Vive le 1er mai !

Le 1er Mai 1967 à Saint-Nazaire, un film interdit de Marcel Trillat et Hubert Knapp

Le

Jamais vous n’auriez dû voir ce reportage sur les manifs du 1er mai 1967 à Saint-Nazaire. Ce document a été volé et c’est ce qui l’a sauvé !

Un document d’une force et d’une émotion incroyable sur une lutte ouvrière inscrite à jamais dans l’histoire. Le ministère de l’information jugeant à l’époque le film trop favorable aux ouvriers, en avait interdit la diffusion à la télé. C’était le temps de l’ORTF, deux chaînes en noir et blanc sous le contrôle du gouvernement. Mais quand même, des émissions avaient réussi à s’imposer, c’était le cas de « Cinq colonnes à la une » qui est restée dans la légende. Mais là, pas question de diffuser et même pire dans ce cas-là, le film était carrément détruit. Sauf que le réalisateur, Marcel Trillat a volé le film en le cachant dans son blouson. En volant son propre film, il l’a sauvé. C’est ce qu’il raconte dans cet entretien à la fin de sa vie. Comment ça se passait dans l’équipe de « Cinq colonnes » et comment ce reportage a été réalisé.

ENTRETIEN DE MARCEL TRILLAT AVEC JEANNE MANJOULET (Extrait du film : « Les années "Cinq colonnes à la Une", les débuts d’un journaliste de télévision ») 2017, 17’

Voir l’excellente série d’entretiens avec Jeanne Menjoulet diffusée par le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains : https://www.canal-u.tv/chaines/chs-umr-8058/parcours-d-un-journaliste-et-realisateur-de-television-marcel-trillat/les

1ER MAI 1967 À SAINT-NAZAIRE, un fillm de Marcel Trillat et Hubert Knapp, 1967, 24’

Une grève de 2 mois paralysait totalement la ville. Les patrons des chantiers navals, de Sud Aviation et des entreprises sous-traitantes avaient réagi au débrayage de certaines catégories de salariés en lock-outant toutes les autres dans le but d’isoler les grévistes. De son côté, le gouvernement avait mobilisé plus de 5000 CRS et gendarmes mobiles (pour 9000 grévistes et lock-outés). Une stratégie qui provoqua l’effet inverse à celui recherché : une solidarité exceptionnelle de l’ensemble des salariés mais aussi celle des commerçants, des pêcheurs, des paysans.

La CGT, la CFDT, FO, soutenus par les organisations d’enseignants, conduisent le mouvement dans l’unité syndicale la plus remarquable, tout en évitant le moindre affrontement avec les forces de l’ordre. Une grève victorieuse. Lorsque les négociateurs reviennent de Paris le 1er mai 1967, toute la ville les attend devant la gare.

Pendant quelques jours, une équipe de l’ORTF, dépêchée par 5 Colonnes à la Une, va recueillir les témoignages des comparses de cette aventure et filmer la reprise du travail. Elle était dirigée par Hubert Knapp et par Marcel Trillat. Leur reportage provoqua la fureur du Directeur de la télévision et du représentant du SLII, commission de censure de l’ORTF. Il n’a jamais été diffusé.

Le 1er mai 1967 à Saint-Nazaire
par Là-bas si j'y suis

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »