La vérité sur Carla

Le

Bernadette Chirac en string, Raffarin en cuir dans un backroom du Marais, Rachida Dati aux Seychelles avec Marine Le Pen… Même Jean Daniel pose nu dans le Plan B ! On en redemande, on en veut encore. Merci Sarko ! C’est le cri unanime des médias. Sarko fait vendre. Qu’on le lèche ou que l’on le lynche, Sarko fait de l’audience.

Bernadette Chirac en string, Raffarin en cuir dans un backroom du Marais, Rachida Dati aux Seychelles avec Marine Le Pen… Même Jean Daniel pose nu dans le Plan B ! [1]
On en redemande, on en veut encore. Merci Sarko ! C’est le cri unanime des médias. Sarko fait vendre. Qu’on le lèche ou que l’on le lynche, Sarko fait de l’audience. Et ce n’est pas seulement la presse de caniveau qui relève le grouin, la presse convenable aussi. Avec toute la tartufferie qui convient et les grands principes ; la responsabilité, la conscience, la déontologie de « notre métier ».

C’est une tradition chez les pornographes. Il y a la pornographie qui exhibe sans vergogne et il y a celle qui enfile une vertueuse soutane pour dénoncer la première, en en montrant plus encore, tout en citant Levinas et Péguy. Et qui condamne fermement cette diversion médiatique mais en se gardant bien de parler des sujets dont cette diversion médiatique détourne l’opinion.

Plans sociaux, pouvoir d’achat, accroissement des inégalités, chômage et emplois précaires, logement, Sans papier… Regardez bien ; les sujets dont le sarko-circus nous détourne ne font pas la une dans les médias qui dénoncent le sarko-circus. Prenez ce viol de la démocratie lors de l’adoption du traité simplifié par le congrès à Versailles. Passé sous le tapis du SMS à Cécilia.

Voyez en Lorraine, à Gandrange, 600 emplois menacés chez Arcelor-Mittal, alors que les bénéfices du groupe ont augmenté de 30% soit 10,4 milliards de dollars (dont 3,1 milliards aux actionnaires) et qu’il suffirait de 30 millions d’Euros pour relancer l’entreprise. Essayer de lancer ce sujet dans un dîner en ville et dites nous combien de temps vous avez tenu…

Et d’ailleurs le Canard Enchaîné s’apprête à révéler toute la vérité sur la liaison Carla Bruni, Henri Guaino. Une photo que s’apprête à publier un grand quotidien italien les représente « tendrement, au petit matin dans la voiture personnelle d’Henri, alors que le Président de la République est en Guyane ». Selon ce journal, la belle Carla serait affiliée au réseau RS (Résistance secrète) qui a pour but de faire tomber celui qui est désigné sous le nom de code « Atchoum ». [2] Pour cela, non contente de séduire et de se faire épouser par le Président, la belle italienne aurait eu la mission encore plus héroïque auparavant, de séduire son facétieux conseiller et de manipuler ensuite tout l’entourage du dit « Atchoum ».

De là, cette étourdissante succession d’incongruités, de lubies et de bévues, de Dakar au Vatican. Le record pour l’instant ayant été atteint lors du récent dîner du Crif [3] au cours duquel le président Sarkozy a annoncé avec lyrisme son projet de parrainage d’un enfant français juif victime de la Shoah par chaque élève de CM2 à la rentrée prochaine.

Nous avons reçu des dizaines de messages d’auditeurs indignés devant « une telle obscénité électoraliste », devant une telle « surenchère émotionnelle », devant « une idée aussi traumatisante, aussi culpabilisante, aussi blessante pour les enseignants et choquantes pour les historiens. Et pourquoi pas un enfant arménien, un enfant rwandais, un enfant du Cambodge, un enfant Herero de Namibie, un enfant du Darfour, un enfant de la traite négrière ? ». « C’est une mesure qui ne peut que renforcer la concurrence victimaire et susciter l’antisémitisme »

La gifle allait venir de Simone Veil, « Inimaginable, insoutenable, dramatique et surtout injuste ». Choquée puis révoltée, l’historienne Annette Wieviorka [4] dénonçait l’indécence de cette proposition « A ce compte-là, si l’on veut aller plus loin dans l’obscénité, pourquoi pas servir la soupe d’Auschwitz à la cantine des écoles une fois par an ? ».

Et nous n’avons pas touché le fond. [5]

En attendant, comme dit Sally Mara, « Tiens bon la rampe ! »

La-bas, 17 février 2008

Notes

[1Le Plan B , en vente partout !

[2Un rapport peut-être avec Disneyland

[3Conseil représentatif des institutions juives de France.

[4Le Journal du Dimanche, le 17 février 2008

[5Et l’on se demande si Carla n’y est pas allé un peu fort.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.