heures à 15 heures – créneau traditionnellement déserté par les auditeurs et risquant de diviser l’audience de moitié. Avec le recul, François Ruffin envisage à sa façon la dimension politique de cette décision : “Pendant la campagne sur le traité constitutionnel européen, en 2005, Là-bas si j’y suis avait été un point de rassemblement de la gauche critique, et de remotivation des militants. Elle avait été très efficace. Or, en 2006, à l’approche de l’élection présidentielle, elle aurait pu remplir la même fonction, donc on l’a passée à 15 heures.” Mais les auditeurs suivront.

Radio France a une réaction immunitaire à Là-bas si j’y suis : ses anticorps libéraux s’acharnent sur elle jusqu’à ce qu’elle cède. On l’ampute de dix minutes de retransmission. Puis on lui retire le vendredi. Jusqu’à aujourd’hui et sa disparition. “Il est de notoriété publique que les directions successives de France Inter essaient de faire la peau à Mermet et à Là-bas si j’y suis depuis très longtemps, sans y être jamais parvenues. Il fallait bien qu’au bout d’un moment une tentative réussisse”, constate amèrement l’économiste Frédéric Lordon, journaliste au Monde diplomatique et invité récurrent de Là-bas si j’y suis. Au-delà du producteur charismatique de l’émission, c’est aussi l’avenir de ses cinq reporters qui est en jeu.

“Des jeunes, il y en a !”

Les motifs invoqués sont les mêmes qu’en 2006 : l’audience, d’abord, serait en train de se tasser. Daniel Mermet réfute pourtant formellement cette hypothèse :

“Lorsque nous avons été placés sur cet horaire en 2006, l’audience de cette tranche était de 150 000 auditeurs. Aujourd’hui elle est à 450 000 auditeurs, donc Là-bas si j’y suis a amené au moins 300 000 auditeurs à France Inter : c’est la plus grosse audience sur cette tranche dans l’histoire de la station. S’il y a eu un léger tassement cette dernière année, c’est parce qu’ils ont amputé eux-mêmes l’émission d’une heure le vendredi, et de dix minutes à la fin de chaque émission.”

La direction de France Inter invoque également une “envie de renouvellement”. Il est vrai que le baroudeur des ondes n’est plus tout jeune (bientôt 72 ans). Mais, là encore, l’argument ne tient pas : ” On veut rajeunir l’antenne ? Très bien ! Des jeunes, il y en a ! Son équipe est très jeune… On veut juste tirer le rideau de fer, et que la boutique n’existe plus, ce n’est pas la même chose”, remarque Frédéric Lordon. Selon Daniel Mermet, une transition a bel et bien été envisagée, sans que la direction ne donne son agrément. De plus, le concept de l’émission n’a pas pris une ride, et sa singularité demeure incontestée.

“Je pense que cette émission continuait à être pertinente, et à avoir une place sur le service public, estime Antoine Chao, reporter à Là-bas si j’y suis depuis quatorze ans. Il est important que ce genre d’émission avec un ton différent, une vision des choses différente, existe. C’est un gage de pluralisme.” Pour Daniel Mermet, les motifs de son éviction ne font donc aucun doute : “Quand vous avez débusqué ces mensonges arrogants, il reste que c’est une décision politique. C’est une émission qui déplaît, à cause de sa ligne éditoriale, à l’actuelle direction de Radio France, tout simplement.”

“Intolérance croissante et radicale de l’oligopole propagandiste”

Certains éléments, récemment ajoutés à la biographie de Daniel Mermet, ont cependant nui à sa réputation, ce qui pourrait avoir pesé dans la décision de la direction. En juin 2013, un article du journal Article 11 égratignait violemment l’image du producteur-présentateur : autoritarisme, humiliations, travail non-payé… Il apparaissait sous le jour d’un indéboulonnable grand timonier de la radio. La décision de Laurence Bloch ne laisse cependant pas de surprendre. Là-bas si j’y suis fournissait en effet une caution de gauche à peu de frais à France Inter. Pourquoi s’en débarrasser aussi brusquement, et prêter le flanc de manière aussi ostentatoire aux critiques, alors que la prise de fonction de Mathieu Gallet à Radio France n’avait fait aucune vague ? Et qui sera capable de faire plus d’audience que Mermet à 15 heures ? Daniel Mermet évoque évasivement “des attitudes de revanche personnelle qui peuvent dicter la conduite de cette direction”. Revenu à Radio France comme le numéro 2 de Mathieu Gallet, chargé du contenu éditorial de toutes les antennes du groupe, Frédéric Schlesinger garderait un souvenir cuisant de la mobilisation de 2006 : une pétition de soutien contre le changement d’horaire de l’émission avait recueilli 216 000 signatures. Schlesinger n’avait sans doute pas apprécié. Pour Frédéric Lordon, cependant, cette suppression est aussi un symbole du temps :

“Je n’exclus pas l’hypothèse de l’erreur managériale pure, additionnée d’une hypothèse auxiliaire, qui est celle de l’intolérance croissante et radicale de l’oligopole propagandiste. Il y a une espèce de radicalisation néolibérale extrêmement impressionnante et perceptible aussi bien dans le domaine des politiques publiques que dans le domaine du débat public. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant que les deux aillent de pair.”

“La gauche critique perd son principal bastion”

L’exécution sommaire de l’émission de Daniel Mermet est en effet un coup dur pour la gauche radicale et sa représentation dans l’espace public médiatique. Elle avait créé une relation fusionnelle avec ses auditeurs, surnommés les AMG (pour “auditeurs modestes et géniaux”), qui se réunissaient non seulement autour de leur poste radio, mais aussi lors de cafés repaires qui essaimaient l’utopie partout sur le territoire.

Selon Mermet, la direction de France Inter s’égare : “Elle trahit les potentialités de cette maison, et sa vocation à être un haut lieu de l’éducation populaire. C’est à pleurer de constater que ce potentiel est entre les mains de médiocres.” Et de conclure par un aphorisme assassin : “Les médiocres sont de retour dans la vallée fertile.” François Ruffin confirme que beaucoup vont se sentir orphelins après cette disparition : “Dans la bataille des idées en cours, c’était la seule émission qui servait de trait d’union entre les différents courants de la gauche critique, et qui lui donnait un écho au-delà de nos habituels publics respectifs. Aujourd’hui, la gauche critique perd son principal bastion.” C’est un monument de la radio publique qu’on abat, et un îlot de parole indocile qui se tait.

Mathieu Dejean

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Un entretien avec David Garcia Barrages hydroélectriques : l’obsession de la privatisation Abonnés

    -

    Écouter

    Construits au XXe siècle grâce à des fonds publics, les barrages français sont devenus tout à fait rentables, contrairement au nucléaire qui nécessite beaucoup d’investissements et attire peu les entreprises privées. Une rentabilité qui suscite l’intérêt de sociétés multinationales qui se verraient bien gérer certaines concessions : cette menace plane sur les barrages depuis maintenant vingt-cinq ans ans, et a récemment été réactivée par la Commission européenne au nom de la sacro-sainte ouverture à la concurrence. Pourtant, rien ne vient justifier de confier au privé la gestion des barrages, au détriment de l’opérateur public historique, EDF.

  • Les Illustres illustrateurs n°09 Magritte érotique Abonnés

    -

    Lire

    Dieu nous a faits en sorte qu’il nous soit impossible de rire et de parler en même temps. Le rire s’oppose au discours, c’est là toute sa grâce et c’est toute notre chance. Avec l’étrange bruit du rire, quelque chose se dit qui ne se dit pas quand on dit.

    C’est ce que déclenche par exemple la peinture de René Magritte. Non pas l’éclat de rire, mais pire, le rire par implosion. Ici, si on se fend la gueule, c’est une fente profonde qui ébranle le piédestal et tout l’édifice, une brèche que la normalité a bien du mal à colmater. Il en a fallu des commentaires, des articles, des expositions et tout ce qu’on appelle la culture pour affadir, pour aplatir, pour désamorcer les explosifs inlassablement fabriqués par ce faux employé modèle qui travaillait du chapeau. Déguisé en petit bourgeois respectable, passant inaperçu pour mieux atteindre le cœur des rouages avec ses grains de sable, Magritte n’était pas seul. C’était tout un courant d’énergumènes improbables, des inventeurs de monde, attachés à subvertir définitivement l’ordre des choses et qui sont aujourd’hui en solde sous l’étiquette touristique « surréalisme belge ». Le rescapé Magritte correspondait avec Michel Foucault et entendait représenter « le mystère du monde » et des « pensées qui deviennent visibles ». On en a fait des livres d’étrennes, des posters pour salle d’attente et surtout beaucoup de gras pour les spéculateurs.

  • Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Écouter

    Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

  • Un entretien avec FABRICE NICOLINO (Octobre 2015) VACHES À HUBLOT, UNE VIEILLE PRATIQUE Accès libre

    -

    Écouter

    Partout, l’animateur Nagui s’indigne de l’existence de VACHES À HUBLOT révélée par l’association L214. Cette pratique n’est pas nouvelle et remonte au moins aux années 70, comme nous l’avions montré dans notre émission avec Fabrice Nicolino, en Octobre 2015, autour de son livre « Lettre à un paysan sur ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture ». Raymond Février, directeur de l’INRA, expliquait alors comment SAUVER LE BOEUF.

  • Corinne Morel Darleux : « plutôt couler en beauté que flotter sans grâce » Abonnés

    -

    Voir

    Bernard Moitessier, vous connaissez ? En 1968, ce navigateur était sur le point de gagner le premier tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Contre toute attente, alors qu’il est donné gagnant, Moitessier renonce à franchir la ligne d’arrivée, fait demi-tour et met le cap sur la Polynésie : « je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme », c’est le message qu’il envoie avec un lance-pierre sur un autre bateau avant de s’en aller. Ce « refus de parvenir », Corinne Morel Darleux en fait le point de départ de son livre, Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce. Réflexions sur l’effondrement, qu’elle publie aux éditions Libertalia.

  • Didier PORTE ne comprend rien à l’amour, mais cette belle histoire peut lui ouvrir le coeur. Et vous ? L’AMOUR FOU S’EN FOUT ! Accès libre

    -

    Écouter

    L’âge ? La distance ? L’argent ? La beauté ? Les diplômes ? La couleur de peau ?L’amour fou s’en fout. Même si vous ne parlez pas la même langue, il s’en moque. On parle de l’amour, le vrai, le grand, pas l’ordinaire tout plat, tout mou. La preuve ? L’ histoire des AMANTS DE BELFORT, Jeannette et Philippe, qui se retrouvent 48 ans après la guerre. Oui, ça ressemble à ces retrouvailles qui viennent de faire pleurer la terre entière (à part Didier Porte qui a un cœur de pierre). Sauf que nous, c’était en 1994, il y a 25 ans (!) qu’ANNE RIOU les a rencontrés sur le quai de la gare de Belfort.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a pas de cœur Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, tu ne peux pas être passé à côté du merveilleux reportage (?) du 20h (!) de France 2 (?!) mettant en scène les retrouvailles amoureuses d’un vétéran américain du débarquement et d’une petite Française qui a attendu qu’il débarque une seconde fois pendant 75 ans. Par sécurité, voici quand même une séance de rattrapage, légèrement remaniée à ma sauce. Il faut dire qu’en voyant ce sujet larmoyant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à « Perdu de vue », cette calamiteuse émission de téléréalité diffusée par TF1 dans les années 1990 (qui coûta sa carrière à Jacques Pradel), et ça m’a un peu gâché la fête…

  • Reportage à Alfortville Quand La Poste exploite des travailleurs sans papiers Abonnés

    -

    Écouter

    Au lendemain de l’arrestation de notre journaliste Taha Bouhafs, nous sommes retournés devant l’agence Chronopost d’Alfortville, dans le Val-de-Marne, pour vous faire entendre le reportage qu’il était en train de faire quand il a été placé en garde à vue. Une trentaine de sans-papiers occupent toujours l’agence. Ils sont employés par des sous-traitants de Chronopost dans des conditions particulièrement difficiles, que permet un système malsain de sous-traitance en cascade.

  • LA RÉPRESSION CONTRE LES JOURNALISTES CONTINUE TAHA, NOTRE JOURNALISTE, BRUTALISÉ ET ARRÊTÉ LORS D’UN REPORTAGE Accès libre

    -

    Voir

    Alors qu’il couvrait une manifestation de sans-papiers, notre journaliste TAHA BOUHAFS a été arrêté et placé en garde à vue au commissariat d’Alfortville (94). Dans une video tournée lors de son arrestation, TAHA se plaint : « ils m’ont déboîté l’épaule ». Bien que LÀ-BAS, site de presse en ligne, soit l’employeur de TAHA, salarié en qualité de journaliste, le commissariat d’Alfortville a refusé de nous donner la moindre information. Les députés Éric COQUEREL (La France insoumise) et Mathilde PANOT (La France insoumise) se sont mis en contact avec la préfecture.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte jalouse Jadot Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, si tu crois à la fable selon laquelle la journaliste d’investigation Isabelle Saporta a démissionné de RTL par amour pour son grand tout vert Yannick Jadot, grand vainqueur des européennes, c’est que tu es victime d’une coupable naïveté, doublée d’une indécrottable candeur. En réalité, ayant pressenti son potentiel de présidentiable, la belle Isabelle a infiltré le chef de file des Verts dans la perspective de 2022.

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Et maintenant, l’assurance chômage ! AbonnésVoir

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État. C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre.

Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS AbonnésVoir

Le

« PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?