"Là-bas si j’y suis" côté coulisses

Le

Des auditeurs nous interrogent régulièrement sur le fonctionnement de notre émission, condition de travail, rémunérations, contrats, précarité, responsabilités...
Beaucoup d’erreurs préjudiciables à l’émission et à l’équipe circulent en effet, y compris à Radio France. Des syndicats ont ainsi publié des articles sur Là-bas qui dénotent une méconnaissance de nos conditions de travail.
Notre entreprise est divisée en autant de « catégories de personnels » qui souvent ignorent le fonctionnement des autres catégories, et notamment des cachetiers qui collaborent à la partie « programme » de France inter, ceux qu’on appelait hier « les saltimbanques ».
Afin de limiter malentendus et rumeurs, une mise au point nous semble utile sur la situation et le fonctionnement de Là-bas.

Des auditeurs nous interrogent régulièrement sur le fonctionnement de notre émission, condition de travail, rémunérations, contrats, précarité, responsabilités...

Beaucoup d’erreurs préjudiciables à l’émission et à l’équipe circulent en effet, y compris à Radio France.
Des syndicats ont ainsi publié des articles sur Là-bas qui dénotent une méconnaissance de nos conditions de travail.

Notre entreprise est divisée en autant de « catégories de personnels » qui souvent ignorent le fonctionnement des autres catégories, et notamment des cachetiers qui collaborent à la partie « programme » de France inter, ceux qu’on appelait hier « les saltimbanques ».

Afin de limiter malentendus et rumeurs, une mise au point nous semble utile sur la situation et le fonctionnement de Là-bas.

1 - CONCLUSIONS DE L’ENQUETE DU CHSCT

« Le dossier est vide, Daniel Mermet n’a pas franchi la ligne rouge »

Le 26 juin 2013, un long réquisitoire portant de lourdes accusations contre Daniel Mermet, contre les collaborateurs de l’émission et contre les syndicats de Radio France, a été publié sur un site alternatif sous la signature d’Olivier Cyran, en défense de deux collaborateurs non reconduits à la rentrée 2011.

Si certains auditeurs ont pu croire à ce délire accusatoire, d’autres, plus attentifs et mieux informés
ont vite dénoncé les grosses ficelles rédactionnelles et la mauvaise foi assumée de ce règlement
de compte entièrement à charge.

En réponse, des collaborateurs de l’émission ont publié des témoignages sur la réalité des conditions de travail et des rapports de Daniel Mermet avec l’équipe de Là-bas, ce qui a eu pour effet immédiat de dégonfler ce déballage délirant.

Et c’est finalement en septembre que l’article a été totalement discrédité par la conclusion de la longue et minutieuse enquête menée par le CHSCT de Radio France dont le président a finalement déclaré : « Le dossier est vide, Daniel Mermet n’a pas franchi la ligne rouge »(Télérama, 18 septembre 2013).

L’enquête du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) a été lancée en janvier 2012, à la requête de deux anciens cachetiers de l’émission dont la collaboration n’était pas reconduite.

Tout d’abord présentée par la direction de France Inter comme une recherche sur le lien entre précarité et risques psychosociaux à France Inter, une fuite a dévoilé que la cible était en fait Daniel Mermet, accusé de toutes les turpitudes par les deux anciens collaborateurs.

Les représentants élus des six syndicats, soit douze personnes, ont donc d’abord entendu les témoignages des deux collaborateurs plaignants qui avaient déposé de longues accusations écrites très détaillées.

Puis, en juin 2012, le comité a longuement interrogé tour à tour à huis clos, sept collaborateurs de l’émission (anciens ou en poste) à raison de deux heures environ chacun. Puis ce fut le tour de Daniel Mermet.
Feu roulant de questions, prises de notes, résumés, rapports, les douze élus syndicaux du CHSCT ont donc interrogé au moins dix personnes et entendu environ 25 heures de témoignages.

En conclusion, il n’y a aucune charge contre Daniel Mermet.

En effet, dès avril 2013, le président du CHSCT Christian Mettot, déclarait :
« le dossier est vide », ajoutant : « Mermet respecte le règlement intérieur ».

Olivier Cyran avait d’ailleurs lui-même fourni cette information à ceux qui étaient parvenus à la fin de son très long article.

L’information avait été confirmée à Daniel Mermet par sa direction, fin juin 2013.

En somme l’article est long mais le dossier est vide.

2 - LA-BAS, CONDITIONS DE TRAVAIL

Pour 
comprendre les causes de cette « affaire » il est utile d’expliquer nos conditions de travail qui sont aussi celles des équipes qui assurent les programmes d’Inter. 


CDD / CDI /CDDU ?

A Radio France, les personnels administratifs, les techniciens, les attachés de production, les chargés de réalisation, ainsi que les journalistes des rédactions sont, pour la plupart, en CDI, les autres collaborateurs sont en CDD.

Le recours abusif au CDD est régulièrement dénoncé par les personnels et les syndicats, et donne lieu à des actions en justice au détriment de l’entreprise (1) ; ce qui a poussé Radio France à infléchir sa politique. A France Inter, les attachés de production et les metteurs en onde ont été intégrés en CDI au cours des dernières années. La critique de la gestion par la précarité se fait de plus en plus pressante.
Rappelons que Radio France est le premier employeur d’intermittents du spectacle en France (2).

Programme/ Info ?

A France Inter, l’« Information » et les « Programmes » constituent des univers différents marqués par des conditions salariales différentes.

L’Information : Assurée par des journalistes de la rédaction en CDI.
Mais aussi en CDD. Sur les 700 journalistes de Radio France, une centaine - surtout des débutants - sont en contrat précaire dans l’attente de leur titularisation.

Les Programmes : Chaque émission est animée par un « Producteur délégué » et des « collaborateurs spécialisés » qui sont des reporters et des chroniqueurs, tous précaires en CDD.

La plupart ont recours au régime des intermittents. Ils sont souvent journalistes avec carte de presse. C’est le cas des reporters de Là-bas comme de Daniel Mermet. Ils perçoivent également des droits d’auteurs (SCAM). Daniel Mermet n’a jamais demandé ses indemnités d’intermittent.

L’équipe de Là-bas comprend :

Le Producteur délégué

Le Chargé de réalisation

Le Coréalisateur

L’Attaché de production

Le Responsable du répondeur (mi-temps)

Et Cinq Reporters

Producteur délégué :

Le titre de Producteur délégué est trompeur. Son rôle se limite à animer une équipe et une émission dont il est souvent le créateur. Il en assure la responsabilité éditoriale, le choix et l’élaboration avec les reporters ; son rôle est celui d’un rédacteur en chef. Mais c’est la direction de France Inter qui fixe et contrôle étroitement le budget attribué à l’émission, le montant des salaires et des cachets des collaborateurs et qui établit les contrats.

Le producteur délégué n’est donc pas l’employeur étant lui-même rémunéré au cachet à l’émission avec un contrat en CDD pour la saison (Contrat de grille) que la direction peut choisir de ne pas renouveler. Il est donc dans la même précarité que les autres collaborateurs de l’équipe. Ainsi Daniel Mermet enchaîne les CDD depuis...1976 !
Selon Radio France cette répétition de CDD est parfaitement légale, car il s’agit de CDDU (CDD d’Usage). Cependant Radio France, tout comme France Télévision, sont régulièrement condamnés devant les tribunaux, la répétition de CDD équivalant à un CDI au regard de la loi, dès lors qu’il ne s’agit pas de remplacer un salarié absent ou d’emplois par nature temporaires comme les emplois saisonniers (vendanges par exemple).
Selon les syndicats, Radio France préfère cette solution moins coûteuse que des CDI, car pour compenser, les précaires en CDD ont recours aux indemnités chômage des intermittents du spectacle.

Le Chargé de Réalisation (Metteur en onde) :

A partir de 2006, les réalisateurs sont passés progressivement en CDI. Aujourd’hui il n’ y a plus de CDD en principe sur ce poste, sauf pour les remplacements.


Le Coréalisateur :

Par contre ce poste est en CDD (régime intermittent).


L’ Assistant (e) de production (Attaché de production) :

Poste en CDD non intermittent.
(2250 Euros brut, « avec les primes », selon l’administration)
Une porte d’entrée pour certains reporters ; Giv Anquetil, Pascale Pascariello et Charlotte Perry ont débuté à ce poste.

Le Répondeur :

N’exige pas de formation spéciale. C’est un mi-temps en CDD à 1 320 euros brut (tarif saison 2012/13). Souvent le collaborateur du répondeur fait aussi du montage, ce qui améliore ses revenus. Christophe Imbert, devenu réalisateur (CDI) a commencé au répondeur.
Ce poste donne la possibilité de recourir au régime des intermittents.
Donc, un CDI, trois CDD, intermittent ou non... Quatre postes, quatre statuts différents dans la même équipe !...

Reportage Là-bas :

Daniel Mermet et cinq autres journalistes au cachet assurent les reportages de l’émission.

Equipe actuelle : Giv Anquetil, Antoine Chao, Charlotte Perry, Gaylord Van Wymeersch, Anaëlle Verzaux.

Budget annuel cachets reporters (2012/2013) :
130 000 euros pour 10 mois soit 13 000 euros/mois
Ce qui permet d’assurer une dizaine de reportages chaque mois.

Les frais de déplacement relèvent d’un budget différent.
Un reportage de 25 minutes monté est payé 1 200 euros bruts (à quoi s’ajoutent les droits d’auteurs SCAM et les Congés spectacles). C’est (relativement) le meilleur tarif pour le reportage à Radio France.

(Jusqu’à la rentrée de septembre 2012, le tarif « reportage débutant » était de 1 000 euros)

Choix des sujets

Les sujets sont élaborés avec le producteur, sur sa proposition ou sur celle du reporter.
On estime à trois tiers la part de travail dans une émission : un tiers reporter, un tiers réalisation, un tiers producteur.

Chaque reportage, une fois commandé par le producteur, fait l’objet d’un ordre de mission et d’un contrat en CDD avec France Inter. Le reporter ne doit pas entreprendre son reportage sans que ce contrat soit établi avec l’administration de France Inter. Des cas d’urgence peuvent cependant être tolérés.

Dans des cas très rares où le reportage terminé n’est pas diffusé, le cachet est versé au reporter.

Nouveaux reporters

Le reportage radiophonique est un métier. Qu’il dure une minute ou une heure, le reportage radiophonique (comme le documentaire) est lié à l’identité originale de Radio France.

S’adressant à 600 000 auditeurs chaque jour, Là-bas est une émission exigeante sur le fond comme sur la forme. C’est « une hebdo tous les jours » avec une réalisation très élaborée et une pression soutenue comme celle d’une rédaction de presse quotidienne, ce qui exige un engagement et une cohésion de toute l’équipe.

Des divergences et des incompatibilités d’humeur peuvent se manifester comme dans n’importe quelle équipe et comme dans n’importe quelle entreprise humaine. Le caractère indépendant et critique de cette émission explique son succès et sa longévité mais aussi des inimitiés tenaces. Comme Pierre Bourdieu le disait de sa sociologie, « Là-bas est un sport de combat. »

Pour une personne motivée et déjà formée au journalisme, il faut plusieurs mois « sur le tas » pour maitriser la prise de son, le montage et s’initier aux formes du reportage.

Si les journalistes de la rédaction sortent le plus souvent des écoles de journalisme, en revanche pour les programmes, aucune formation n’est prévue par Radio France. C’est donc au producteur de se débrouiller pour trouver des reporters et les former. C’est une possibilité d’ouvrir la porte à des personnalités originales mais la formation est une charge de travail supplémentaire pour toute l’équipe. Cette formation est un atout pour le reporter qui pourra ensuite travailler pour d’autres émissions de reportage à Radio France ou ailleurs.
Les reportages étant payés à la diffusion, l’apprenti reporter n’est pas rémunéré pendant sa période de formation, malgré les demandes que nous faisons depuis des années.

Pour palier cette carence, il est arrivé que l’administration accepte de verser des cachets mensuels pendant la période d’essai et de formation d’un nouveau reporter. Ce fut le cas de Benjamin Fernandez qui, pendant sa période d’essai et de formation de trois mois a reçu un cachet de 1 500 euros brut (septembre, octobre, novembre 2011). Les exercices réalisés au cours de cette période de formation ne constituent pas toujours des reportages diffusables. Ainsi, l’exercice effectué par Benjamin Fernandez n’a pas été diffusé, mais il a été payé par le cachet mensuel qui lui a été versé.

Tarif des reportages

En moyenne, un reporter pigiste permanent expérimenté travaillant à plein temps, réalise deux à trois reportages par mois (2 400 à 3 600 euros brut, plus les droits d’auteur et les congés payés).
Au bout de 507 heures (au cours des 319 jours précédents), les reporters peuvent percevoir l’indemnité chômage des intermittents. C’est le cas des journalistes de l’équipe qui ont tous des cartes de presse.
Réalisateurs, assistants, reporters, traducteurs... depuis la création de l’émission en septembre 1989, environ une centaine de collaborateurs ont participé à l’émission (plus de 5 000 émissions aujourd’hui).
En 25 ans, il y a eu trois incidents concernant cinq personnes au total. Deux de ces incidents remontent à une dizaine d’années, les réponses ont été apportées et ces dossiers sont clos.

Dans les trois cas, Radio France a reconnu ses responsabilités en indemnisant les salariés (3).

Si l’on évoque ces cas, il faut alors aussi parler de tous les autres pour qui Là-bas a été et est une expérience largement positive.

Il faut rappeler que beaucoup d’excellents réalisateurs de France Inter y ont fait leur début et y ont appris leur métier : Bruno Carpentier, Christophe Imbert, Violaine Balet, Antoine Chao, Christian Rose, Khoï N’Guyen, Yann Chouquet, Anne Weinfeld, Lauranne Thomas, Antoine Dabrovski, Franck Haderer, Lucie Akoun...

Il faut parler des reporters qui ont commencé à Là-bas et sont devenus producteurs ; Sonia Kronlund, Joseph Confavreux, Olivia Gesbert sur France Culture.
Zoe Varier, Giv Anquetil, Hervé Pauchon sur France Inter...
Et de tous les autres qui ont poursuivi leur chemin et sont restés en liens amicaux avec l’équipe de l’émission.


Rentrée 2013

Le 21 juin dernier, Daniel Mermet recevait le Grand prix de la SCAM pour l’ensemble de son œuvre.
Les résultats Médiamétrie pour le second trimestre 2013 indiquaient que - alors que l’audience de France Inter décline - « Là-bas » continue d’être un record d’audience sur cet horaire avec 590 000 auditeurs soit quatre fois plus d’auditeurs depuis 2006.

Selon Médiamétrie, Là-bas a donc apporté 450 000 auditeurs supplémentaires à France Inter.

Or, fin juin 2013, à la fin de la dernière heure de l’émission de la saison, le directeur de France Inter Philippe Val annonçait brutalement que l’émission serait amputée d’une heure à la rentrée, le vendredi, sans discussion et sans contrepartie.

L’amputation du budget entraine une brusque chute de salaire de 20 à 25% pour toute l’équipe.

Pour les avocats consultés, au regard du droit du travail, « cette décision unilatérale pourrait s’analyser en modification substantielle des contrats de travail permettant aux salariés concernés de prendre acte de la rupture fautive du contrat à l’initiative de l’employeur. »

Pour le printemps 2014, l’équipe de Là-bas prépare une grande fête pour le 25 ème anniversaire de
l’émission.

LA-BAS,

Le 4 novembre 2013

Ce texte a été relu et amendé par une dizaine de collaborateurs de l’équipe, par des confrères syndiqués et par un avocat spécialisé. Daniel Mermet en a assuré la rédaction.

N O T E S :

1- Une information passée inaperçue à France Inter et pourtant une première qui fera jurisprudence. Après 28 ans de CDD, Serge Levaillant producteur-animateur de l’émission « Sous les étoiles exactement » a été viré sans la moindre raison par le directeur de France Inter, Philippe Val, avant l’été. Mais le conseil des prud’hommes a condamné France Inter , non seulement à requalifier Serge Levaillant en CDI avec un rappel de primes sur cinq ans (22 500 euros) mais aussi avec obligation pour la station, de le payer et d’assurer la poursuite de son contrat à la rentrée. Autrement dit de le reprendre dans le groupe et de lui proposer une émission (Le Canard enchaîné, 7 août 2013).

2 - La SDP (Société des Producteurs) réussit malgré tout à exister. On y critique régulièrement ce système de précarité organisée comme un moyen pour la direction d’obtenir tacitement toute la docilité éditoriale désirée. Chaque année, au printemps, l’angoisse revient parmi les équipes des programmes dans l’attente du renouvellement ou non des contrats. Qu’il en soit ou non conscient, le producteur et son équipe intériorisent les limites à ne pas dépasser et se conforment aux attentes de la direction en place.

3 - De nombreux auditeurs se sont étonnés que ces deux collaborateurs aussi attachés à la défense du droit du travail n’aient pas poursuivi Radio France devant les prud’hommes comme ils en avaient la possibilité. En fait, s’ils ont renoncé à exercer leur droit, c’est que Radio France leur a donné un chèque de plusieurs « milliers d’euros » pour qu’ils ne fassent pas de vagues, comme l’indique Olivier Cyran dans son article.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

  • À Paris, manifestation en solidarité avec l’étudiant lyonnais. ÉTUDIANT IMMOLÉ À LYON : LA PRÉCARITÉ TUE ! Accès libre

    -

    Voir

    Vendredi 8 novembre, un étudiant lyonnais de 22 ans, Karim s’est immolé par le feu devant un bâtiment du CROUS à Lyon. Des rassemblements étaient organisés ce mardi dans toute la France en solidarité. À Paris, le rassemblement s’est vite transformé en manifestation non-déclarée, défonçant au passage les grilles du ministère de l’Enseignement supérieur.

  • Avec Isabelle Balkany, maire par intérim de Levallois-Perret Libérez Patrick ! Abonnés

    -

    Écouter

    Victime d’un monstrueux complot, PATRICK BALKANY est en prison, sa femme ISABELLE est au bord du suicide. La justice réclame une caution de 500 000 euros d’ici mercredi pour sa libération provisoire, mais le couple est ruiné. Aussi, une cagnotte a été créée par l’ASPB (Association de Soutien à Patrick Balkany) pour réunir la somme nécessaire. Patrick manque à sa femme, à ses enfants, à ses fidèles amis et à ses quatre chiens. Alors vite, FAITES UN DON POUR LIBÉRER PATRICK BALKANY !

  • UN NOUVEAU PODCAST EN NEUF ÉPISODES (06/09) Qu’est ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [NOUVEAUX ÉPISODES] Abonnés

    -

    Écouter

    Tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ? Avant la première fois, il y a eu le premier émoi. Qu’est-ce qui a provoqué ce premier émoi ? La couture d’un bas, le tatouage d’un livreur, le Cantique des Cantiques, un porno sur YouTube, le catalogue de la Redoute, un nu de Modigliani, un graffiti dans les toilettes, un parfum, une boucle, un air… Et vous, qu’est-ce qui a éveillé vos premiers émois ?

  • Trente ans après la chute du mur de Berlin. Avec Pierre Rimbert du Monde diplomatique La « réunification » était bel et bien une annexion Abonnés

    -

    Écouter

    C’est peu de dire que la « une » du Monde diplomatique n’a pas plus à tout le monde. « Une bêtise incroyable », un terme « con » : voilà ce qu’en disait Daniel Cohn-Bendit le 04 novembre sur France Inter. Le correspondant à Bruxelles de Libération, Jean Quatremer, lui, n’a pas lu l’article, mais « juste le titre, une ignominie car il est de la rédaction ». Quant à Jean-Michel Apathie, éditorialiste pour LCI, il préfère rappeler l’essentiel : « les Allemands de l’Est découvraient la liberté. Leur régime était haïssable. Quelle inquiétante lecture de l’histoire » . L’objet de cette indignation médiatique ? Le titre de l’article que Le Monde diplomatique consacre aux trente ans de la chute du mur : « Allemagne de l’Est, histoire d’une annexion ».

  • La queue basse, les fanfarons de l’anticommunisme se font discrets LA CHUTE DE LA CHUTE DU MUR Accès libre

    -

    Lire

    Le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin arrive sans tambour ni trompette. La queue basse, les fanfarons de l’anticommunisme se font discrets. Hormis un Cohn-Bendit et quelques opportunistes, rien à faire, le vent a tourné, les vestes aussi. À cela plusieurs raisons : un néolibéralisme de plus en plus brutal, un désastre climatique dû au productivisme et au consumérisme, une domination de l’extrême droite dans les Länder de l’ex-RDA, tout ça ressemble au crépuscule d’une autre illusion. La leur. Celle d’il y a trente ans, celle de la fin de l’histoire, celle du capitalisme triomphant à jamais, sans autre alternative possible.

  • Il y a 30 ans le mur s’est fendu, et Là-bas est né Les dames de Templin (novembre 2009) Accès libre

    -

    Écouter

    Il y a encore dix ans, pour le vingtième anniversaire en direct de Berlin, Radio France avait eu l’idée très originale d’inviter le philosophe BHL pour mettre en garde l’auditeur face à l’enfer totalitaire communiste si jamais il le trouvait sur son chemin. Et peu importe que la bête immonde fut morte et enterrée depuis vingt ans car son ventre est toujours chaud malgré le temps qui passe comme vous devez le savoir.

  • DERRIÈRE LE MUR, 30 ANS APRÈS. Rencontre avec l’historien Nicolas Offenstadt IL Y A 30 ANS LE MUR TOMBAIT, ET APRÈS ? Abonnés

    -

    Voir

    Les trente ans de la chute du mur vont fournir à nouveau l’occasion de célébrer la victoire contre l’affreux monstre communiste. Les médias objectifs vont ressortir les mêmes archives, les mêmes Gorbatchev, les mêmes Trabant, la même Stasi, le même BHL, la même « fin de l’histoire ». Depuis des années, l’historien Nicolas OFFENSTADT parcours ce PAYS DISPARU en interrogeant les traces, les ruines, les objets, les papiers trouvés dans les friches délaissées, qui deviennent autant de truchements pour faire vivre la mémoire et l’histoire.

  • Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Abonnés

    -

    Voir

    Pourquoi privatiser les Aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.

  • Une journée ordinaire aux comparutions immédiates ICI, C’EST LA MISÈRE QUI COMPARAÎT Abonnés

    -

    Lire

    Paumés, précaires, petits malfrats et cabossés de toute sorte défilent tous les jours en comparution immédiate. Justice bâclée, avocats commis d’office, 25 minutes tout compris en moyenne par affaire, jugement à la louche : 70 % iront en prison, de deux à dix ans. C’est le plus puissant moteur de la machine à incarcérer. Rappelons que 63 % des condamnés à de la prison ferme récidivent dans les cinq ans. Autrefois, c’était les « flags », les flagrants délits. Depuis longtemps, reportages, films et enquêtes montrent et démontent cette justice de classe. Mais rien ne bouge.

    Salle d’audience 2.05 du tribunal de grande instance de Paris, à la porte de Clichy. « Vous trouverez facilement, c’est la cour des miracles », nous glisse un avocat. C’est tous les jours de la semaine, à 9h et 13h30, et c’est ouvert au public. Ici, vous ne risquez pas de voir Cahuzac ou Balkany, pas de cols blancs ni de barons voleurs, c’est la justice des pauvres, expéditive, violente, ici, c’est la misère qui comparaît.

    Selon une étude de 2008, la plus récente à ce sujet, 68,7 % des prévenus jugés en comparution immédiate sont sans ressources ou avec des ressources faibles.

    Et pas besoin de grands chiffres pour le savoir : il suffit de lire les récits de Dominique Simonnot, tous les mercredis, dans Le Canard enchaîné. L’année dernière, cette procédure de justice directe a été massivement utilisée contre les « gilets jaunes » : plusieurs centaines d’entre eux, arrêtés et placés en garde à vue le samedi, ont été jugés en comparution immédiate le lundi.

    Alors qu’un fossé se creuse entre l’institution judiciaire, de plus en plus perçue comme un instrument de sauvegarde de l’ordre social, et les citoyens, nous avons passé une journée ordinaire dans cet endroit loin du paradis. Pas de caméra, pas de photos, pas de micro, téléphone éteint : juste un crayon et du papier.

  • Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte essaie d’élever le débat grâce à Louis Sarkozy (mais c’est pas gagné) Abonnés

    -

    Voir

    Prépare-toi à ressentir une joie intense, ami abonné avec un bon fond (il en reste) – et qui n’estime pas que son passage sur terre doit obligatoirement être consacré à me crier dessus – car il semblerait bien que notre ami Nicolas Sarkozy ait décidé de saturer le terrain médiatique de son épuisante omniprésence, au moins jusqu’aux municipales, juste histoire d’être sur le coup en cas de vacance du pouvoir ; en clair, il se verrait bien dans les souliers cloutés de ce bon Monsieur Thiers, donnant aux CRS versaillais l’ordre de fusiller au Flash-Ball des dizaines de milliers de retraités en gilet jaune affamés.

  • IL EST OÙ LE BONHEUR ? Un entretien de Daniel Mermet avec François Ruffin FRANÇOIS RUFFIN, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Abonnés

    -

    Voir

    Comme tout le monde Francois RUFFIN se repeint en vert et part en guerre pour le climat. Tous ensemble, nous sommes tous sur le même bateau, riches, pauvres, prolétaires et actionnaires, chouette, alors ! Finie la guerre des classes ! Macron et ses copains se frottent les mains. Eh non, dit Ruffin, au contraire, la crise écologique renforce la lutte des classes.

  • Droit de retrait des cheminots : la ministre du Travail ne sait même pas lire le code du travail Abonnés

    -

    Voir

    À la suite de l’arrêt de travail soudain d’agents SNCF le 18 octobre, engagé après un accident de TER, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a affirmé sur France Inter, radio de service public, que ceux-ci ne pouvaient légalement invoquer leur droit de retrait comme ils l’avaient fait et que le code du travail, à ce sujet, était clair. Problème : sa citation de la loi était fausse.

Une sélection :

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.

Hongkong, championne des inégalités AbonnésÉcouter

Le

Mais que se passe-t-il à Hongkong ? Que se passe-t-il pour que les radios et télévisions françaises nous rendent compte pendant tout l’été, quasi quotidiennement, de la mobilisation des Hongkongais ? La couverture de ces manifestations par les principaux médias français est frappante tant elle semble à l’exact inverse de celle des « gilets jaunes » : manifestants « pacifistes », violence « symbolique », tentative du pouvoir de discréditer le mouvement, agents provocateurs, dénonciation des violences policières…

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

LE CRIME EST PRESQUE PARFAIT. Entretien avec Fabrice NICOLINO PESTICIDES ? PAS DE SOUCI ! AbonnésVoir

Le

Depuis longtemps, Fabrice NICOLINO dénonce l’usage des pesticides dans l’agriculture industrielle, « cette industrie qui assassine tout ce qui est vivant ». Cette fois, il enquête sur les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui s’attaquent au système respiratoire de tout ce qui est vivant et entraînent des maladies neurologiques et des cancers. Des scientifiques ont alerté dès 2017, mais le lobby des pesticides est installé en profondeur dans l’appareil d’État frrançais. Dormez, braves gens…