Là-bas Hebdo n°22

Là-bas c’est reparti, mais quel leurre est-il ?

Le

C’est ainsi chaque année avant l’été, le Prince fait tomber quelques têtes dans la sciure médiatique, au gré de son humeur ou de ses intérêts à la Cour. De fortes têtes de préférence, des têtes d’hérétiques ou de récalcitrants.

Chers amis,
Chers AMG,

Même sur la plus perdue des îles du Pacifique, même au fond d’un bunker à 100 mètres sous terre, il était là. Dans le coffre de la voiture, dans le placard, il était là, sous le lit, dans le lit. Le matin sous les tartines, il était là. Nous avons tous passé l’été avec lui. Chaque jour, chaque nuit, chaque seconde. Et ça continue.

Et nous les Français ça nous plaît.

Et les médias français aussi, ça leur plaît.

Son bourrelet effacé par Paris Match, l’angine blanche de Cécilia, la visite à notre ami Bongo comme à notre ami Bush, on en redemande, la centrale nucléaire à notre ami Kadhafi, le frère de Rachida sévèrement condamné, DSK qui serait G., l’amant de Yasmina, on en veut encore. C’est ce que nous disent les médias, ça nous plaît.

Les médias se régalent. Chaque jour, il leur fournit tout chaud le nouvel épisode qui accroche l’audience. Du croustillant, du compassionnel, de l’ emphatique. Faut que ça mousse. Chaque jour Zorro, Kennedy, Malraux et Michel Sardou à lui tout seul. L’Italie nous envie : même Berlusconi ne faisait pas aussi fort. C’est l’unanimité, de l’Express à Charlie hebdo, de Jean-Marie Le Pen à Michel Rocard, la France est derrière lui.

Oh, bien sûr il y a des revers, et même d’énormes revers. Il y aussi des choses énormes à faire avaler au bon peuple. Mais dans ce cas on connaît la recette, vous prenez un fait-divers et vous le gonflez au maximum, qu’il prenne toute la place. Le fait-divers fait diversion. Les médias vous font ça très bien. En France jamais les médias n’ont été aussi agenouillés qu’aujourd’hui. Les journalistes, ça les écoeure, bien sûr et ça commence à fermenter dans ce petit monde. L’enquête annuelle Sofres publiée par La Croix en février 2007, ne donnait pas de quoi pavoiser. Croyez-vous que les journalistes sont indépendants, c’est-à-dire qu’ils résistent aux pressions des partis politiques et du pouvoir ? Réponse, NON à 63%. Qu’ils résistent aux pressions de l’argent ? NON à 60% !

Mais que voulez-vous, il y a la trouille de perdre sa place, ou de se retrouver dans un placard. Et il y aussi les contraintes d’audience. Un bon pédophile vous fait dix jours alors que la perte de recette fiscale de 13 milliards que coûte le bouclier fiscal ça intéresse qui au juste ? Oui, dix jours, il nous a fait, Francis Evrard le pédophile. La récidive, le Viagra et « la castration chimique » ! « Ce traitement hormonal appelez-le castration chimique, les mots ne me font pas peur » Alors là, bravo l’artiste ! Ah, bien sûr les conseillers en COM’ sont excellents, rien n’arrête les « spin doctors » de l’Elysée et les sondeurs n’arrêtent pas de sonder, mais sans un tel artiste, ça ne marcherait pas aussi bien. Voyez ce brave François Hollande, avec sa nouvelle compagne, à peine 15 000 euros d’indemnité et tout juste une petite journée de ragots. Alors qu’avec notre agité de l’Elysée plus c’est gros et plus ça marche. Il lance quelques notes et l’orchestre des médias reprend en chœur. Il n’a qu’à siffloter le début. Non pas qu’il domine les médias, attention. Ce n’est qu’un échange de bons procédés. L’oligarchie médiatique ne fait que défendre ses intérêts qui sont mêlés à ceux de l’oligarchie économique qui sont mêlés à ceux de l’oligarchie politique. Chacune des oligarchies à la fois se sert et sert les deux autres. Appelez ça connivence, les mots ne me font pas peur.

Et lui n’est qu’un leurre dans cette histoire.

Et nous les dindons.

Des dindons béats, les sondages le disent, c’est donc vrai, voilà la réalité. Karl Rowe, l’éminent conseiller de George W Bush, le disait sans complexe, « Nous sommes un empire, désormais nous créons notre propre réalité » [1]
Mais ce n’est pas tous les Français, évidemment. Il y a les effaceurs de bourrelet, mais il y a aussi des râleurs qui dénoncent la peopolisation, la personnalisation, « le coup d’éclat permanent », « le tout à l’ego ». Pour l’instant c’est la lèche, mais ça ne durera pas disent ces mauvais perdants en guettant le premier faux pas du petit trapéziste. Ils se répètent la formule qui dit bien les revirements du peuple ingrat, « Je lèche, je lâche, je lynche ». Mais laissons ces Tartuffes, eux aussi profitent de l’aubaine, la contestation se vend bien, et c’est tant mieux. En mal, en bien, c’est encore de lui dont on parle et c’est ça qui compte. L’U.B.M. L’Unité de Bruit Médiatique. Voilà l’unité de mesure de cette gouvernance. Et sur cette échelle-là, il atteint des sommets. Un tintamarre qui écrase toutes les autres voix. Boute en train ! trompe couillon ! Embobineur ! Vous pouvez vous égosiller, personne ne vous entend. Revenez dans quelques mois, ou quelques semaines...

Mais soyez attentifs. Ne comptez pas trop sur les grands médias pour vous prévenir quand le vent tournera.

Car si la plupart des médias roulent pour lui, lui aussi roule pour la plupart des médias. Prenons un exemple au hasard, France Inter. Doit-il remercier France Inter ? En tout cas France Inter peut le remercier. Grâce aux élections, l’audience a remonté. Et l’audience pour nous c’est sacré. Littéralement sacré. Or selon les sondages publiés en juillet pour la période, avril juin 2007, France inter a enrayé son déclin, avec 10 points d’audience. Sans retrouver son audience d’avant 2004 (10.6) ni tous les auditeurs envolés lors de la campagne pour le référendum de mai 2005. Les récentes élections ont permis de retrouver de l’audience, dans les tranches d’information, notamment la tranche du matin. Mais aussi grâce à « Là-bas » !

Malgré la marginalisation de l’émission à 15 heures, Là-bas a doublé l’audience de cette tranche passant de 150 000 à 300 000 auditeurs en un an. Une performance pour cette tranche ingrate ! Pour autant, la relégation de l’émission a fait perdre 200 000 auditeurs par rapport à l’audience qu’avait « Là-bas » à 17 heures soit 500 000 auditeurs.

Mais, vous vous en souvenez, bien sûr, la direction n’avait absolument pas la volonté d’étouffer « Là-bas », quelle idée, une si formidable émission, un tel monument, pensez-vous, non, il s’agissait simplement de programmer une autre émission qui ferait beaucoup plus d’écoute dans l’intérêt de notre belle radio. Il s’agissait d’un « talk show culturel » conçu par le nouveau directeur lui-même, « un mélange de Bouvard et du Masque et la Plume ». L’animation en fut confiée à Frédéric Bonnaud qui constitua son équipe.
Mais hélas, le résultat ne fut pas à la hauteur des ambitions directoriales. En moins de 6 mois, 250 000 auditeurs quittèrent cette tranche horaire qualifiée de « moment noir de la journée » par la direction de Radio France elle-même ! Une claque. Et qui paya ? Bonnaud pardi ! Viré ! Après six années, viré non seulement de France Inter mais de tout Radio France ! Une mesure ubuesque qui entraîna une journée de grève à la fin juin.

C’est ainsi chaque année avant l’été, le Prince fait tomber quelques têtes dans la sciure médiatique, au gré de son humeur ou de ses intérêts à la Cour. De fortes têtes de préférence, des têtes d’hérétiques ou de récalcitrants. À l’évidence il s’agit de faire un exemple pour maintenir la docilité des troupes. « Si celui-là est viré, pourquoi pas moi demain ? ». Quand les têtes rentrent dans les épaules, la fabrique de l’opinion peut fonctionner sans encombre, plus lisse, plus conforme, plus neutre et donc plus neutralisante.

Chaque année bien sûr, les victimes se débattent. Avocat, pétition, campagne de presse, menace de grève. Beaucoup plus de bruit que n’en font les ouvrières d’une usine du Pas-de-Calais quand tombe le plan social, c’est vrai. Certes, le licenciement de Frédéric Bonnaud n’est pas un pire drame humain que celui de Marie-Hélène Bourlard, de LVMH (voir nos émissions de mai 2007). Mais la soumission et la normalisation des médias, c’est la réduction des têtes. Et donc des possibles. Cette ligne de front est essentielle.

Mais ça vous l’avez bien compris chers AMG, puisque vous faites partie des 200 000 auditeurs qui ont signé la pétition lancée en juin 2006 contre la disparition de Là-bas. Et vous êtes toujours là. De toutes parts après le deuxième tour, des messages nous sont parvenus. Beaucoup nous voyaient déjà correspondants permanents aux îles Kerguelen ou cireurs de souliers à Davos. Mais non, n’ayez pas peur, vous êtes victimes de la désinformation soixantehuitarde, ayez confiance ! Notre nouveau président est là pour nous soutenir, il l’a dit et vous le savez, il n’a qu’une parole « Il y a une tradition qui est celle de la caricature et de la critique. Je ne suis pas prêt à transiger avec cette tradition (...) Je tiens à apporter clairement mon soutien à qui, à sa façon, exprime une vieille tradition française : celle de la satire, de la dérision et de l’insubordination » [2]

L’insubordination, en voilà une belle feuille de route pour cette nouvelle saison !

En route donc. Toute l’équipe est remontée à bloc. Tchimbé raide pas moli ! Votre soutien, vos critiques y sont pour beaucoup. Tout l’été, vous vous êtes baladé dans les archives de Là-bas. Plus de mille émissions archivées par Franck, le créateur et le webmaster de ce site, rappelons-le. Les malins se font des CD à écouter sur la route. La situation idéale pour déguster quelques numéros de Là-bas. Pour ceux qui débarquent ou qui veulent s’y remettre, rappelons quelques bons numéros dans la dernière saison : Le musée du Quai Branly, le retour en Afghanistan, la série Chine et aussi la série « Les années 80 » qui demande une écoute plus attentive. Sans oublier le Conseil des actionnaires de LVMH, (un délice) et bien sûr « La manif de droite », sans doute la meilleure écoute de la dernière saison.

Et aussi « Chomsky et compagnie » C’est l’événement ! Pour la première fois un reportage de Là-bas devient un film. Il est en plein montage. La souscription marche très bien. Vous êtes formidable, mais continuez. Faire avancer la pendule de l’histoire pour 15 euros, c’est donné.

Et comme dit Sally Mara « tiens bon la rampe ! »

Là-bas, le 3 Septembre 2007

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Cité par Robert Fisk. The Independant. 27.08.07.

[2Lettre de Nicolas Sarkozy lu par Me Kiejman lors du procès des caricatures (7 Février 2007)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • La PAC, les différents traités, l’environnement, le climat et la bio-diversité : nous avons invité une douzaine de partis, seuls 4 à 6 seront présents, le débat n’en sera que plus approfondi et portera sur ces 3 sujets principaux. Rendez-vous donc mardi 21 mai, 20h à Thonon - Espace des Ursules, entrée (...)

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a plus envie d’être otage Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, je ne te mentirai pas, j’ai été sidéré par l’« accueil » réservé aux deux amateurs de safaris enlevés au Bénin et secourus dans la foulée par un commando de nos prestigieuses forces spéciales. Mais pas autant (spéciales) que la réception à laquelle ils ont eu droit de la part des plus hautes autorités de la Nation. Sept personnes, plus trois porteurs de parapluie, sont allés les chercher à leur descente d’avion. Foin de bises, encore moins d’accolades, ils ont dû se contenter d’une courte poignée de main du chef de l’État, 45 secondes de discussion, et hop, demi-tour et retour au pas de charge vers le parking, avec un des otages qui cavalait derrière Macron pour essayer de lui dire un mot, mais n’y arrivait pas. À mon avis, les deux gars, ils sont rentrés de Villacoublay en RER. Bien fait pour eux, assassins !

  • Vite, profitez de l’abonnement spécial « merci Macron » GRAND PROCÈS DE MACRON : LA VIDÉO ! [deuxième partie] Abonnés

    -

    Voir

    Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs…

  • La Confédération générale du travail tient son 52e congrès à Dijon Au congrès de la CGT, cinquante nuances de rouge Abonnés

    -

    Écouter

    Est-ce une CGT affaiblie qui tient son 52e congrès cette semaine à Dijon ? La Confédération générale du travail a essuyé plusieurs revers ces dernières années : échec de la mobilisation contre la loi Travail en 2016, échec de la mobilisation contre les ordonnances Travail en 2017, échec de la mobilisation contre la réforme de la SNCF en 2018. Pire, en novembre dernier, la CGT a hâtivement pris ses distances avec les « gilets jaunes », avant de rétropédaler et de soutenir le mouvement. C’est aussi en plein cœur des « gilets jaunes » qu’ont eu lieu les dernières élections professionnelles, qui ont vu la CGT perdre sa place historique de premier syndicat de France au profit de la CFDT. Le nombre d’adhérents est passé de 695 000 en 2012 à 636 000 en 2017.

  • Lundi 13 mai : ouverture du procès Balkany Balkany : Porte nous avait prévenus Abonnés

    -

    Voir

    Après notre procès Macron, voilà le procès Balkany qui commence. Détournement, corruption, chantages, arnaques : toujours impuni, toujours protégé. Pour les médias, Balkany est un régal depuis des années. Pas de doute pour les patrons de presse, le petit peuple aime les voleurs, écrasé par la loi, il aimerait être ce hors-la-loi. Avec Balkany, plus besoin des « Guignols de l’info », le guignol, c’est lui et ses amis jusqu’au sommet de l’État.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte décortique la « méthode Praud » Abonnés

    -

    Voir

    Il est plus que praud-bable, ami abonné, que tu ignores tout du dénommé Pascal Praud, jusqu’à son existence, et que tu t’en portes à merveille. Sache néanmoins que ce plus superflu que réellement sulfureux personnage anime un programme quotidien de blablatage inutile et tous azimuts sur CNews, le canal bolloréen de désinformation continue, et que si tu es une femme, écolo donc bobo, de surcroît candidate aux européennes sur une liste très vaguement de gauche et un peu cucul la praline sur les bords (liste Glucksmann !), ça peut valoir le coup de s’y faire inviter.

  • Un reportage dessiné de Mathieu Colloghan en quatre épisodes Le jour où je suis allé me faire arracher les dents chez Viktor Orbán [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Lire

    C’est fou tout ce qu’on fait pour les pauvres ! Il y avait les vols low cost, les magasins hard discount et les obsèques à bas prix. Il y a maintenant la santé pour les faibles revenus. Si, comme la majorité des Français, tu n’as pas les moyens de t’offrir un sourire de vedette américaine chez ton dentiste, pas de souci, le marché européen libre et non faussé t’offre l’opportunité d’aller te faire refaire le bridge ou poser un implant dentaire ailleurs. Les sans-dents aussi peuvent profiter de la mondialisation heureuse ! Notre reporter Mathieu Colloghan est allé vérifier ce miracle européen en allant se faire arracher toutes les dents en Hongrie.

  • Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libre

    -

    Écouter

    Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

  • Les Illustres Illustrateurs n°08 Connaissez-vous Laurie Lipton ? Abonnés

    -

    Lire

    Si, comme beaucoup, vous ne faites plus que des cauchemars sans surprise, qui ne vous réveillent plus en hurlant, le dos glacé de peur, les dessins de Laurie Lipton vont repeupler vos nuits et vos jours. Je dis « repeupler » pour vous ménager, mais le vrai mot est « hanter ». Au bureau, en famille, en vacances, rien ne sera tout à fait comme avant, car Laurie Lipton a trouvé le moyen de fendre cette armure molle de banalité qui nous sert aujourd’hui d’uniforme.

    Il y a vingt ans, Cornelius Castoriadis parlait d’une « montée de l’insignifiance » pour qualifier l’effet du grand bond en arrière néolibéral. Le temps lui donne raison, mais cette médiocratie ne se limite pas au champ politique et intello-médiatique. La loi du marché et de la com’ a réussi à domestiquer, à aseptiser, à rétrécir la moindre recherche, la moindre audace intellectuelle ou artistique, le moindre déraillement. Depuis longtemps – disons au moins depuis Marcel Duchamp avec son lavabo et son Porte-bouteilles –, l’oligarchie a su parfaitement désarmer toutes les provocations et tous les outrages, en retournant les signes les plus subversifs à son avantage, en montrant par sa largesse la largeur de son esprit.

  • La Pitié-Salpêtrière, attaquée par des hordes sauvages ? Pitié-Salpêtrière : itinéraire d’une fausse information Abonnés

    -

    Voir

    Il a suffi que le ministre de l’Intérieur affirme mercredi soir qu’« on avait attaqué un hôpital » lors de la manifestation du 1er mai pour que nos chiens de garde habituels lui emboîtent le pas, sans distance. Est-ce parce que ça colle avec leur vision du monde ? On ne saurait le dire sans croiser nos sources ! Voici comment un bobard d’État a été démasqué par des citoyens modestes et géniaux. Itinéraire d’une fausse information.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable (avec ou sans Didier Porte) ! Une semaine dans la vie d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte est en vacances… encore ! Heureusement, Jonathan Duong, fidèle au poste, s’est demandé si Emmanuel Macron ne s’était pas sarkozysé. Finie la posture mitterrandienne, le président jupitérien à la parole rare, désormais le président est partout, tout le temps, sur toutes les chaînes de télé, dans toutes les conversations, il occupe l’espace. La preuve avec cette semaine passée en compagnie d’Emmanuel Macron.

  • Pour en finir avec Notre-Dame ! Abonnés

    -

    Voir

    Du bois, de la pierre, du métal détruits, et trois blessés légers. C’est finalement le bilan – heureusement faible – de l’incendie qui a détruit Notre-Dame de Paris. Pourtant, l’événement a suscité une émotion considérable, mondiale, de Donald J. Trump au pape, en passant par Arielle Dombasle et l’inévitable Stéphane Bern. « C’est un peu notre 11 septembre d’une certaine manière. On se souviendra tous où on était quand on a vu les premières images de Notre-Dame », s’est même émue Nathalie Loiseau, candidate aux élections européennes pour La République en marche [1]. Gérard Mordillat revient sur cet emballement médiatique et émotionnel.

  • Mai 1886 : massacre à Chicago Le 1er Mai a une histoire Accès libre

    -

    Voir

    Cette histoire commence le 4 mai 1886 à Chicago. Sur Haymarket Square, lors d’une manif dans la longue lutte pour la journée de huit heures, une bombe explose, des policiers sont tués, huit hommes sont arrêtés et accusés de meurtre. Le procureur Julius Grinnel est très clair : « ces hommes sont choisis parce qu’ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient… Messieurs du jury, condamnez ces hommes, faites d’eux un exemple, faites les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société. »

  • Mort de Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français Julien Lauprêtre : rendre la société moins injuste Accès libre

    -

    Écouter

    « Il faut que tu fasses quelque chose d’utile et que tu rendes la société moins injuste. » Toute sa vie, Julien Lauprêtre a répété ce que Manouchian lui avait dit quelques instants avant d’être fusillé avec les 23 de l’Affiche rouge, le 21 février 1944. « Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant ». Militant communiste puis président du Secours populaire français durant 61 ans (!), Julien Lauprêtre a consacré sa vie à rendre la société moins injuste. Un beau parcours, qu’il nous racontait dans cette émission du 26 février 2014, que nous vous proposons en hommage.

Une sélection :

Quand le plus haut sommet de l’Etat ment et diffuse des fake news pour disculper Benalla. Une enquête de Taha Bouhafs et Gaylord Van Wymeersch Affaire Benalla : petits montages et gros mensonges AbonnésLire

Le

Là-bas si j’y suis révèle aujourd’hui des vidéos exclusives qui font la lumière sur les étranges méthodes d’Ismaël Emelien, ex-conseiller du Président de la République et chargé de la cellule de riposte de l’Élysée au moment de l’affaire Benalla. Alors que le clan au pouvoir ne cesse d’accuser les « populistes » de toutes les turpitudes, on va voir que ces vaillants procureurs sont largement en tête dans la fabrication des fake news

Tout le monde a en tête la scène de cet homme déguisé en policier frappant un jeune homme place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai 2018. C’est cette fameuse séquence filmée à l’époque par notre journaliste Taha Bouhafs, qui permet deux mois et demi plus tard au journal Le Monde d’identifier le proche collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.