L’ONU DÉNONCE L’EXPULSION DES ROMS À LA COURNEUVE

LA COURNEUVE C’EST PAS LA FÊTE POUR TOUTE L’HUMANITÉ

Le

Évacuation du Samaritain, l’un des plus vieux bidonvilles rom de France à La Courneuve, près de Paris, le 27 août 2015 (AFP / MIGUEL MEDINA)

À l’heure où la Fête de l’Humanité démarre au parc de la Courneuve, le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU condamne le gouvernement français pour sa « politique systématique d’expulsion de force des Roms » et dénonce « une politique punitive et destructrice » en ajoutant « il semble que ces expulsions forcées deviennent une politique nationale ».

Voilà une dénonciation qui rejoint et renforce les analyses d’Éric FASSIN ici même en juin dernier et que nous vous invitons à revoir (Éric Fassin, une politique de la race, 16’49)

Eric Fassin : Roms, une politique de la race
par Là-bas si j'y suis

Éric FASSIN sera notre invité dimanche à 13:30 sur notre stand à la Fête de l’ Humanité, L’HUMA SI J’Y SUIS (voir tout le programme !)

Dans son communiqué, L’ONU dénonce l’évacuation du SAMARITAIN, l’un des plus vieux bidonvilles Rom de France, le 27 août dernier à La Courneuve (93). Malgré une pétition des habitants (38 000 signatures), l’ intervention de personnalités comme Jacques Toubon ou Monseigneur Gaillot, la mobilisation de Médecins du Monde, de la Fondation Abbé Pierre, d’Amnesty International, etc... Malgré des propositions de solutions concrètes, au petit matin, douze cars de CRS furent envoyés pour évacuer les 80 familles du camp.

Gilles POUX, le maire PCF de La Courneuve qui assume avoir demandé cette évacuation, a dénoncé « l’État qui laisse les municipalités gérer seules ces problèmes ». Le Front National a exprimé son soutien au maire communiste. Pour les associations de soutien aux Roms, ce nettoyage s’inscrit dans la préparation de la conférence sur le climat, COP 21, qui aura lieu sur cet emplacement du 30 novembre au 11 décembre prochain.

Les Roms se retrouvent donc les victimes imprévues du changement climatique !

Pour protester contre l’absence de solution pérenne d’hébergement, des Roms ont installé leur campement sur le parvis et dans les jardins de la mairie de La Courneuve, pas loin de la fête de l’Humanité, où est présentée une grande expo de photos sur les Roms. En photo oui, mais pas en vrai dans mon jardin.

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.