La Médiadépendance

Le

Après Sidaction et Téléthon le moment est venu pour nous d’alerter le monde
contre un fléau honteusement ignoré : la Médiadépendance. Un mal que les
médias passent sous silence car c’est le mal des médias.

Chers amis,
Chers AMG !

La Médiadépendance est une addiction en tout points comparable aux autres
formes de toxicomanie, le produit stupéfiant étant les médias, comme
substance capable de modifier l’état de conscience. Le sujet atteint de
Médiadépendance ressent de façon chronique, l’irrépressible besoin d’absorber
une dose de média ; télévision, radio, presse ou internet.

Cette addiction affecte deux groupes distincts. D’une part les consommateurs
de média, d’autres part les acteurs des medias.

L’addiction des consommateurs de média est connue. L’ingestion des
substances se fait de la naissance à la mort, plusieurs heures par jour par
les oreilles et les yeux, entraînant l’hébétude, l’impuissance et le
consentement à l’ordre dominant. Mais c’est surtout la soumission au viol
publicitaire qui caractérise cette forme de toxicomanie. En effet, si le
port du voile à l’école fait débat comme symbole agressant la liberté de
conscience, en revanche le viol des foules par la publicité jusqu’au plus
intime de la vie, ne pose guère de problème particulier. C’est là, parmi d’autres,
un exemple de l’emprise des grands médiatrafiquants.

Il faut un accident (grève, tsunami, changement de grille) pour que le
manque soit subitement ressenti, parfois de façon violente. Des cures de
messages publicitaires sont alors prescrites, assorties de quelques
émissions en injection ou comprimé, afin de préparer le cerveau du patient à
recevoir la publicité de Coca-Cola ou de Gaz de France.

L’addiction de ceux qui font les médias est moins connue et pourtant
autrement dangereuse puisqu’elle constitue la cause et la caution de la
précédente. Dans cette catégorie, le sujet médiadépendant éprouve de façon
obsessionnelle le désir de se montrer, de parler et de faire parler de lui.
Peu importe le sujet, peu importe le sens, le malade est prêt à tout pour
satisfaire son addiction, courir tous les plateaux, retourner sa veste,
vendre sa mère ou se livrer à la pétomanie. Pour lui la caméra, le micro ou
le stylo ont le même usage que la seringue, la pipe ou la cuillère trouée.

Tout comme le drogué qui n’hésite pas à voler le sac des vieilles dames pour
obtenir sa dose, le médiadépendant ira voler des idées n’importe où ; ainsi
le plagiat du poète St John Perse par Bernard Henri Lévy, ainsi Alain Minc
condamné le 29 novembre 2001 pour « plagiat servile et pillage
méthodique »(*) Et de même que l’héroïnomane qui se prostitue pour payer son
dealer, le médiadépendant accourt dans certaines émissions de radio ou de
télévision, faisant ce qu’il faut faire, disant ce qu’il faut dire,
astiquant, léchant, pleurant sous les rires de l’assistance et ceci à des
heures où des enfants peuvent être à l’écoute.

Chaque jour en effet nous les voyons, chaque jour nous les entendons, il est
grand temps de rompre avec la fatalité, nous devons, nous pouvons les aider.

Bien sûr, les comédiens, les journalistes, les animateurs, les hommes
politiques, sont coutumiers de cette dépendance ; sans leur ration
quotidienne d’exposition médiatique, ils connaissent des crises de manque et
des troubles dépressifs qui peuvent entraîner des déchéances parfois sans
retour. Mais si cette forme d’ivrognerie est préoccupante, elle est sans
commune mesure avec la Médiadépendance aiguë, dont nous parlons, qui se
répand de plus en plus dans le monde intello-médiatique .

On a cité le philosophe Bernard Henri Lévy champion du monde de l’entartage.
En effet par sept fois, le Grand Reporter BHL a reçu des tartes à la crème
aux cris de « Entartons, entartons, le pompeux cornichon ! ». Mais on songe
aussi à Serge July, Philippe Sollers ou Alain Minc, sans pour autant
négliger les cas d’André Glucksman, Romain Goupil et Pascal Bruckner, s’écriant
le 15 avril 2003 dans le Monde « Quelle joie de voir le peuple irakien en
liesse fêter sa libération et ses libérateurs ! » (600 000 morts depuis)

On le voit, les cas les plus touchants sont le plus souvent des personnes
qui ont eu leur moment de gloire, des « has been » prêts à tout dans l’espoir
de revenir un instant, un instant seulement dans la lumière de la scène
médiatique.

Même si les médiadépendants ont des parcours divers, le profil-type serait
celui d’un auteur publiant des ouvrages atteignant un succès moyen mais
suffisant pour lui faire goûter aux premières griseries médiatiques, un
feuillet dans le Courrier Picard, les compliments d’un brave professeur, un
passage à France 3, le sourire d’une inconnue. Pas grand chose mais le piège
est installé. Tous n’y tomberont pas, mais les dealers veillent. Ils savent
que c’est souvent pour retrouver cette première ivresse que beaucoup peu à
peu glisseront dans la Médiadépendance totale, sans autre contact avec le
monde que la recherche compulsive de la dose quotidienne de média. Pour l’obtenir, le malade multiplie les provocations, les anathèmes, les élucubrations hargneuses. Et c’est en dernier ressort l’insanité xénophobe et raciste qui lui donnera le plus de chance d’obtenir la plus forte dose de médias. Le but des dealers (des journalistes, des animateurs, des éditeurs) étant d’obtenir le niveau le plus élevé possible d’UBM, (Unité de Bruit Médiatique). En échange ils lui fournissent ses doses de passages télé, d’émissions de radio, d’interviews.

Mais les ravages de la Médiadépendance ne s’arrêtent pas. Chaque jour exige
une dose plus forte. On peut évoquer ici le cas du philosophe et animateur
de radio, Alain Finkielkraut qui, en novembre 2005 dans une interview au
quotidien israélien Haaretz portant sur les émeutes dans les quartiers
populaires en France, fit une véritable overdose. « En France, on voudrait
bien réduire les émeutes à des niveaux sociologiques » mais, dit-il
péremptoire, « il s’agit d’une révolte à caractère ethnico religieux. »
Décontenancés par les propos du philosophe qu’ils rapprochèrent de ceux du
Front national, les journalistes israéliens donnèrent à leur article un
titre résumant la pensée du philosophe au sujet des jeunes émeutiers « Ils
ne sont pas malheureux, ils sont musulmans ».

Mais Alain Finkielkraut ne s’en tint pas là. Il faudrait tout citer. Voici
ce que l’exégète d’Emmanuel Levinas nous dit de l’équipe de France de
football : « On nous dit que l’équipe de France est adorée par tous parce qu’elle
est « black, blanc beur », en fait aujourd’hui elle est « black, black,
black », ce qui fait ricaner toute l’Europe. Si on fait une telle remarque
en France, on va en prison ».

Tollé, scandale !

Sulfureux et persécuté, Finkielkraut est partout en quelques heures. Radio,
télé, presse, se déchaînent. L’encre coule, l’audimat grimpe. Alain,
fiévreux, caresse une planisphère, jusque sur le moindre îlot perdu au
milieu du Pacifique on parle d’Alain Finkielkraut. En bien ou en mal ? Pour
le médiadépendant cette question n’existe pas. C’est lui qui existe. Et qui
n’existe plus que par les médias.

Sans vouloir ternir son mérite, on doit à la vérité de souligner qu’ il n’a
fait qu’appliquer la vieille recette de Jean-Marie Le Pen, qui a démontré
que l’on peut devenir durablement célèbre dans les médias, non pas grâce au
travail ou à l’intelligence, non pas grâce à la maîtrise de l’art ou à l’exercice
de la Vertu, non pas grâce à la beauté ni même à l’argent, mais simplement
en prononçant deux ou trois petites phrases abjectes (« point de détail »,
« Durafour crématoire » ou encore « l’occupation allemande pas si inhumaine
que ça »).

Un modèle inégalé pour les médiadépendants qui à leur tour ont recours à ce
procédé pour obtenir leur dose. Ainsi, tout récemment, Georges Frêche l’ancien
maire socialiste de Montpellier, s’est inspiré d’Alain Finkielkraut pour
regretter que l’équipe de France de foot compte « neufs blacks sur onze »,
alors que « la normalité serait qu’il y en ait trois ou quatre » et
concluant « j’ai honte pour ce pays, bientôt il y aura onze blacks ». Sans
obtenir un score aussi élevé que le philosophe, Monsieur Frêche a atteint un
taux très honorable d’UBM.

D’autant que la concurrence était rude notamment avec la concurrence d’un
autre médiadépendant multirécidiviste, le comique Dieudonné, qui le 12
novembre au Bourget à la fête du Front National, vint saluer son ami
Jean-Marie Le Pen pour lequel il n’exclut pas de voter aux prochaines
élections. Dieudonné, un peu oublié ces temps derniers, fit une remontée
foudroyante, aux dépens d’autres concurrents moins expérimentés comme un
certain Anthony Attal, président de la LDJ, Ligue de Défense Juive, lui
aussi venu saluer le vieux leader du Front National. Interdite aux Etats-
unis et en Israël parce que trop raciste, la LDJ est une milice sioniste d’extrême
droite, impliquée dans une longue série d’agressions. Le MRAP et la LDH,
entre autres demandent la dissolution de la LDJ.

Mais attention : la recette de la petite phrase raciste n’assure pas la
notoriété à n’importe qui. Parmi tous les médiadépendants fascinés par l’exemple
de Le Pen, on trouve des intellectuels de second plan ou des écrivains comme
un certain Alain Soral qui, faute de rencontrer le succès espéré avec ses
livres, en est venu a mettre sa plume et ses idées au service du Front
National. Ralliement qu’il tente de rendre le plus diabolique possible, sans
jusque-là réussir à vraiment attirer l’attention des médias sur sa personne
et le message qu’il a à délivrer. Rien n’étant pire que l’indifférence pour
un médiadépendant, ne manquez pas si vous croisez cet auteur de lui faire l’aumône
de votre indignation et de vos injures, il vous en sera gré.

Mais autour du Front National, les médiadépendants peuvent être aussi des
personnes joviales. Ainsi, Serge Moati, ex-conseiller de Mitterrand,
animateur de l’émission « Riposte » sur France 5, qui invitait Jean Marie Le
Pen le dimanche 26 novembre une heure et demie durant et qui déclarait au
Journal du Dimanche diffusé avant l’émission, qu’il avait trouvé Le Pen « 
sympathique, marrant et cultivé. Il a quelque chose de ces grands bonshommes
que l’Histoire traverse et qui traversent l’Histoire. C’est un peu le
Mitterand de son camp »

Pour finir de vous convaincre de l’importance du fléau qu’il nous faut
combattre, voici encore deux cas très récents de médiadépendance. Celui de
Pascal Sevran, animateur de télévision à la notoriété un peu déclinante,
autrefois ami, proche et soutien actif de François Mitterrand, et aujourd’hui
ami, proche et soutien actif de Nicolas Sarkozy.

Il lui aura fallu attendre presque un an pour qu’enfin les médias se
décident à s’indigner d’une phrase écrite dans son dernier livre publié en
janvier 2006 « La bite des Noirs est responsable de la famine en Afrique ».

« Et alors ? C’est la vérité, s’écrie Pascal Sevran dans Var Matin, l’Afrique
crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les
moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire, il faudrait
stériliser la moitié de la planète »

L’affaire a très vite atteint des sommets d’UBM, et d’ailleurs, a précisé
Pascal Sevran, « L’éditeur se frotte les mains ! ».

L’autre cas de médiadépendance sévère est celui de Robert Redeker,
professeur près de Toulouse et qui précise d’emblée « Je ne suis pas le
nouveau Salman Rushdie » dans le cas ou personne n’aurait eu l’idée de faire
le rapprochement. Connu d’un public restreint, le professeur Redeker cherche
à s’illustrer dans le courageux courant de lutte contre « l’slamofascisme ». Après la peste brune, c’est la peste verte qui menace. Dans le Figaro du
19 septembre 2006, dans une tribune dont le titre laissait un peu pressentir
la réponse « Face aux intimidations islamistes que doit faire le monde
libre ? » M. Redeker nous faisait part de la mauvaise impression que lui
laissait le prophète Mahomet « Chef de guerre impitoyable, pillard
massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran »,
un livre bien peu recommandable selon le professeur Redeker « Haine et
violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué ». Des
phrases qui lui auraient illico valu des menaces de mort, a-t-il affirmé en
se barricadant chez lui. Là encore, gros succès médiatique. Pour l’heure les
enquêtes n’ont pas permis d’identifier les auteurs des menaces si toutefois
ils existent. Le professeur, qui bénéficie d’une protection policière, a
reçu le soutien de personnalités parisiennes : Alain Finkielkraut, Elisabeth
Badinter, André Glucksman, Claude Lanzman, Bernard-Henri Lévy. Beaucoup
présentent des cas graves de médiadépendance et tous ont admiré la rapidité
de Denis Jeambar, nouveau directeur des éditions du Seuil qui, dés l’annonce
de l’affaire Redeker, a coiffé tous ses confrères sur le poteau pour lui
faire signer un contrat d’auteur.

On voit à ces quelques exemples l’ampleur de la tâche et la nécessité d’agir
tous ensemble avec détermination contre la médiadépendance.

D’ici là, comme disait Sally Mara en préparant discrètement quelques
délicieuses tartes à la crème « Tiens bon la rampe ! »

Là-bas, le 29 décembre 2006

* Dans son livre « Spinoza, un roman juif » (Gallimard, 1999.)

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Qui sont ces gilets jaunes ? Que veulent-ils au juste ? Jusqu’où iront-ils ? Et bien, venez leur poser la question ! Le Café repaire d’Angers vous invite à venir les rencontrer mardi 26 mars.

  • Laurent et Oliv’, deux beaux perdreaux matures rebelles, en manque de "repaires" dans leurs Yvelines verdoyantes, se lancent dans la crétaion d’un repaire. Pour ce faire on vous propose un premier rendez-vous pour faire connaissance, l’état des lieux et des envies de cette nouvelle aventure, ça ce (...)

  • Café repère du 20ème ! En général, pas de thème défini, chacun vient avec ses propositions et l’envie d’échanger et de partager. Pour celles et ceux qui le souhaitent la soirée se prolonge autour d’une bonne table !

Dernières publis

  • Un hommage à André-François BARBE Connaissez-vous Barbe ? Abonnés

    -

    Lire

    Barbe portait la barbe. C’était sans doute le premier sujet de conversation avec lui. Et après c’était les femmes qu’il dessinait. Est-ce qu’il les connaissait en vrai ? Est-ce qu’on pourrait les rencontrer en vrai ? Et là, Barbe riait dans sa barbe. Ces femmes étaient dans sa tête, dans son œil, dans sa main, entre ses doigts, au bout de son crayon. Elles étaient vraies puisqu’il les imaginait. Rien de plus vrai que ce qu’on imagine, même quand on est avec une femme en vrai. Chaque mois, dans les années 1970, on attendait le « cinéma » de Barbe dans Charlie mensuel. Génial, mais il n’a pas fait que ça. Né en 1936, il avait d’abord voulu faire pilote de chasse. Et puis non, il se contente de bosser dans l’aéronautique. Puis, avec son frère, il participe à une expédition scientifique sur les volcans à Djibouti. Un parcours insolite, comme on dit. Après ça, il plonge dans le dessin jusqu’au cou. Pas seulement au cou des filles nées de ses mains. Mais aussi le monde autour. Pas toujours rose. On voit ses dessins un peu partout dans la presse ou dans des albums avec sa bande de copains. À la fin, il meurt en 2014, à 77 ans. Il fait partie de ceux qui font que le monde est moins moche une fois qu’ils y ont séjourné, et plus respirable et et plus sensuel. Vous n’avez plus qu’à savourer l’hommage que lui rend l’équipe de LÀ-BAS.

  • « AU NOM DE LA DEMOCRATIE, VOTEZ BIEN ! » Un entretien de Daniel MERMET avec Mathias REYMOND MÉDIAS, TOUS POURRIS ? Abonnés

    -

    Voir

    Pour 69% des Français, les journalistes ne sont pas indépendants des partis politiques et du pouvoir. La crédibilité des médias connaît une baisse historique. Des reporters de certains médias se font maltraiter dans les manifs. Pourquoi tant de défiance ? Mathias REYMOND, maître de conférences en économie et co-animateur d’Acrimed, apporte des réponses en revenant sur le traitement médiatique des présidentielles de 2012 et 2017. Un démontage précis et cinglant au moment où nos chantres médiatiques sont déchaînés comme jamais contre le mouvement social.

  • « Grand débat des idées » : un exploit peu commun Accès libre

    -

    Voir

    Lundi 18 mars, Emmanuel Macron recevait à l’Élysée 65 intellectuels pour un « grand débat des idées », retransmis sur France Culture. Bien peu sont restés jusqu’à la fin, à 2h13 du matin, soit au bout de 8 heures, 13 minutes, 15 secondes. Parmi eux, le grand climatologue Jean Jouzel, reconnu pour son travail sur le réchauffement climatique. Jean Jouzel est resté assis 8 heures, 13 minutes, 15 secondes, en livrant une lutte héroïque contre le sommeil.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte fête la Sainte-Léa Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, j’ai l’impression que tu ne réalises pas la portée planétaire de l’événement considérable qui s’est déroulé à la Maison de la radio. Un truc énormissime. À marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’humanité. Figure-toi qu’une journaliste de la station France Inter va prendre deux mois de congés parce qu’elle vit en concubinage avec un candidat aux européennes ! Je t’avais prévenu que ça allait être monumental. L’exploit est tel que les Nations unies devraient se réunir en assemblée générale incessamment et publier un communiqué de félicitations adressé à l’héroïne de ce formidable sacrifice, Léa Salamé ! Bon visionnage.

  • Que l’Église nous lâche la grappe ! Abonnés

    -

    Voir

    Les innombrables scandales de pédophilie au sein de l’Église auront fini de mettre à bas le magistère moral que prétend exercer l’Église catholique, apostolique et romaine. Homosexualité, contraception, interruption volontaire de grossesse, le discours réactionnaire des différents papes successifs, y compris François, est devenu tristement banal. L’Église a largement protégé ses prêtres pédophiles, mais elle se permet toujours de nous faire la morale sur la sexualité et la famille. Mais au nom de quoi ?

  • ÉPISODE #01 Manipulez-Nous Mieux #01 : à la rescousse de Carlos Ghosn Abonnés

    -

    Écouter

    Préparer son sujet, se documenter, travailler son angle, et surtout « porter la plume dans la plaie » tel le grand Albert Londres, père des pères de tous les journalistes. Un sacerdoce pour tout journaliste digne de la hauteur déontologique de la profession. En reconversion professionnelle, Anna-Léa Salami et Niklas Demouran ont décidé d’embrasser la vocation sur le tard. Aujourd’hui, ils se forment au métier au nom de la vérité et du droit à l’information. Dévoués, besogneux et strictement scrupuleux de l’éthique, nos deux jeunes apprentis journalistes réunissent toutes les qualités et les valeurs de de la corporation.

  • Un appel de Daniel Mermet NON À LA VIOLENCE ! Accès libre

    -

    Lire

    La France est prise en otage par une minorité de casseurs en bandes organisées, qui n’ont d’autre but que la destruction et le pillage. C’est un appel à la résistance et à la fermeté contre cette violence sauvage qui s’impose à tous aujourd’hui. Depuis trop longtemps, ces milieux radicaux ont reçu le soutien des milieux intellectuels et d’un certain nombre de médias. Il faut radicalement dénoncer ces complicités criminelles. Oui, criminelles. C’est un appel à la révolte contre cette violence que nous lançons devant vous aujourd’hui.

    Non à la violence subie par plus de 6 millions de chômeurs, dont 3 millions touchent moins de 1 055 euros bruts d’allocation chômage.

    Non à la violence du chômage qui entraîne chaque année la mort de 10 000 personnes selon une étude de l’INSERM.

    Non à la violence subie par près de 9 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté (1 015 euros nets mensuels pour une personne seule), dont 2,7 millions de mineurs.

    Non à la violence des inégalités devant la mort : l’espérance de vie d’un ouvrier est de 71 ans, l’espérance de vie d’un cadre supérieur est de 84 ans, soit 13 ans de différence.

  • GRAND DÉBAT ou GRAND DÉBARRAS ? MACRON INVITE LORDON : C’EST PAS DU BIDON ! Abonnés

    -

    Voir

    « Foulards rouges » ou « gilets jaunes » : que choisir ? Place de la République, sous la pluie, les « foulards rouges » pro-Macron étaient exactement 29. Juste à côté, à la Bourse du travail, ils étaient 800 sur le thème « FIN DU DÉBAT, DÉBUT DU GRAND DÉBARRAS », pour préparer l’ACTE XVIII de ce samedi, avec, entre autres, un appel à LA GRÈVE GÉNÉRALE lancé par Jérôme RODRIGUES, et aussi Frédéric LORDON qui hésite à répondre à l’invitation d’Emmanuel MACRON. Pour vous aider à faire votre choix (en toute objectivité), voici notre reportage express.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte met des tartes à BHL Abonnés

    -

    Voir

    Une devinette pour toi, ami abonné. Quel humoriste célèbre, mais jamais rassasié de viles flatteries et de courtisaneries plus ou moins frelatées, est capable de donner une interview à un magazine pour y dire tout le bien qu’il pense de son œuvre, puis de citer le dit magazine comme si c’était lui qui avait formulé des avis élogieux à son endroit, alors qu’il (le journal) n’avait fait que retranscrire les compliments qu’il (l’humoriste) s’était lui-même adressé (ça s’appelle l’autocitation) ?

  • Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS Abonnés

    -

    Voir

    « PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Une sélection :

Un entretien de Daniel Mermet avec Daniel Bensaïd (2009) Daniel Bensaïd : Marx, mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

« À la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. » Telle fut l’utopie de Marx et Engels, une utopie toujours partagée par des millions de femmes et d’hommes, mais une utopie qui fut souvent récupérée, détournée et pervertie. Maintes fois jeté dans les poubelles de l’histoire, Marx revient aujourd’hui dans la lutte contre la violence capitaliste. Le bicentenaire de sa naissance fournit l’occasion de (ré)écouter ces deux émissions de 2009 avec Daniel Bensaïd, auteur de Marx, mode d’emploi, avec des illustrations de Charb (La Découverte, 2009).

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON, t’es moins qu’un rat AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.