Compte de résultat 2018

LÀ-BAS vous rend des comptes ! Abonnés

1

Le

Chaque année, LÀ-BAS publie ses comptes.

Voici nos chiffres pour l’année 2018.

Chers amis, chers AMG,

Cette année encore nous avons résisté à toutes les sirènes, à tous les lobbies, à toutes les puissances qui veulent nous acheter. De la Russie au Qatar, de Google à la reine d’Angleterre, toutes et tous sont repartis la queue basse. Même à la directrice de France Inter qui nous a adressé un message « Daniel, reviens, pardonne moi, tu me manques » la réponse fut inflexible, non, pas de compromis, résistance !

Mais alors une question se pose, où trouvez-vous la force de tenir, quel est votre secret ?
Notre réponse : nos abonnés !
Les 24 000 AMG (Abonnés Modestes et Géniaux) qui, pour seulement CINQ petits euros chaque mois (ou 60 malheureux euros par an) font exister LÀ-BAS pour être informés autrement, pour réfléchir, pour découvrir, pour rêver autrement. Par fidélité aussi, par engagement, pour soutenir un vrai contre-pouvoir médiatique qui a fait ses preuves depuis trente ans.

Oui, cette année nous fêtons les trente ans de Là-bas. En évitant la glue de la nostalgie, nous pouvons revenir sur cette aventure. Au début des années 90, critiquer l’économie de marché et la mondialisation faisait de vous un simple d’esprit, limite touchant. Un ovni radiophonique, une anomalie médiatique. Nous n’étions pas nombreux mais nous n’étions pas les seuls à partager cette manière de voir. Sauf que les autres étaient marginalisés et n’atteignaient guère le grand public. Nous avons été les seuls durant 25 ans sur France Inter à toucher un large public populaire avec un grand succès d’audience, en moyenne 500 000 auditeurs chaque jour, ce qui faisait le désespoir de la plupart des directeurs.

Nous avons été congédiés en juin 2014, en deux minutes comme des domestiques indélicats. Mais comme dit Ernesto Cardenal : « Ils ont voulu nous enterrer mais ils ignoraient que nous sommes des graines ». Une nouvelle aventure commençait de plus belle sur le net, avec vous, avec les milliers d’AMG que vous êtes. Certes pour une audience différente, plus réduite mais plus attentive et plus proche. Et puis attention,
les empires ont appris à leurs dépens que des petits groupes bien déterminés peuvent les faire périr. Un moustique qui pique le nez du conducteur peut faire balancer un car de CRS dans le ravin. Pensez-y
Et tout ça pour cinq petits euros par mois !

Alors prenez parti, n’hésitez plus, abonnez-vous !

Daniel Mermet

LÀ-BAS EN CHIFFRES

Merci aux abonnés fidèles qui nous soutiennent.
Merci aux nouveaux qui chaque jour nous rejoignent.
Et bravo. Grâce à vous ça marche !

En 2018, le site a attiré en moyenne 1 million de visiteurs par mois avec un pic d’audience au premier trimestre 2019 à 1,25 millions de visiteurs (+25%).
Le nombre d’abonnés a augmenté de 20% au cours de l’année 2018. Ce sont plus de 4 000 nouveaux abonnés qui nous ont rejoints portant ainsi le nombre total d’abonnés à 24 000. Et chaque jour, de nouveaux affluent.

L’Association modeste et géniale est une structure solide, financièrement stable. Cette année encore les comptes sont excédentaires. En 2018 le chiffre d’affaires de l’Association est de 1 041 948 euros pour un résultat net de 31 276 euros.

C’est formidable mais nous pouvons faire encore mieux. Et tout dépend de vous.

Les abonnements sont notre seule et unique ressource. Pas de publicité ni de tracking publicitaire, pas d’actionnaire, pas de subvention, la quasi-totalité du chiffre d’affaires provient des abonnements (96%).
Le reste vient des dons (défiscalisables à hauteur de 66% !) et des activités ponctuelles comme la cession de droits vidéo ou la production exécutive de films.

Compte de résultat 2018 en euros
Abonnements 1 003 038 €
Divers 34 039 €
Dons (J’aime l’info)  4 871 €
TOTAL 1 041 948 €
Dépenses
Salaires et cotisations 731 221 €
Frais de fonctionnement 186 162 €
Dépenses exceptionnelles 23 604 €
Émissions en public 19 833 €
Amortissements, provisions 35 423 €
Impôts et taxes 14 529 €
TOTAL 1 010 672 €
Résultat d’exploitation31 276 €

Les salaires et cotisations représentent le plus gros poste de dépenses de l’Association (3/4 des dépenses). Grâce aux abonnements mensuels qui assurent la stabilité financière de la structure (50% des abonnements), l’équipe a pu encore se renforcer pour aujourd’hui atteindre 15 équivalent temps plein. Tous salariés - soulignons-le tant le recours aux contrats précaires et à l’auto entrepreneuriat est devenu fréquent dans les entreprises de presse.

Les frais de structure (186 162 €) comprennent l’ensemble des coûts liés à l’entretien des locaux, à l’administration de la structure et du site internet ainsi qu’à la gestion des abonnements. Ils incluent également les frais de reportages (17 %) et de communication (2 % soit 3 500 € sur l’ensemble de l’année 2018)

Les abonnements permettent de supporter à eux seuls l’ensemble des coûts fixes de la structure.

Aussi les dons et autres recettes générées par les activités ponctuelles de l’Association permettent de financer nos activités d’éducation populaire. Au cours de l’année 2018, LÀ-BAS a produit plusieurs émissions en public, au Lieu-dit à Paris notamment ou dans le cadre de grands rassemblements comme à la Fête de l’Humanité. Le coût total de ces opérations s’est élevé à 19 833 € sur l’année.

L’intégralité des bénéfices enregistrés en 2018 (31 276 €) a été affecté au développement de la structure notamment avec l’achat de matériel et surtout, comme vous avez pu le constater au cours de l’année 2019, au développement du site.

On ne lâche rien !

L’abonnement, c’est maintenant

Les abonnements sont notre seule et unique ressource. Comme vous le voyez, ça marche, mais nous pouvons faire beaucoup mieux avec vous. Participez au développement de LÀ-BAS, par vos abonnements, par vos dons, en offrant des abonnements, en faisant connaître LÀ-BAS, en faisant circuler l’info sur vos réseaux, en utilisant nos vidéos pour alimenter vos débats dans les repaires de LÀ-BAS.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

HISTORIQUE 

Là-bas si j’y suis a démarré il y a bientôt trente ans sur France Inter. Avec des centaines de reportages à travers le monde et plus de cinq mille émissions, ceux qui ont fait LÀ-BAS ont toujours été précurseurs sur la forme et sur le fond avec un grand succès populaire.

LÀ-BAS a reçu de nombreux prix, prix Ondas, prix de l’Audiovisuel Public, prix Goretta, prix du reportage de la SCAM. Daniel Mermet a reçu le prix spécial de la SCAM pour l’ensemble de son œuvre. Nous ne croyons pas au journalisme neutre qui neutralise, ni aux postures « rebelles » qui dissimulent une soumission à l’ordre établi. Nos engagements ont toujours été le résultat de nos reportages et d’un travail journalistique respectueux des faits. Plus qu’une émission, Là-bas si j’y suis s’est développée en spectacle de théâtre, en films documentaires, en livres (Carnets de routes, Nos années Pierrot), en sujet d’étude universitaire ou en spectacle chorégraphique (Ondes de choc). Qu’ils soient devenus député, producteurs, grands reporters ou même directeur des programmes de France Inter, la réussite des collaborateurs de Là-bas n’est pas notre moindre fierté et montre que l’engagement n’est pas un frein, mais bien au contraire, une expérience toujours efficace.

Nous avons toujours été plus près de jetables que des notables, plus près des routiers que des rentiers. Après bien des croche-pieds et des pressions, en juin 2014, la collaboratrice de Philippe Val a été chargée de supprimer cette « anomalie ». Mais aussitôt nous avons été soutenus par une énorme vague de soutien. Confrères, syndicats, auditeurs, pour tous il s’agissait bien là d’une atteinte au pluralisme des médias. Il fallait faire taire ces voix dissidentes. Pour Christiane Taubira, alors ministre de la Justice, c’était « une pensée mutilée ». Voilà ce qui nous a poussés de la trappe à la toile.

Après trois années de procédure, le jugement d’appel rendu le mardi 7 novembre 2017 à Paris a confirmé que Daniel Mermet a fait l’objet en 2014 d’un « licenciement sans cause réelle et sérieuse », et a triplé les indemnités dues par Radio France. « Radio France s’est sciemment placée dans l’illégalité pendant près de 40 ans en ayant recours à des contrats à durée déterminée "verbaux" pendant 25 ans, puis écrits sans définition du motif », a souligné Me Jean-Yves Halimi. Cette condamnation est importante. À Radio France, beaucoup de ceux qui font l’antenne continuent de travailler dans ces conditions précaires. C’est une forme efficace de censure car la précarité mène à la docilité. Or la docilité est contraire à la nécessité d’informer, d’éduquer et d’imaginer.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Frédéric LORDON publie« Figures du communisme » aux éditions La Fabrique. Un entretien en deux parties Frédéric Lordon, le capitalisme nous détruit, détruisons le capitalisme (1/2) AbonnésVoir

Le

Il est remonté Lordon, et son bouquin vous remonte, un vrai coup de printemps dans cette odeur de renfermé et de renoncement flageolant. Angoisse, précarité, inégalités, réchauffement, asphyxie et maintenant pandémie. Ça fait beaucoup et c’est clair, le capitalisme détruit nos vies. On peut essayer de lui limer les griffes, lui mettre du caoutchouc sur les crocs, lui apprendre à manger de la salade, lui faire des petits bisous, il s’en fout. On en voit à gauche tout penauds, qui négocient comme au temps de l’esclavage on aurait négocié la longueur de la chaîne et le poids des boulets. Il faut choisir : ou bien on dit « un autre capitalisme est possible » et on le réforme et on le corrige et on lui trouve des chouettes idées et on le renforce. Ou bien on comprend qu’il nous mène au désastre général et qu’il faut tout changer. Tout en profitant de la période qui finit, celle du développement matériel, à nous d’inventer enfin l’histoire du développement humain. Voilà qui vous remet de l’air dans les bronches !

« On lâche rien », c’est eux qui chantent ça, les larbins du capitalisme, tous en chœur dans leurs Covid parties, on lâche rien sauf les chiens, sauf les chars. Les chars, oui. Lordon rappelle 1973 à Santiago du Chili, quand un vrai socialisme était là pour de vrai. On peut rappeler la Semaine sanglante, on peut rappeler ceux qui ont préféré Hitler au Front populaire, on peut évoquer les véhicules blindés qui furent envoyés par Macron contre les « gilets jaunes », et aujourd’hui la spéculation sur les vaccins qui va laisser pourrir des milliers d’êtres dans le monde. Et bien sûr, un capitalisme propre sur lui, bien déguisé en démocratie comme le loup qui se déguise en gentille grand-mère. Des élections, ah oui, très bien, à condition que les blancs bonnets remplacent les bonnets blancs, et le contraire aussi dans un affrontement passionnant. Mais pas davantage. Sinon revoyez les aventures de la Grèce en 2015. Tout le bouquin de Lordon peut se résumer à la phrase de Bertolt Brecht : « le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie, il est son évolution par temps de crise ».

Émission spéciale « Doléances et Résistances » en public HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT [INTÉGRALE RADIO] AbonnésÉcouter

Le

C’est curieux, le maire d’Hayange n’a pas aimé notre affiche, il l’a fait arracher et même il l’a fait repeindre en bleu ! Lui qui aime tant le cochon, lui qui fait la Fête du cochon. Hayange est l’une des onze nouvelles villes conquise par le Front National lors des municipales de 2014. Ancien militant de Lutte Ouvrière et de la CGT,le jeune maire d’Hayange est devenu célèbre en se convertissant subitement à l’extrême-droite. Il est aussi très malin pour lancer des petites ou des grosses provocations qui font le beurre et le bonheur des médias qui viennent du monde entier dans cette ville de Moselle frappée par les politiques néo-libérales.