Compte de résultat 2018

LÀ-BAS vous rend des comptes ! Abonnés

1

Le

Chaque année, LÀ-BAS publie ses comptes.

Voici nos chiffres pour l’année 2018.

Chers amis, chers AMG,

Cette année encore nous avons résisté à toutes les sirènes, à tous les lobbies, à toutes les puissances qui veulent nous acheter. De la Russie au Qatar, de Google à la reine d’Angleterre, toutes et tous sont repartis la queue basse. Même à la directrice de France Inter qui nous a adressé un message « Daniel, reviens, pardonne moi, tu me manques » la réponse fut inflexible, non, pas de compromis, résistance !

Mais alors une question se pose, où trouvez-vous la force de tenir, quel est votre secret ?
Notre réponse : nos abonnés !
Les 24 000 AMG (Abonnés Modestes et Géniaux) qui, pour seulement CINQ petits euros chaque mois (ou 60 malheureux euros par an) font exister LÀ-BAS pour être informés autrement, pour réfléchir, pour découvrir, pour rêver autrement. Par fidélité aussi, par engagement, pour soutenir un vrai contre-pouvoir médiatique qui a fait ses preuves depuis trente ans.

Oui, cette année nous fêtons les trente ans de Là-bas. En évitant la glue de la nostalgie, nous pouvons revenir sur cette aventure. Au début des années 90, critiquer l’économie de marché et la mondialisation faisait de vous un simple d’esprit, limite touchant. Un ovni radiophonique, une anomalie médiatique. Nous n’étions pas nombreux mais nous n’étions pas les seuls à partager cette manière de voir. Sauf que les autres étaient marginalisés et n’atteignaient guère le grand public. Nous avons été les seuls durant 25 ans sur France Inter à toucher un large public populaire avec un grand succès d’audience, en moyenne 500 000 auditeurs chaque jour, ce qui faisait le désespoir de la plupart des directeurs.

Nous avons été congédiés en juin 2014, en deux minutes comme des domestiques indélicats. Mais comme dit Ernesto Cardenal : « Ils ont voulu nous enterrer mais ils ignoraient que nous sommes des graines ». Une nouvelle aventure commençait de plus belle sur le net, avec vous, avec les milliers d’AMG que vous êtes. Certes pour une audience différente, plus réduite mais plus attentive et plus proche. Et puis attention,
les empires ont appris à leurs dépens que des petits groupes bien déterminés peuvent les faire périr. Un moustique qui pique le nez du conducteur peut faire balancer un car de CRS dans le ravin. Pensez-y
Et tout ça pour cinq petits euros par mois !

Alors prenez parti, n’hésitez plus, abonnez-vous !

Daniel Mermet

LÀ-BAS EN CHIFFRES

Merci aux abonnés fidèles qui nous soutiennent.
Merci aux nouveaux qui chaque jour nous rejoignent.
Et bravo. Grâce à vous ça marche !

En 2018, le site a attiré en moyenne 1 million de visiteurs par mois avec un pic d’audience au premier trimestre 2019 à 1,25 millions de visiteurs (+25%).
Le nombre d’abonnés a augmenté de 20% au cours de l’année 2018. Ce sont plus de 4 000 nouveaux abonnés qui nous ont rejoints portant ainsi le nombre total d’abonnés à 24 000. Et chaque jour, de nouveaux affluent.

L’Association modeste et géniale est une structure solide, financièrement stable. Cette année encore les comptes sont excédentaires. En 2018 le chiffre d’affaires de l’Association est de 1 041 948 euros pour un résultat net de 31 276 euros.

C’est formidable mais nous pouvons faire encore mieux. Et tout dépend de vous.

Les abonnements sont notre seule et unique ressource. Pas de publicité ni de tracking publicitaire, pas d’actionnaire, pas de subvention, la quasi-totalité du chiffre d’affaires provient des abonnements (96%).
Le reste vient des dons (défiscalisables à hauteur de 66% !) et des activités ponctuelles comme la cession de droits vidéo ou la production exécutive de films.

Compte de résultat 2018 en euros
Abonnements 1 003 038 €
Divers 34 039 €
Dons (J’aime l’info)  4 871 €
TOTAL 1 041 948 €
Dépenses
Salaires et cotisations 731 221 €
Frais de fonctionnement 186 162 €
Dépenses exceptionnelles 23 604 €
Émissions en public 19 833 €
Amortissements, provisions 35 423 €
Impôts et taxes 14 529 €
TOTAL 1 010 672 €
Résultat d’exploitation31 276 €

Les salaires et cotisations représentent le plus gros poste de dépenses de l’Association (3/4 des dépenses). Grâce aux abonnements mensuels qui assurent la stabilité financière de la structure (50% des abonnements), l’équipe a pu encore se renforcer pour aujourd’hui atteindre 15 équivalent temps plein. Tous salariés - soulignons-le tant le recours aux contrats précaires et à l’auto entrepreneuriat est devenu fréquent dans les entreprises de presse.

Les frais de structure (186 162 €) comprennent l’ensemble des coûts liés à l’entretien des locaux, à l’administration de la structure et du site internet ainsi qu’à la gestion des abonnements. Ils incluent également les frais de reportages (17 %) et de communication (2 % soit 3 500 € sur l’ensemble de l’année 2018)

Les abonnements permettent de supporter à eux seuls l’ensemble des coûts fixes de la structure.

Aussi les dons et autres recettes générées par les activités ponctuelles de l’Association permettent de financer nos activités d’éducation populaire. Au cours de l’année 2018, LÀ-BAS a produit plusieurs émissions en public, au Lieu-dit à Paris notamment ou dans le cadre de grands rassemblements comme à la Fête de l’Humanité. Le coût total de ces opérations s’est élevé à 19 833 € sur l’année.

L’intégralité des bénéfices enregistrés en 2018 (31 276 €) a été affecté au développement de la structure notamment avec l’achat de matériel et surtout, comme vous avez pu le constater au cours de l’année 2019, au développement du site.

On ne lâche rien !

L’abonnement, c’est maintenant

Les abonnements sont notre seule et unique ressource. Comme vous le voyez, ça marche, mais nous pouvons faire beaucoup mieux avec vous. Participez au développement de LÀ-BAS, par vos abonnements, par vos dons, en offrant des abonnements, en faisant connaître LÀ-BAS, en faisant circuler l’info sur vos réseaux, en utilisant nos vidéos pour alimenter vos débats dans les repaires de LÀ-BAS.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

HISTORIQUE 

Là-bas si j’y suis a démarré il y a bientôt trente ans sur France Inter. Avec des centaines de reportages à travers le monde et plus de cinq mille émissions, ceux qui ont fait LÀ-BAS ont toujours été précurseurs sur la forme et sur le fond avec un grand succès populaire.

LÀ-BAS a reçu de nombreux prix, prix Ondas, prix de l’Audiovisuel Public, prix Goretta, prix du reportage de la SCAM. Daniel Mermet a reçu le prix spécial de la SCAM pour l’ensemble de son œuvre. Nous ne croyons pas au journalisme neutre qui neutralise, ni aux postures « rebelles » qui dissimulent une soumission à l’ordre établi. Nos engagements ont toujours été le résultat de nos reportages et d’un travail journalistique respectueux des faits. Plus qu’une émission, Là-bas si j’y suis s’est développée en spectacle de théâtre, en films documentaires, en livres (Carnets de routes, Nos années Pierrot), en sujet d’étude universitaire ou en spectacle chorégraphique (Ondes de choc). Qu’ils soient devenus député, producteurs, grands reporters ou même directeur des programmes de France Inter, la réussite des collaborateurs de Là-bas n’est pas notre moindre fierté et montre que l’engagement n’est pas un frein, mais bien au contraire, une expérience toujours efficace.

Nous avons toujours été plus près de jetables que des notables, plus près des routiers que des rentiers. Après bien des croche-pieds et des pressions, en juin 2014, la collaboratrice de Philippe Val a été chargée de supprimer cette « anomalie ». Mais aussitôt nous avons été soutenus par une énorme vague de soutien. Confrères, syndicats, auditeurs, pour tous il s’agissait bien là d’une atteinte au pluralisme des médias. Il fallait faire taire ces voix dissidentes. Pour Christiane Taubira, alors ministre de la Justice, c’était « une pensée mutilée ». Voilà ce qui nous a poussés de la trappe à la toile.

Après trois années de procédure, le jugement d’appel rendu le mardi 7 novembre 2017 à Paris a confirmé que Daniel Mermet a fait l’objet en 2014 d’un « licenciement sans cause réelle et sérieuse », et a triplé les indemnités dues par Radio France. « Radio France s’est sciemment placée dans l’illégalité pendant près de 40 ans en ayant recours à des contrats à durée déterminée "verbaux" pendant 25 ans, puis écrits sans définition du motif », a souligné Me Jean-Yves Halimi. Cette condamnation est importante. À Radio France, beaucoup de ceux qui font l’antenne continuent de travailler dans ces conditions précaires. C’est une forme efficace de censure car la précarité mène à la docilité. Or la docilité est contraire à la nécessité d’informer, d’éduquer et d’imaginer.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • L’île du droit à la caresse Accès libre

    -

    Écouter

    Nous nous évitons, nous nous méfions des autres, l’enfer, c’est les autres. Gardez vos distances. On ne sait quel crétin officiel a trouvé l’expression « distance sociale ». Comment retrouver la fusion de la manif, les grappes humaines du « tous ensemble », la grande partouze de la lutte après ça ? En attendant, pour rebondir, voici une histoire d’île et de caresse.

  • Chaque vendredi : Didier Porte Hebdo, la revue de presse indispensable ! Didier Porte revient ! Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, dans ce numéro 135 de Didier Porte Hebdo, il sera prouvé que le dénommé Michel-Édouard Leclerc, patron des hypermarchés du même nom, a été infecté par le virus qui lui interdit de prononcer les mots « petits commerces de proximité »… Artisans, industriels, producteurs, ça, il y arrive, mais « petits commerçants », non. Manifestement, ça ne l’empêche pas de vivre, tant mieux pour lui.

  • « On nous a raconté des histoires pour les petits enfants, maintenant toute parole politique est entachée. » Rencontre avec l’économiste ROBERT BOYER UNE GRANDE BIFURCATION EST POSSIBLE… Abonnés

    -

    Écouter

    Vous avez besoin d’avoir confiance dans le pilote de l’avion, tout comme dans le conducteur du bus. Or ce n’est pas le cas en France. Une profonde défiance s’est installée envers le pouvoir politique, non seulement pour la gestion mensongère de la crise sanitaire, mais également pour avoir trop menti sur la santé publique ou pour avoir usurpé la promesse des jours heureux.

  • Chaque vendredi, avec (ou sans) Didier Porte : Didier Porte Hebdo, la revue de presse indispensable ! Didier Porte est plus confiné que Christophe Castaner Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte a encore disparu ! En attendant que le service des ressources humaines de Là-bas si j’y suis remette la main dessus, Dillah Teibi et Jonathan Duong ont allumé la télé et épluché la presse. Ce qui étonne Dillah cette semaine, c’est que les applaudissements qui avaient retenti tous les jours à 20 heures pendant le premier confinement n’aient pas repris depuis le début de ce deuxième confinement. Jonathan, lui, toujours en sevrage de CNews et de son populaire animateur Pascal Praud, a regardé France 5 et sa pétillante animatrice Anne-Élisabeth Lemoine. Qui recevait cette semaine Christophe Castaner et deux envoyés spéciaux revenus de Washington. Il a pas été déçu.

  • DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! Abonnés

    -

    Voir

    Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas Quand la publicité surfe sur la deuxième vague Abonnés

    -

    Voir

    En avril dernier, on a vu comment les marques avaient communiqué sur le fait qu’elles arrêtaient de communiquer pendant le confinement : le « coronawashing » était né. Puis en mai, les annonceurs avaient salué la réouverture des commerces et la reprise de la consommation : l’heure était aux pubs de déconfinement ! Alors maintenant que l’économie est de nouveau entravée par les mesures sanitaires, évidemment les annonceurs se grattent la tête pour nous persuader de continuer à consommer : place aux pubs de reconfinement, que l’employé de la semaine de Là-bas, Jonathan Duong, a regardé pour Didier Porte Hebdo #133.

  • L’HÔPITAL PUBLIC DÉBORDE, RÉSULTAT DE CHOIX POLITIQUES COMBATTUS DEPUIS DES ANNÉES HÔPITAL GRAND CORPS MALADE : LES SOIGNANTS RÉPONDENT À MONSIEUR MACRON Abonnés

    -

    Écouter

    La deuxième vague de l’épidémie était redoutée, mais elle était attendue. Pendant la première vague, l’hôpital public a tenu le choc, surtout grâce au dévouement des soignants et à une autre gestion que celle de la bureaucratie. Les problèmes de l’hôpital public ont été unanimement reconnus :
    - manque de lits
    - manque de matériel
    - vétusté des locaux
    - manque de personnel
    - manque de reconnaissance

  • Faute de lits et de personnel, il faut laisser mourir les faibles et les vieux RÉANIMATION : VOICI LE TEMPS DU TRI Abonnés

    -

    Lire

    De l’empereur au chef de tribu, le pouvoir ne manque jamais une occasion de raccourcir la laisse et de resserrer la muselière du bon peuple. Une chouette guerre, une belle catastrophe, un petit attentat de masse et aussitôt la population sous le choc est prête à renoncer à toutes ses libertés pour un maximum de sécurité. On réclame de la police, de l’armée, de la poigne, on veut du contrôle partout, on veut de la délation numérique, on veut voir revenir la guillotine, il faut renvoyer le sans-papiers comme jadis il fallait chasser ces métèques qui venaient manger le pain des Français. C’est le temps où les grandes gueules et les fronts bas sont à la noce.

    Or, nous voilà aujourd’hui dans cette régression.

    Nous voilà dans l’angoisse et l’infantilisation. L’angoisse d’une crise sanitaire d’autant plus profonde qu’elle est incontrôlée, à quoi s’ajoute une crise économique et sociale qui dévaste les plus modestes. On compte 3 000 inscriptions nouvelles au RSA chaque jour. Mais ce n’est pas tout, deux attentats terroristes à la suite sont venus traumatiser le pays d’autant plus violemment que le gouvernement et les grands médias ont exacerbé ces drames à outrance, avec une vague d’incitation à la haine raciale propagée par le pouvoir lui-même.

    Et quelle opposition pour contredire et pour contenir ? Rien ou presque. À peine quelques voix éparpillées. Les conditions de confinement et la peur ambiante rendent difficile les échanges, les débats, les manifs et tout ce qui est nécessaire pour la vie de l’opposition et de la contestation. L’exercice du jeu démocratique minimum nécessaire s’en trouve gravement entravé. On ne parle pas de radicalité ni de grand soir, mais de l’opposition la plus ordinaire.

  • Chaque vendredi : Didier Porte Hebdo, la revue de presse indispensable ! Didier Porte se croit Darmalin Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, ces dernières semaines, le jeune ministre Darmanin a beaucoup gesticulé autour de la loi contre les « séparatismes ». Objectif, entre autres : faire passer en douce un certain nombre d’articles particulièrement gratinés en terme de… comment dire ?… Libertés publiques ? Désormais, les policiers dangereux – et il en existe – devront être floutés pendant l’exercice de leurs bavures. Merci Darmanin !

  • Entretien avec Monique Pinçon-Charlot, version texte Monique Pinçon-Charlot : « mais où est passé le monde de demain ? » Abonnés

    -

    Lire

    C’est reparti pour un tour. Le « monde d’après », c’est pas pour tout de suite tout de suite. Depuis quelques jours, la France (comme d’autres) fait face à une nouvelle « confinerie ».

    Pour Monique Pinçon-Charlot, sociologue, ancienne directrice de recherche au CNRS et amie de Là-bas de longue date, « on est entrés là dans une phase de violence terrible, mais qui est toujours ouatée, toujours minimisée, parce qu’il ne faut surtout pas que les gens comprennent la réalité de ce qui va advenir ». Alors comment faire face ? Comment hurler avec un masque ? Avant tout, analyser les échecs passés et avoir le « courage de sortir du confort moelleux et de la bonne conscience de ce marché de la contestation sociale ». Voici la version écrite de cet entretien du 6 octobre dernier à lire à oreille reposée.

    Daniel Mermet — Monique, salut ! Ce Covid est vraiment une aubaine formidable pour nos adversaires !

    Monique Pinçon-Charlot — L’aubaine, ils la pressurent. Ils l’utilisent. Ils l’instrumentalisent. Ils iront jusqu’au bout du bout !

    Daniel Mermet — Nous avons fait un entretien ensemble fin mars où tu étais très radicale – « il faut penser un monde nouveau » – et tu espérais qu’on allait vers une bifurcation. Quelques mois plus tard, quel bilan fais-tu, dans quel état d’esprit te trouves-tu ?

    Monique Pinçon-Charlot — Je dirais que c’est le livre noir du capitalisme qui continue à s’écrire. Toujours plus noir. Toujours plus sombre. Toujours plus violent. De sorte qu’il n’y a pas non plus vraiment de surprise.

    Dans cet entretien, il me semble qu’on avait parlé du livre de Naomi Klein, La Stratégie du choc. Montée d’un capitalisme du désastre, pour aller toujours plus loin. Là on n’est pas déçus, c’est exactement ce qui se passe. Au fond, si on a été nombreux à se laisser prendre à ce « monde d’après », à tout d’un coup se dire : « ça y est, les gens vont comprendre la gravité de la situation et tout le monde va se secouer et il va y avoir une énergie positive pour construire un monde nouveau », c’est parce qu’on est un peu dans le déni.

  • « LE JOURNALISME DOIT DÉFIER L’AUTORITÉ. » Le journaliste Robert Fisk est mort à 74 ans QUAND ROBERT RENCONTRE BEN LADEN Accès libre

    -

    Écouter

    Le grand journaliste Robert Fisk est mort. Pas du tout l’air d’un baroudeur, mais plutôt d’un brave irlandais, amateur de rugby, qui sort de son pub. Depuis quarante ans, il était sur tous les coups et toutes les guerres : Liban, Syrie, Irak, Iran, Algérie, Bosnie, Afghanistan, la liste est longue. Toujours à rebrousse-poil et à contre-courant, toujours sur le terrain, le calepin à la main. Contesté, jalousé, respecté, ses papiers – très suivis par le public – agaçaient les professionnels de la profession. Il avait reçu quantité de prix et de récompenses.

Une sélection :

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.