Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ?

1

Le

Daniel Mermet en 2002 (photo : Patrick Messina)

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS

La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence.
“Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin la dernière de la saison de Là-bas si j’y suis, l’émission de reportages au long cours fortement ancrée à gauche qu’il présentait depuis 1989. La veille, il avait déjà fait part à ses auditeurs de bruits de couloir inquiétants selon lesquels le programme ne serait peut-être pas reconduit à la rentrée. Les réactions, via le fameux répondeur de l’émission, n’avaient pas tardé : s’il fallait venir à Paris, manifester sauvagement devant le siège de France Inter ou boycotter la station pour que la direction fasse machine arrière, ils le feraient.

Vendredi 27 juin au matin, la nouvelle directrice de la station, Laurence Bloch, (qui n’a pas souhaité répondre à nos questions) déclarait dans une interview lapidaire au site Ozap : depuis “vingt-cinq ans, Là-bas si j’y suis nous fait vivre des moments forts, mais l’émission a perdu 100 000 auditeurs en deux ans donc on va l’arrêter”. Un groupe Facebook “Sauvons Là-bas si j’y suis” a vu le jour, et une pétition circule pour que l’émission ne disparaisse pas (le samedi 5 juillet, elle avait déjà recueilli 65 000 signatures). Quand des soutiens de Là-bas si j’y suis se sont rassemblés, le 5 juillet à 14 heures, devant la Maison de la radio.

Dans un dernier souffle, le taulier de l’émission, le Joe Bar des ondes, avait susurré : “On ira jusqu’au bout, on ne lâchera rien.” En fond sonore, l’habituelle Harley-Davidson pétaradante du jingle s’éloignait.

Une “anomalie dans le paysage radiophonique”

Là-bas si j’y suis parcourait les contrées de France et hors de France, à la recherche du non-dit, de l’événement qui ne parvenait pas à percer la chape de plomb médiatique. Elle débusquait l’idée dissidente au libéralisme dominant, le mouvement social qui, quand bien même il était sectoriel, n’en méritait pas moins d’être relaté, la lutte qui, mise bout à bout avec les autres, pourrait enfin faire basculer le rapport de force en faveur des damnés de la terre. Elle tendait son micro tantôt aux plus grands penseurs de la gauche critique (Noam Chomsky, Eric Hobsbawm, Frédéric Lordon, Daniel Bensaïd…), tantôt à la multitude des anonymes investis dans les combats les plus variés.

Au départ pourtant, la dimension politique de l’émission n’était pas explicite. Il s’agissait d’un projet de reportages au long cours. Mais, en ces années 90 de plans d’ajustements structurels successifs, Daniel Mermet se rapproche de l’équipe du Monde diplomatique, et Là-bas si j’y suis devient le lieu où s’invente quotidiennement un monde alternatif, le point vers lequel converge tout ce que la France compte d’utopistes, de réfractaires et de militants de l’idée égalitaire.

C’est ainsi que, presque par accident, l’émission devient cette “anomalie dans le paysage radiophonique”, selon l’expression de François Ruffin, rédacteur en chef de Fakir, et reporter de Là-bas si j’y suis entre 2005 et 2012. “Si l’on avait présenté à la direction de France Inter, en 1989, le brûlot qu’elle allait devenir, elle aurait sans doute refusé de la mettre à l’antenne”, estime-t-il aujourd’hui.

Une réaction immunitaire de Radio France

De fait, l’émission n’a pas échappé aux coups d’estoc politiques, camouflés en justifications économiques ou commerciales. En 2006, par exemple, le directeur de France Inter, Frédéric Schlesinger, décide de la changer de tranche horaire en la passant de 17 heures à 15 heures – créneau traditionnellement déserté par les auditeurs et risquant de diviser l’audience de moitié. Avec le recul, François Ruffin envisage à sa façon la dimension politique de cette décision : “Pendant la campagne sur le traité constitutionnel européen, en 2005, Là-bas si j’y suis avait été un point de rassemblement de la gauche critique, et de remotivation des militants. Elle avait été très efficace. Or, en 2006, à l’approche de l’élection présidentielle, elle aurait pu remplir la même fonction, donc on l’a passée à 15 heures.” Mais les auditeurs suivront.

Radio France a une réaction immunitaire à Là-bas si j’y suis : ses anticorps libéraux s’acharnent sur elle jusqu’à ce qu’elle cède. On l’ampute de dix minutes de retransmission. Puis on lui retire le vendredi. Jusqu’à aujourd’hui et sa disparition. “Il est de notoriété publique que les directions successives de France Inter essaient de faire la peau à Mermet et à Là-bas si j’y suis depuis très longtemps, sans y être jamais parvenues. Il fallait bien qu’au bout d’un moment une tentative réussisse”, constate amèrement l’économiste Frédéric Lordon, journaliste au Monde diplomatique et invité récurrent de Là-bas si j’y suis. Au-delà du producteur charismatique de l’émission, c’est aussi l’avenir de ses cinq reporters qui est en jeu.

“Des jeunes, il y en a !”

Les motifs invoqués sont les mêmes qu’en 2006 : l’audience, d’abord, serait en train de se tasser. Daniel Mermet réfute pourtant formellement cette hypothèse :

“Lorsque nous avons été placés sur cet horaire en 2006, l’audience de cette tranche était de 150 000 auditeurs. Aujourd’hui elle est à 450 000 auditeurs, donc Là-bas si j’y suis a amené au moins 300 000 auditeurs à France Inter : c’est la plus grosse audience sur cette tranche dans l’histoire de la station. S’il y a eu un léger tassement cette dernière année, c’est parce qu’ils ont amputé eux-mêmes l’émission d’une heure le vendredi, et de dix minutes à la fin de chaque émission.”

La direction de France Inter invoque également une “envie de renouvellement”. Il est vrai que le baroudeur des ondes n’est plus tout jeune (bientôt 72 ans). Mais, là encore, l’argument ne tient pas : ” On veut rajeunir l’antenne ? Très bien ! Des jeunes, il y en a ! Son équipe est très jeune… On veut juste tirer le rideau de fer, et que la boutique n’existe plus, ce n’est pas la même chose”, remarque Frédéric Lordon. Selon Daniel Mermet, une transition a bel et bien été envisagée, sans que la direction ne donne son agrément. De plus, le concept de l’émission n’a pas pris une ride, et sa singularité demeure incontestée.

“Je pense que cette émission continuait à être pertinente, et à avoir une place sur le service public, estime Antoine Chao, reporter à Là-bas si j’y suis depuis quatorze ans. Il est important que ce genre d’émission avec un ton différent, une vision des choses différente, existe. C’est un gage de pluralisme.” Pour Daniel Mermet, les motifs de son éviction ne font donc aucun doute : “Quand vous avez débusqué ces mensonges arrogants, il reste que c’est une décision politique. C’est une émission qui déplaît, à cause de sa ligne éditoriale, à l’actuelle direction de Radio France, tout simplement.”

“Intolérance croissante et radicale de l’oligopole propagandiste”

Certains éléments, récemment ajoutés à la biographie de Daniel Mermet, ont cependant nui à sa réputation, ce qui pourrait avoir pesé dans la décision de la direction. En juin 2013, un article du journal Article 11 égratignait violemment l’image du producteur-présentateur : autoritarisme, humiliations, travail non-payé… Il apparaissait sous le jour d’un indéboulonnable grand timonier de la radio. La décision de Laurence Bloch ne laisse cependant pas de surprendre. Là-bas si j’y suis fournissait en effet une caution de gauche à peu de frais à France Inter. Pourquoi s’en débarrasser aussi brusquement, et prêter le flanc de manière aussi ostentatoire aux critiques, alors que la prise de fonction de Mathieu Gallet à Radio France n’avait fait aucune vague ? Et qui sera capable de faire plus d’audience que Mermet à 15 heures ? Daniel Mermet évoque évasivement “des attitudes de revanche personnelle qui peuvent dicter la conduite de cette direction”. Revenu à Radio France comme le numéro 2 de Mathieu Gallet, chargé du contenu éditorial de toutes les antennes du groupe, Frédéric Schlesinger garderait un souvenir cuisant de la mobilisation de 2006 : une pétition de soutien contre le changement d’horaire de l’émission avait recueilli 216 000 signatures. Schlesinger n’avait sans doute pas apprécié. Pour Frédéric Lordon, cependant, cette suppression est aussi un symbole du temps :

“Je n’exclus pas l’hypothèse de l’erreur managériale pure, additionnée d’une hypothèse auxiliaire, qui est celle de l’intolérance croissante et radicale de l’oligopole propagandiste. Il y a une espèce de radicalisation néolibérale extrêmement impressionnante et perceptible aussi bien dans le domaine des politiques publiques que dans le domaine du débat public. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant que les deux aillent de pair.”

“La gauche critique perd son principal bastion”

L’exécution sommaire de l’émission de Daniel Mermet est en effet un coup dur pour la gauche radicale et sa représentation dans l’espace public médiatique. Elle avait créé une relation fusionnelle avec ses auditeurs, surnommés les AMG (pour “auditeurs modestes et géniaux”), qui se réunissaient non seulement autour de leur poste radio, mais aussi lors de cafés repaires qui essaimaient l’utopie partout sur le territoire.

Selon Mermet, la direction de France Inter s’égare : “Elle trahit les potentialités de cette maison, et sa vocation à être un haut lieu de l’éducation populaire. C’est à pleurer de constater que ce potentiel est entre les mains de médiocres.” Et de conclure par un aphorisme assassin : “Les médiocres sont de retour dans la vallée fertile.” François Ruffin confirme que beaucoup vont se sentir orphelins après cette disparition : “Dans la bataille des idées en cours, c’était la seule émission qui servait de trait d’union entre les différents courants de la gauche critique, et qui lui donnait un écho au-delà de nos habituels publics respectifs. Aujourd’hui, la gauche critique perd son principal bastion.” C’est un monument de la radio publique qu’on abat, et un îlot de parole indocile qui se tait.

Mathieu Dejean

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Barbe ? Accès libre

    -

    Lire

    Barbe portait la barbe. C’était sans doute le premier sujet de conversation avec lui. Et après c’était les femmes qu’il dessinait. Est-ce qu’il les connaissait en vrai ? Est-ce qu’on pourrait les rencontrer en vrai ? Et là, Barbe riait dans sa barbe. Ces femmes étaient dans sa tête, dans son œil, dans sa main, entre ses doigts, au bout de son crayon. Elles étaient vraies puisqu’il les imaginait. Rien de plus vrai que ce qu’on imagine, même quand on est avec une femme en vrai. Chaque mois, dans les années 1970, on attendait le « cinéma » de Barbe dans Charlie mensuel. Génial, mais il n’a pas fait que ça. Né en 1936, il avait d’abord voulu faire pilote de chasse. Et puis non, il se contente de bosser dans l’aéronautique. Puis, avec son frère, il participe à une expédition scientifique sur les volcans à Djibouti. Un parcours insolite, comme on dit. Après ça, il plonge dans le dessin jusqu’au cou. Pas seulement au cou des filles nées de ses mains. Mais aussi le monde autour. Pas toujours rose. On voit ses dessins un peu partout dans la presse ou dans des albums avec sa bande de copains. À la fin, il meurt en 2014, à 77 ans. Il fait partie de ceux qui font que le monde est moins moche une fois qu’ils y ont séjourné, et plus respirable et et plus sensuel. Vous n’avez plus qu’à savourer l’hommage que lui rend l’équipe de LÀ-BAS.

  • Une nouvelle série en dix épisodes JE SUIS LA FÉE DU CAMPING : QUEL EST VOTRE VŒU POUR LA RENTRÉE ? Abonnés

    -

    Écouter

    La fin des vacances, c’est le blues, sauf si vous rencontrez SOPHIE-LA-FÉE-DU CAMPING, qui peut réaliser votre rêve le plus dingue pour cette rentrée. Mais lequel ? Quel est le vœu que vous allez lui demander de réaliser ? Bien sûr, c’est pour de rire, mais attention, ces croquis sonores en disent long, très long, comme toujours avec SOPHIE SIMONOT. La voilà avec sa couronne et sa baguette magique au camping de la Licorne à Malo-les-bains, à la sortie de Dunkerque, pour une nouvelle série de rencontres bouleversantes, saugrenues, hilarantes, si proches et si inattendues.

  • Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libre

    -

    Lire

    Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.

  • « Se mettre en lutte est une victoire » : ÉPISODE 06 PAROLES DE « GILETS JAUNES » : « on parle avec des personnes très racistes ou avec des papys très mignons » Abonnés

    -

    Lire

    Les « gilets jaunes » auront-ils changé la vie ? En tout cas, eux, leur vie a changé. « Qu’est-ce que la lutte a changé pour vous, personnellement ? » Nous vous proposons une version écrite des réponses inattendues et encourageantes d’une « sous-France » qui, pour longtemps, a relevé la tête.

    Me voilà au centre-ville de Morlaix, avec ses belles maisons à colombages. Quand j’étais dans le campement des « gilets jaunes » du côté du rond-point du Leclerc, sous la petite cabane qui prenait le vent, il y avait une petite jeune fille qui a dû partir très vite et qui avait envie qu’on se revoie. Nous avons rendez-vous dans un bar, « L’Aurore », sous la pluie. Il y a trois jeunes en terrasse, elle n’est pas venue toute seule, c’est Awena.

  • TEXTE A L’APPUI " Se mettre en lutte est une victoire " ÉPISODE 3 PAROLES DE GILETS JAUNES : « J’espère que nos enfants diront, on a connu les Gilets Jaunes, ils se sont battus, ma mère y était » Abonnés

    -

    Lire

    Les Gilets jaunes auront-ils changé la vie ? En tout cas, eux, leur vie a changé. « Qu’est-ce que la lutte a changé pour vous, personnellement ? » Nous vous proposons une version écrite des réponses inattendues et encourageantes d’une « sous-France » qui pour longtemps a relevé la tête. Episode 3.

  • Se mettre en lutte est une victoire. Épisode 01 PAROLES DE GILETS JAUNES : JOJO L’INTERNATIONAL Abonnés

    -

    Lire

    Les Gilets jaunes auront-ils changé la vie ? En tout cas, eux, leur vie a changé. « Qu’est-ce que la lutte a changé pour vous, personnellement ? » Nous vous proposons une version écrite des réponses inattendues et encourageantes d’une « sous-France » qui pour longtemps a relevé la tête.

    Épisode 1 - JOJO L’INTERNATIONAL

    (Saint-Brieuc, février 2019)

    Pourquoi vous êtes venu ?

    Je suis sorti d’un silence religieux à une expression du peuple et des discussions interminables, et à quelques scènes de « ton élevé », on va dire. Donc c’est surprenant. Vous êtes quinze ans dans le silence, et du jour au lendemain vous arrivez au milieu de gens qui n’arrêtent pas de parler. Au début j’étais un peu perdu, je les écoutais. Ça m’a fait hyper plaisir de voir les gens communiquer, parler entre eux, se tutoyer, se serrer la main, s’embrasser. Parce qu’on n’est pas des gueux ni des vilains, on n’est plus au Moyen Âge. Je sais que la Révolution de 1789, on l’a ratée un peu, parce qu’ils étaient rois de père en fils, donc on n’avait rien à dire. Mais maintenant, on n’arrête pas de parler, et c’est surprenant. Ça fait du bien de voir le franc-parler. Et puis les gens avaient honte de dire qu’ils étaient pauvres. Maintenant, ils nous expliquent qu’ils vivent chez eux sans chauffage, ils osent le dire.

  • Connaissez-vous Théophile Alexandre Steinlen ? Abonnés

    -

    Lire

    Si vous ne le connaissez pas, sachez que les chats le connaissent. Surtout les chats noirs. Sur les toits, sur les tombes, sur les gouttières, ils en parlent encore, surtout les chats de Montmartre, vers la rue Caulaincourt, sa maison s’appelait Cat’s cottage. Pourtant il n’était pas anglais, il était né à Lausanne en 1859. Peintre, graveur, illustrateur, affichiste, sculpteur, il fut un des artistes parmi les plus populaires de son temps, dans le tourbillon de 1900, dans ce que ces vaches de bourgeois appelaient la « Belle Époque ». Il a montré le contraire. La misère, la galère, la guerre, les ouvrières, le paysan qui tire la charrue devant le gros bourgeois ventru. Mais attention, il n’incite pas à la compassion et à la charité, mais à la lutte, à la différence de ses congénères, les artistes dont cette même bourgeoisie gloutonne allait faire une bohème d’opérette, pittoresque et inoffensive. Steinlen est un libertaire, dans l’esprit d’Élisée Reclus ou de Camille Pissaro. Il fréquente les anciens communards, il rend hommage à Louise Michel, il illustre L’Internationale de Degeyter et Pottier. Anarchiste oui, mais proche aussi des socialistes et des communistes de ce temps-là, il raconte cet élan puissant et profond que la guerre en 14 allait ruiner pour longtemps.

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Gerhard Haderer ? Abonnés

    -

    Lire

    On ne remerciera jamais assez le cancer et Jésus.

    Oui, tout d’abord, merci au cancer. Car s’il n’avait pas eu un cancer en 1985, à 34 ans, Gerhard Haderer aurait eu la vie indigente d’un « créateur » publicitaire. Or, c’est lorsqu’il fut opéré (et guéri) qu’il a tout laissé tomber et s’est tourné à fond vers le genre de dessins que vous allez (re)découvrir, si puissants, si violents qu’ils se passent de tout commentaire, à part quelques gloussements, quelques éclats de rire et pas mal de silences dans le genre grinçant.

    Ensuite, merci à Jésus. Et surtout à Monseigneur Christoph Schönborn, cardinal, archevêque de Vienne. En 2002, Gerhard Haderer publiait La Vie de Jésus, un surfeur drogué à l’encens, ce qui faisait un peu scandale dans la très catholique Autriche, si bien que le cardinal archevêque, hors de lui, crut bon de donner l’ordre à l’auteur de présenter ses excuses aux chrétiens pour avoir ridiculisé le fils de Dieu. Au passage, on le voit, l’Islam n’a pas le monopole du refus des caricatures, mais celles-ci eurent beaucoup moins d’écho chez nos défenseurs de la liberté d’expression. Et bien entendu, comme toujours, la censure assura le succès de l’album, qui atteignit 100 000 exemplaires en quelques jours.

    Le capitalisme est comparable à une autruche qui avale tout, absolument tout. Mais là, quand même, il y pas mal de dessins de Gerhard Haderer qui lui restent, c’est sûr, en travers de la gorge. On peut rêver et c’est déjà beaucoup.

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Jean-Jacques Lequeu ? Abonnés

    -

    Lire

    Atypique, hors norme, extravagant, dérangeant… Des mots tellement usés et abusés quand il s’agit d’art et d’artistes qu’ils sont depuis longtemps vidés de leur sang et de leur sens. Mais voilà que l’œuvre surprenante de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), qui vient d’être exposée pour la première fois, redonne toute sa vigueur au mot « déroutant », et c’est assez rare pour qu’on s’attarde et qu’on se perde dans ses étranges dessins.

    Pas si étranges en apparence. Jean-Jacques Lequeu est dessinateur d’architecture, contemporain des plus grands de son temps, comme Soufflot, Ledoux ou Boullée. Sauf que lui, aucun de ses innombrables projets ne sera réalisé. De même que les jardins qu’il dessinait dans les moindres détails, dans le style classique ou rococo. Tout restera sur le papier, accompagné de ses curieux commentaires écrits. Pourtant, sa vie traverse les plus grands bouleversements de notre histoire, les Lumières, la Révolution, l’Empire, la Restauration. Les esprits se déchaînent, les utopies aussi, les idées, les grandeurs, les folies, l’histoire rue dans les brancards, mais lui, non, tout reste dans ses cartons.

  • TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS Connaissez-vous Laurie Lipton ? Abonnés

    -

    Lire

    Si, comme beaucoup, vous ne faites plus que des cauchemars sans surprise, qui ne vous réveillent plus en hurlant, le dos glacé de peur, les dessins de Laurie Lipton vont repeupler vos nuits et vos jours. Je dis « repeupler » pour vous ménager, mais le vrai mot est « hanter ». Au bureau, en famille, en vacances, rien ne sera tout à fait comme avant, car Laurie Lipton a trouvé le moyen de fendre cette armure molle de banalité qui nous sert aujourd’hui d’uniforme.

    Il y a vingt ans, Cornelius Castoriadis parlait d’une « montée de l’insignifiance » pour qualifier l’effet du grand bond en arrière néolibéral. Le temps lui donne raison, mais cette médiocratie ne se limite pas au champ politique et intello-médiatique. La loi du marché et de la com’ a réussi à domestiquer, à aseptiser, à rétrécir la moindre recherche, la moindre audace intellectuelle ou artistique, le moindre déraillement. Depuis longtemps – disons au moins depuis Marcel Duchamp avec son lavabo et son Porte-bouteilles –, l’oligarchie a su parfaitement désarmer toutes les provocations et tous les outrages, en retournant les signes les plus subversifs à son avantage, en montrant par sa largesse la largeur de son esprit.

Une sélection :

Le tourisme de masse, c’est dégueulasse ! AbonnésÉcouter

Le

Le tourisme, c’est très sympa. Ça permet de découvrir des œuvres d’art, de visiter des monuments historiques, de se plonger dans la culture d’un pays. Ça apporte aussi beaucoup de richesses aux régions visitées, puisque le touriste consomme, et donc le touriste crée de la croissance, et donc le touriste crée de l’emploi. Oui, sauf quand le touriste n’est pas le seul à avoir eu l’idée géniale de visiter cet endroit unique au monde. Et le tourisme, ça devient beaucoup moins sympa quand il y a trop de monde : attirés à grand renfort de campagnes publicitaires, les touristes finissent par détruire ce qu’ils étaient venus admirer. Exemple avec l’inscription à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, un « label » décerné par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Une consécration ou un cadeau empoisonné ?

Une série de reportages en dix épisodes Vous êtes seul, célibataire ? Là-bas vous aide à rencontrer quelqu’un ! [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Tout le monde ne se pose pas la question, mais beaucoup quand même : comment rencontrer quelqu’un ? Où choper un mec ? Où draguer une fille ? Dans la rue, dans un bar, au bureau ? Sur un site de rencontre, avec une application ? Pour une nuit, pour la vie ? Chacun ses trucs, mais au fait, comment font les autres ? Sophie Simonot est allée vous poser la question. Une série de reportages en dix épisodes, dans des milieux et des générations différentes, des réponses et des silences inattendus…